| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 13 juin 2008

L’Association des Femmes Autochtones du Québec répond aux excuses du gouvernement Harper






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Canada - Le retour des Autochtones : une lutte à nulle autre pareille
La cheffe Theresa Spence s’exprime sur sa grève de la faim et la situation actuelle des Autochtones
Repenser le multiculturalisme
G20 à Toronto - Le Comité jeunes féministes de la CLES dénonce les violences sexistes et la violation des libertés civiles
G20 et brutalité policière au pays de Stephen Harper
Gouvernement Harper – Sabrer avec un zèle religieux dans les programmes pour les femmes
Sommet UE-Canada : les sables bitumineux en accusation
Le viol psychologique d’Omar Khadr
Manifestation pour le retrait de l’ambassadeur du Mexique au Canada
Équité salariale - Entre un idéologue obtus et un opportuniste, les droits des femmes sont menacés à Ottawa
Stephen Harper est-il allergique à Céline Galipeau en particulier ou aux intervieweuses en général ?
La fin de l’équité salariale pour les femmes dans la Fonction publique fédérale
Les femmes et la crise économique
Le budget fédéral laisse tomber les femmes, les travailleurs et les travailleuses
Lettre à la Gouverneure générale Michaëlle Jean en faveur de la coalition des partis d’opposition à Ottawa
Harper Rule : une gouvernance sexiste et inéquitable
Les femmes vous observent, disent des groupes de femmes au premier ministre Harper
Le Comité de la CEDEF de l’ONU scrute la performance du Canada
"À voix égales" invite le Premier ministre à nommer des femmes au Cabinet
Appel des artistes pour la Paix : "Dans dix ans, quelle direction voulez-vous voir le Canada et le Québec emprunter ?"
Votre vote comptera-t-il le 14 octobre ?
Avortement et élection : souvenons-nous
Élection Canada - Sur la question de l’égalité des femmes, Stephen Harper ne répond pas
Maintes raisons de ne pas voter pour Stephen Harper
"Les conservateurs nous ont rappelé que nous sommes ‘juste’ des femmes"
Élections fédérales - Battons-nous contre la droite !
Dieu au pouvoir ! God Bless Canada !
La Fédération des femmes du Québec appelle les Québécoises et les Québécois à battre les Conservateurs
Margaret Atwood s’explique - Harper : déconnecté, dépassé
Ingérence de l’Église catholique dans la campagne électorale au Canada
Les compressions du gouvernement Harper forcent le départ d’une leader féministe
Le gouvernement Harper cherche à réduire les femmes au silence
La ministre Oda quitte le ministère de la Condition féminine. Enfin !
La déclaration du Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies est tendancieuse et décevante
Politique Canada : dossier principal
Les promesses brisées de Stephen Harper
Stephen Harper tient ses promesses
Des coupures antidémocratiques à Condition féminine Canada
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
La ministre de la Condition féminine, Bev Oda, passe un mauvais quart d’heure devant un comité parlementaire
La ministre à la Condition féminine du Canada interdit aux groupes de femmes de défendre ... les droits des femmes
Il faut rétablir immédiatement le Programme de contestation judiciaire
Le discours de la Traîne
Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut changer le mode de scrutin !
Victoire réjouissante : Vivian Barbot a battu le ministre Pierre Pettigrew
Voter ? Mais pour qui ?
Des leaders afro-québécoises inquiètes s’adressent aux chefs des partis politiques en campagne électorale
L’R des Centres de femmes écrit aux quatre chefs de parti à Ottawa
"Des tribunaux islamiques au Canada ?"
10 ans de budgets fédéraux : les femmes doublement pénalisées
Le budget fédéral ne tient pas compte des femmes
Une décennie de reculs : le Canada de l’après-Beijing
Une autre élection injuste pour la population québécoise et canadienne
Harper, une menace sérieuse au droit des femmes à l’avortement







L’Association des Femmes Autochtones du Québec accepte les excuses officielles du Premier Ministre relatives à l’expérience génocidaire des Peuples Autochtones durant la période des pensionnats indiens. Ces excuses arrivent toutefois bien tard et sont contradictoires aux politiques oppressives contenues dans la Loi sur les Indiens.

Les crimes haineux commis contre les enfants Autochtones victimes, et maintenant survivants, des pensionnats doivent être abordés de façon plus sérieuse et profonde que par de simples excuses et compensations monétaires.

Les dommages causés à nos langues, notre bien-être, nos structures politiques et sociales, ainsi que notre sexualité requièrent davantage d’attention pour pouvoir entreprendre sainement un processus de guérison. La politique d’assimilation menée par le gouvernement canadien à travers le système des pensionnats peut en effet être considérée comme un crime de génocide et un crime contre l’humanité, tels que définis dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

Aux lendemains du commencement des travaux de la Commission Vérité et
Réconciliation, nous ne pouvons ignorer le récent rapport de la Vérificatrice générale du Canada démontrant que les budgets des agences de protection de l’enfance continuent de mettre l’emphase sur le placement d’enfants autochtones en dehors de leurs communautés et Nations respectives. Ce type de pratique résulte du système des pensionnats indiens et s’inspire de leur fonctionnement.

Par conséquent, nous demandons au Gouvernement canadien de reconnaître que le système des pensionnats indiens constitue un acte génocidaire et un crime contre l’humanité, conformément aux définitions de la Cour pénale internationale.

Ces excuses peuvent être entendues et acceptées, mais elles n’attirent pas nécessairement le pardon des Premières Nations : aucune nation ni aucun groupe n’a jamais été pardonné pour avoir commis des actes génocidaires. Pour que les excuses soient considérées comme authentiques, davantage d’efforts doivent être entrepris afin de corriger les mesures oppressives comprises au sein de la Loi sur les Indiens. Ces politiques, qui sont encore en vigueur aujourd’hui, empêchent les peuples autochtones de prospérer au niveau social, culturel, politique et économique.

L’opposition du Gouvernement canadien à la Déclaration des Nations Unies sur le droit des peuples autochtones rend d’autre part ces excuses douteuses. La position du Canada s’appuie sur des arguments qui contribuent à perpétuer l’insidieuse et archaïque Loi sur les Indiens qui discrimine et nie à la fois les droits des Peuples Autochtones. Cette situation est d’ailleurs dénoncée dans le rapport annuel
d’Amnistie International récemment publié.

Nous demandons ainsi au Gouvernement du Canada de financer adéquatement les initiatives de promotion des langues autochtones proportionnellement aux fonds accordés pour la préservation du français et de l’anglais, de consulter adéquatement et de bonne foi les Peuples autochtones au sujet des nouvelles législations, telles que les projets de loi C-21, C-47, C-30, et d’éliminer la discrimination basée sur le genre qui existe en vertu de la section 6 de la Loi sur les Indiens.

Pour permettre aux communautés autochtones de se sortir des impacts négatifs de la colonisation, l’accès aux terres et aux ressources doit leur être reconnu ; ils doivent avoir l’opportunité de construire des nations fortes et saines en ayant les ressources et les outils nécessaires pour résoudre les problèmes économiques et sociaux provenant des politiques assimilatoires.

Le Canada s’est établi comme un pays riche et prospère aux dépens des Peuples Autochtones. Bien que nous reconnaissions l’admission de culpabilité du gouvernement, nous aimerions souligner qu’il existe encore une série d’obstacles qui doivent disparaître pour faire écho à l’esprit et à l’intention de ces excuses.

Kahnawake, le mercredi 11 Juin 2008

Source : Femmes Autochtones du Québec - Quebec Native Women

Mis en liggne sur Sisyphe, le 12 juin 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin