| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 7 décembre 2008


Élections Québec 2008
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







Je ne suis pas plus emballée que quiconque de la campagne électorale qui s’achève au Québec. Je suis probablement aussi désabusée de la politique que la moyenne des Québécois et des Québécoises. Pourtant j’irai voter, le 8 décembre, parce que ne pas le faire me laisserait l’impression de démissionner face à l’adversité. Je le ferai surtout pour protester contre le fait qu’on ait presque ignoré les plus pauvres de la société au cours de cette campagne. Ces pauvres dont on se souvient une fois l’an, à l’approche de Noël.

Le premier ministre du Québec a déclenché une élection pour obtenir une majorité en prétextant que la situation économique exigeait qu’une "seule paire de mains tienne le gouvernail". Pourtant, comme certains l’ont souligné, quand la tempête se lève sur l’océan, toutes les paires de mains sont les bienvenues pour empêcher le navire de sombrer. Un gouvernement minoritaire ne nous avait pas si mal servi, au Québec, au cours des 18 derniers mois. Nous aurions pu attendre au moins une autre année pour aller en élection.

Nous sommes censé-es être au bord d’un précipice financier et économique, mais la valse des millions et des millards n’a pas cessé depuis le début de la campagne électorale, de quoi ébahir ceux et celles qui se font dire, depuis des lustres, que le Québec n’a pas les moyens d’éliminer la pauvreté.

Comme on l’a toujours fait, on projette encore de demander aux plus pauvres de soutenir les plus riches. Les milliards qu’on entend dépenser, ce ne sera pas pour aider les personnes et les familles à faible revenu, mais pour soutenir les entreprises financières qui ont mal administré leurs avoirs au cours des dernières années et qui ont poussé la population à consommer à crédit et à s’endetter. C’est pour renflouer les coffres des entrepreneurs qui ne rechignent pas à verser des millions de dollars à leurs dirigeants et à leurs cadres supérieurs, après avoir exigé de leurs employés de la base de réduire leurs salaires, sous la menace de fermer l’entreprise et de les envoyer au chômage. Remarquez que, dans bien des cas, ces travailleurs et travailleuses sont tout de même allés au chômage après les sacrifices imposés par leurs patrons. On nous dira qu’une aide massive aux entreprises sera nécessaire pour soutenir la création d’emplois : ce seront des emplois qui coûteront cher l’unité à tous les Québécois et toutes les Québécoises.

Excepté Québec solidaire, qui s’est intéressé, au cours de cette campagne électorale, aux plus pauvres de la société ? On a annoncé comme des mesures de lutte à la pauvreté des mesures sociales qui ne touchent pas particulièrement les plus pauvres, comme l’augmentation de places en garderie, des allocations à la naissance et l’ajout de congés sans solde pour s’occuper d’un enfant. Toutes mesures qui peuvent surtout servir à ceux et celles qui occupent des emplois et touchent des revenus moyens. Mais les autres ? Les plus pauvres parmi les pauvres, que fera-t-on pour les aider à traverser la crise économique qu’on dit à nos portes ? Un chef de parti a laissé entendre que les bénéficiaires de l’aide sociale étaient des paresseux et il projette de les "remettre" au travail, s’il est élu. Au travail dans quel domaine au juste ? Ces personnes n’ont pas nécessairement la formation ni la compétence pour occuper les emplois spécialisés qui sont offerts. Un détail, pour ce démagogue. La démagogie trouve toujours son chemin vers ceux qui nourrissent des préjugés.

En temps de crise économique majeure, ce ne sont pas les gens qui ont des économies et des actions en bourse qui souffrent davantage, ce sont ceux qui n’ont pas les moyens d’économiser, ni de bénéficier des baisses et des crédits d’impôts, puisqu’ils n’ont pas les moyens de payer d’impôts ou de jouer à la bourse. La personne ou la famille qui gagne 40 000$ par an, ce qui est relativement modeste, j’en conviens, reste une personne ou une famille à l’aise en comparaison de celle qui gagne 18 000$, et encore plus si on la compare aux personnes qui vivent avec une allocation mensuelle d’aide sociale de 575$ par mois. Pourtant, ce ne seront pas ces personnes à faible revenu que les politiciens et politiciennes aideront en premier. Ce seront les banquiers, le monde des affaires, les haut salariés, dont certains sont déjà exemptés d’impôt, par exemple, des employés des technologies de pointe.

Le chef libéral Jean Charest a bien annoncé, sans trop insister, qu’il indexerait les prestations d’aide sociale des personnes jugées aptes au travail au même taux (celui de l’inflation réelle) que les prestations des personnes inaptes au travail. Mince consolation, quand on vous a volé une partie de votre maigre pitance depuis 2003, alors que les coûts de l’épicerie, du logement, des transports, les tarifs d’électricité, de chauffage et autres n’ont cessé d’augmenter. Le prochain gouvernement, quel qu’il soit, devrait d’abord rembourser aux personnes assistées sociales les sommes qui leur ont été ont volées depuis 5 ans. Le chef libéral a aussi promis une hausse du salaire minimum à 10,50$ l’heure. Le salaire minimum a atteint 10,40$ depuis longtemps en Ontario, le Québec ne ferait donc que du rattrapage. Gageons que le monde des affaires convaincra Jean Charest, s’il est élu, de renoncer à cette augmentation ou de l’échelonner sur plusieurs années à cause de la "crise économique".

Ne serait-ce que pour dénoncer l’indifférence face à la pauvreté - mais il existe bien sûr d’autres motifs - il faut aller voter le 8 décembre, même en enregistrant un vote de protestation, c’est-à-dire en allant annuler son vote, comme le suggère lui-même le Directeur général des élections* aux personnes désabusées des campagnes électorales à répétition. Que celles et ceux qui projettent de rester à la maison lundi prochain aillent plutôt voter pour les candidats et les candidates, peu importe le parti, qui se préoccupent davantage de la redistribution équitable des richesses au sein de la société québécoise. Peut-être n’en trouvera-ton pas beaucoup. Alors, qu’on aille enregistrer un vote de protestation (par exemple, en écrivant le mot Pauvreté sur le bulletin), et en se disant qu’on le fait pour les moins nantis de la société auxquels toutes les guignolées du monde ne rendront jamais justice.

À défaut d’être écouté lorsqu’on vote pour un parti ou pour un autre, peut-être le sera-t-on le jour où 25% des personnes qui se rendent aux urnes annuleront leur vote. Les femmes en particulier, qui ont obtenu le droit de vote au prix de longues et difficiles luttes, doivent se prévaloir de ce droit. Sauf quelques promesses libérales et sauf Québec solidaire, la classe politique n’a pas démontré au cours de cette campagne un grand intérêt envers les femmes. C’est classique : en cas de "crise", contrairement à ce qu’on dit lors des naufrages, ce ne sont pas "les femmes et les enfants d’abord", c’est "au plus fort la poche". Femmes, allons voter en masse, ne serait-ce que pour rappeler notre existence et que nous faisons aussi partie de l’économie dont on prévoit la débâcle. Allons en grand nombre dire qu’il est fini le temps où on pouvait compter sur notre silence.

* Lettre du Directeur général des élections du Québec.

*

- La FIQ a préparé pour ses membres un dossier qui peut être utile à tout le monde. Ce dossier compare les promesses de chacun des partis dans les domaines de la santé, de l’économie, des femmes, de la famille et de la pauvreté. Voir sur le site de la FIQ.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 décembre 2008


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Revenu modeste VS bien être
    (1/1) 7 décembre 2008 , par





  • Revenu modeste VS bien être
    7 décembre 2008 , par   [retour au début des forums]
    Votre clé pour des finances d’OR

    D’abord, commençons par mettre les choses au clair. La pauvreté tel que déterminé en terme économique reflète un revenu équivalent à la moitié du revenu médian. Comme le revenu médian des familles monoparentales est d’environ 30,000, le seuil de pauvreté est d’environ 15,000$.
    Ensuite, laissez entendre que les familles avec 40,000$ peuvent s’en tirer est une exagération éhonté qui ressemble à la comparaison faites par des conseillers financiers et comptables qui ignorent la réalité économique des familles.
    Considérant les autres mesures sociales telles que Prestations fiscales pour enfant, soutien aux enfants, crédit pour impôts fonciers, remboursement de TPS et de TPV, la prime au travail du Québec et la nouvelle Prestation pour revenu de travail au fédéral, les familles dont le revenu se situe entre 20,000$ et 40,000$ vivent sensiblement avec le même revenu disponible. Vous pouvez consulter le site de M. Claude Laferrière professeur en fiscalité au www. er.uqam.ca/nobel/14154 ou le mien au www.financesdor.qc.ca pour découvrir cette réalité.
    Or, ceux qui sont sur le bien être ne sont pas vraiment plus pauvre que ceux qui ne gagne que 20,000 ou 40,000$. Ils possèdent certains autres avantages (frais dentaires, lunettes...) que les autres familles ne peuvent même pas se permettre.
    En fait, tous ceux dont le revenu est inférieur à 44,000$, qu’ils vivent du bien être social, qu’ils soient salariés ou travailleurs autonomes, vivent presqu’exactement avec les mêmes revenus disponibles.
    Alors moi ce que j’attends des politiciens c’est qu’il y en ait au moins un qui me montre qu’il comprend cette réalité économique des familles, qui comprend un tant soit peu la fiscalité pour prendre des décisions responsables. Or, malheureuseusement, il n’y a aucun partis, ni aucun député qui démontre cette compréhension qui devrait, selon moi, faire partie intégrante de la fonction d’un bon député.

    Or, considérant les promesses extravagantes de certains partis, je me retrouve avec deux seuls choix logiques : Annuler mon vote ou voter pour le parti le moins pire.

    Considérant qu’économiquement la pire chose pour nos entreprises s’est de se retrouver face aux intransigeances des syndicats, je ne puis voter pour le parti Québécois qui mange dans la même assiette que les syndiqués ni pour l’ADQ dont certaines mesures peuvent sembler épatantes mais qui se révèlent très dangereuses économiquement parlant. En fait, l’ADQ démontre hors de tout doute une INCOMPÉTENCE TOTALE au niveau fiscal et économique. Il ne me reste plus que Jean Charest qui a été de nombreuses fois critiqués mais qui a été le seul ministre à oser s’interposer aux syndicats et à les museler. Je désire être gouverné par quelqu’un de compétent, qui est capable d’affronter les syndiqués et d’offrir des mesures non pas parfaite mais tout de même plus intelligentes que celles des autres partis

    • Revenu modeste VS bien être
      7 décembre 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Si vos calculs étaient justes, comment expliquer qu’il y ait à Montréal seulement 183 000 personnes qui doivent avoir recours aux organismes offrant des repas gratuits et des paniers de victuailles ?

      Prétendre qu’on s’en tire aussi bien avec 575$ d’aide sociale qu’avec une revenu de 40 000$ (que l’auteur reconnaît comme modeste) est de la haute fantaisie. Un appartement de 4 1/2 pièces coûte parfois plus de 575$ par mois à Montréal, et les listes d’attente pour les HML sont de trois ans. Évidemment, quand on n’a pas à vivre avec 575$ et qu’on ne fait que calculer de façon théorique dans un bureau, on peut arriver à de telles conclusions.

      Je pense que Charest n’a pas fait grand-chose pour les plus pauvres, comme l’auteur le dit, il a volé les assistés sociaux en n’indexant les prestations à seulement la moitié du coût de la vie réel. Alors, je souhaite que Québec solidaire fasse élire des députés pour apporter des idées nouvelles et interpeller les partis assis sur leurs avoirs à l’Assemblée nationale.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin