| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 17 mars 2009

La Meute des Chiennes de garde dénonce une publicité de Reporters sans frontières
"Franchement", utiliser la violence contre les femmes est indigne !

par Florence Montreynaud, La Meute des Chiennes de garde






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


M. Martineau, vos "jokes de mononc" ne passent plus
Versailles - Viol punitif posthume de la Reine Marie-Antoinette
Insulte à la présidente de l’Assemblée nationale française - Les députés de l’UMP soutiennent le sexisme dans la langue française
Exploiter la nudité devient-il un acte "révolutionnaire" si des femmes le posent ?
Publicité sexiste - Les annonceurs Pulco et Axe modifient leurs films publicitaires
Un lave-auto sexiste pour la charité ! Et le respect des femmes ?
Après la porno chic, la porno crade ?
La publicité nous tire vers le bas. Ça suffit !
Les Chiennes de garde montrent les crocs au « macho de l’année » et aboient contre la publicité la plus sexiste
Lancement de la Coalition nationale contre les publicités sexistes (CNCPS)
Publicité sexiste - Vendre son corps au plus offrant
Sexisme de Molson - Le cercle vicieux
Le retour des publicités sexistes
Publicité sexiste destiné aux diplômés des grandes écoles dans le département des Yvelines
Pub d’une association étudiante de l’Université Laval : pur conformisme au sexisme de l’époque
Publicité sexiste - La ministre Christine St-Pierre incite les entreprises à promouvoir des modèles féminins et masculins non sexistes
Belgique - Pour la première fois, une condamnation pour publicité sexiste et injurieuse envers les femmes
La publicité suit la mode "trash"
Publisexisme - Reversa renversante !
La publicité à connotation pornographique
Toujours prêtes ! Mais à quoi ?
La publicité tentaculaire et le sexisme
Le gouvernement français veut sanctionner les propos homophobes, mais pas les propos sexistes
La publicité, un instrument du patriarcat
La publicité sexiste et violente en France







"Franchement", utiliser la violence contre les femmes est indigne !

La Meute des Chiennes de garde s’engage publiquement contre une
publicité sexiste : la campagne de Reporters sans frontières. Cette
organisation, qui milite pour la liberté de la presse, utilise l’image
d’une Marianne violentée et sanguinolente, avec le slogan "Franchement,
elle l’a cherché" (visible ici :
http://www.rsf.org)

Non, tous les moyens ne sont pas bons ! Même au service d’une bonne
cause, la violence contre les femmes ne peut être un argument pertinent.

Voici la lettre que nous adressons aux responsables de Reporters sans
frontières. Nous vous proposons de reprendre ce texte ou de vous en
inspirer, et d’écrire vous aussi, de préférence par la poste, ce qui est
bien plus effficace qu’un courriel. Les responsables d’une campagne
savent que, pour UNE lettre qu’ils reçoivent d’un-e protestataire, il y
a MILLE autres personnes qui sont tout aussi mécontentes mais n’ont pas
pris le temps d’écrire.

Vous pouvez aussi envoyer un courriel à : rsf@rsf.org.

Si vous rédigez un texte différent, prière de l’envoyer aussi à La Meute, pour qu’il puisse figurer sur notre site !

Source : DES NOUVELLES DE LA MEUTE N° 136 - 16 mars 2009, ACTION N°32 de La Meute (voir la liste des actions sur
www.lameute.fr/agir)

*****

Lettre ouverte des Chiennes de garde à Reporters sans frontières
Gérald Sapey, Président de RSF International
Pierre Veilletet, président de RSF France
Jean-François Juillard, secrétaire général
CS 90247 - 75083 Paris Cedex 02

Paris, le 16 mars 2009

Messieurs,

Pour faire connaître au grand public votre bilan annuel de la liberté de la presse dans le monde, vous avez choisi, illustrant votre campagne en
France, la photo d’un buste de Marianne, symbole de la République. Des
traînées rouge sombre coulent de son nez et tombent sur sa tunique,
comme s’il s’agissait d’une femme ayant reçu un coup de poing en pleine
figure et saignant du nez.

Vous accompagnez cette image-choc du slogan en gros caractères : "Franchement, elle l’a cherché".

En bas et en tout petits caractères, l’explication : "La France est 35e sur 168 pays au classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières."

Utiliser l’image d’une femme violentée, en l’accompagnant du commentaire
"Franchement, elle l’a cherché", vous place du côté des conjoints agresseurs qui se justifient en affirmant que, "franchement", une femme battue est responsable de l’agression qu’elle a subie.

Sans doute aviez-vous l’intention de communiquer au second degré, mais
pour les victimes de violences conjugales (2 millions de femmes en
France), comme pour les agresseurs, c’est le premier degré, la
représentation de violences contre une femme, qui restera en mémoire,
avec la légitimation que vous lui donnez.

Qu’on la prenne au premier ou au second degré, votre campagne fait avant
tout la promotion de la violence, à la fois contre le symbole de la République et contre une figure féminine à laquelle chaque femme voyant votre affiche peut se sentir identifiée. Et Marianne, femme ou République, l’aurait "franchement cherché" ! Ne percevez-vous pas le danger qu’il y a à promouvoir la violence dans n’importe quelle situation, et le dommage qui peut en résulter pour l’image de RSF ?

Nous vous exprimons notre totale désapprobation pour le sexisme de cette
campagne, et vous demandons de renoncer à la diffuser dorénavant.

Quant à nous, quels que louables que soient vos buts, nous ne
soutiendrons plus une organisation qui utilise et banalise la violence
contre les femmes.

Les Chiennes de garde

Adelphiquement*,
Florence cheffedemeute Montreynaud

*Adelphiquement dérive de adelphité, mot qui désigne un sentiment entre
fraternité et sororité. En français, sour et frère proviennent de deux
mots différents. Le mot adelphité est formé sur la racine grecque
adelph- qui a donné les mots grecs signifiant sour et frère.

La Meute des Chiennes de garde est la réunion, depuis octobre 2008, du
réseau La Meute contre la publicité sexiste (lancé en 2000) et de
l’association Chiennes de garde (fondée en 1999).

  • Pour vous joindre à la Meute des Chiennes de garde, vous pouvez adhérer à l’association Chiennes de garde, que je préside, après avoir lancé ce mouvement en 1999. La cotisation annuelle est de 20 euros, et vous pouvez manifester votre soutien en donnant davantage (par chèque à l’adresse : Chiennes de garde, Maison des associations, boîte n° 11, 5 rue Perrée 75003 Paris).
  • Site des Chiennes de garde.
  • Courriel.
  • Pour vous joindre au réseau "Encore féministes !", qui organise des actions dans d’autres domaines, et dont le groupe parisien se réunit tous les mois, signez le Manifeste "Encore féministes !" sur le site http://encorefeministes.free.fr.

    N.B. L’association Mix-Cité Paris a aussi réagi à cette publicité. Lire la lettre qu’elle a expédiée à RSF.


    Lettre à Reporters sans frontières

    Sujet : votre publicité banalisant la violence faite aux femmes

    Vous l’avez cherché !

    Messieurs (et mesdames aussi s’il y en a qui ont participé à ce choix),

    Le site féministe Sisyphe.org, dont la fréquentation dans la francophie atteint en moyenne 8 000 visiteurs et visiteuses par jour, se joint à la Meute des Chiennes de garde pour dénoncer la publicité que vous avez créée dans le but de faire connaître votre bilan annuel.

    La liberté d’expression nous est chère, nous aussi, mais nous ne l’exerçons sur le dos de groupes victimes de discrimination et de violence, comme vous le faites.

    Nous endossons entièrement les arguments de La Meute des Chiennes de garde et nous vous promettons une très large diffusion de cette dénonciation dans les réseaux intellectuels, féministes et communautaires de l’ensemble de la francophonie. Nous n’avons pas l’intention de relayer à nouveau l’information de votre organisation si vous ne retirez pas cette publicité banalisant la violence à l’égard des femmes et ne présentez pas d’excuses. La liberté d’expression ne justifie pas tout et la violence contre les femmes est un crime encore plus grave que la restriction du droit à la liberté d’expression.

    Pour votre information : http://sisyphe.org/spip.php?article3251

    Bien à vous,

    Micheline Carrier, pour Sisyphe

    cc Florence Montreynaud, fondatrice et présidente de La Meute des Chiennes de garde

    Mis en ligne sur Sisyphe, 17 mars 2009


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Florence Montreynaud, La Meute des Chiennes de garde



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin