| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 19 janvier 2008

La tête de Beauvoir et le sexe des philosophes

par Louise Mailloux, professeure de philosophie et auteure de "La laïcité, ça s’impose !"






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Simone de Beauvoir - Quand la postérité lorgne le postérieur !
"Nouveau Voyeur" frappe au-dessous de la ceinture
Entrevue avec Simone de Beauvoir à Radio-Canada
Centenaire de Simone de Beauvoir - Éloges et critiques







GIF - 13.5 ko
Photo d’archives

Nommez-moi cinq femmes philosophes ? Cinq ? Hannah Arendt, les deux Simone, Weil et Beauvoir, et puis après, on se gratte la petite tête. Autant dire que les femmes, comme philosophes, n’existent pas. Feuilletez, autant que vous voudrez, les dictionnaires de philosophie, et les manuels de philo destinés à l’enseignement collégial, examinez les plans de cours des professeurs de philosophie des collèges et des universités, jetez un coup d’œil sur l’offre de cours des différents départements de philosophie des universités québécoises, et vous comprendrez trois choses : la première, c’est que l’histoire de la philosophie occidentale est mâle.

La seconde, c’est que la question de la différence des sexes et celle de la femme, questions devenues brûlantes lorsque apparurent les théories égalitaires, de même que les théories féministes qui les ont critiquées, bref, tout ce pan de la tradition philosophique demeure jusqu’à aujourd’hui un continent ignoré, méconnu, banni, un objet théorique négligé, évincé, occulté, sans noblesse et sans intérêt, alors qu’il y aurait tant à dire d’un point de vue épistémologique, anthropologique, éthique et politique. Non, on préfère plutôt parler de l’Humanité au grand complet et de l’Être humain jamais rencontré. C’est tellement plus facile alors de dire que tous les humains sont égaux. Hein ?

Finalement, la troisième chose que l’on remarque, et non la moindre, c’est que contrairement aux universités anglophones, les départements de philosophie des universités francophones refusent de reconnaître, comme discipline philosophique, les études féministes. Faudra faire vos études à McGill, à Concordia ou aux États. Encore derrière les Anglais, mais cette fois-ci, ça ne semble pas trop nous offusquer... Un gros nuage de silences convenus, pensez-vous ? Pire encore, un barrage idéologique aussi colossal que celui de la Baie James. Cinq philosophes ? Eh oui, Beauvoir est existentialiste, mais vous ne voudriez tout de même pas qu’on l’enseigne en plus !

Soixante ans après la publication du Deuxième sexe, cet ouvrage philosophique majeur, comment expliquer que celui-ci ne passe toujours pas la rampe institutionnelle de l’enseignement de la philosophie ? Qu’il n’a probablement jamais été lu par la plupart de ceux et celles qui font profession de l’enseigner ? Comment expliquer que, pour la première fois dans l’histoire des idées, une analyse critique et substantielle de la condition des femmes, s’appuyant à la fois sur le marxisme, l’hégélianisme et principalement l’existentialisme, que cette analyse aussi radicale, brillante et exhaustive soit-elle, demeure toujours massivement boudée, et que l’on ne parle que de « Jean-Sol Partre » ? Comment expliquer qu’après toutes les critiques et recherches théoriques que ce livre a suscitées, aménageant un espace conceptuel d’où penser « autrement » le féminin, et donnant ainsi un essor et une légitimité aux études féministes, comment justifier un tel désaveu de la part des philosophes ? Comment expliquer que ce texte qui a eu un impact fracassant et décisif dans la vie des femmes et des hommes en chair et en os, ayant été à l’origine d’une véritable révolution sociale et politique, puisse à ce point continuer d’être déserté et dédaigné ? Comment expliquer que cette bible du féminisme, ce texte charnière, toujours d’actualité, et qui a si largement contribué à l’émancipation des femmes, demeure encore un texte philosophique mineur, marginal, voire même suspect ? Dites, vous en connaissez beaucoup des écrits philosophiques qui ont engagé aussi concrètement la moitié de l’humanité sur la voie d’une réelle liberté ? Ce texte de Beauvoir est immense, c’est un tremblement de terre à lui tout seul, mais pourquoi refuse-t-on d’y entrer ?

Parce que la majorité des professeurs de philosophie sont des hommes, soit indifférents à ces questions, soit idéologiquement résistants à les aborder. Sans compter certaines femmes qui sont aussi des hommes... Alors, ce n’est pas demain la veille. Pauvre Simone, t’as pas fini d’être morte !

Quand des hommes parlent de la condition des femmes et défendent leurs intérêts, comme Poullain de la Barre, Condorcet et John Stuart Mill, ils parlent comme des philosophes, mais lorsque des femmes traitent des mêmes sujets, par exemple, Mary Wollstonecraft et Simone de Beauvoir, étonnamment, on les considère comme des féministes plutôt que des philosophes. Ce qui n’est certes pas un compliment par les temps qui courent. Ce « glissement » sémantique n’est pas innocent et révèle une volonté de discréditer subtilement le discours de ces femmes, en le présentant comme subjectif, partial, particulier, spécifique, exclusif, et secondaire, rabaissant ainsi ses prétentions théoriques à l’objectivité et à l’universalité, ces sottes prétentions de la philosophie, et soulignant surtout, à gros traits, son caractère éminemment suspect. Encore la souillure d’Ève...

Enseigner Rousseau, et taire sa conception de la femme, c’est être objectif et faire de la philosophie. Enseigner Beauvoir, et parler de sa conception de la femme, c’est être subjectif et faire de l’idéologie. Ciel ! Trouvez l’erreur ! Beauvoir disait que l’homme est l’Un et que la femme est l’Autre. Que l’Un est présence au monde, et l’Autre, absence à celui-ci. C’est bien cela. Rousseau pour les cours généraux au collégial et Beauvoir pour les complémentaires. Peut-être...

La tradition philosophique a refusé à la femme une âme, une raison et même un sexe, avec Freud. Ne serait-il pas temps de lui accorder une parole ? L’enseignement de la philosophie va-t-il demeurer à jamais imperméable aux études féministes ? Et pourtant, on aurait pu croire que la philosophie, comme réflexion critique, apporte des correctifs au sexisme et aux préjugés sur les femmes, mais par cet assourdissant silence, elle apporte plutôt une surenchère des raisons pour justifier leur infériorisation.

Cinq femmes philosophes ? Non, quatre ! Hypatie. Philosophe et mathématicienne grecque. Elle ouvrit une école à Alexandrie, où elle y commentait Platon et Aristote. Elle mourut massacrée par la foule, excitée contre elle par des moines. Morte. Assassinée. À cette époque, c’était comme ça qu’on faisait ! Autre temps, autre mœurs...

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 janvier 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louise Mailloux, professeure de philosophie et auteure de "La laïcité, ça s’impose !"

L’auteure est professeure de philosophie et membre fondatrice du Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité (CCIEL).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin