| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






décembre 2002


Palestine
Des assassins d’enfants
En collaboration avec Pas de vagues

par Michele DePuerto






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le gynocide annoncé
Les tueurs en série à caractère sexuel
15 ans après le geste terroriste de l’École Polytechnique, la violence sexiste continue...
Mexique : Femmes perdues dans l’arrière-cour de Satan
Rapport de la Commission québécoise de solidarité avec les femmes de Ciudad Juárez
Nous ne vous oublions pas
Des gynécides non reconnus
Le plan de match du lobby des hommes violents
6 décembre 1989 : 13 ans après, la ’sale guerre’ se durcit
Les mortes de Juárez
Les crimes d’honneur
Un massacre ciblant les femmes
Une guerre non avouée, mais permanente
Séquestrations et assassinats







Je résisterai sans peur. Oui, sans peur je résisterai.

Pour la terre de mon pays, je résisterai. Que l’on me vole tout ce que j’ai, je résisterai. Que l’on tue mes enfants, je résisterai. Que l’on fasse sauter ma maison, O ma maison aimée ! A l’ombre de tes murs, je résisterai.

Je résisterai sans peur…

De toute la force de mon courage, je résisterai. Avec mon baton, avec mon couteau, je résisterai. Le drapeau en main, je résisterai. Que l’on me coupe la main, je résisterai. Et que l’on souille le drapeau, De l’autre main, je résisterai.

Je résisterai sans peur…

Pied à pied, dans mon champ, dans mon jardin, je résisterai. Par la foi et la volonté, je résisterai. Avec les ongles et avec les dents, je résisterai.

Et lorsque même mon corps, Ne sera plus qu’une plaie, Avec le sang de mes blessures, je résisterai.

Je résisterai sans peur… (Anonyme palestinien)

Ainsi commence le roman pour adolescents de Rhanda Ghazy, une Italo-Egyptienne de 15 ans. Un livre qui raconte le quotidien des jeunes palestiniens pendant les années 1990.

Des adolescents qui ne voient que la guerre depuis leur naissance, qui ne connaissent que les humiliations imposées par l’Etat d’Israel. Des enfants qui combattent la peur pour résister, pour exister tout simplement. Des enfants qui ont vu trop d’horreurs.

« Rêver la Palestine », suscite de nombreuses réactions en France. Non pas à cause des souffrances de ces enfants, racontées par la jeune écrivaine, alors non.

Le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) a exprimé son indignation, parlant d’ « apologie du terrorisme » d’« incitation à la haine raciale et antisémite ».

Pour la LICRA (Ligue International contre le racisme et l’antisémitisme), il présenterait "un danger pour la jeunesse en raison de la place faite au crime, à la violence, à la discrimination ou à la haine raciale".

Le 10 décembre dernier, la LICRA a demandé aux ministres de l’Intérieur et de la Justice, le retrait du livre. Rien que ça !

Le même jour, une manifestation a été organisée à Paris par le collectif « Ne touchez pas aux enfants » (sic) dirigé par Gilles Taieb, président de l’association pour le bien être du soldat israélien qui fait partie du CRIF. Les manifestants se sont rassemblés devant les éditions Flammarion pour demander l’arrêt de la diffusion du livre.

Il faut mettre de toute urgence « Rêver la Palestine » entre les mains de nos enfants qui ne savent pas leur bonheur de vivre dans un pays en paix, qui ne mesurent pas la chance qu’ils ont de manger à leur faim, qui ne savent pas assez que d’aller à l’école est un privilège.

Il faut mettre la « Rêver la Palestine » entre les mains de nos enfants qui seront les adultes de demain, pour qu’ils ne regardent pas, comme nous, indifférents, le déséquilibre du monde.

Nos enfants savent mieux que nous refuser l’injustice. Plus tôt ils la connaîtront, plus tôt ils sauront être des citoyens actifs pour la combattre.

Il faut mettre « Rêver la Palestine » entre les mains de nos enfants pour qu’ils aient envie de bâtir une société plus juste.

Bush - Sharon, assassins d’enfants

Elle avait neuf ans, s’appelait Hanneen Abou Suleiman. Elle jouait devant chez elle, à Khan Younès, dans la bande de Gaza. Le samedi 28 décembre 2002, l’armée d’occupation israélienne l’a abattue d’une balle dans la tête.

Abdel-Karim Salameh rentrait de l’école, il avait 11 ans. Les chars israéliens traversaient sa ville de Tulkarem (Nord de la Cisjordanie). D’un tir de mitraillette en pleine tête, les militaires israéliens l’ont tué le dimanche 29 décembre 2002.

Son camarade âgé de 13 ans a été blessé. « Selon les témoins et les services de secours, il n’y pas eu de provocation », nous rapporte l’agence de presse Reuter. L’armée n’a exprimé aucun regret.

Et c’est ainsi depuis le début du deuxième soulèvement du peuple palestinien pour refuser la colonisation. Une deuxième Intifada commencée en septembre 2000 avec déjà 2068 Palestiniens tués, pour refuser le vol quotidien de leurs terres, programmé par l’Etat d’Israël.

Résistance d’un peuple qui ne peut supporter les destructions de maisons, d’oliviers, les bombardements, les bouclages, les arrestations.

C’est ainsi depuis trop longtemps. Des enfants tombent sous les balles de l’armée israélienne, dans l’indifférence complice de la communauté internationale, avec le soutien actif des gouvernements américains successifs.

L’Europe, anesthésiée par sa culpabilité à l’égard des juifs, ne veut pas voir que l’Etat d’Israël qui pratique la torture, les assassinats, les punitions collectives à l’égard des Palestiniens, n’a rien à envier aux bourreaux d’hier, au régime nazi.

Cet état qui viole toutes les règles du droit international peut détenir l’arme nucléaire sans que personne ne s’en inquiète. Israël est placé par les Etats-Unis dans l’axe du bien.

En Martinique, honneur au président du Conseil Régional, Alfred Marie-Jeanne, chef de file du Mouvement Indépendantiste Martiniquais (MIM). Le journal de son mouvement, « La Parole au Peuple » appelle au boycott des produits israéliens.

Si cela ne représente pas une grande perte pour l’Etat sioniste, cet appel courageux rassure. Il y a dans cette petite partie du monde des hommes et des femmes qui ne suivent pas, comme des moutons, le sens de l’axe du bien défini par les Etats-Unis d’Amérique.

Au nom de cet axe du bien, les enfants d’Irak peuvent crever de faim et de maladie, faute de médicaments. Alors que des pathologies provoquées par les derniers bombardements américains ne peuvent être traitées, Bush leur prépare une autre guerre.

Et notre émotion est déjà sollicitée. Braves citoyens du monde entier, les victimes à plaindre sont désignées : ce sont les Israéliens que les médias occidentaux nous montrent s’équipant en masques à gaz pour se protéger d’éventuels tirs de scuds irakiens.

Et pour cause, pendant que les regards se tournent vers les inspecteurs en désarmement de l’ONU, qui enquêtent en Irak depuis deux mois, le début de la guerre « préventive » de G. Bush est déjà fixé. Le tabloïde britannique Sunday Express révèle qu’elle "débutera le 21 févier à minuit", comme l’a indiqué le Président américain « au Premier ministre israélien Ariel Sharon, dans un entretien téléphonique, le jour de Noël ».

Le journal anglais ne nous dit pas s’il s’agissait du cadeau de Noël d’un va-t-en guerre à un criminel de guerre.

Les USA et leurs alliés s’attaquent aux plus faibles

« Sé là pak ba, bèf ka soté ! » Ce proverbe créole décrit en quelques mots la lâcheté et l’injustice : on ne s’attaque qu’aux faibles.

La démonstration nous est faite quand la Corée du Nord décide d’enlever des caméras de surveillance de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique), de briser les scellés sur un dépôt de 8 000 barres de combustible irradié, avant de virer les inspecteurs de l’ONU notamment chargés de surveiller le réacteur nucléaire de Yongbyon.

Alors que Washington soupçonne ce réacteur de pouvoir servir à produire des bombes au plutonium, les Nations unies n’ont plus aucun moyen de vérifier si Pyongyang réactive effectivement son programme d’armement nucléaire.

Pas si folle la mouche Bush, quand il s’agit de la Corée du Nord. Son secrétaire d’Etat Colin Powel, s’exprimant sur la plupart des chaînes de télévision américaine, rassure le dernier régime stalinien. « Personne ne va attaquer la Corée du Nord », a affirmé le diplomate sur ABC. Les Etats Unis veulent laisser la place à la … « communication ».

La communication, une arme qu’utilise sans modération la bande à Sarkozy. A grand renfort de publicité, des arrestations de terroristes présumés sont annoncés pour rassurer la France d’en bas et d’en haut.

Mais il faut être aveugle pour ne pas voir que face à tant d’injustice, la menace de terrorisme est permanente. Nous allons tous payer la folie meurtrière des Etats-Unis et d’Israël.

Partout dans le monde naissent des enfants qui n’ont d’autre choix que de faire sauter des bombes pour crier leur refus de l’injustice. On le voit bien avec les Palestiniens. Malgré (et surtout à cause) les milliers de morts les attentats frappent les Israéliens.

Le quotidien israélien « Haaretz » rapporte que des psychologues de l’armée israélienne ont mené des entretiens dans les prisons avec des Palestiniens arrêtés alors qu’ils s’apprêtaient à commettre des attentats-suicides. Ceci afin d’établir un profil type du kamikaze.

Les premiers résultats de l’enquête prouvent qu’il n’appartient pas forcément aux couches les plus pauvres de la population. Les kamikazes ont le profil de madame et monsieur Tout-le-Monde.

Dans le métro, le train, l’avion ou ailleurs, notre vie ne tient qu’à une gesticulation des va t-en guerre américains et israéliens, qui sont encouragés par nos silences.

Le Monde du 1er janvier 2003 souligne que : 46 % des terres de Cisjordanie sont devenues "israéliennes" par la politique du fait accompli, selon l’ONG B’Tselem.

Un rapport de l’organisation vient de signaler qu’Israël maintient en détention administrative quelque 1 007 Palestiniens, sans inculpation ni procès.

Quelles preuves faut-il encore pour affirmer qu’Israel est un état voyou et ceux qui soutiennent sa politique, des salauds ?

Mis en ligne sur Sisyphe en décembre 2002
En collaboration avec Pas de vagues, une voix de La Martinique

Rhanda Ghazy, Rêver la Palestine, Flammarion, Paris, 2002


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michele DePuerto

Michele DePuerto collabore au site internet Pas de vagues, qui jette un regard critique sur l’exercice du pouvoir en Martinique et ailleurs dans le monde.



Plan-Liens Forum

  • Des assassins d’enfants
    (1/4) 10 octobre 2012 , par

  • > Des assassins d’enfants
    (2/4) 8 juin 2008 , par

  • > Des assassins d’enfants
    (3/4) 28 novembre 2005 , par

  • > Des assassins d’enfants
    (4/4) 14 novembre 2005 , par





  • Des assassins d’enfants
    10 octobre 2012 , par   [retour au début des forums]

    Entièrement d’accord avec vous. Certes, le livre peut passer pour un livre engagé, voire de propagande, mais en face du bulldozer médiatique israëlo-américain, la petite voix de la Palestine a le droit de se faire entendre.
    Rappelons qu’Israël refuse l’entrée dans la Palestine, maintenant entourée du nouveau "mur de la honte", à tout individu qui souhaite rencontrer des Palestiniens. La Palestine tout entière est un camp fermé, et on comprend les jeunes personnages de ce roman qui n’en peuvent plus de cet enfermement, de ces assassinats soi-disant "ciblés" (des enfants, des femmes !!!), et de cette absence de perspective d’avenir.
    Un livre à faire circuler...

    > Des assassins d’enfants
    8 juin 2008 , par   [retour au début des forums]

    Cet article me touche j’ai 15 ans j’écris un livre, j’ai lu rever la palestine a 13 ans depuis je le prend une fois tout les 3 mois à la bibliothèque du village je suis franàçaise d’origine marocaine et musulmane mon père souffre de ce conflit ça le détruit comme l’afganistan, le liban, l’irak...Rever la Palestine m’a fait réver et grandir ma cousine est marié à un palestinien tous ces neveus habitent la bas sa me touche ce conflit me touche cette article résume tout ce que je pense 2 commentaires aussi termine l’article de façon majestueuse mais le commentaire de israelien que cela vous déplaise comprenez que l’on ai pas contre les israelien (mon pere a force oui) mé contre tous ces enfant qui meurent, tous ces femmes, tous ces hommes, ces personnes agées, et aussi israelien on y pense aussi mais avouez que les palestiniens souffrent plus... merci pour l’article...

    > Des assassins d’enfants
    28 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Ce poème est un vibrant symbole de ferveur patriotique, on devine aisément les horreurs qui forment le quotidien de son auteur etle desespoir qui anime sa plume.
    Mais ce qui pour moi est le plus admirable, c’est l’absence de haine de ce texte. L’auteur ne prône pas le meurtre mais la défense, la résistance tant louée en 1945 dans le vercors, qui, pour des raisons connues de tous, prend le nom de terrorisme dans cette région.
    Oui ce texte est beau.
    Mais le commentaire de de Mme ou Melle Michele DePuerto l’est beaucoup moins. Par quelle bizzarerie
    l’ecrit d’une femme résidant dans un pays "à priori" démocratique se retrouve plus chargée de haine que celui d’une personne habitant un pays en guerre où chaque jour amène son lot de souffrances, de tragédies et d’humiliations.
    Vous émettez bien des vérités Madame(ou Mademoiselle), votre clairevoyance sur les injustices du monde moderne est toute à votre honneur, mais proclamée sur un ton si vindicatif qu’il en est effrayant.

    Vous ne réclamez pas la paix, vous criez vengeance.
    L’histoire nous apprend à nous méfier de ceux qui partent conquérir leur liberté le glaive à la main car ils ont souvent tendance à le conserver par la suite pour assassiner celle des autres.

    Dans une ère où les fanatiques sont légions, les justes se doivent d’embrasser la modération.
    Certes Israël agit à bien des égards comme leurs ex bourreaux marcheurs au pas de l’oie, mais cette situation est dûe au fait de fous furieux présents de chaque coté du mur. Ainsi l’histoire s’est à nouveau répétée et on voit, à nouveau, deux peuples qui pouvaient vivre en paix (et pour ceux qui pensent que les juifs et les arabes ne peuvent vivre ensemble je vous renvoie à ce qu’était Grenade avant la reconquista) se massacrer joyeusement parceque quelques fanatiques ont commis des actes plongeant des personnes surement saines d’esprit dans un désespoir si profond qu’ils s’en sont allés grossir les rangs de ces mêmes fanatiques, et, la gangrene évoluant, transformé des populations entières en sauvages pret à se repaître du sang d’un enfant pourvu qu’il soit de ceux d’en face. Car Hassidim ou Islamistes, ces fous servent la même cause, celle du sang et des larmes.
    Peut être que lorsque l’humanité cessera de chercher les responsables avant les solutions, elle pourra prétendre à l’evolution, en attendant,chacun continuera à compter ses morts en se demandant comment il pourra en infliger plus à son "ennemi". Voici donc la grande supériorité de la race humaine : la loi des chiffres.
    En trés bref Madame ou Mademoiselle, tournez 7 fois les pierres dans votre main avant de les lancer sur quiconque.

    > Des assassins d’enfants
    14 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    utiliser la poésie pour assener tous ces mensonges et inciter au meurtre me parait quelque peu diabolique. Ce ton larmoyant peut faire pitié s’il ne fait pas pouffer de rire...avant d’inspirer le dégout.

    • > Des assassins d’enfants
      12 novembre 2006 , par
        [retour au début des forums]

      ce qui est ecrit là est plutot choquant ! je trouve que ce livre montre bien l’horreur dans lequel vive les palestinien mais il ne montre pas l’état dans lequel se trouve les isreliens (je pense surtout au pacifiste) ! et au contraire, a certains passage, l’auteur montre que tous les juifs ne sont pas sans pitié ! et ça, je ne croit pas que ça incite a l’antissemitisme ! ce livre incite plutot a l’antisionisme ce qui est totalement different (antisémitisme : contre les juifs et antisionnisme : contre les sionnistes !!)

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin