| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 19 mars 2009

Jean-François Harrisson, complice de pédophilie

par Milaine Alarie, pour la CLAP






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le congrès Mondes des femmes 2011 : une grande occasion pour le Canada
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Les femmes réclament le droit de vivre sans crainte ni violence
Journée internationale des femmes et féminisme : un point de vue masculin
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’hypersexualisation : la responsabilité des médias
Quand la haine des femmes devient propagande
Vancouver 2010 - Quand Jeux olympiques rime avec exploitation des femmes
Détourner les clients des rues d’Ottawa ne règle pas le problème de la prostitution
Non à la prostitution forcée dans les salons de massage
La CLAP appuie le rapport du CPCF sur la prostitution et la traite au Canada. Des recommandations audacieuses
La coupe de la honte de football
La Collective des luttes pour l’abolition de la prostitution voit le jour
Le corps humain est inaliénable ! Pour l’abolition de la prostitution !







L’acteur Jean-François Harrisson fait les manchettes récemment pour avoir été arrêté pour possession et distribution de matériel de pornographie juvénile. Le comédien, qui est bien connu des jeunes pour sa participation dans de nombreuses émissions jeunesse, en surprend plus d’un avec cette nouvelle accablante. Si, pour un bon nombre des citoyens, il s’agit là d’une situation impardonnable, nombreux sont ceux qui veulent diminuer la gravité des actes d’Harrisson en spécifiant, d’une part, qu’il n’a pas encore été trouvé coupable, et d’autre part qu’il n’a tout de même pas abusé d’enfants.

Consommateur de pornographie juvénile et pédophile : du pareil au même

Le deuxième argument est plutôt troublant. Concernant la décision de TVA de retirer la candidature du comédien du Gala Artis, l’avocat d’Harrisson, M. Claude-F. Archambault, tente de déculpabiliser son client en affirmant qu’« une sanction comme celle-là n’a pas sa place, étant donné qu’on n’accuse pas M. Harrisson d’avoir agressé des enfants, mais bien d’avoir possédé et distribué des images de pornographie juvénile. » (1) Ce raisonnement est outrageant ! S’il y a une différence entre abuser sexuellement d’un enfant et regarder, encourager et favoriser auprès de ses amis l’abus d’enfants, il n’y a aucune différence quant aux conséquences que ces deux gestes apportent. Dans les deux cas, il y a un enfant, un vrai, qui est abusé, violé, torturé, et parfois tué. Qui pose les gestes n’est qu’un détail. L’un commet l’acte et l’autre, voire des milliers d’autres, paient pour voir cette torture inhumaine. En d’autres mots, l’un est l’agresseur, l’autre est son complice.

Voilà le grand drame de la pornographie : l’anonymat qu’elle permet, la distance qu’elle crée entre le voyeur et la victime grâce à l’écran qui les sépare, permettent au spectateur de se déculpabiliser. On se dit que ce n’est que de la fiction hollywoodienne, que la violence qu’on observe fait partie des trucages de télévision, que de toute façon, le film a déjà été tourné et que le regarder ne changera rien au sort de la victime, que personne ne va savoir et que l’on ne risque rien, ou encore, au moins, on ne passe pas à l’acte. Bref, en tant que spectateur de l’autre côté de son ordinateur, on n’est pas responsable des actes souvent violents, méprisants, et dans ce cas-ci, pédophiles, que l’on voie.

Une modification des lois est nécessaire

Mais qu’on regarde la vérité en face. Il y a une corrélation indéniable entre la consommation de la pornographie juvénile et la production de celle-ci. Plus on visionne ces films, plus la demande pour ce type de matériel est grande et plus le besoin en « acteurs » augmente. Bref, la consommation de pornographie juvénile influence à la hausse la production de ces films odieux. En tant que consommateur, Harrisson est donc inévitablement complice de pédophilie et devrait être jugé ainsi. Peut-être que si les États commençaient à considérer les consommateurs de pornographie juvénile comme des complices de pédophilie et à les punir en conséquence, on en viendrait à réduire l’incidence de la pédophilie et, par le fait même, de la pornographie infantile.

Il est grand temps que l’on lance un débat de société à savoir quel sort nous voulons réellement réserver à nos enfants. D’un côté, on nous dit que les pédophiles sont des « monstres », on tente d’exiler de nos quartiers ceux qui ont purgé leur peine et qui tente de se refaire une vie, mais d’un autre côté, on permet la prolifération de la pornographie juvénile sur internet, plusieurs l’encouragent en la consommant et on ne pénalise que légèrement à la fois les consommateurs de matériel pornographique infantile et les pédophiles eux-mêmes. Il est primordial de mettre fin à la quasi-immunité dont profitent les pédophiles et les consommateurs de pornographie infantile afin de réduire l’incidence de la violence sexuelle envers les mineur-es et d’offrir un environnement plus sécuritaire à nos enfants.

Note

1. Marc, Pigeon, « Coupable avant d’être jugé » (en ligne), Journal de Montréal, 10 mars 2009.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 mars 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Milaine Alarie, pour la CLAP

L’auteure est bachelière en Études des femmes et en Développement international et mondialisation. Elle est aussi membre de la Collective des luttes pour l’abolition de la prostitution (CLAP), une jeune ONG féministe militant pour l’égalité entre les sexes, principalement pour l’éradication de toute forme d’oppression sexuelle.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin