| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 5 janvier 2008

Envol et autres poèmes

par Annie Lafrenière






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


J’ai déposé mes ailes
Le réveil de la sacrifiée
Enfance violée
Chemins de patience
Comme un cœur qui pleure
Elle marche
Mémoires de femmes
À Nadia Ajuman
Trop près pour que tu me voies
La magie de toi
Haïti - Des énergies positives existent encore
J’ai pas choisi
Dans la peau d’un Noir
Quatre chrysanthèmes
Tu es présente
Femmes-mères
Le coeur au centre
"Nous sommes tous des guerriers", de Sébastien Bec
Je crois en la femme
Eux-elles et nous
Dans la Médina
Discernement
Quatre chrysanthèmes
Feux de langue
Le coeur au centre
Luminance
Feu sage
Effritement
Dissolution
Être prostituée, j’en ai jamais rêvé
La peur
Parole de louve
Illustre Mahomet !
Avril et ses vents
Chuchotements écrits
Poèmes de Kaboul
Funeste
Les longs chemins
Sous les cendres
Abnégation
Note finale
Mon bout du monde
L’étoile la plus fade
Comment (version rap)
Bas salaire
Lisse comme une pierre blanche
Chair, chère
Némésis
Dessins de l’U
Intervalle
Fer et feu







Pour Caroline. Pour toujours.

Envol

Dans la lumière des oiseaux
accrochés au ciel
comme des mobiles
le creux de ma main
serré
sur ta vie si fragile
je chante des mots
les seuls que je connaisse
j’écris sur ta peau
mes dernières caresses.

Ton cœur s’apaise
c’est l’hiver, mon amour
je ne souffle plus
sur tes braises
tu ne souffles plus
sur mes jours
c’est l’hiver, ma chérie
mais les saisons
fleuriront sur ton corps
les pommiers
fleuriront sur ta vie.

6 juillet 2007

    ***

Émoi

La vanille
de sa voix
sur ma joie immobile
à l’étroit
dans mon reflet
stérile
je ne suis belle
pour personne
les siècles engouffrent
mon ventre froid
je remets mes émois
à l’automne
et à l’aube
qui me boit

    ***

Lumière

Tes yeux terrestres
portent mille voyages
en mer haute
là où le monstre
doit être dompté
mille époques troubles
mille turbulences
mais aussi mille épopées

sais-tu combien
j’ai voyagé
pour qu’ici je m’étende
enfin
au bord de l’horizon

l’insulaire beauté
de nos mains jointes
traçant seule
tous ses possibles

    ***

Vive

je m’incendie
brisée
sur l’écueil de tes lèvres closes
je m’abîme
niée
jusqu’à la moelle
sacrifiée
jusqu’au chaos

je regarde
désemparée du temps
mon corps
mes naufrages
muette
livide

je n’ai plus
que les mots
pour exister

désavouée
rompue sur tes flancs
je suis vive

3 décembre 2007

    ***

Je suis

endormie
recouverte de ta nuit polaire
à couper le souffle
je ne suis plus
qu’une main ouverte
sur les âges
un élan d’oubli
trouée
déportée de ma vie
fugitive sur ta peau

dépouillée
ma chair écarlate
je cède en un cri
rugissante de certitudes anciennes

ton amour s’expulse
de mon corps
me lacérant
de son pardon

je suis

je respire à nouveau
intacte
rescapée
de nos étreintes

à mon réveil
les oies blanches
ont tracé
des ébauches de lumière

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 janvier 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Annie Lafrenière

Annie Lafrenière est bachelière en littérature de l’Université du Québec, à Montréal.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin