| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 15 novembre 2007

Conférence marquante sur l’avortement à Londres






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Cinéma Beaubien le 28 septembre - Documentaire percutant à l’occasion de la Journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement
Campagne #BougezpourLIVG - 40 ans après la promulgation de la loi sur l’avortement en France
Comment aider les femmes enceintes de trisomiques : un enjeu féministe
Les députés européens et les ONG tirent la sonnette d’alarme sur une menace anti-choix contre la santé maternelle
Avortement - La motion 312 du député Woodworth, un stupide affront aux critères internationaux des droits de la personne
Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire
Canada - Le débat sur l’avortement relancé par les groupes pro-choix et anti-choix
Les Communes rejettent le projet de loi C-510 qui visait à criminaliser l’avortement
Le point sur les services d’avortement au Québec : une nouvelle recherche
Une étude révèle que 64% des cliniques d’avortement au Canada sont la cible de protestataires
Avortement - Mgr Ouellet et les charmes irrésistibles de Mademoiselle Pinotte
Avortement et santé des femmes - Harper défie les spécialistes
Les propos du cardinal Marc Ouellet prennent racine dans la misogynie tolérée
Le cardinal Marc Ouellet a tenu des propos déplorables
Gouvernement Harper, santé maternelle et G8 - Appel à l’action
Canada - Menaces contre le soutien au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire
Des attaques contre l’égalité des femmes par le gouvernement Harper
Avortement aux États-Unis - Au tour des hommes de se sacrifier
Les 20 ans de l’affaire Chantale Daigle soulignés le 1 octobre
Avortement et loi 34 : une saga déplorable
Avortement au Québec - La tentation du désengagement de l’État
L’Affaire Chantale Daigle : les femmes se souviennent !
Le Dr George Tiller, un médecin pro-choix, assassiné dans une église luthérienne
Une militante pro-choix menacée de mort au Nicaragua
Étude - "L’avortement au Québec : état des lieux au printemps 2008"
Le Conseil canadien de la magistrature rejette la plainte contre la juge en chef Beverly McLachlin
Offensive masquée contre le droit à l’avortement
Le projet de loi C-484 tend à éroder des acquis juridiques, selon le Barreau du Québec
Le droit à l’avortement menacé. Un dossier du magazine À bâbord !
L’Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler - Bravo, Mme la Gouverneure générale
Projet de loi C-484 - Prélude à la recriminalisation de l’avortement au Canada
C-484 et menace au droit à l’avortement - Le mouvement des femmes sur un pied d’alerte
Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?
L’Assemblée nationale du Québec s’oppose unanimement au projet de loi fédéral C-484
Des juristes du Québec s’opposent au projet de loi C-484 parce qu’il menace les droits des femmes
La Fédération des médecins spécialistes du Québec dénonce le projet de loi C-484 et l’attitude du chef libéral Stéphane Dion
Lancement de la campagne anniversaire "Pro-choix pour la vie" et de son site Internet
Avortement 1988-2008 - Vingt ans de liberté et d’égalité
L’Église engage un bras de fer contre l’avortement
L’avortement, un droit jamais acquis
20e anniversaire de l’arrêt Morgentaler - Il y a 20 ans, l’avortement était enfin décriminalisé
Des hôpitaux canadiens accueillent cavalièrement les demandes d’information sur l’avortement
Avortement - ’Si aujourd’hui j’apprends que je suis enceinte...’
Avortement - Un sujet tabou
L’avortement n’est pas accessible à toutes au Canada
Le point sur l’accessibilité aux services d’avortement dans les hôpitaux canadiens - Recul
Recours collectifs - Accès à l’avortement : remboursement par le gouvernement québécois
Interruption volontaire de grossesse : un regard écoféministe







LONDRES, le 23 oct. - Les organisateurs soulignent la pandémie
mondiale d’avortements à risque et demandent un accès universel à l’avortement
médicalisé.

Étendre l’accès à l’avortement médicalisé dans le monde est au programme
de la Conférence internationale révolutionnaire sur l’avortement médicalisé
qui commence aujourd’hui à Londres, la "Global Safe Abortion Conference". Dans
une manifestation sans précédent de préoccupations au niveau mondial, près de
800 experts de la santé publique, représentants de gouvernements et défenseurs
de la santé des femmes du monde entier se sont rassemblés pour créer un
mouvement afin de réduire les effets désastreux de l’avortement à risque sur
la santé et la vie des femmes.

Les organisateurs de la Conférence internationale sur l’avortement médicalisé, Marie Stopes International (MSI), Ipas et Abortion Rights - ONG s’efforçant de promouvoir la santé et les droits reproductifs des femmes - ont demandé l’augmentation de l’accès aux services d’avortement médicalisé, la reconnaissance du droit des femmes à l’autodétermination dans l’exercice de leurs choix reproductifs, et la promotion des efforts pour obtenir une réforme légale.

"Chaque année, au moins 66 000 femmes meurent des conséquences directes
d’un avortement à risque", a déclaré Mark Lowcock, directeur général de politique et de la division internationale du département britannique du développement international, lors de la séance d’ouverture. "On m’a demandé de parler durant 15 minutes ; durant ce quart d’heure, deux femmes, probablement dans le monde émergent, probablement jeunes, vont mourir."

"La tragédie est encore plus grande, étant donné que nous possédons les moyens technologiques pour empêcher la quasi-totalité de ces décès. Nous ne pouvons pas prétendre que la situation n’existe pas."

La revue médicale The Lancet a nommé l’avortement à risque l’un des problèmes de santé les plus négligés de notre temps. La conférence de deux jours souligne l’étendue mondiale de cette question controversée. Des représentants de près de 60 pays participent à cette réunion, la première conférence mondiale de ce genre.

Dana Hovig, P.D.G. de MSI, a attiré l’attention sur le besoin des gouvernements et donateurs d’augmenter de façon considérable leurs investissements pour rendre l’éducation sexuelle générale, la contraception et l’avortement médicalisé plus facilement accessibles.

"Partout dans le monde, et particulièrement dans les pays les plus pauvres, les avortements à risque tuent des femmes et des filles uniquement parce qu’elles n’ont pas accès à un avortement médicalisé. Dans l’ensemble des causes de mortalité maternelle, l’avortement à risque est le plus facile à prévenir. Il est temps que les gouvernements et donateurs agissent et rendent les ressources disponibles."

Elizabeth Maguire, présidente d’Ipas, a qualifié le coût continu de morts et blessures attribuables à l’avortement à risque "un outrage moral et une violation grossière des droits humains fondamentaux des femmes. Combien d’autres femmes et filles pauvres doivent encore souffrir ou mourir avant que nous ne commencions à agir ?"

"De nouvelles données montrent que le nombre de décès provoqués par les
avortements à risque n’a presque pas changé au cours des dix dernières années," a-t-elle déclaré. "Il est maintenant temps de nous exprimer avec force et de faire preuve d’audace face à ce problème important. L’avortement à risque est une réalité ; le choix que nous avons est d’aider les femmes ou de les laisser mourir."

La conférence aborde des sujets tels que les preuves internationales de l’impact de l’avortement à risque, l’avortement comme droit de l’homme, et les tendances dans les lois, la politique et la pratique. Parmi les principaux orateurs figurent Bert Koenders, ministre du Développement et de la Coopération des Pays-Bas ; Dr Paul Van Look, directeur de recherche et santé reproductive à l’Organisation mondiale de la Santé ; Prof. Fred Sai du Ghana ; Gill Greer, directeur général de la Fédération internationale pour le planning familial ; Dr Eunice Brookman-Amissah, ancien ministre de la Santé du Ghana et vice-président d’Ipas pour l’Afrique ; et Jon O’Brien, président de Catholics for a Free Choice.

Les organisateurs projettent de diffuser un Appel à l’action qui servira de base à un nouveau mouvement international pour réduire l’avortement à risque.

Renseignements : Diana Thomas, MSI +44-(0)777-1681-265 ; Tony Kerridge, MSI +44-(0)7748-948-037 ; Kirsten Sherk, Ipas +44-(0)750-4490-641

Source : CNW Communiqué, le 2 novembre 2007

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 novembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin