| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 12 novembre 2007

Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie

par Marta Wnorowska






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Un micro... pis toée !
Sur le chemin de l’arc-en-ciel : une expérience au Mali
81femmes.org - Deux jeunes femmes de 25 ans partent à la découverte des réalisations de femmes de leur âge







Une jeune femme a réalisé un rêve tout en offrant une aide humanitaire à un pays que les éléments de la nature ont beaucoup éprouvé. Elle nous raconte son expérience. Nous invitons les jeunes femmes du monde qui ont réalisé des projets et des rêves à nous en faire part.

Voyager tout seule, c’est comme voyager deux fois. Voyager autant qu’une fille blanche aux yeux clairs, à destination de l’Asie, c’est encore mieux.

Me voici à l’aéroport Soekarno-Hatta à Jakarta, à 20h30, le 18 août, le jour de mon retour de mission humanitaire au nord de Sumatra. Je me sens un peu faible car j’ai été souvent malade et je le suis encore. Restant sur mes gardes, prête à me battre dans mes démarches, je bois un café, fume une dernière cigarette bon marché, j’ai trop envie de partager mes pensées avec quelqu’un. Ma meilleure copine, Julia, d’origine indonésienne, m’a demandé de prendre une bouffée d’air de ce mélange d’odeurs pour elle. Je n’oublierai jamais ce goût d’air chaud et étouffant de barbe à papa, mélangé à l’odeur des cigarettes. Tout ensemble porté par les voix des touristes, les klaxons, les annonces de l’aéroport donnant tellement envie d’être invitée à danser avec eux et de s’oublier une fois pour toutes.
C’est fou comme ça me manque déjà.

Dans cette masse de sensations, j’aperçois, sur un taxi Bluebird, un slogan qui rime tant avec ma vie : My Life my Adventure. C’est tellement vrai.
Agée de 27 ans, Polonaise habitant en France, je suis partie enseigner l’anglais en Indonésie au mois d’août. Grâce à mon employeur, j’ai participé au programme de Congé Solidaire, et j’ai passé trois semaines de mes congés payés à Banda Aceh, l’endroit le plus touché par le tsunami. Le travail des ONG se voit tout de suite : construction de maisons pour les sans-abri, aides scolaires, reconstruction de routes, etc. Trois ans après la catastrophe, me voilà sur place. Je fais partie d’une mission ‘Sur le chemin de l’école’ organisée par Planète Urgence. Nous donnons des cours aux Indonésiens et Indonésiennes, aux enfants du camp de refugié-es, aux étudiant-es. La mission commence.

Les habitants sont si différents, souvent incompréhensibles dans leur façon d’être et de faire. Je crois que c’est bien cela qui a été le plus difficile pour moi. De comprendre. Il y a des moments où l’on se sent presque frustré. C’est comme si on allait voir un film en chinois, auquel on aurait enlevé les sous-titres et dont il faudrait suivre l’action à tout prix pour pouvoir le raconter ensuite.

Faire de l’humanitaire ne veut pas seulement dire accomplir une mission. C’est un vrai travail humain dans la rencontre avec les autres et un travail sur sur son intérieur dans la rencontre avec soi-même.

Il ne faut pas se plaindre, même si cela fait la énième fois que les cours d’anglais sont annulés à cause d’incompréhension et de désorganisation, même si cela fait trois jours de suite qu’on ne peut plus rien manger, car nos estomacs disent non à la nourriture locale, même si on croise des rats et des bêtes à chaque pas. On en discute souvent avec les filles. On n’est pas à l’aise avec les conditions sanitaires. Je crois que c’est bien cela qui nous dérange le plus. Nous ne sommes vraiment pas habituées à un tel niveau d’hygiène au quotidien. Pour les Indonésiens et Indonésiennes, ce sont les normes courantes. C’est dans leur culture. Les rats ? Ils ne font pas mal, ils mangent les souris. Les poissons exposés au soleil ? C’est là où ils prennent meilleur goût. Nous devons tout remettre en question, sans cesse. Car qui a dit que notre façon de faire, de percevoir les choses est meilleure ? Elle est juste différente, tellement imprégnée de notre culture, de notre éducation et de notre religion.

A côté de tout ça, les rencontres et les échanges culturels inoubliables, les souvenirs de la beauté de l’Indonésie et de ses enfants comme les plus belles photos imprimées à jamais dans ma tête.

Que je suis heureuse de monter les vulcains, de me balader en moto sur les îles paradisiaques, de parler aux gens et d’échanger des idées, de regarder la voie lactée de si près que j’ai l’impression de pouvoir toucher les étoiles et de m’en mettre plein les poches !

J’apprends beaucoup grâce aux endroits que je visite, grâce aux gens que je côtoie et aux autres volontaires, Laura, Audrey et Martine, avec lesquelles je partage mon aventure. Des filles que je n’oublierai jamais. Martine me donne envie de croquer la vie à chaque instant, elle qui, avec ses expériences et ses aventures nous transporte sur une autre planète ; avec Audrey, qui rigole comme une petite fille, et Laura, une fille en or tout simplement, qu’on écoute les yeux grands ouverts jusque tard dans la nuit.

80 pour cent des volontaires de Planète Urgence sont des femmes. Sur place, ce sont les filles qui ont été les plus consciencieuses des élèves. Assoiffées de connaissance et de découverte, très ouvertes d’esprit, souvent très coquines, elles sont tout le temps en train des rigoler comme des gosses.

J’ai l’impression que même si elles portent les voiles, ce sont bien elles qui tiennent les rênes. Il y a un proverbe mauritanien qui dit que c’est le chameau qui aide l’homme à traverser le désert et c’est la femme qui aide un homme à traverser la vie. N’est-ce pas vrai ?

Juste avant mon départ en mission, j’ai fait un rêve en noir et blanc. Une fois sur place, je l’ai compris. J’ai réappris les couleurs de la vie. J’ai emporté le soleil dans mon sac à dos et on a passé un accord, avec les Indonésiens et Indonésiennes, qu’une fois en France, je le laisserais briller pour nous, et le soir venu, je le leur enverrais comme un ballon pour que nous partagions la même énergie.

Ici, je vous laisse. J’ai un avion à prendre, dernière bouffée d’air au goût de barbe à papa avec le soleil dans mon sac, je m’envole vers la France.

Vous savez ce qu’on dit en Asie sur les gens aux yeux clairs ? Que ce sont des gens qui ont déjà eu une vie auparavant et qu’ils auront encore mille vies pour pouvoir absorber plein de belles choses dans l’océan de leur regard.

Une chose est claire. La mission m’a apporté énormément et je suis ravie de l’avoir faite.

Je vous invite toutes à faire une mission humanitaire, même très courte. Malgré ce qu’on peut imaginer, on reçoit toujours plus qu’on offre. On passe les tests de l’humanité et de la persévérance.

On se dépasse soi-même et le soleil ne brille plus jamais pareil.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 novembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marta Wnorowska



Plan-Liens Forum

  • Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    (1/7) 23 décembre 2012 , par

  • Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    (2/7) 27 juillet 2010 , par

  • Une petite contribution
    (3/7) 28 novembre 2007 , par

  • A traveller without observation is a bird without wings
    (4/7) 17 novembre 2007 , par

  • > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    (5/7) 14 novembre 2007 , par

  • > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    (6/7) 14 novembre 2007 , par

  • > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    (7/7) 13 novembre 2007 , par





  • Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    23 décembre 2012 , par   [retour au début des forums]

    C’est fou... je relis ces deux récits chargés d’émotion et je reste convaincue que l’Humanitaire était ta véritable vocation : te voilà de retour en Afrique, ’cette grappe de raisins’ que tu aimes tant et toi avec le temps, qui te bonifies comme le bon vin... Reste toujours la même cette âme généreuse au grand coeur que je suis fière de connaitre depuis dix ans maintenant.

    Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    27 juillet 2010 , par   [retour au début des forums]

    Merci à Marta pour ce témoignage.

    Et non merci aux critiques injustifiées qui ternissent un témoignage marquant et sensible sur une mission extraordinaire. Marta a décrit les couleurs de son aventure, comme les couleurs d’un arc-en-ciel.
    Et il n’y a pas de noir, dans un arc-en-ciel.

    Une petite contribution
    28 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Salut Marta,

    quelle belle illustration de ce que nous avons vécu. Je garde en mémoire la joie de ces écoliers dans le camp de réfugiés quand il y avait des coupures d’électricité et que je leur ai appris à jouer au béret...

    Nous sommes peut être naïves, mais j’espère que notre petite contribution aura apporté un rayon de soleil et un peu d’espoir à tous ces gens qui en ont tant besoin.

    Merci d’avoir fait un si beau témoignage...je trouve dommage certains commentaires qui cherchent à ternir ton action à la fois courageuse et généreuse.

    Biz

    Ta co-locatrice de Banda Aceh

    A traveller without observation is a bird without wings
    17 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Marta, your hopeful heart and open mind were your best travelling companions..
    It is true that you might not be able to change the world itself on your own, but you can play an important part in changing how we treat it...
    Though we travel the world over to find the beautiful, we must carry it with us or we find it not...

    thank you

    > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    14 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Stunnig, fresh, beautiful...The young, courageus woman with such a big heart and great smile...
    Thank you for sharing your experience !!! Thank you for this exeptional journey !! I love it..
    Cathy

    > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    14 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour,

    Ce témoignage aurait été pour moi irréprochable s’il n’y avait cette petite phrase :

    "Le travail des ONG se voit tout de suite : construction de maisons pour les sans-abri, aides scolaires, reconstruction de routes, etc."

    Comment peut-on à ce point ignorer qu’il existe un organisme gouvernemental, le Badan Rekonstruksi dan Rehabilitasi (BRR), qui fait quand même l’essentiel du travail ?

    J’y vois là une nouvelle forme de mentalité "coloniale", la même qui a fait que des Français se sont crus en droit de projeter d’enlever des enfants tchadiens.

    A. Djoehana Wiradikarta

    • > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
      19 novembre 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Bonjour,

      Juste pour répondre aux "attaques" faites en général à la France et en particulier à une fille exceptionnelle, Marta ! Tout d’abord la France que vous accusez d’être colonialiste sait répondre présente dans le monde entier lorsqu’on le lui demande. Le passé est parfois très difficile à gérer et je pense que nous n’avons pas à rougir de ce que nous sommes devenus : solidaires des gens qui souffrent en de nombreuses circonstances

      Ensuite le thème de cet article de Marta n’a pas pour but de mettre en lumière ce genre de propos : pour ma part j’aurais plus retenu l’implication exceptionnelle, l’énergie, le courage et l’amour de son prochain...chacun a sa vision personnelle des choses et je la respecte !

      Bravo Marta, tu sais que partout où tu passes les gens sont contents de t’avoir connu et j’en fais partie

      Merci de m’avoir fait voyager au travers de ton expérience

      FPB

      [Répondre à ce message]

      • QUELLES ATTAQUES ?
        12 décembre 2007 , par
          [retour au début des forums]

        Bonjour,

        Je suis Français, ne vous en déplaise. Ce n’est pas parce que j’ai un nom étranger que je n’ai pas le droit d’être critique vis-à-vis du regard colonial.

        Même si ce n’est pas le coeur du propos de Marta, je ne peux m’empêcher d’être sensible aux présupposés sous-jacents qui le sous-tendent.

        Vous-même faites preuve de tels présupposés, puisque vous semblez voir en moi un étranger qui s’attaque à la France... ;-)

        Bien cordialement néanmoins,

        Anda

        [Répondre à ce message]

    > Ma vie, mon aventure : une mission humanitaire en Indonésie
    13 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Selamat / Felicitations /Congrats Marta :)

    You’re a good girl !!! What a great experience there !

    Thank you for travelling with you through your words and your dedication.

    Semoga kamu sukses !!!


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin