| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 25 juillet 2002

Des crimes contre l’humanité impunis

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


L’assassinat d’une femme afghane, Farkhunda
Talibans et Boko Haram - Même combat contre les droits humains
Afghanistan - "Pour les Afghanes, la situation n’a pas progressé", selon Carol Mann
Le Centre d’Enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes répond à Carol Mann
Soumettre à l’analyse critique la politisation de la religion : une responsabilité des féministes
"Femmes afghanes en guerre", un livre de Carol Mann
Afghanistan - Les pourparlers avec les talibans devraient tenir compte des mauvais traitements que ces derniers infligent aux femmes
Une journée d’études sur la situation des femmes en Afghanistan depuis la chute des Talibans
Protestation mondiale pour faire entendre raison à Amnistie Internationale
NEGAR – Soutien aux femmes d’Afghanistan s’oppose à la réinsertion des Talibans modérés au gouvernement
Les talibans sont déjà au pouvoir à Kaboul
L’appel de Kaboul par 200 organisations afghanes : pas de talibans au gouvernement
Femmes afghanes, un échec partagé par le gouvernement Karzaï et l’aide internationale
Droit coutumier et corruption : des obstacles aux droits des femmes afghanes
Élection en Afghanistan : le point de vue d’une étudiante en droit
Afghanistan - Troquer la sécurité des femmes chiites contre des votes
Les Talibans s’en prennent aux enfants
La mortalité maternelle en Afghanistan, un record mondial qui laisse indifférent
La crèche de l’université de Kaboul
Quelque 1,5 million de veuves afghanes dans la misère
Afghanistan - Une guerre contre les femmes
Afghanistan - Les dangereuses thèses de Christine Delphy (Afghana.org)
L’Afghanistan en proie à un double incendie
La scolarisation des filles en Afghanistan
Un constat désespéré de Sarajevo à Kaboul
Un projet de bibliothèque pour jeunes en Afghanistan
Je vous écris de Kaboul... Aidez Aïna !
Site NEGAR - Soutien aux femmes afghanes
Afghanistan 2005 : Journée internationale de la Femme
L’élection présidentielle du 9 octobre en Afghanistan intéresse les femmes
Le droit des femmes, un sujet très subversif en Afghanistan
Le Fonds pour les Droits des femmes en Afghanistan
Ni justice ni sécurité pour les femmes en Afghanistan
Le pouvoir des chefs de guerre met en péril la sécurité des femmes en Afghanistan
Restrictions et persécutions imposées aux femmes afghanes par les talibans
La résistance féministe afghane
L’avenir des femmes afghanes
Les femmes afghanes et l’ONU
Mary Robinson, Haut-commissaire de l’ONU, aimerait voir les femmes au pouvoir en Afghanistan
Des embûches sur le chemin de la liberté
Les femmes devraient être au pouvoir en Afghanistan
La Maison-Blanche « découvre » la situation des Afghanes et part en campagne
Lettre au premier ministre du Canada pour les femmes afghanes
Le ministère des Affaires étrangères du Canada répond à une lettre adressée au Premier ministre
Où est Ben Laden ?







Au printemps 2001, l’opinion occidentale s’est beaucoup émue lorsque les talibans, ces fanatiques religieux qui se sont rendus maîtres de l’Afghanistan de façon illégitime, ont détruit des statues de bouddhas témoins d’une époque pré-islamiste. L’UNESCO a alors parlé de crime « culturel » contre l’humanité. Bien sûr, la destruction de ces oeuvres représente une perte considérable pour le patrimoine mondial.

Mais les femmes afghanes, elles, auxquelles les talibans nient depuis six ans le droit à l’existence même, ne sont-elles pas victimes tous les jours de crimes contre l’humanité ? Leur sort n’a pas suscité la même indignation. Des femmes valent-elles moins que des statues aux yeux de pays démocratiques qui n’hésitent pourtant pas, quand leurs intérêts économiques nationaux le commandent, à intervenir et à imposer leur loi là où ils le veulent ?

Le 7 octobre 2001, les États-Unis ont riposté aux attentats du 11 septembre qui ont fait environ 6 000 victimes à New York et à Washington. Ils lancent des missiles et bombardent l’Afghanistan dans l’espoir que les talibans cèdent et leur livrent le chef terroriste Oussama Ben Laden. L’Afghanistan est aux mains de ce groupe d’extrémistes depuis 1996, mais il est en guerre perpétuelle depuis vingt-deux ans. De 1979 à 1989, il a combattu l’occupation soviétique, pour ensuite sombrer dans une guerre à caractère ethnique et religieux.

Installé au pouvoir en 1996 avec l’argent et les armes du Pakistan, entre autres, le régime taliban est sans doute le régime le plus misogyne, cruel, rétrograde et fanatique de la planète. Il contrefait à ses fins les écritures saintes des musulmans pour justifier les lois qu’il s’invente. Il terrorise sans arrêt la population afghane en l’obligeant à assister à des actes de torture et à des exécutions publiques. Il traite les femmes comme des sous-humaines. À compter de douze ans, les petites filles sont soumises aux mêmes contraintes que les femmes. Non seulement les talibans assignent-ils les femmes à demeure. Mais encore il les emprisonne dans un vêtement (le burqa) qui les couvre de la tête aux pieds et gêne leurs mouvements et leur respiration. L’obligation de s’envelopper dans le burqa n’a rien à voir avec l’enseignement de l’Islam, mais il traduit la volonté du régime taliban d’écraser les femmes et tout signe de féminité.

Les femmes afghanes se risquent-elles à l’extérieur de la maison ? Elles doivent avoir « une bonne raison », définie par les talibans, et se faire accompagner d’un homme de la famille sous peine d’être arrêtées et maltraitées. Le régime taliban leur interdit également le travail, l’éducation, les soins de santé et, comme aux hommes, les distractions. On peint même les vitres des maisons afin que les femmes ne soient pas vues de l’extérieur. Plusieurs femmes sont obligées de mendier pour faire vivre leurs enfants, surtout les dizaines de milliers de veuves de guerre. D’autres se prostituent ou se suicident.

Le régime taliban tue les femmes à petits feux, quand il n’en exécute pas sur la place publique sous n’importe quel prétexte frivole. « Dans aucun pays au monde (sauf en Afghanistan), aucun gouvernement n’a jamais décrété l’assignation à résidence de plus de la moitié de sa population pour cause de féminité ! » (NEGAR, Association de soutien aux femmes afghanes », 23 octobre 1998).

Avant que ne survienne l’incident des bouddhas, ces émules d’Hitler (ils ont obligé les afghans hindous à porter un tissu ou signe quelconque de couleur jaune afin qu’on puisse les identifier) ont eu l’audace de demander à l’ONU de les reconnaître comme gouvernement légitime et d’accueillir leur représentant. Pire encore. Cette demande avait commencé à trouver des oreilles sympathiques au sein de la communauté internationale ! Des gens naïfs ou inconscients croyaient pouvoir amener ainsi le régime taliban à plus de bon sens.

Ce dossier décrit la situation des femmes en Afghanistan, donne la parole à la résistance féministe afghane, suggère des moyens de venir en aide aux victimes d’un gynécide muet et, enfin, analyse les difficultés des Afghanes sur le chemin de la liberté.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2002
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin