| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 23 novembre 2007


Devant "l’incantation" à la privatisation de la santé
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec

par Lorraine Guay et Jacques Fournier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







(Montréal, le 21 novembre 2007) - Des dizaines de personnalités en provenance des mondes universitaire, médical, politique, syndical, communautaire et artistique ont signé une Déclaration mettant en garde contre les méfaits de la privatisation en santé et mettant de l’avant des solutions publiques constructives pour améliorer l’accessibilité des services de santé et des services sociaux.

La Déclaration est signée par Lorraine Guay et co-signée par plus de quatre-vingt personnalités, dont les suivantes : Michelle Asselin, Vivian Barbot, François Béland, Lina Bonamie, Jean-Pierre Charbonneau, Jean-Paul Cloutier (ministre de la Santé de 1966 à 1970), André-Pierre Contandriopoulos, Françoise David, Robert Dean, Pierre Ducasse, Marie Eykel, Nicole Filion, Steven Guilbeault, Dr Vania Jimenez, Dr Amir Khadir, Vivian Labrie, Andrée Lajoie, Paul Lamarche, Gérald Larose, Marc Laviolette, Denis Lazure, Francine Lévesque, Sylvie Morel, Pierre Paquette, Madeleine Parent, Réjean Parent, François Parenteau, Marie-Claude Prémont, Chloé Ste-Marie, Dr Réjean Thomas, Dominique Verreault et Laure Waridel.

On trouvera la version intégrale (10 pages), ainsi qu’une invitation à signer cette Déclaration sur le site www.santesansprofit.org.

La Déclaration s’intitule : « La privatisation : une illusoire incantation - Faire de la santé et du bien-être de la population un objectif politique solidaire ». Elle a été rendue publique en conférence de presse le 21 novembre. Elle s’inscrit dans le cadre d’une démarche non partisane et dans le contexte des travaux du Groupe Castonguay sur le financement du système de santé et d’autres événements dont le Davos de la santé à Saint-Sauveur et le Sommet du Collège des médecins.

La Déclaration d’une dizaine de pages s’ouvre sur le constat suivant : « Les appels à la privatisation accrue de notre système de santé se sont multipliés depuis une dizaine d’années au Québec. La porte ouverte par le jugement de la Cour suprême dans l’affaire Chaoulli a donné à ces appels la forme d’une incantation de plus en plus insistante. Ce discours propose un privé mythique, parfait, efficace, sans faille.... quasi désintéressé ! ... et qui serait la solution miracle à des problèmes complexes qui relèvent pourtant essentiellement d’une gestion publique et de choix politiques ».

Les signataires de cette déclaration affirment qu’au contraire, les faits démontrent que l’incantation à la privatisation et le choix de cette voie constituent un recul, une sorte de « marche avant vers le passé » qui nous conduit dans un cul-de-sac dont nous aurons peine à nous extirper. « D’où cet appel à nos concitoyennes et concitoyens pour une résistance raisonnée à la privatisation du système de santé. Il s’agit d’un appel en faveur de solutions publiques mettant la solidarité au service de la santé et du bien-être de la population du Québec. Car avant d’être économique, la privatisation a d’abord une dimension politique et culturelle : elle s’attaque à des valeurs d’égalité, de justice, de solidarité que les sociétés ont mis un temps précieux à intégrer dans leurs institutions et dont elles tirent leur inspiration pour la mise en place de politiques et de programmes sociaux universels », lit-on dans la Déclaration.

Propositions concrètes

Les signataires de la Déclaration veulent que le Québec devienne, en Amérique du Nord, une société qui fait de la santé et du bien-être de sa population un objectif politique solidaire et non pas un objet de convoitise et de profit pour l’industrie privée. Ils ont le goût de créer une société dont les membres sont en sécurité face à l’imprévisibilité de la maladie. Depuis la mise en place de l’assurance-hospitalisation et de l’assurance-maladie dans la foulée de la Révolution tranquille, et malgré les lacunes de ces régimes, des milliers de Québécois et de Québécoises ont bénéficié de cette sécurité et évité l’endettement ou les assurances privées aux coûts exorbitants.

Un vrai débat public

Les signataires demandent dans les meilleurs délais un vrai débat public sur le financement du système de santé et de services sociaux. Pour eux, le temps est venu d’un débat public qui mette toutes les positions, y compris la leur, à l’épreuve des faits. Ils croient que ni le Groupe Castonguay, ni les habituelles commissions consultatives ne répondent à ce besoin de délibération publique. Une formule qui s’apparente à celle du BAPE permettrait davantage à la population québécoise de se faire une opinion éclairée et de prendre une orientation aux répercussions énormes sur le présent et sur les générations futures. Sans discussion publique, la société québécoise demeurera prisonnière de l’incantation à la privatisation.

Sources

Lorraine Guay
Tél. 514-278-6546
Courriel

Jacques Fournier
Tél. 514-721-0193
Courriel


J’APPUIE CET APPEL EN FAVEUR D’UN
SYSTÈME DE SANTÉ PUBLIC PARCE QUE...

Il faut recentrer les efforts sur le vrai débat, qui est d’améliorer l’accès aux meilleurs soins pour l’ensemble de la population, tout en faisant connaître les meilleures solutions publiques pour les généraliser avec rigueur à l’ensemble du réseau.

Simon Turcotte, médecin résident en chirurgie


J’appuie ce texte car il reprend, une fois de plus, les principaux faits qui montrent que la privatisation n’est pas la solution. Il est étonnant de voir combien il est difficile de faire passer les idées simples et pleines de bon avancées dans le texte.

AP Contandriopoulos Groupe de recherche interdisciplinaire sur la santé (GRIS) Université de Montréal


J’appuie cette déclaration parce que :

1. Je suis un humaniste : je crois que l’accès à des services de santé est un droit pour tous les membres de notre société

2. Je ne suis pas un "créationniste", mais un scientifique : les études scientifiques montrent que, tout en étant perfectible, un système public de santé comporte plus d’avantages que d’inconvénients pour une société, surtout si on valorise l’accès aux services de santé pour tous.

Régis Blais
Professeur Département d’administration de la santé Université de Montréal


J’appuie cette déclaration parce que jamais, où que ce soit, les soins de santé ne devraient être un privilège octroyé selon la fortune. Être soigné est un droit fondamental lié à la dignité humaine et au respect le plus élémentaire de la personne. Soigner devrait toujours être un geste d’empathie et de solidarité, jamais un geste discriminant les uns au profit des autres.

Jean-Pierre Charbonneau, ex-ministre et ex-président de l’Assemblée nationale


J’appuie cette déclaration parce que, en tant qu’économiste de la santé, et professeur à McGill, j’ai eu l’occasion d’étudier une bonne partie de la littérature scientifique que la déclaration mentionne, et aussi des écrits de la droite tels ceux de l’Institut Fraser. Je ne suis pas nécessairement d’accord avec toutes les positions avancées dans la déclaration, mais il me semble tout à fait clair qu’un accroissement de la privatisation (déjà plutôt avancée au Canada, y compris au Québec, comparativement à plusieurs autres pays industrialisés) ne résoudra aucunement les problèmes d’attente qui attirent tant l’attention des médias - sauf pour les mieux nantis. J’appuie la déclaration aussi parce que, personnellement, je préfère une société plus solidaire à une société plus individualiste. Notre système public s’améliore progressivement - ce que les médias ne font pas souvent ressortir - et il faut continuer les efforts en ce sens.

Eric Latimer, économiste de la santé, professeur Université McGill


J’appuie cette déclaration parce que je suis convaincue qu’on est loin d’avoir tout essayé pour faire fonctionner convenablement notre système public de santé et de services sociaux et que ce n’est ni la sacralisation du "privé", ni l’abandon de nos devoirs politiques de ce champ de responsabilité collective, qui apporteront des solutions durables et équitables aux maux dont souffrent actuellement ce système, cela sans parler des nombreuses dérives (dégradation et perte de crédibilité des services publics, difficulté d’accès pour de nombreux groupes de la population à des soins de qualité, déficit démocratique dans la gestion du système de santé et de services sociaux, etc.) dont ces options sont porteuses.

Sylvie Morel, économiste Université Laval


J’appuie cette déclaration parce qu’elle est une pierre importante de la forteresse que le peuple québécois doit construire pour empêcher que des parasites de la médecine mercantile et de l’assurance privée et leurs chiens savants de l’économie anti-sociale ne parviennent à lui voler l’un des biens les plus précieux de son patrimoine collectif, soit un système de soins de santé public fondé sur le partage plutôt que sur le clivage et qui permet à tout le monde, aux très riches comme aux plus pauvres, de SE FAIRE SOIGNER SANS SE RUINER.

Gilles Dussault
Président
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec


Bonjour,
J’appuie cette déclaration parce que les inégalités en santé sont déjà outrageusement criantes et qu’elles ne peuvent que s’intensifier avec la privatisation.

Denis Bourque
Professeur UQO
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en organisation communautaire


"J’appuie cette déclaration parce que l’accès aux ressources dans les domaines de la santé et des services sociaux est la condition première d’une égale humanité. Dans une société fondée sur des valeurs d’égalité, d’équité, de justice sociale et de respect de la dignité des personnes, on ne saurait concevoir que pour des raisons de fortune ou d’appartenance de classe, certaines et certains aient accès mieux et plus rapidement que les autres à ces services essentiels. Une telle vision des choses est une négation de ce pour quoi des générations de Québécoises et de Québécois se sont battus, c’est renier une part du meilleur de nous mêmes. Et c’est intolérable.

Henri Lamoureux. écrivain et socioéthicien


J’appuie cette déclaration parce qu’il y a URGENCE qu’une voix s’élève et fasse entendre les perspectives en santé qui mettent en priorité l’INTÉRÊT GÉNÉRAL.

Une autre raison motive mon appui : l’APPEL met aussi de l’avant quelques propositions nouvelles pour compléter le réseau public : par exemple des coopératives dans le secteur de la santé (services de proximité de type nouveau), ce qui manque grandement dans un certain nombre de communautés locales.

Louis Favreau, sociologue
Université du Québec en Outaouais


J’appuie cette déclaration parce que...
Je considère qu’on ne peut plus laisser le champ libre à la fraude intellectuelle et à la campagne idéologique menée par ces néo-conservateurs (Neocrazies) de l’école de Calgary qui a fabriqué Harper et alimente un discours d’extrème-droite au Canada répercuté par le Fraser Institute et sa succursale ici : l’Institut économique de Montréal.

Ce groupe de Calgary rassemble entre autre des gens comme *Barry Cooper * qui milite pour l’abolition du Welfare state ; *Tom Flanagan*, le penseur de Harper qui croit que les autochtones doivent être assimilés, *David Bercuson* qui a un jour suggéré qu’il fallait se débarrasser du Québec pour que la Canada prospère, et *Rainer Knopff *and *Ted Morton*, qui prétendent que le pays a fait l’objet d’un rapt par une Cour suprême virée au rouge et qui combattent au nom du marché et de l’individualisme, tout droit collectif et toute intervention de l’État.

Georges Lebel, avocat, Professeur Sciences juridiques UQAM

- Pour lire la Déclaration « La privatisation : une illusoire incantation...>et signer l’Appel, allez sur le site www.santesansprofit.org.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 novembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Lorraine Guay et Jacques Fournier



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin