| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 4 avril 2008

Cinéma américain - Sois belle et frappe !

par Stéphanie LeBlanc






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Réconcilier les garçons avec l’étude et les filles avec l’activité physique
Quand la publicité encourage les comportements anorexiques
La persistance des stéréotypes sexistes dans la publicité
La virginité, ce concept flou qui gâche tant de vies
Manipulation à défaut de pouvoir ?
L’apprentissage du dégoût
Conditions de vie des aîné-es : un monde sans compassion
Overdose de rose
Cette mode qui rend les femmes infirmes
Sexisme d’un autre siècle







Pendant longtemps dans le cinéma américain, les personnages féminins, à quelques exceptions près, ne bousculaient pas trop l’idée qu’on se faisait des femmes avant l’arrivée du féminisme moderne. Jusque dans les années 90, les personnages féminins y étaient plutôt "traditionnels". Des femmes craintives, qui pleurent facilement, qu’un rien effraie et qui ne savent pas se défendre contre les agressions. Des victimes qui doivent être protégées et sauvées, par un homme de préférence.

Au fil des années 90 et 2000, on a pu voir apparaître au cinéma des femmes plus fortes, physiquement et moralement, qui savent se battre et faire face au danger avec courage et détermination. Les personnages incarnés par Merryl Streep dans "La rivière sauvage", Demi Moore dans "J.I Jane", Jodie Foster dans "La chambre forte" et Hillary Swank dans "La fille à un million de dollars", par exemple, sont des personnages réalistes de femmes ayant de la force et du cran, des "femmes-guerrières" (l’utilisation de cette expression ne change rrien au fait que je suis pacifiste).

Pourrions-nous dire alors que le cinéma américain a contribué à l’émancipation des femmes en leur proposant un nouveau modèle féminin rompant avec la traditionnelle femme-victime ? Oui et non. Le problème est qu’un second modèle de femme-guerrière est apparu en même temps : la guerrière-séductrice. Sans doute échappée de la bande dessinée et beaucoup plus sexualisée, la guerrière-séductrice porte généralement des vêtements moulants et révélateurs et est toujours impeccablement maquillée, coiffée et manucurée, quels que soient les combats auxquels elle prend part. Son physique, bien entendu, est absolument parfait.

On la retrouve dans des films d’actions généralement plus violents, au scénario souvent très mince, et où les trucages sont évidents et les cascades plutôt invraisemblables, ce qui fait perdre beaucoup de crédibilité aux scènes de combat. On peut penser aux personnages incarnés par Pamela Anderson dans "Barb Wire", Halle Berry dans "La femme-chat", Jessica Alba dans "Les 4 fantastiques" ou Carrie-Anne Moss dans "La matrice".

Dans ce type de film, la force de la femme et son habilité au combat sont présentées comme étant indissociables de sa jeunesse, de sa beauté et surtout de son attractivité sexuelle. Comme si le fait de représenter une femme comme une personne capable de se défendre n’était acceptable que dans la mesure où elle continue de se conformer aux critères de beauté et qu’elle est attirante sexuellement. Désire-t-on rassurer une certaine frange du public masculin qui risque de se sentir "émasculé" en voyant des femmes capables de se battre ? Est-ce donc si difficile d’imaginer une femme au physique ordinaire, moins sexy ou plus âgée qui sait tout de même se battre ?

Il ne fait aucun doute que le cinéma américain, témoin de l’évolution des rapports hommes-femmes, a contribué à faire accepter l’idée qu’une femme peut être forte et puissante. Cependant, il est dommage que le culte du corps et l’hypersexualisation de la société atténue cette puissance, en rendant celle-ci conditionnelle au fait d’être belle et séduisante.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1er avril 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Stéphanie LeBlanc



Plan-Liens Forum

  • > Votre référence à Matrix
    (1/2) 8 avril 2008 , par

  • > Cinéma américain - Sois belle et frappe !
    (2/2) 4 avril 2008 , par





  • > Votre référence à Matrix
    8 avril 2008 , par   [retour au début des forums]

    Je suis dans l’ensemble d’accord avec votre point de vue, mais la référence à Carrie-Anne Moss dans Matrix m’a choquée. Oui, bien évidemment, elle combat, elle est sexy, etc... Mais comparer ce film avec tout le mythe et les messages qu’il véhicule à "Catwoman" ; "les 4 fantastiques" ou autres X-men me paraît la preuve d’un manque de réflexion sur le sujet.
    Le personnage de Trinity représente tout autre chose qu’une guerrière à la "Xéna".
    Elle représente, entre-autres, la part féminine de chacun, qui unie à la part masculine, Néo, permet la libération de notre conscience du monde de l’illusion ...
    A méditer...

    • Trinity
      25 avril 2008 , par
        [retour au début des forums]

      J’apprécie votre analyse. J’ai hésité à mentionner le personnage de Trinity. C’est un personnage plus profond et plus complexe que les autres que j’ai mentionnées. Cependant, une femme m’a déjà fais remarqué, alors que j’avais annoncé la diffusion à la télévision du film "La fille à un million de dollars", que les personnages de femmes fortes étaient souvent condamnées à mourir dans les films. Comme si, inconsciemment, l’on cherchait à punir symboliquement la femme qui ose s’affranchir de sa condition de dominée. C’est parceque le personnage de Trinity meurt, que je l’ai ajoutée. Les cascades invressemblables et le fait que Trinity se défend plus avec des armes qu’avec ses poings a achevé de me conavincre.

      [Répondre à ce message]

    > Cinéma américain - Sois belle et frappe !
    4 avril 2008 , par   [retour au début des forums]

    En général, les guerriers masculins du cinéma hollywoodien sont beaux eux aussi. Cette qualité n’est pas unique aux femmes. Ce n’est que du cinéma tout ça. Les gens ne sont pas dupes. On cherche à divertir le public et non à l’éduquer.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin