| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 26 janvier 2008

L’avortement, un droit jamais acquis

par Élaine Audet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Cinéma Beaubien le 28 septembre - Documentaire percutant à l’occasion de la Journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement
Campagne #BougezpourLIVG - 40 ans après la promulgation de la loi sur l’avortement en France
Comment aider les femmes enceintes de trisomiques : un enjeu féministe
Les députés européens et les ONG tirent la sonnette d’alarme sur une menace anti-choix contre la santé maternelle
Avortement - La motion 312 du député Woodworth, un stupide affront aux critères internationaux des droits de la personne
Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire
Canada - Le débat sur l’avortement relancé par les groupes pro-choix et anti-choix
Les Communes rejettent le projet de loi C-510 qui visait à criminaliser l’avortement
Le point sur les services d’avortement au Québec : une nouvelle recherche
Une étude révèle que 64% des cliniques d’avortement au Canada sont la cible de protestataires
Avortement - Mgr Ouellet et les charmes irrésistibles de Mademoiselle Pinotte
Avortement et santé des femmes - Harper défie les spécialistes
Les propos du cardinal Marc Ouellet prennent racine dans la misogynie tolérée
Le cardinal Marc Ouellet a tenu des propos déplorables
Gouvernement Harper, santé maternelle et G8 - Appel à l’action
Canada - Menaces contre le soutien au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire
Des attaques contre l’égalité des femmes par le gouvernement Harper
Avortement aux États-Unis - Au tour des hommes de se sacrifier
Les 20 ans de l’affaire Chantale Daigle soulignés le 1 octobre
Avortement et loi 34 : une saga déplorable
Avortement au Québec - La tentation du désengagement de l’État
L’Affaire Chantale Daigle : les femmes se souviennent !
Le Dr George Tiller, un médecin pro-choix, assassiné dans une église luthérienne
Une militante pro-choix menacée de mort au Nicaragua
Étude - "L’avortement au Québec : état des lieux au printemps 2008"
Le Conseil canadien de la magistrature rejette la plainte contre la juge en chef Beverly McLachlin
Offensive masquée contre le droit à l’avortement
Le projet de loi C-484 tend à éroder des acquis juridiques, selon le Barreau du Québec
Le droit à l’avortement menacé. Un dossier du magazine À bâbord !
L’Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler - Bravo, Mme la Gouverneure générale
Projet de loi C-484 - Prélude à la recriminalisation de l’avortement au Canada
C-484 et menace au droit à l’avortement - Le mouvement des femmes sur un pied d’alerte
Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?
L’Assemblée nationale du Québec s’oppose unanimement au projet de loi fédéral C-484
Des juristes du Québec s’opposent au projet de loi C-484 parce qu’il menace les droits des femmes
La Fédération des médecins spécialistes du Québec dénonce le projet de loi C-484 et l’attitude du chef libéral Stéphane Dion
Lancement de la campagne anniversaire "Pro-choix pour la vie" et de son site Internet
Avortement 1988-2008 - Vingt ans de liberté et d’égalité
L’Église engage un bras de fer contre l’avortement
20e anniversaire de l’arrêt Morgentaler - Il y a 20 ans, l’avortement était enfin décriminalisé
Des hôpitaux canadiens accueillent cavalièrement les demandes d’information sur l’avortement
Avortement - ’Si aujourd’hui j’apprends que je suis enceinte...’
Avortement - Un sujet tabou
Conférence marquante sur l’avortement à Londres
L’avortement n’est pas accessible à toutes au Canada
Le point sur l’accessibilité aux services d’avortement dans les hôpitaux canadiens - Recul
Recours collectifs - Accès à l’avortement : remboursement par le gouvernement québécois
Interruption volontaire de grossesse : un regard écoféministe







« Au cœur de cette lutte, comme au cœur de ma vie, il y a ce refus de l’obligation d’être mère parce que femme, il y a ce refus de la maternité comme seule identité. C’est en raison de cette relation particulière, à la fois intime et politique, que j’ai voulu écrire ce livre, où parcours personnel et collectif parfois se confondent. ». C’est ainsi que Louise Desmarais, féministe engagée depuis vingt ans dans la lutte pour le droit à l’avortement libre et gratuit, décrit ce qui l’a incitée à écrire la recherche la plus complète à ce jour sur un sujet toujours brûlant d’actualité Mémoires d’une bataille inachevée/La lutte pour l’avortement au Québec (1).

C’est précisément cette voix personnelle, vivante et engagée, qui fait l’originalité et la qualité de ce livre fort bien écrit, passionnant et souvent émouvant lorsqu’il retrace les moments cruciaux de notre lutte, notamment en cet inoubliable été 1989 de la victoire de Chantal Daigle.

Été chaud entre tous pendant lequel, dans l’ombre, Marc Lépine fourbissait ses armes, poussant à ses ultimes conséquences la lutte de Jean-Guy Tremblay et de ses semblables qui, à coups de poing, de couteau ou de revolver, veulent montrer que le corps des femmes, ça leur appartient et leur appartiendra toujours.

Comme les enfants à qui ils continuent à donner leur nom alors même que la seule chose dont nous soyons sûr-es en ce monde, c’est le nom de notre propre mère. Tout l’édifice patriarcal repose sur cette première imposture. Et là se situe encore le nœud de notre lutte pour la liberté.

Contrôler le corps des femmes

Après un bref survol des événements de 1869 à 1969, l’auteure divise le livre en quatre étapes de 1970 à 1992, date des plus éclatantes victoires féministes. Elle nous convie à être vigilantes parce qu’à tout moment, les gouvernements peuvent décider pour des raisons électorales, natalistes ou sous la pression grandissante des mouvements d’extrême-droite, de limiter ou d’interdire à nouveau le droit à l’avortement au nom de la défense des droits du fœtus. Dans cette étude exhaustive, Louise Desmarais nous rappelle à juste titre que l’enjeu continuellement remis en question est de redéfinir les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes et à qui appartient leur corps, aux hommes, conjoints, médecins, juges, évêques ou politiciens, ou à elles-mêmes ? (p. 380)

Un droit et non un devoir

Dans sa conclusion, l’auteure estime que pour vraiment mesurer le chemin parcouru, il faut se demander si nous avons réussi à remettre en question « la contrainte sociale à la maternité, cette obligation d’être mère (biologique ou sociale) parce que femme », si « la maternité est toujours pour nous toutes un passage obligé pour accéder au sens ultime de nos vies ? » (p. 382) Elle souligne que de plus en plus de lesbiennes et qu’un nombre grandissant de jeunes filles très scolarisées, qui pourraient se réaliser autrement, veulent vivre l’expérience de la maternité. Elle remarque également que la plupart des femmes s’orientent toujours vers des emplois qui sont des prolongements de leur rôle de mère et que le mouvement des femmes consiste presque exclusivement en groupes de services pratiquant une sorte de maternage social (accueil, écoute, aide, encouragement, etc.).

L’auteure en arrive donc à se demander si l’absence d’une véritable « critique de la maternité comme institution » et « de la contrainte à l’hétérosexualité » (p. 386), ces deux piliers du système patriarcal, n’est pas responsable de notre incapacité d’en finir avec la discrimination sexuelle. Louky Bersianik a parfaitement défini la façon d’envisager ce problème : « Donner la vie n’est pas une valeur patriarcale. En soi, ce n’est ni bon ni mauvais, mais ça nous appartient. Comme un droit et non un devoir (2). » Mémoires d’une bataille inachevée est un ouvrage indispensable pour qui veut connaître l’histoire et les enjeux de la lutte à finir contre la mainmise masculine sur nos ventres, notre sexualité et nos vies.

Désexisation de la langue

Sur le plan formel, l’auteure a appliqué ses principes féministes à la grammaire, en suivant les préceptes de la linguiste Céline Labrosse (2), non seulement en privilégiant les mots épicènes, qui désignent les deux sexes, mais également la règle de la majorité (prônée par Louky Bersianik dès 1976), de la proximité et de l’alternance des genres. Ainsi, par exemple, les opposants au droit à l’avortement sont du genre masculin et les partisanes de ce droit, du genre féminin, même s’il y a des hommes et des femmes dans chacun des deux groupes.

Elle refuse également d’utiliser le terme « pro-vie » comme si les femmes qui luttent pour le contrôle de leur corps étaient anti-vie, et elle utilise plutôt pro et anti-choix, montrant que nous devons mener la bataille sur tous les fronts et que les mots ne sont jamais innocents. (p. 13-14) Il faut aussi souligner la typographie variée (caractères gras, plus grands, soulignés, les encadrés, les pictogrammes facilitant une lecture horizontale ou thématique, etc.).

Un enjeu politique

Louise Desmarais nous invite à avoir « la mémoire longue » afin « de tirer les leçons de nos victoires et de nos défaites, d’identifier les enjeux actuels et d’y enraciner nos pratiques et nos luttes » (p. 11 et 12). Elle rappelle que le droit de disposer librement de leur corps est une des conditions premières de la liberté qui, pour les femmes, est un droit qui a dû être conquis de haute lutte et reste toujours à défendre comme la prunelle de nos yeux.

Il n’y a pas si longtemps, en France, Lionel Jospin a dû légiférer pour que, dans la pratique, l’avortement soit réellement libre jusqu’à la douzième semaine, pour supprimer l’autorisation parentale pour les mineures, pour dépénaliser l’interruption volontaire de la grossesse (IVG) ainsi que la propagande en faveur de la contraception, et permettre la distribution de la pilule du lendemain dans les établissements scolaires.

Que ce soit aux États-Unis ou au Canada, le droit à l’avortement constitue toujours un des enjeux majeurs des campagnes politiques. Alors que le parti conservateur canadien a montré comment les femmes peuvent facilement être remis en question, la vigilance reste plus que jamais à l’ordre du jour en 2008.

Notes
1. Louise Desmarais, Mémoires d’une bataille inachevée. La lutte pour l’avortement au Québec, Montréal, Trait d’union, 1999.
2. Louky Bersianik, La main tranchante du symbole, Montréal, Remue-ménage, 1989, p. 229.
3. Céline Labrosse, Pour une grammaire non sexiste, Montréal, Remue-Ménage, 1996.

Paru pour la première fois en septembre 2000 dans l’aut’journal, # 192.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 janvier 2008.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.


Élaine Audet

Élaine Audet a publié, au Québec et en Europe, des recueils de poésie et des essais, et elle a collaboré à plusieurs ouvrages collectifs. Depuis 2002, elle est l’une des deux éditrices de Sisyphe.
Ses plus récentes publications sont :
- Prostitution - perspectives féministes, (éditions Sisyphe, 2005).
- La plénitude et la limite, poésie, (éditions Sisyphe, 2006).
- Prostitution, Feminist Perspectives, (éditions Sisyphe, 2009).
- Sel et sang de la mémoire, Polytechnique, 6 décembre 1989, poésie, (éditions Sisyphe, 2009).
- L’épreuve du coeur, poésie, (papier & pdf num., éditions Sisyphe, 2014).
- Au fil de l’impossible, poésie, pdf num., (éditions Sisyphe, 2015).

On peut lire ce qu’en pensent
les critiques et se procurer les livres d’Élaine Audet
ICI.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin