| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 11 octobre 2007

Overdose de rose

par Stéphanie LeBlanc






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Réconcilier les garçons avec l’étude et les filles avec l’activité physique
Quand la publicité encourage les comportements anorexiques
La persistance des stéréotypes sexistes dans la publicité
La virginité, ce concept flou qui gâche tant de vies
Manipulation à défaut de pouvoir ?
Cinéma américain - Sois belle et frappe !
L’apprentissage du dégoût
Conditions de vie des aîné-es : un monde sans compassion
Cette mode qui rend les femmes infirmes
Sexisme d’un autre siècle







Si je dis le mot "fille", à quelle couleur cela vous fait-il penser ? Bingo, le rose ! À peine une femme enceinte apprend-t-elle qu’elle attend une fille, le rose s’impose automatiquement à son esprit, sinon à celui de son entourage, tel un réflexe conditionné. C’est pratique une fille, ça nous dispense d’user de notre imagination pour offrir un cadeau à la future mère. Il suffit d’offrir quelque chose de rose et voilà, le tour est joué ! Personnellement, j’en ai marre de voir les petites filles continuer à être plongées dès la naissance dans un univers mièvre dégoulinant de rose ! Je dois être une des rares personnes à qui le Pepto Bismol a plus de chance de donner mal au cœur que d’apporter un soulagement !

Décoration de la chambre du bébé, literie, vêtements, jouets, tout risque fort d’être désespérément rose. Les magazines de décorations regorgent de chambres de fillettes roses au style délicat et fleuri alors que celles des garçons sont de couleurs et de style variés. Le rayon des jouets des grands magasins sont séparés en deux sections, la "multicolore" comportant les jouets unisexes pour très jeunes enfants ainsi que ceux destinés aux garçons et la "rose". Dans les catalogues de jouets, les pages affichant les jouets destinés aux filles sont également roses.

Même des objets "unisexes" au départ, tels que des lecteurs CD ou Mp3, des cellulaires, des ordinateurs pour enfants, des consoles de jeux vidéo, des articles de sports et même des instruments de musique ont leur version rose ! À quand un coffre rose, rempli d’outils roses ? Je vois déjà les garçons rouspéter : "Maman, je peux pas utiliser ce marteau-là, c’est un marteau de fille !"

Dès notre plus jeune âge, le message est limpide : le rose est une couleur de fille. Pourquoi ? Fouillez-moi ! Et ça continue à l’âge adulte quoique de façon moins systématique. Vêtements, parfums, cosmétiques, accessoires, le rose est partout ! Les compagnies de serviettes hygiéniques croient même utile d’emballer leur produit dans un emballage rose. Ont-elle peur, sinon, que ce soit les hommes qui s’en servent ?

Lunette rose, pouvoir rose, ghetto rose, le rose n’est pas une couleur innocente. Le rose est la seule et unique couleur à être exclusivement réservée à un sexe. Le rose est associé à l’innocence, la mièvrerie, la naïveté, voire la niaiserie. Le rose infantilise, affaiblit, ridiculise. Le rose ne fait pas sérieux (quelle femme d’affaire aurait l’idée de s’acheter une mallette rose juste avant une rencontre professionnelle importante ?) Dans l’émission "Samantha oups !" le personnage titre, d’une débilité absolument abyssale, est pratiquement toujours habillé en rose alors que Chantal, le personnage secondaire, un peu moins stupide, est très souvent habillée en bleu. Dans le film "Blonde et légale", le personnage principal, une étudiante en droit naïve, superficielle, frivole et infantile, s’habile en rose tout au long du film.

Le rose et le bleu ne peuvent même pas être considérés comme équivalents, même si on se sert de ces deux couleurs pour différencier les bébés filles des bébés garçons. En effet, il est accepté socialement d’habiller les filles en bleu, ce n’est pas une couleur exclusivement réservée au sexe masculin. Même si quelques hommes adultes osent arborer la couleur maudite, il est rare de voir un enfant ou un adolescent le faire. Tout de même, il y a quelque temps, dans une école secondaire du Québec, un adolescent était victime d’intimidation et de mauvais traitements de la part de certains élèves parce qu’il portait un T-shirt rose. Heureusement, un groupe de jeunes garçons a eu l’idée de porter, en signe de solidarité, des camisoles roses pour mettre au défi les tortionnaires de l’adolescent.

On peut toujours prétendre offrir des articles roses à sa fille parce que c’est une couleur qu’elle aime mais ce goût des petites filles pour le rose est-il réellement naturel ? Moi aussi, j’aimais le rose lorsque j’étais enfant, c’était même ma couleur préférée, mais le mobilier de ma chambre, ma literie et bon nombre de mes vêtements et de mes jouets étaient roses... Il n’est guère surprenant que mes goûts aient été influencés par cette couleur. Plus je grandissais, plus je découvrais que j’aimais d’autres couleurs. Aujourd’hui, je ne peux plus voir de rose en peinture (surtout pas en peinture !) et j’ai des goûts bien plus diversifiés.

Pourquoi restreindre ainsi l’univers des petites filles ? Pourquoi les élever dans l’idée qu’elle doivent aimer telle couleur, tel motif ou tel style alors qu’on n’impose aux garçons aucune limite à leurs goûts ? On essaie d’intéresser les adolescentes aux sciences, à la technologie et aux métiers non traditionnels pour les femmes alors pourquoi faire perdre tant d’années aux fillettes à leur laisser croire qu’un objet n’est pas pour elle s’il n’est pas rose ?

Le rose devrait être comme n’importe quelle couleur, une couleur que n’importe qui peut aimer ou détester, quel que soit son sexe, une couleur à utiliser avec le même dosage que les autres ni plus ni moins, à moins qu’il s’agisse d’une préférence vraiment naturelle. La prochaine fois que vous offrirez un cadeau à une fille, ou à la future mère d’une fille, pourquoi ne pas opter pour une couleur plus originale ? N’attendons pas de faire une overdose de rose !

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 octobre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Stéphanie LeBlanc



Plan-Liens Forum

  • > Overdose de rose
    (1/1) 16 octobre 2007 , par Do

    rép: Internaute




  • > Overdose de rose
    16 octobre 2007 , par Do   [retour au début des forums]

    je suis féministe et j’adore le ou les roses ;o) j’ai bien aimé votre article même si ici en France les serviettes hygiéniques ne sont pas emballées de roses ... ou pas encore !
    J’ai mis du temps à "accepter" d’aimer cette couleur car rose est associé à enfance et fille avec toute la dévalorisation du féminin ... néanmoins quelle valeur a précédée l’autre ? si demain les garçons (j’ai vu une affiche de rugby avec plein de rose) se prennent pour cette couleur, ... elle ne sera pas vue comme mièvre car ce sera "un truc de gars".
    Par contre je souligne l’effet "isolant", les filles c’est telle couleur qui les différencie (le particulier), les garçons c’est tout le reste (universel)... et de fait je pense que sexuer les lecteurs cd, patinette, rollers, etc. c’est un truc de marketing pour doubler les ventes car frères et soeurs ne se repassent pas les produits !


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin