| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 17 avril 2008

Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?

par Christiane Pelchat, déléguée générale du Québec à Mexico






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Cinéma Beaubien le 28 septembre - Documentaire percutant à l’occasion de la Journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement
Campagne #BougezpourLIVG - 40 ans après la promulgation de la loi sur l’avortement en France
Comment aider les femmes enceintes de trisomiques : un enjeu féministe
Les députés européens et les ONG tirent la sonnette d’alarme sur une menace anti-choix contre la santé maternelle
Avortement - La motion 312 du député Woodworth, un stupide affront aux critères internationaux des droits de la personne
Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire
Canada - Le débat sur l’avortement relancé par les groupes pro-choix et anti-choix
Les Communes rejettent le projet de loi C-510 qui visait à criminaliser l’avortement
Le point sur les services d’avortement au Québec : une nouvelle recherche
Une étude révèle que 64% des cliniques d’avortement au Canada sont la cible de protestataires
Avortement - Mgr Ouellet et les charmes irrésistibles de Mademoiselle Pinotte
Avortement et santé des femmes - Harper défie les spécialistes
Les propos du cardinal Marc Ouellet prennent racine dans la misogynie tolérée
Le cardinal Marc Ouellet a tenu des propos déplorables
Gouvernement Harper, santé maternelle et G8 - Appel à l’action
Canada - Menaces contre le soutien au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire
Des attaques contre l’égalité des femmes par le gouvernement Harper
Avortement aux États-Unis - Au tour des hommes de se sacrifier
Les 20 ans de l’affaire Chantale Daigle soulignés le 1 octobre
Avortement et loi 34 : une saga déplorable
Avortement au Québec - La tentation du désengagement de l’État
L’Affaire Chantale Daigle : les femmes se souviennent !
Le Dr George Tiller, un médecin pro-choix, assassiné dans une église luthérienne
Une militante pro-choix menacée de mort au Nicaragua
Étude - "L’avortement au Québec : état des lieux au printemps 2008"
Le Conseil canadien de la magistrature rejette la plainte contre la juge en chef Beverly McLachlin
Offensive masquée contre le droit à l’avortement
Le projet de loi C-484 tend à éroder des acquis juridiques, selon le Barreau du Québec
Le droit à l’avortement menacé. Un dossier du magazine À bâbord !
L’Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler - Bravo, Mme la Gouverneure générale
Projet de loi C-484 - Prélude à la recriminalisation de l’avortement au Canada
C-484 et menace au droit à l’avortement - Le mouvement des femmes sur un pied d’alerte
L’Assemblée nationale du Québec s’oppose unanimement au projet de loi fédéral C-484
Des juristes du Québec s’opposent au projet de loi C-484 parce qu’il menace les droits des femmes
La Fédération des médecins spécialistes du Québec dénonce le projet de loi C-484 et l’attitude du chef libéral Stéphane Dion
Lancement de la campagne anniversaire "Pro-choix pour la vie" et de son site Internet
Avortement 1988-2008 - Vingt ans de liberté et d’égalité
L’Église engage un bras de fer contre l’avortement
L’avortement, un droit jamais acquis
20e anniversaire de l’arrêt Morgentaler - Il y a 20 ans, l’avortement était enfin décriminalisé
Des hôpitaux canadiens accueillent cavalièrement les demandes d’information sur l’avortement
Avortement - ’Si aujourd’hui j’apprends que je suis enceinte...’
Avortement - Un sujet tabou
Conférence marquante sur l’avortement à Londres
L’avortement n’est pas accessible à toutes au Canada
Le point sur l’accessibilité aux services d’avortement dans les hôpitaux canadiens - Recul
Recours collectifs - Accès à l’avortement : remboursement par le gouvernement québécois
Interruption volontaire de grossesse : un regard écoféministe







La Chambre des communes du Canada vient d’adopter en seconde lecture le projet de loi privé C-484 (Loi sur les enfants non encore nés victimes d’actes criminels), qui reconnaît des droits au fœtus. Il s’agit là d’une manière on ne peut plus hypocrite de recriminaliser l’avortement et d’enlever ce droit aux femmes. En effet, ce projet de loi vise à modifier le Code criminel et à faire reconnaître comme une infraction le fait de blesser ou de causer la mort d’un enfant non encore né, donc du fœtus.

Alors que nous avons souligné, en janvier dernier, le 20e anniversaire de l’arrêt Morgentaler (dans lequel la Cour suprême déclarait inconstitutionnel l’article 251 du Code criminel qui rendait l’avortement illégal), ce projet de loi privé porte atteinte au droit à la liberté des femmes protégé par nos chartes. Soulignons que le premier ministre Stephen Harper et plusieurs autres députés, dont 19 libéraux, ont voté en faveur de ce projet de loi.

Il faut se rappeler que c’est en vertu du droit des femmes à disposer de leur corps et de leur droit à la liberté de conscience que la Cour suprême du Canada avait jugé illégale la criminalisation de l’avortement. Dans l’arrêt Morgentaler, la juge Wilson avait pris la peine de signaler que le droit à l’avortement découlait du droit à la liberté garanti par l’article 7 de la Charte canadienne : l’article 251 « affirme que la capacité de reproduction de la femme ne doit pas être soumise à son propre contrôle, mais à celui de l’État. C’est aussi une atteinte directe à sa “personne” physique... La décision d’interrompre ou non une grossesse est essentiellement une décision morale et, dans une société libre et démocratique, la conscience de l’individu doit primer sur celle de l’État. »

Elle ajoutait : « L’État épouse en l’espèce une opinion dictée par la conscience des uns aux dépens d’une autre. Il nie la liberté de conscience à certains, en les traitant comme un moyen pour une fin, en les privant de “l’essence de leur humanité”. La liberté dans une société libre et démocratique n’oblige pas l’État à approuver les décisions personnelles de ses citoyens ; elle l’oblige cependant à les respecter. »

Un an après le jugement Morgentaler, la Cour suprême, dans Tremblay c. Daigle, a de nouveau statué sur le droit à l’avortement en ne reconnaissant pas au père potentiel le droit d’empêcher l’avortement d’une femme dont il réclame la paternité de l’enfant à naître. La Cour s’est prononcée sur la nature du fœtus comme n’étant pas un être humain au sens d’un enfant né vivant et viable.

L’adoption du projet de loi C-484 entraînerait une accusation criminelle pour les médecins qui pratiquent un avortement puisqu’ils auraient causé la mort du fœtus. Il y aurait donc deux criminels : la femme qui subit l’avortement et le médecin qui le pratique.

On croyait que le droit des femmes à disposer de leur corps sans l’intervention du conjoint, du père, du frère ou de l’État était bel et bien acquis. Nous revenons aux diktats patriarcaux sur la propriété du corps des femmes. Les défenseurs de ce projet de loi sont convaincus que le système reproductif des femmes est un moyen mis à la disposition de la société pour la reproduction de l’humain et que l’État aurait le pouvoir d’obliger les femmes à mettre des enfants au monde.

D’autres étapes sont nécessaires avant l’adoption de ce projet de loi. Nous espérons que la présence de plusieurs femmes au Sénat contribuera à empêcher l’adoption du projet de loi C-484. Les Québécoises doivent faire savoir aux membres du Parlement canadien qu’elles tiennent à leur droit à l’égalité et à leur droit de disposer de leur corps, comme l’a fortement exprimé Bertha Wilson en 1988. Le silence dans ce débat est complice de la chosification du corps des femmes.

- Cet éditorial sera publié dans le prochain numéro de la Gazette des femmes qui sortira en kiosque le 16 mai.

Christiane Pelchat
Présidente du Conseil du statut de la femme

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 avril 2008

Note de Sisyphe

L’article Projet de loi C-484 - Prélude à la recriminalisation de l’avortement au Canada. Et menace sans précédent contre les femmes enceintes contient tous les liens et autres renseignements nécessaires pour réagir contre ce projet de loi auprès de ministres, député-es, sénatrices et sénateurs, premier ministre, ministre de la Justice, chefs des oppositions. Aussi un lien à une pétition pancanadienne facile à signer en ligne. Ne nous en privons pas, le nombre fait la force.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Christiane Pelchat, déléguée générale du Québec à Mexico
Conseil du statut de la femme

L’auteure a écrit cet article alors qu’elle était présidente du Conseil du statut de la femme.



Plan-Liens Forum

  • > Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?
    (1/2) 2 mai 2008 , par

  • Retourner en prison, pourquoi pas ?
    (2/2) 18 avril 2008 , par





  • > Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?
    2 mai 2008 , par   [retour au début des forums]

    Chère Christiane,

    Les femmes du Sénat et du caucus libéral en général ne sont pas dupes devant le stratagème des réformistes-conservateurs pour réintroduire la question de l’avortement par la porte arrière. On reconnait l’hypocrisie de ce parti qui se donne des airs de légitimé et que trop de québécois ne peuvent juger sur leurs intentions réelles. En fait, on retourne au Duplessisme donc toute sa grande noirceur, ses préjugés, ses manipulations. Ce n’est malheureusement pas le seul domaine où ce phénomène se retrouve. Simplement, l’abandon de la politique de la petite enfance, du programme de contestation judiciaire du financement des programmes s’adressant aux femmes, tout reflète les valeurs rétrogrades qui ont affligé les femmes pendant des décennies.

    Nous avons besoin de l’appui du conseil mais aussi de faire connaître aux Québécois le danger imminent de ces "dinosaures" de la politique. Merci pour votre engagement.

    Salutations amicales,

    L’honorable Céline Hervieux-Payette, c.p.
    Leader de l’opposition du Sénat
    cormij@sen.parl.gc.ca

    Retourner en prison, pourquoi pas ?
    18 avril 2008 , par   [retour au début des forums]

    Moi, j’ai une idée. Si on recriminalise l’avortement, toutes les femmes qui ont un avortement, au lieu de se cacher, devraient le faire "au grand jour", au su de tous. J’ignore le nombre d’avortements qu’il y a au Québec et au Canada chaque année, mais je parie qu’il y aurait de quoi embourber le réseau correctionnel, qui, je crois, est déjà passablement congestionné. Elles devraient montrer leur visage, témoigner... qu’on les voit dans les journaux, qu’elles racontent leur histoire.

    Bien sûr, je préfère que l’on mette tout en oeuvre d’abord pour empêcher l’adoption du projet de loi.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin