| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 1er décembre 2008

Lettre à la Gouverneure générale Michaëlle Jean en faveur de la coalition des partis d’opposition à Ottawa

par Pascale Camirand, éthicienne et féministe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Canada - Le retour des Autochtones : une lutte à nulle autre pareille
La cheffe Theresa Spence s’exprime sur sa grève de la faim et la situation actuelle des Autochtones
Repenser le multiculturalisme
G20 à Toronto - Le Comité jeunes féministes de la CLES dénonce les violences sexistes et la violation des libertés civiles
G20 et brutalité policière au pays de Stephen Harper
Gouvernement Harper – Sabrer avec un zèle religieux dans les programmes pour les femmes
Sommet UE-Canada : les sables bitumineux en accusation
Le viol psychologique d’Omar Khadr
Manifestation pour le retrait de l’ambassadeur du Mexique au Canada
Équité salariale - Entre un idéologue obtus et un opportuniste, les droits des femmes sont menacés à Ottawa
Stephen Harper est-il allergique à Céline Galipeau en particulier ou aux intervieweuses en général ?
La fin de l’équité salariale pour les femmes dans la Fonction publique fédérale
Les femmes et la crise économique
Le budget fédéral laisse tomber les femmes, les travailleurs et les travailleuses
Harper Rule : une gouvernance sexiste et inéquitable
Les femmes vous observent, disent des groupes de femmes au premier ministre Harper
Le Comité de la CEDEF de l’ONU scrute la performance du Canada
"À voix égales" invite le Premier ministre à nommer des femmes au Cabinet
Appel des artistes pour la Paix : "Dans dix ans, quelle direction voulez-vous voir le Canada et le Québec emprunter ?"
Votre vote comptera-t-il le 14 octobre ?
Avortement et élection : souvenons-nous
Élection Canada - Sur la question de l’égalité des femmes, Stephen Harper ne répond pas
Maintes raisons de ne pas voter pour Stephen Harper
"Les conservateurs nous ont rappelé que nous sommes ‘juste’ des femmes"
Élections fédérales - Battons-nous contre la droite !
Dieu au pouvoir ! God Bless Canada !
La Fédération des femmes du Québec appelle les Québécoises et les Québécois à battre les Conservateurs
Margaret Atwood s’explique - Harper : déconnecté, dépassé
Ingérence de l’Église catholique dans la campagne électorale au Canada
L’Association des Femmes Autochtones du Québec répond aux excuses du gouvernement Harper
Les compressions du gouvernement Harper forcent le départ d’une leader féministe
Le gouvernement Harper cherche à réduire les femmes au silence
La ministre Oda quitte le ministère de la Condition féminine. Enfin !
La déclaration du Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies est tendancieuse et décevante
Politique Canada : dossier principal
Les promesses brisées de Stephen Harper
Stephen Harper tient ses promesses
Des coupures antidémocratiques à Condition féminine Canada
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
La ministre de la Condition féminine, Bev Oda, passe un mauvais quart d’heure devant un comité parlementaire
La ministre à la Condition féminine du Canada interdit aux groupes de femmes de défendre ... les droits des femmes
Il faut rétablir immédiatement le Programme de contestation judiciaire
Le discours de la Traîne
Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut changer le mode de scrutin !
Victoire réjouissante : Vivian Barbot a battu le ministre Pierre Pettigrew
Voter ? Mais pour qui ?
Des leaders afro-québécoises inquiètes s’adressent aux chefs des partis politiques en campagne électorale
L’R des Centres de femmes écrit aux quatre chefs de parti à Ottawa
"Des tribunaux islamiques au Canada ?"
10 ans de budgets fédéraux : les femmes doublement pénalisées
Le budget fédéral ne tient pas compte des femmes
Une décennie de reculs : le Canada de l’après-Beijing
Une autre élection injuste pour la population québécoise et canadienne
Harper, une menace sérieuse au droit des femmes à l’avortement







Sherbrooke, le 1 décembre 2008.

Son Excellence la Très Honorable
Michaëlle Jean
Gouverneure générale du Canada
Rideau Hall
1, promenade Sussex
Ottawa, Ontario
K1A 0A1

Votre Excellence,

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je vous écris au sujet des événements politiques fédéraux de cette fin novembre/début décembre 2008. Si j’étais à votre place, j’éprouverais beaucoup de joie devant le défi qui se dresse devant moi : prendre la meilleure décision pour le Bien de la démocratie parlementaire au Canada, pour le Bien de tout le Peuple. Vous aurez (ou avez en ce moment) des décisions historiques à prendre en tant que Cheffe d’État. Quelle belle expérience politique cela est ! Ce sont des décisions sérieuses et difficiles, mais ô combien captivantes.

Je tiens à prendre le temps de vous transmettre mon opinion en tant que citoyenne du Canada et citoyenne de la Nation québécoise. Si j’étais à votre place, j’écouterais Monsieur Stéphane Dion autant que Monsieur Harper. Je ne déclencherais pas d’élections et, advenant un vote de défiance positif, j’accepterais le gouvernement de coalition.

D’emblée, j’afficherai mes couleurs : je suis féministe, socialiste, écologiste, indépendantiste et altermondialiste. L’argumentaire que développent les partis membres de la Coalition pour légitimer leurs accords et leurs actions politiques ressemblent beaucoup à celui que je développerais si j’étais placée dans leur situation. Permettez cependant que je m’adresse à vous comme une citoyenne qui est spécialisée en éthique.

Je commencerai donc par des questions de fond : quelles doivent être les valeurs promues par le Canada ? En tant que citoyenne du Canada et du Québec, je ne fais pas confiance au gouvernement conservateur pour réaliser le(s) pays dans lequel je veux vivre. Je ne lui faisais pas confiance avant les élections. Je n’ai pas voté pour lui. Il m’a enlevé beaucoup de droits. (Concrètement, celui de pouvoir être reconnue comme chercheure indépendante par Condition féminine Canada et celui d’obtenir le financement de la Société des femmes philosophes dont je suis la Présidente, parce que cette Société a, entre autres, pour mission de faire du lobbying auprès des ministères pour ce qui touche la place des femmes en philosophie dans le curriculum de cours et dans les corps professoraux). Les Conservateurs menacent plusieurs des droits des femmes (avortement, garderies, équité salariale, droits des lesbiennes, etc.), des travailleurs et des travailleuses, des autochtones, des jeunes, des immigrantes et des immigrants, de la flore et de la faune. Ils menacent une véritable reconnaissance constitutionnelle de l’autonomie politique de la nation québécoise. Comme ils sont une menace à la réputation pacifiste et humanitaire des Canadiens et des Canadiennes, des Québécois et des Québécoises, réputation gagnée depuis plusieurs décennies par ceux et celles qui ont choisi antérieurement nos politiques étrangères.

Les décisions que vous aurez à prendre ne sont pas que des décisions juridiques, constitutionnelles et procédurales. Bien sûr, vous devrez tenir compte du droit constitutionnel et de la relation entre le Premier Ministre élu il y a six semaines et vous-même votre Excellence. Mais vous naviguerez aussi dans l’inconnu, vous inventerez le chemin à parcourir pour prendre vos décisions. D’autres critères viendront puiser dans votre propre vision du Canada de demain. Votre choix sera aussi un choix politique et éthique engagé, engagée que vous êtes en tant que femme, canadienne, québécoise, haïtienne, journaliste, située idéologiquement au plan politique. En cela vous serez vraiment placée dans la position d’une Cheffe d’État. Cela peut être questionnable. Vous représentez la Reine d’Angleterre et le rôle que l’on vous permet de jouer ici n’est pas celui d’une monarque. Votre rôle est plus limité. Malgré tout, je crois que vous avez en ce moment un espace de liberté que la situation politique vous oblige à utiliser.

En tant que Nations, le Canada et le Québec sont à la croisée des chemins. La situation économique mondiale actuelle nécessite un gouvernement centré sur le bien-être de l’ensemble des citoyens et des citoyennes, surtout le bien-être de ceux et celles qui ne pourront pas se relever facilement des pertes encourues par la récession (ou la dépression) actuelle. Les partis d’opposition ont bien démontré, durant les élections et en Chambre depuis, que le gouvernement Harper adopte une perspective de droite en matière économique. Or, celle-ci ne profite habituellement qu’aux plus riches. Quand, maintenant, c’est à tous nos concitoyens et à toutes nos concitoyennes que le Parlement doit penser.

65% de la population canadienne n’a pas voté pour les politiques de Stephen Harper. Ce sont les deux tiers de la population. Et ce n’est certainement pas tous ceux et toutes celles qui ont voté pour lui qui partagent ses valeurs religieuses. Le Canada est une démocratie parlementaire libérale. Notre Droit est de tradition libérale. Les lois qui ont été votées par le passé sont des lois libérales. Une société libérale est une société ouverte, pluraliste, laïque, qui refuse le racisme et le sexisme. Cette société libérale n’est pas le Canada de Stephen Harper. C’est pourquoi les motifs de vos décisions politiques doivent transcender les questions économiques et procédurales pour tendre vers une réelle justice sociale pour tous et toutes.

Vous trouverez certainement mon discours idéaliste. Je ne m’empêche pas de l’être, il est vrai. C’est volontairement que je situe mon discours de ce côté. Lorsque de grands moments historiques se présentent à nous, ce sont les principes et les valeurs qui cimentent nos idéaux qui doivent nous guider. Nous devons alors rester loin de la politicaillerie et de la « procédurite ». Laissez ce genre de choses aux journalistes et aux avocats. Ils en font leurs choux gras.

J’espère que vous excuserez la passion qui me guide en vous écrivant. Je ne crois pas qu’elle m’aveugle. On me dit que je peux vous faire confiance. Je vous ai entendu lors d’entrevues télévisées à l’époque où vous étiez journaliste. J’appréciais alors vos interventions.

Je vous prie donc d’agréer, Votre Excellence, l’expression de mes sentiments distingués et vous souhaite les meilleures conditions pour prendre une décision éclairée.

Pascale Camirand, citoyenne et philosophe éthicienne féministe

Présidente de la Société des femmes philosophes

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 décembre 2008

  • Voir agenda des manifestations en faveur de la Coalition à la grandeur du Canada : unparlementquimarche.ca.
  • Une pétition en anglais à signer.

  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Pascale Camirand, éthicienne et féministe

    Pascale Camirand, citoyenne et philosophe éthicienne féministe, est présidente de la Société des femmes philosophes.



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin