| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 10 juillet 2008

L’Iranienne Simin Behbahani - Une plume en liberté

par Delphine Minoui






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Joyeuses Fêtes !
Lettre à l’incommensurable Hélène Pedneault
Mon coeur est de plus en plus féministe
"Empreintes", l’avortement comme face-à-face avec soi-même
Anne Hébert – Le bonheur d’être soi-même
Les femmes de droite (A. Dworkin) - De la ferme et du bordel
Joyeux Noël et Bonne année 2013
"Les jours sont contés en Estrie" - Quelques primeurs à Montréal pour les 20 ans du Festival
Au Québec, la création en langue française doit disposer de moyens correspondant à la situation de la culture
Depuis 20 ans, les jours sont contés...
L’auteure Danielle Charest (1951-2011)
La mort à portée de la main
Paroles de femmes - Festival de contes et mythes
7ième édition du FESTIV’ELLES/Festival International des Femmes de Montréal (FIFM)
Hommage à Hélène Pedneault
FESTIV’ELLES - Festival international des femmes de Montréal du 24 au 28 septembre 2008
"Célestine et le géranium magique", un conte de Barbara Sala
Réédition de "Clarice Lispector/Rencontres brésiliennes" de Claire Varin
La Britannique Doris Lessing prix Nobel de littérature (The Associated Press)
Festiv’Elles - 26 septembre au 7 octobre 2007
Louky Bersianik - La poésie et l’oeuvre
Dossier principal Arts, lettres et culture sur Sisyphe.org
Paroles et images d’Elles, Dominique Le Tirant
Faits saillants de la 3ième édition du Festival International des Femmes de Montréal/FIFM
Vous avez bien dit « diversité culturelle » ?!!
Les livres de Sisyphe
Livre d’ici, l’actualité de l’édition au Québec
Éva Circé-Côté, l’oubliée de la lutte pour l’égalité







La République islamique de l’Iran s’apprête à souffler ses trente bougies. Tandis que les foudres de l’intégrisme se remettent à gronder, la poétesse Simin Behbahani, figure emblématique du féminisme iranien, se bat pour la liberté d’expression et les droits de ses consoeurs. Avec audace, élégance et humour. Rencontre.

[...] A 80 ans, Simin Behbahani n’est pas du genre à garder sa plume dans sa poche. « J’ai passé l’âge d’avoir peur », martèle aujourd’hui l’effrontée, en se remémorant cette anecdote croustillante de l’hiver dernier, dans son appartement feutré du sud de Téhéran. Son rouge à lèvres flamboyant et ses mèches peroxydées, qu’elle recouvre d’un léger foulard quand elle sort dans la rue, en disent long sur cette pasionara iranienne, en butte aux religieux qui ne tolèrent que le noir des tchadors.

Son poème circule encore aujourd’hui sous le manteau. Il risque pourtant de lui jouer des tours. En 2006, la revue littéraire Nameh fut contrainte de mettre la clef sous la porte après la publication d’un de ses poèmes évoquant « la fin d’un printemps verdoyant, ensanglanté à cause des fous qui règnent sur terre », en référence à la vague de répression qui sévit depuis la fin du mandat de l’ex-président Khatami (1997-2005).

Censurée pendant dix ans

Simin s’en moque. Telle une funambule, elle poursuit son chemin sur une lame de rasoir, à la limite entre le tolérable et l’interdit : « En Iran, les lignes rouges sont perfides. Officiellement, on ne doit critiquer ni le pouvoir, ni l’islam, ni la morale en vigueur. Mais en fonction des censeurs qui lisent vos textes, et de l’humeur politique du jour, c’est l’arbitraire qui sévit. Ainsi, des termes comme "sein", "vin", "danse" peuvent être facilement proscrits. Alors, il faut ruser... » La poétesse, dont les vers furent censurés les dix années qui suivirent la révolution de 1979, en sait quelque chose.[...]

"Je te reconstruirai, ma patrie"

Je te reconstruirai, ma patrie.
Même avec l’argile de ma propre âme.
Je te bâtirai des colonnes.
Même avec mes propres ossements.
Grâce à ta jeune génération, on s’amusera à nouveau.
Nous ne cessons de pleurer, tellement tu nous manques.
Même si je meurs à 100 ans, je resterai debout dans ma tombe.
Afin de faire disparaître le mal avec mon grognement.
Je suis vieille mais je peux rajeunir pour vivre une nouvelle vie aux côtés de mes enfants.

- Lire le texte intégral dans le magazine Lire.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 juin 2008.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Delphine Minoui



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2008
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin