| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 5 septembre 2007


Festival des films du monde
Surviving my mother, Prix du public au FFM

par Lucie Poirier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour Chantal Akerman
Alanis Obomsawin, "celle qui trouve le chemin"
Parcours d’une cinéaste indomptable, Hejer Charf
Cinéphiles, vos choix de films consacrés aux femmes !
Du 23 au 27 septembre : CINÉ ELLES ET NOUV’ELLES VAGUES
Programme du festival de films : résistance à l’invisibilité des femmes, les 26 et 27 septembre 2009
L’équité pour les femmes en cinéma
Quatre femmes exceptionnelles honorées lors du 10e Gala de "Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias"
Yanick Létourneau, réalisateur de documentaires, en entrevue vidéo avec Léa Clermont-Dion
La Place des réalisatrices dans le financement public du cinéma et de la télévision au Québec (2002-2007)
La Maison de la culture MC93 Bobigny présente "Angela et Marina"
"Teresa : el cuerpo de cristo" et "Travelling with pets"
Opium, le journal d’une folle
Les épouses de l’armée
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
L’imaginaire des femmes
Duras et le dahlia noir
L’art de vivre et de vieillir
Maintenant, c’est le bonheur
Femmes de pouvoir au temps de Corneille
« Amazones » de et par Françoise Barret
"Cinéma Politica", en avant-plan à l’UQÀM
Carole Poliquin, réalisatrice de "Le bien commun, l’assaut final"
Nicole, c’est moi... de et avec Pol Pelletier
Trois cinéastes québécoises indépendantes raflent l’or







L’équipe Gaudreault et Gallucio avait connu un grand succès avec son film Mambo Italiano, il y a quelques années. Sa récidive s’avère aussi une réussite puisque son plus récent film, Surviving my mother, a reçu le Prix du public pour le film canadien le plus populaire au Palmarès du Festival des films du monde.

À travers le personnage de Clara (Ellen David), le réalisateur Émile Gaudreault et le scénariste Steve Gallucio ont exprimé un vécu spécifiquement féminin ; la relation d’une femme avec sa mère (Véronique Le Flaguais) et avec sa fille (Caroline Dhavernas).

Dans Surviving my mother, Clara ressent un désir de rencontre et de protection. Elle soigne sa mère mourante et accaparante et s’intéresse à sa fille mystérieuse et indépendante. Dans sa dévotion pour sa mère, elle est passée à coté de sa fille qui s’est débrouillée pour survivre.

Cette attention constante auprès de la malade semblait peu appréciée par la mère qui ne cessait de rabrouer Clara ; celle-ci réalise que sa mère savait qu’elle était aimée inconditionnellement et que c’est la raison pour laquelle elle se permettait de se défouler sur sa fille.

Pour connaître sa fille Bianca, Clara la suit, porte ses vêtements, écoute sa musique, voit l’exposition sur laquelle elle a écrit un article.

Dans ce film, toutes les femmes se préoccupent de concilier la dualité : être/paraître, le dilemme ; s’exprimer/satisfaire l’autre, les contradictions : se dévouer/se sauver, tuer/vivre, les enjeux ; dissimuler et maintenir la situation/révéler et confronter les autres, les tiraillements ; mentir et plaire/contrarier et bouleverser.

À travers ces dichotomies énormes et existentielles, la relation de Bianca avec Michael amène des originalités techniques : les textos qu’il lui envoie apparaissent sur les murs, les meubles, les escaliers exprimant l’envahissement quotidien.

L’influence d’une mentalité ancienne se développe dans un décor contemporain ; l’importance du catholicisme pour la mère italienne nous rappelle que les questions religieuses, malgré la Révolution tranquille au Québec, restent toujours actuelles, causent encore des esclandres, entravent beaucoup les relations.

Généralement, les représentations de femmes sont davantage pénibles à visionner qu’intéressantes à découvrir. Surviving my mother a le mérite d’avoir centré le scénario sur une femme, qui a plus de 35 ans, qui est mère, mais n’est pas acariâtre comme l’était sa propre mère. De tels personnages sont trop rares au cinéma québécois et international.

Surviving my mother. Québec, 2007. Réalisateur : Émile Gaudreault. Scénariste : Steve Gallucio. Photographie : Pierre Mignot. Montage : Debra Karen. Interprètes : Caroline Dhavernas, Ellen David, Adam J. Harrington, Véronique Le Flaguais, Colin Mochrie, Louison Danis, Christian Bégin, Frank Schorpion.

- Ce film sera en salle au Québec le 19 octobre 2007.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 septembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lucie Poirier

Directrice-fondatrice des éditions Les Mots Bancs, spécialisées dans le livre-objet d’art à tirage limité, elle a publié, entre autres, son théâtre poétique Les Amoureux de l’Autre Monde. En 1992, elle a eu le Prix de la plus belle lettre d’amour avec Lettre à Benjamin. Maître ès arts, Lucie Poirier exprime ses convictions humanistes et pacifistes, ses idéaux érotiques et féministes, à travers ses œuvres poétiques et ses articles socio-politiques.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin