| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 16 janvier 2009

Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







D’un point de vue féministe, deux personnalités politiques se démarquent comme ayant le plus contribué à l’avancement des femmes québécoises en 2008 : le Premier ministre du Québec, Jean Charest, et la cheffe de l’opposition officielle, Pauline Marois.

Pauline Marois, une Première ministre en devenir

D’une certaine façon, le parcours de Pauline Marois reflète le cheminement typique de la majorité des femmes qui s’engagent hors des sentiers battus en souhaitant faire leur marque. C’est un parcours long, semé d’embûches, d’exigences de preuves sans cesse réitérées, de ces preuves qu’on ne réclame pas à des hommes parce que toutes les portes de n’importe quelle fonction leur semblent "naturellement" ouvertes. Combien d’années de vie politique Jean Charest avait-il derrière lui quand il a accédé à la direction du Parti libéral du Québec ? Pauline Marois avait une trentaine d’années d’expérience quand elle a pris la direction du Parti québécois.

Pauline Marois a franchi avec talent et persévérance toutes les étapes qui l’ont menée à la tête de son parti, il y a un an et demi, et elle est devenue, le 8 décembre 2008, la première femme cheffe de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale du Québec. On ne lui a pas fait de cadeau. C’est à elle-même qu’elle doit d’avoir atteint cet objectif. Elle a ainsi posé une nouvelle pierre à l’avancement des femmes québécoises et ces dernières, peu importe leur allégeance politique, devraient lui en savoir gré.

Il n’est pas superflu de rappeler que le Parti québécois, il y a deux ans à peine, rejetait la candidature de Pauline Marois lors d’une campagne à la direction réunissant huit candidats, dont la plupart avaient moins d’expérience qu’elle (elle a occupé la direction d’une douzaine de ministères majeurs au cours de sa carrière). Le PQ avait préféré à l’expérience et à la compétence de Pauline Marois l’image et l’espoir de changement qu’André Boisclair incarnait alors. Reconnaissons que le Parti québécois a corrigé rapidement son erreur en invitant Pauline Marois à en assumer la direction, à la suite des résultats désastreux qu’il avait obtenus à l’élection de 2007. Revenir après un tel rejet n’était sans doute pas facile pour Mme Marois, qui avait déjà quitté l’Assemblée nationale. Mais elle a relevé le défi.

Le 8 décembre dernier, Mme Marois a fait élire la plus forte opposition (51 sièges) à l’Assemblée nationale depuis la Révolution tranquille, dans les années 60. Le Parti québécois a accru le pourcentage des suffrages qu’il avait obtenu avec les prédécesseurs de Mme Marois, Bernard Landry (2003) et André Boisclair (2007). Espérons qu’il s’en souviendra s’il arrive à des militant-es de contester la cheffe pour un oui, pour un non, ou de vouloir servir les ambitions de certains stratèges en mal de pouvoir.

La résistance de Pauline Marois face à la critique bêtement sexiste des médias est une autre victoire à porter à son crédit. Faute de s’y habituer, on s’endurcit devant ce genre de bêtise, mais elle est toujours un boulet que seules les femmes doivent traîner. Comme dans le cas de la campagne à l’investiture démocrate aux États-Unis, certain-es nieront que la couverture médiatique de la campagne électorale au Québec ait connu des épisodes sexistes : le sexisme est si bien intégré qu’on ne sait plus le reconnaître. En voici deux exemples.

Dans les premières semaines de la campagne, les médias ont fait toute une histoire de la "fuite" d’un document interne du PQ, qui présentait Pauline Marois comme "snob", froide et distante. Il n’y avait pourtant rien de nouveau dans ce portrait de Mme Marois tracé par des membres de son parti (belle loyauté !) : lors de la course à la direction du PQ, on nous en avait rebattu les oreilles pendant des mois. Mais les médias, prompts à exploiter les mésententes réelles ou apparentes, ont fait pendant des jours leurs choux gras du mythe d’une Pauline Marois "snob" et peu parlable. Pauline Marois est une femme élégante et bien mise, elle vit à l’aise et est heureuse. Ce n’est pas là une preuve de snobisme. Le penser et le répandre relève plutôt de l’envie. Avons-nous jamais vu les médias accorder autant d’importance à ces descriptions d’hommes politiques (en dépit du fait que certains méritaient les épithètes « snob » et « distant ») ?

Le deuxième exemple de sexisme dans les médias concerne la santé soi-disant fragile de la cheffe péquiste. Pauline Marois a subi une intervention chirurgicale mineure à l’été 2008. Au milieu de la campagne électorale, quelques journalistes se sont mis à trouver qu’elle avait l’air fatiguée… L’impression de quelques-uns a rapidement fait le tour de la "confrérie » pour devenir rumeur et, s’amplifiant, quasiment un fait certain. On s’est alors demandé si la cheffe péquiste était complètement rétablie et, en sous-entendu, si elle pouvait gagner une élection ou même terminer la campagne électorale. Il a fallu qu’elle entraîne une meute de journalistes dans une marche rapide sur le Mont-Royal, à 6h du matin, pour qu’ils se rendent compte que la plus fatiguée n’était pas celle qu’ils pensaient. Et pour que la rumeur s’éteigne comme elle était née.

Les médias n’ont pas servi la même médecine au ministre et député sortant Claude Béchard, qui a surmonté un cancer pendant de longs mois de maladie l’ayant éloigné de ses fonctions à l’Assemblée nationale. Au cours de la campagne électorale, les médias n’ont pas spéculé sur l’aptitude de M. Béchard à remplir ses fonctions de député ou de ministre, advenant qu’il soit réélu. Au contraire, M. Béchard a bénéficié d’un immense capital de sympathie, qu’il méritait sans doute, quoique le fait de combattre une maladie n’ait jamais ajouté à la compétence d’un aspirant à la réélection, pas plus que le fait de se faire enlever l’appendice n’a jamais rendu une femme politique impotente. Les médias ont réagi comme si une intervention chirurgicale mineure représentait un risque d’incapacité chez Pauline Marois alors que surmonter une maladie grave faisait de Claude Béchard quasiment un surhomme.

La femme politique Pauline Marois a changé au cours des années. Elle a pris de l’assurance, défend mieux ses points de vue en évitant les combats de coqs auxquels les hommes politiques nous ont trop souvent habitués. Elle est la première femme cheffe de l’opposition à siéger à l’Assemblée nationale du Québec, et il lui revient de trouver la manière et le ton d’exercer cette fonction selon sa personnalité, son expérience, sa propre conception de l’administration de l’État. Elle y réussira mieux sans doute en n’écoutant pas trop certains de ses conseillers. Elle connaît mieux ses dossiers que ne les connaissait Jean Charest quand il a accédé à la même fonction, et, si elle avait été un homme, elle serait peut-être déjà Première ministre.

Même si le Parti québécois ne s’est pas encore complètement défait de ses tendances à faire des crocs-en-jambe à ses chefs, ni de ses "beaux-pères" qui n’acceptent pas que leurs successeur-es puissent réussir mieux qu’eux, Pauline Marois semble avoir réussi pour le moment à calmer les piaffeurs qui veulent tout, tout de suite, peu importe que la population n’en veuille pas. Le mariage de l’idéal et du réalisme ne fera pas de tort au PQ et, pour peu qu’il comprenne où se trouve son avenir et qu’il laisse sa cheffe faire son travail sans vouloir lui imposer un style et une nouvelle personnalité, Mme Marois sera une excellente cheffe de l’opposition. Si elle devient un jour cheffe de gouvernement, elle écrira une autre page d’histoire pour les femmes du Québec et même de l’Amérique du Nord.

Jean Charest, un Premier ministre sous (bonne) influence

Quand la Gazette des femmes, le magazine du CSF, a qualifié de féministe le Premier ministre du Québec, l’an dernier, plusieurs ont sourcillé. Il faut dire que l’argument avancé pour soutenir l’affirmation était un peu faible : en résumé, Jean Charest partageait les tâches domestiques avec sa femme et il avait nommé un conseil des ministres paritaire. Dans mon for intérieur, je doutais que Jean Charest délaisse ses responsabilités politiques pour cuisiner ou passer l’aspirateur, alors que son épouse donnerait des cours à l’université ou des conférences aux quatre coins du pays. Pour ce qui est du premier conseil des ministres paritaire mis en place par M. Charest, je pensais qu’il n’était que stratégie post-électorale d’un gouvernement minoritaire et que la parité ne ferait pas long feu. Je me trompais : ce conseil des ministres est resté paritaire et la plupart de ses membres féminins se sont avérés les meilleurs atouts du cabinet Charest. Ce qui plus est, réélu, Jean Charest a choisi une seconde fois la parité en décembre dernier.

On l’a dit et répété : le Premier ministre a déclenché une campagne électorale inutile après seulement 18 mois au pouvoir, dans le but d’obtenir une majorité. Il l’a obtenue, cette majorité, mais elle est un peu courte (66 sièges, alors qu’il lui en fallait au moins 63). Cette élection, dont la majorité de la population ne voulait pas, est responsable d’un des plus faibles taux de participation à un scrutin dans l’histoire du Québec. Le peuple trouve toujours le moyen de s’exprimer. En dépit de ce fait - et l’on ne va pas le lui reprocher pendant quatre ans - Jean Charest mérite de partager avec Pauline Marois la palme de la personnalité politique la plus marquante en 2008. Il a écrit, lui aussi, une page d’histoire pour l’avancement des femmes.

En présentant à nouveau un conseil des ministres composé à parts égales d’hommes et de femmes, M. Charest a démontré qu’il se souciait de la contribution des femmes ainsi que de leur représentation dans les affaires de l’État. Les médias ont fait courir l’idée que la parité au conseil des ministres représentait de la discrimination à l’égard des hommes ! « Il y a plus d’hommes élus que de femmes ! Avec la parité, ces hommes n’auront jamais la chance de devenir ministres », ont clamé des journalistes sur tous les tons. Comme si les postes de ministres revenaient de droit à des hommes ! Plusieurs semblent oublier que les femmes composent la moitié de la population (et peut-être même une légère majorité), il est donc normal que cette réalité se traduise à l’Assemblée nationale.

Des journalistes ont prétendu que les femmes accédaient au conseil des ministres seulement parce qu’elles étaient des femmes ! Un ancien président de l’Assemblée nationale a même déclaré à la radio d’État que le fait d’instaurer la parité créait un précédent dangereux : présentement, les femmes nommées sont compétentes, a-t-il dit, mais un jour, ce pourrait ne pas être le cas. Pareil argument vaut aussi pour les hommes nommés au conseil des ministres. On n’a jamais prétendu dans le passé que des hommes étaient nommés ministres parce qu’ils étaient des hommes. Pourtant, ce fut souvent le cas. Et qui peut affirmer sans rire que, dans l’histoire du Québec, tous les hommes nommés à des conseils des ministres étaient d’égale compétence ?

M. Charest n’a pas écouté les sirènes médiatiques et a maintenu la parité. Il a même affirmé, devant près de 2 millions de spectateurs et spectatrices lors de sa participation à une émission populaire, que les femmes nommées l’étaient pour leur compétence. Il est faux, a-t-il dit, qu’elles aient été choisies parce qu’elles étaient des femmes. D’ailleurs, depuis quand choisit-on des femmes pour des postes de responsabilité parce qu’elles sont des femmes ? Il s’agit encore d’un mythe qui a la vie dure. Voyez-vous beaucoup de femmes maires, cheffes d’entreprises, présidentes de conseils d’administration, à la tête d’organismes publics ou des médias ? Si on favorise un sexe, c’est plutôt le masculin, et je soupçonne qu’à compétence égale on choisit plus volontiers un homme qu’une femme. Cette longue tradition est difficile à changer.

La parité hommes-femmes au conseil des ministres n’est pas le seul geste de Jean Charest en faveur d’une meilleure représentation des femmes au sein de l’appareil d’État. Il a fait adopter La Loi sur la gouvernance des sociétés d’État en 2006, une mesure qui oblige les sociétés d’État à modifier la composition de leur conseil d’administration pour qu’y siègent au moins 50% de femmes d’ici l’an 2011 (1). Par ailleurs, les politiques élaborées par la ministre de la condition féminine, notamment celles qui touchent la violence faite aux femmes, n’auraient pas survécu sans l’appui du Premier ministre. Il faut aussi souligner que M. Charest a toujours défendu ses ministres quand les médias et l’opposition les prenaient à partie (à tort ou à raison). C’est aussi pendant le deuxième mandat du gouvernement Charest qu’on a amendé la Charte québécoise des droits de la personne pour y renforcer le principe d’égalité des sexes. Rappelons aussi que le gouvernement Charest a su résister aux pressions, qui s’exercent encore d’ailleurs, pour transformer le Conseil du statut de la femme ou carrément l’abolir.

Enfin, Jean Charest n’a pas que des mérites en matière de condition féminine. Il y a cinq ans, il a fait preuve de discrimination sexiste envers des groupes de travailleuses des services de garde et des soins de santé en faisant adopter deux lois, la Loi 7 et la Loi 8, que la Cour supérieure du Québec a invalidées, le 31 octobre dernier (2). À tout le moins ne s’est-il pas avisé, en novembre dernier, de faire appel de cette décision qui donnait raison à ces 25 000 travailleuses auxquelles son gouvernement avait injustement et illégalement retiré des droits en 2003. Certes, la campagne électorale se prêtait mal à un tel appel. Mais d’autres dirigeants auraient fait fi des arguments de la Cour supérieure et de l’électorat féminin, tant ils sont certains de posséder la vérité (3).

Avec du recul, je me demande si Jean Charest n’a pas subi l’influence bénéfique des femmes dont il s’est entouré en 2007 à l’Assemblée nationale... Plusieurs ont noté que le Premier ministre avait changé en 18 mois. De l’entêté vindicatif qui n’écoutait que lui-même en 2003, il s’est peu à peu transformé, selon plusieurs, en un chef d’État plus serein et réceptif, qui semble chercher à rallier plutôt qu’à diviser. Il laisse aux femmes qu’il a nommées la latitude nécessaire dans l’exerce de leurs fonctions et ne semble pas craindre qu’elles lui portent ombrage. Le devrait-il ? Quelques-unes auraient la compétence et les qualités voulues pour lui succéder…

L’avenir nous dira si ce choix en faveur de l’égalité des femmes et de leur place dans les affaires de l’État correspond à une tendance de fond. En tout cas, il n’est pas anodin que, par son exemple, le chef du gouvernement du Québec lance le message que la contribution des femmes est nécessaire aux instances les plus élevées pour gouverner la société.

Notes

1. L.R.Q., chapitre G-1.02, LOI SUR LA GOUVERNANCE DES SOCIÉTÉS D’ÉTAT : « …que les conseils d’administration soient, pour l’ensemble des sociétés, constitués à parts égales de femmes et d’hommes à compter du 14 décembre 2011. » Ch. XIII, art. 43, 2e.
2. Voir le résumé de ce jugement sur le site du Conseil du statut de la femme.
3. Je pense, par exemple, à l’individu obtus et partisan qui dirige le gouvernement du Canada et qui a mis à mal tous les programmes destinés à aider les femmes à combattre la discrimination systémique. Avant de proroger le Parlement en décembre dernier, il projetait même de leur retirer le droit de poursuite devant les tribunaux en matière d’équité salariale, un droit que leur a reconnu la Cour suprême du Canada. L’ONU a d’ailleurs souligné le recul du Canada en matière d’égalité, notamment dans le domaine de la violence.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 janvier 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin