| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 6 janvier 2008

Le monde est si petit et ses besoins si grands

par Micheline Mercier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Galère des sables
Écrire la vie, la mort et de nouveau la vie
Donnez-moi des mots
La connaissez-vous cette fille, la pute aux cent pas ?
Motus
Comme une tache de moutarde sur un tablier blanc
Dans les fables, le loup était-il vraiment un mythe ?
Rouler sa vie dans un panier d’épicerie
Et au diable les frontières
L’intimidation ou “bullying” en milieu de travail
Merck met en danger la vie de prostituées dominicaines
La solitude est une bête à pleurer
Mots de cœur
Écoutez les sanglots des enfants perdus
Souvenances
Il fut un temps....







Hier c’était l’été, il faisait chaud et, tout à coup, il nous est tombé un seau de neige sur la tête, histoire de remettre les pendules à l’heure, de nous réveiller et de nous dire que les vacances sont finies. Hier c’était l’été, il faisait chaud et aujourd’hui on se souhaite déjà la bonne année.

L’an 2007 ayant été une canne de macédoine, on voudrait bien que l’année se termine en espérant que la prochaine soit plus douce. Les unes après les autres, nos fins d’années sont toujours sources d’espoir et, malgré toutes les inquiétudes qui nous écrasent le cœur, les souhaits sont toujours sincères.

Si j’ai bien compris, l’année 2008 sera nordique. Notre planète commence à avoir chaud et, si on ne veut pas voir les ours polaires aller s’échouer dans les Grands Lacs, on ferait bien de baisser le thermostat. Les chevaliers de la table ronde de Kyoto vont-ils trouver une solution ? J’en doute. Au moins, quelques-uns ont commencé à chercher une porte au tunnel. Mais avant tout, si on donnait tous et toutes un petit coup de pelle dans notre jardin, ça aiderait peut-être. Nous ne sommes pas obligé-es d’enfouir nos vidanges n’importe où, n’importe quand. Protéger la planète, c’est aussi notre affaire.

Une petite pensée, une lumière dans la nuit pour le Darfour, l’Afghanistan, l’Irak, le Kenya, Ingrid Bétancourt (toujours détenue en otage par les FARC) sa famille en prière et en pleurs réclame sa libération, des enfants qui grandissent sans leur mère ne voyant d’elle que des photos d’une femme torturée physiquement et mentalement. Cédrika Provencher (petite fille de 10 ans, disparue depuis des mois), tout le Québec s’est mobilisé pour retrouver cette enfant, mais nous savons tous que les prédateurs cachent bien leurs proies. Benazir Bhutto lâchement assassinée au Pakistan, qui avait un urgent besoin de l’esprit d’une telle femme, et tous ceux et celles dont on entend moins parler et pour qui la présence d’Amour est criant.

D’un autre côté, il y a de ces femmes de tête, des dirigeantes nées comme Ségolème Royal qui a soufflé dans le cou de Sarkosy aux présidentielles françaises et maintenant Hilary Clinton qui est en “photo finish“ à la présidence des Etats-Unis.

Je pense aussi qu’il faut s’ouvrir à tout ce qui nous entoure, à ce qui se passe chez nous, dans notre chambre à coucher. Feindre d’ignorer la présence choquante de l’itinérance ne peut qu’aggraver le fait que la misère est aussi chez nous, chez notre voisin immédiat. La famille qui se fractionne de plus en plus, combien de femmes et d’enfants sont tombés au combat. Le monde est si petit et ses besoins si grands.

Heureusement, il y a de belles grandes âmes qui travaillent sans relâche pour améliorer ne serait-ce qu’une infime partie de ce monde qui nous est si cher. Les bénévoles, des hommes et des femmes qui suivent les chemins du coeur, le gros bon sens. Ceux et celles qui donnent sans attendre, ceux et celles pour qui la vie n’a de prix que la valeur de l’estime de soi. Il y a aussi les invisibles, ceux et celles qui ont fait le choix d’être heureux. Des gens ordinaires pour qui la vie est une bénédiction et pour qui le bonheur se modèle par de simples actions journalières, ceux et celles qui ne comptabilisent pas l’Amour et qui façonnent leur quotidien par l’écoute des autres et le respect de la vie dans toute sa splendeur.

Enfin, j’éprouve un incommensurable besoin de vous souhaiter une nouvelle année empreinte de paix, de bonheur, de sérénité et surtout de tolérance. J’ai l’espoir que les êtres humains vont un jour réaliser qu’il faudrait que le monde se fasse tout petit pour mettre la vie devant lui.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 janvier 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Mercier

Micheline Mercier est née à Windsor en Estrie (Québec). De 2001 à 2007, Les Cahiers de la femme de l’Université York (Toronto), le site sisyphe.org et la revue Arcade de Montréal ont publié plusieurs de ses textes. Son premier recueil de poésie spirituelle « Mémoires Chakrique » a paru en août 2013.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin