| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






jeudi 22 mai 2008

La séparation des filles et garçons à l’école de nouveau possible en France

par Chloé Leprince



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Égalité - À quand une Europe garantie sans conservateurs ?
IVG - La police sarkosyste au service de l’extrême-droite contre les droits des femmes
Un homme qui opprime une femme ne saurait être libre
Charte de la laïcité dans les services publics en France (avril 2007)
L’égalité hommes-femmes selon la Halde
La langue française est en crise en France, M. le Président Sarkozy
Ecole : la mixité en danger
France - Manifeste pour une politique cohérente et durable d’égalité entre les femmes et les hommes
Halte aux enfermements sexistes des femmes en France !
Politique en France - Oui à la rupture !
Le choc Sarkozy
La France élit une présidente ou un président dimanche
Présidentielle française - Pour la première fois, une femme
Ségolène Royal, une femme de cœur et de pouvoir
Ségolène Royal - Têtue comme elle est, elle tiendra ses promesses
Les enfants d’Athéna
100 femmes jugent Ségolène
Pour le moment, Ségolène Royal ne me convainc pas
Elle fera quoi, Ségolène, pour des gens comme moi ?
Faut-il bâillonner la "gauche de la gauche" ?
Lettre aux présidentiables de 2007
Sexe faible s’abstenir
La France se prononce dimanche sur le projet de constitution européenne




La nouvelle loi contre les discriminations rend possible les classes non-mixtes, interdites dans le public depuis 1975.

Le 15 mai 2008 restera-t-il dans les annales comme la première grande brèche dans le principe de mixité scolaire ? Jeudi, le Parlement a en tous cas adopté définitivement la nouvelle loi anti-discrimination, après plusieurs discussions houleuses tant que le texte faisait encore la navette entre les deux assemblées.

Au détour de cette loi, s’installe en effet la possibilité d’organiser un enseignement séparé pour les garçons et les filles à l’école. La mixité s’était pourtant généralisée dès les années 60 dans l’éducation : une circulaire l’impose en juin 1965 pour toutes les nouvelles écoles élémentaires créées, avant de l’étendre à toutes les écoles primaires à la fin de la décennie. C’est, enfin, la loi Haby du 11 juillet 1975 qui allait rendre la mixité obligatoire dans l’enseignement public primaire et secondaire.

Cette disposition du texte finalement adopté a été très critiquée durant le travail parlementaire. Notamment au Sénat, massivement hostile à cette mesure, tous groupes politiques confondus. Début avril, Valérie Létard, secrétaire d’Etat chargée de la Solidarité, avait d’ailleurs été largement interpellée lors de son audition par la commission des Affaires sociales.

C’est ce que raconte Sylvie Demarescaux, sénatrice du Nord (sans étiquette), qui déplore qu’aucun des trois amendements sénatoriaux soit finalement parvenu à infléchir le texte. Mercredi 14 mai, la veille de l’adoption définitive de la loi, la commission mixte paritaire avait en effet fait retirer ces trois amendements visant à supprimer la disposition liée à l’enseignement.

L’un de ces amendements émanait pourtant du centriste Nicolas About, qui préside les affaires sociales au palais du Luxembourg, et qui n’a pas hésité à parler "d’erreur gouvernementale".

Une directive européenne sert de bouc émissaire au gouvernement

De son côté, le gouvernement n’a cessé, jusqu’à l’adoption définitive du texte et malgré les discussions qu’il soulevait, d’arguer de son "absence de marge de manoeuvre", avançant l’obligation de transposer en droit français cinq directives européennes en matière de discrimination.

C’est ce qui fut du reste répondu à la sénatrice Sylvie Demarescaux alors que celle-ci trouvait à s’émouvoir du pas en arrière que cette mesure représente à ses yeux :

"Valérie Létard nous a expliqué que la Commission européenne laissait une très faible marge de manoeuvre dans la transposition des directives en matière de discrimination et que la France n’avait pas vraiment eu le choix.

"Or, pour moi, on revient à ce que j’ai vécu quand j’étais jeune, c’est à dire à une discrimination sexiste. C’est la première fois qu’on revient tant en arrière, alors qu’on avait plutôt bien avancé récemment en matière d’égalité hommes-femmes."

Or si Bruxelles avait bien exigé de ses Etats-membres qu’ils transposent dans leurs législations respectives des mesures antidiscriminatoires, celles-ci concernaient le champ des biens et services. Et nullement l’éducation, prérogative nationale.

Laurence Rossignol, vice-présidente du conseil régional de Picardie et secrétaire nationale chargée des droits des femmes et de la parité au PS, doute elle aussi de cette explication :

"L’Europe ? On sourit... Regardez le nombre de directives européennes pour lesquelles la France traîne les pieds. Quand on veut freiner, ou peut. C’est un argument fallacieux."

La non-mixité à l’école fait débat dans les mouvements féministes

De fait, l’Europe était plutôt considérée comme un vecteur de progrès en matière d’égalité d’accès à l’éducation depuis le début, soutiennent les féministes. Et ce, même si les cultures féministes varient grandement d’un pays à l’autre. Dans les pays anglo-saxons, par exemple, les revendications féministes sont depuis longtemps infusées par les questions de genre et les pratiques de discrimination positive. Contrairement à la France qui, traditionnellement, s’est plutôt appuyée sur l’égalité républicaine.

L’élue picarde, reconnue pour ses engagements féministes, fustige également ce qu’elle qualifie de "vraie double régression, pour la laïcité et pour l’égalité d’accès à l’éducation pour les filles". Pour elle, c’est en effet dès l’école qu’on doit créer les bases d’une égalité hommes-femmes, que cette loi était pourtant censée garantir dans le monde professionnel :

Autre argument apparu en marge du débat : certaines revendications féministes auraient elles-mêmes contribué à ce que le verrou de la mixité scolaire saute... Notamment en exigeant des activités séparées pour garçons et filles dans certaines disciplines. On pense bien sûr au sport. Mais certaines voix ont pu s’élever pour que la séparation se fasse dans d’autres cours, arguant que la présence des garçons pouvait inhiber leurs congénères féminines.

La socialiste Laurence Rossignol doute pourtant fortement de cette explication :

"Des discussions de comptoir et de couloir sur le sujet, j’en ai eu beaucoup. J’ai même entendu dire que la mixité pouvait engendrer une forme de harcèlement. C’est vrai que c’est ce qui s’est dit à un moment donné. Mais, moi, je m’en tiens aux écrits et aux propos publics. Or, en France, je n’ai jamais lu une féministe tenir de tels propos par écrit."

Pervertir l’image des religions : l’autre effet pervers de cette loi

Pour Laurence Rossignol, plus que l’Europe ou le serpent féministe qui se serait mangé la queue, cette disposition révèle plutôt "une grande porosité du gouvernement à toutes les menées qui sont possibles contre la mixité" :

"On sait très bien, aujourd’hui, que les courants fondamentalistes sont marginaux et minoritaires. Que la grande masse des écoles primaires, des collèges et des lycées fonctionnent avec toutes les confessions, et que ça se gère bon an mal an assez bien au quotidien. Mais le gouvernement s’est montré poreux à des revendications fondamentalistes.

"Cette complaisance m’irrite d’autant plus qu’en plus de remettre en cause la mixité, la laïcité, cette concession aux plus marginaux pervertit notre regard sur les communautés religieuses. On est à tous points de vue dans le symbolique, et il faut faire très attention à ces symboles, dans le droit fil du discours de Latran de Nicolas Sarkozy."

Concrètement, il faudra attendre le décret d’application de cette loi pour savoir comment sera organisée sur le terrain cette possibilité d’enseignements non-mixtes. Un ultime obstacle, très pragmatique, celui-là, pourrait bien entrer en ligne de compte : comment organiser des dédoublements de classes en séparant garçons et filles à l’heure de 11 200 suppressions de postes dans l’Education nationale ?

Source : Rue89, le 19 mai 2008.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 20 mai 2008

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Chloé Leprince



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin