| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 15 juin 2009

Afghanistan - Troquer la sécurité des femmes chiites contre des votes

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


L’assassinat d’une femme afghane, Farkhunda
Talibans et Boko Haram - Même combat contre les droits humains
Afghanistan - "Pour les Afghanes, la situation n’a pas progressé", selon Carol Mann
Le Centre d’Enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes répond à Carol Mann
Soumettre à l’analyse critique la politisation de la religion : une responsabilité des féministes
"Femmes afghanes en guerre", un livre de Carol Mann
Afghanistan - Les pourparlers avec les talibans devraient tenir compte des mauvais traitements que ces derniers infligent aux femmes
Une journée d’études sur la situation des femmes en Afghanistan depuis la chute des Talibans
Protestation mondiale pour faire entendre raison à Amnistie Internationale
NEGAR – Soutien aux femmes d’Afghanistan s’oppose à la réinsertion des Talibans modérés au gouvernement
Les talibans sont déjà au pouvoir à Kaboul
L’appel de Kaboul par 200 organisations afghanes : pas de talibans au gouvernement
Femmes afghanes, un échec partagé par le gouvernement Karzaï et l’aide internationale
Droit coutumier et corruption : des obstacles aux droits des femmes afghanes
Élection en Afghanistan : le point de vue d’une étudiante en droit
Les Talibans s’en prennent aux enfants
La mortalité maternelle en Afghanistan, un record mondial qui laisse indifférent
La crèche de l’université de Kaboul
Quelque 1,5 million de veuves afghanes dans la misère
Afghanistan - Une guerre contre les femmes
Afghanistan - Les dangereuses thèses de Christine Delphy (Afghana.org)
L’Afghanistan en proie à un double incendie
La scolarisation des filles en Afghanistan
Un constat désespéré de Sarajevo à Kaboul
Un projet de bibliothèque pour jeunes en Afghanistan
Je vous écris de Kaboul... Aidez Aïna !
Site NEGAR - Soutien aux femmes afghanes
Afghanistan 2005 : Journée internationale de la Femme
L’élection présidentielle du 9 octobre en Afghanistan intéresse les femmes
Le droit des femmes, un sujet très subversif en Afghanistan
Le Fonds pour les Droits des femmes en Afghanistan
Ni justice ni sécurité pour les femmes en Afghanistan
Le pouvoir des chefs de guerre met en péril la sécurité des femmes en Afghanistan
Des crimes contre l’humanité impunis
Restrictions et persécutions imposées aux femmes afghanes par les talibans
La résistance féministe afghane
L’avenir des femmes afghanes
Les femmes afghanes et l’ONU
Mary Robinson, Haut-commissaire de l’ONU, aimerait voir les femmes au pouvoir en Afghanistan
Des embûches sur le chemin de la liberté
Les femmes devraient être au pouvoir en Afghanistan
La Maison-Blanche « découvre » la situation des Afghanes et part en campagne
Lettre au premier ministre du Canada pour les femmes afghanes
Le ministère des Affaires étrangères du Canada répond à une lettre adressée au Premier ministre
Où est Ben Laden ?







Encore une fois, un chef politique s’est entendu avec des intégristes pour sacrifier les droits des femmes à ses propres intérêts. Le président Hamid Karzaï a légalisé le viol des femmes chiites par leur mari pour satisfaire les islamistes radicaux. Aussi révoltant que les récents "exploits" du Vatican et de sa hiérarchie, mais plus risqué à dénoncer...

Le président Hamid Karzaï, de l’Afghanistan, a fait adopter une loi qui légalise le viol des femmes chiites par leur mari, disent des groupes de femmes et un rapport des Nations Unies. Le président a adopté rapidement la nouvelle Shia Family Law, qui était en veilleuse depuis un an, affirment-ils, pour calmer les fondamentalistes dont il souhaite l’appui lors de l’élection qui aura lieu en août.

L’article 132 de la nouvelle Shia Family Law rejette la nécessité du consentement sexuel entre époux (c’est-à-dire de l’épouse), approuve tacitement le mariage d’enfants (le mariage d’enfants est toujours mariage non consentant) et limite le droit des femmes à quitter leur résidence sans surveillance, masculine il va de soi. Elles voient leurs droits réduits dans les cas de divorce et de garde d’enfants.

« C’est la pire loi adoptée par le Parlement au cours de ce siècle », dit Shinkai Karokhail, une membre du Parlement qui fait campagne contre la législation. Cette loi est carrément contre les droits des femmes et elle les rend plus vulnérables. »

Cette information est aussi révoltante que les derniers exploits de l’Église catholique au Brésil et en Afrique, mais elle n’a pas entraîné une semblable levée de boucliers chez les militant-es pour les droits des femmes du monde occidental, plus particulièrement chez nous au Québec : cela se passe ailleurs et concerne des fondamentalistes islamistes, que la soi-disant gauche se garde bien de critiquer.

Depuis toujours, ceux et celles qui refusent de se fermer les yeux, constatent que les fondamentalistes islamistes et les intégristes catholiques poursuivent exactement les mêmes objectifs : ils ne se contentent pas de nier les droits des femmes, particulièrement les droits sexuels, ils les combattent vigoureusement en faisant pression sur les dirigeants politiques. Ils ne reculent devant rien, intimidation comprise. Toutefois, il est plus facile et moins risqué de dénoncer le Pape et les catholiques que de dénoncer les intégristes islamistes. En dénonçant le Pape et en fermant les yeux sur les actes des imams et de divers religieux intégristes, on ne risque pas de passer pour islamophobe et néo-colonialiste.

Tout cela relèverait des préjugés des Occidentaux à l’égard des Orientaux, il s’agirait de propagande pour justifier l’occupation de l’Afghanistan. Il y a des choses, en tout cas, que des gens qui s’affichent progressistes n’ont pas à envier à d’autres : l’hypocrisie et la mauvaise foi. Leur sympathie pour l’ingrisme islamiste qui viole les droits des femmes à la face du monde ne les qualifie pas comme militants autoproclamés de la violence contre les femmes. Comment peut-on dénoncer la violence contre les femmes dans les maisons du Québec et en même temps fermer les yeux sur la violence institutionnalisée contre les femmes dans les pays totalitaires et dans les pays d’accueil tolérants devant les "différences culturelles" ?

L’ambassadeur afghan commente les réactions canadiennes

L’ambassadeur de l’Afghanistan a commenté ainsi les réactions canadiennes à une loi sur le point d’être adoptée en Afghanistan et qui autorisera le viol des femmes chiites par leur mari, la perte de leurs droits en cas de divorce, la restriction de leurs déplacements sans la surveillance des maris.

« Je comprends très bien la réaction - immédiate et émotive - de pays comme le Canada, qui ont tant accompli pour bâtir une jeune démocratie », a déclaré M. Samad en entrevue.

« Mais les gens doivent aussi comprendre que cette jeune démocratie manque de maturité, a ajouté M. Samad, en faisant allusion à celle qui prévalait en Afghanistan. Les normes sont différentes de celles des démocraties canadienne et européenne. Et le contexte culturel est entièrement différent. Nous allons trébucher, nous allons commettre des erreurs, mais nous allons ainsi progresser. »

Normes différentes, contexte culturel différent, religion différente. Le prétexte sera peut-être un jour la couleur de la peau différente, la langue différente. La différence des sexes est déjà la norme. Tous les prétextes sont bons, même du côté de gens qui se disent féministes, pour justifier la guerre qu’on mène contre les femmes sous de multiples formes. L’Afghanistan, qui prétend devenir une démocratie, est pourtant soumis aux mêmes conventions et normes internationales que les autres pays en terme de droits de la personne (qu’on nomme aujourd’hui par un anglacisme - "droits humains"). La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, par exemple, exclurait-elle les femmes chiites d’Afghanistan ? Celles-ci n’auraient pas les mêmes droits que les autres femmes du monde et d’Afghanistan ? Les droits des femmes, contrairement aux privilèges des hommes, ne seraient-ils donc pas universels ? (2)

Pourquoi la loi vise-t-elle seulement les femmes chiites ? Karzaï a besoin de l’appui du groupe chiite pour les prochaines élections. Il s’est livré à un petit trafic avec ce groupe : je vous aide à réprimer les droits des femmes chiites et vous me donnez votre appui à la prochaine élection. À la guerre comme à la guerre !

L’heure n’est pas à plier l’échine devant le relativisme culturel et le mépris envers les femmes, où que ce soit dans la monde. Il faut réagir et dénoncer ! Avant de dépenser des milliards soi-disant pour aider au développement de l’Afghanistan, il faudrait exiger que ce pays respecte les droits de la personne, en particulier les droits femmes, les plus bafoués dans ce pays comme partout où les intégristes utilisent la religion à des fins politiques.

Notes

1. Le Devoir, 3 avril 2009
2. Site de l’ONU.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 avril 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin