| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 12 mai 2009

Signes religieux pour les employé-es des services publics - Retournons au vrai débat !
Réponse à Djemila Benhabib

par Présence musulmane Montréal






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Une nation et son crucifix
Pour une Charte de la laïcité au Québec
Débat sur les symboles religieux - Cachez cette chevelure que je ne saurais voir
Le voile, la FFQ et la laïcité
Opinion d’un juriste sur la position de la FFQ contre l’interdiction de symboles religieux dans les services publics
Revue de presse sur les symboles religieux et la laïcité dans la fonction publique au Québec
Laïcité au Québec - La FFQ adapte son discours à la direction du vent
C’est dans le Coran !
Pour la laïcité complète et visible dans les services publics au Québec
La FFQ : nouveau porte-étendard de l’islamisme ?
Femmes et laïcité
Affirmer la neutralité de l’État et interdire le port de signes religieux dans la fonction publique
La FFQ fait fausse route
Mon expérience d’immigrante au Québec
J’accuse la FFQ de trahir le combat des femmes
La place de la religion dans l’espace public selon des Québécoises musulmanes
Présence musulmane Montréal met Sisyphe en demeure de publier sa réplique à Djemila Benhabib
Trahison ? Je dirais plutôt courage et solidarité !
La FFQ défend la cause de toutes les Québécoises
Éviter la compromission avec l’islamisme
Démocratie, laïcité des institutions et égalité des sexes : des valeurs dont l’Occident peut être fier







Présence musulmane Montréal répond ci-dessous à un article de Djemila Benhabib intitulé « J’accuse la FFQ de trahir le combat des femmes ».

Dans un article paru sur le site de Sisyphe, le 11 mai, Mme Djemila Benhabib s’en prend à la Fédération des femmes du Québec (FFQ) dont les membres ont voté contre l’interdiction du port des signes religieux ostentatoires par les employées de la fonction publique québécoise. Mme Benhabib y cite « l’alliance » entre la FFQ et certaines associations musulmanes locales, dont Présence musulmane Montréal (PMM).

Évidemment, Présence musulmane Montréal appuie la position prise par la FFQ. Cependant, les membres de Présence musulmane Montréal présentes à l’assemblée spéciale de la FFQ s’y trouvaient à titre individuel. Elles étaient là aussi, et surtout, en tant que femmes, en tant que féministes et en tant que citoyennes québécoises dont l’avenir est indissociable de celui de la société. Accuser la FFQ, comme fait Mme Benhabib, d’une « compromission avec des mouvements politiques des plus rétrogrades… » relève de la fumisterie.

Ainsi traite-t-elle les membres de PMM présentes à Québec de « militantes islamistes ». De tels propos témoignent d’une grande ignorance quant au travail de PMM, qui œuvre sur le terrain social et politique québécois depuis plusieurs années maintenant. Tel qu’indiqué sur son site, Présence musulmane Montréal est un collectif de musulmanes et musulmans qui promeut une citoyenneté participative nourrie d’une compréhension contextualisée de l’islam et d’une identité ouverte, tout en cultivant un vivre-ensemble harmonieux dans notre société. D’ailleurs, PMM s’est donné comme objectif prioritaire de susciter et de contribuer au dialogue, et de participer aux débats publics tout en prenant position sur les questions sociales et les problématiques touchant tant les Québécois de confession musulmane que la société québécoise dans son ensemble.

N’en déplaise à Mme Djamila Benhabib (« …seule la propagande des femmes islamistes dominait… »), les voix des femmes musulmanes, associées à PMM et autres, étaient peu nombreuses à s’exprimer lors de cette assemblée spéciale. La grande majorité des interventions en faveur de la proposition de la FFQ venaient des femmes québécoises dites « de souche » et non pas de musulmanes. Par ailleurs, comme elle le dit elle-même dans son article (« Sur ce chapitre, heureusement que trois femmes iraniennes ont rappelé le cauchemar que vivent leurs compatriotes depuis l’imposition du voile islamique par Khomeiny et sa révolution islamique en 1979. »), Mme Benhabib et plusieurs autres femmes qui s’opposent au port du foulard à la fonction publique ont pris la parole à de nombreuses reprises afin de faire valoir leur point de vue.

Mais où est le vrai débat ? Mme Benhabib voudra peut-être détourner notre attention en évoquant le spectre de l’islamisme. En effet, accuser une personne ou un groupe d’ « islamisme » est devenu le moyen privilégié de taire tout débat : coupable ! Ainsi, Mme Benhabib s’emploie à cacher son mépris pour les femmes et les associations membres qui étaient présentes le 9 mai à l’assemblée spéciale de la Fédération des femmes du Québec en insinuant qu’elles ont été « dupées » par les « islamistes ». Toutes les femmes qui ont voté en faveur de la proposition faite par le CA de la FFQ seraient-elles des auto-aliénées, privées du libre-arbitre et à la solde des dangereux extrémistes que sont les femmes musulmanes ? Si la démarche n’était pas si insultante, elle serait totalement risible.

En effet, au lieu de reconnaître que la résolution adoptée par la FFQ est l’expression même de la liberté de conscience et de choix, des valeurs québécoises dont nous sommes tous et toutes si fiers, et un exercice profondément démocratique, Mme Benhabib s’en fait l’unique garante. Elle menace et insulte ainsi celles qui oeuvrent au nom de la réelle diversité, du respect et du vivre-et de l’agir-ensemble, du droit à l’emploi et à l’égalité devant la Loi.

La Fédération des femmes du Québec a tranché, ouvertement et démocratiquement. Elle n’a pas retenu l’alarmisme et les fausses représentations dont Mme Benhabib se fait le porte-parole autoproclamé. Le message est clair : c’est aux femmes elles-mêmes de se définir, de préciser les enjeux de leur combat pour la justice et l’égalité. Tout comme la FFQ vient de le faire.

Présence musulmane Montréal (PMM).

Site de PMM.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 mai 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Présence musulmane Montréal



Plan-Liens Forum

  • Salle « paquetée » ?
    (1/6) 14 mai 2009 , par

  • Signes religieux pour les employé-es des services publics - Retournons au vrai débat !
    (2/6) 14 mai 2009 , par

  • Le vrai débat a-t-il eu lieu ?
    (3/6) 13 mai 2009 , par

  • Honte à FFQ !
    (4/6) 13 mai 2009 , par

  • Signes religieux pour les employé-es des services publics - Retournons au vrai débat !
    (5/6) 13 mai 2009 , par

  • Bravo
    (6/6) 13 mai 2009 , par





  • Salle « paquetée » ?
    14 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Extrait d’article de Marie-Claude Lortie dans La Presse d’aujourd’hui :

    « Salle « paquetée » ?

    « Hier, une lectrice m’a conseillé d’aller jeter un coup d’oeil sur un portail de discussion pour musulmans, en français, sur le web : www.mejliss.com

    « On peut y lire un commentaire écrit à la mi-mars par une participante interloquée à la suite d’un courriel venu de Samira Laouni, membre de la FFQ, candidate pour le NPD dans Bourassa aux élections fédérales de l’automne dernier, et ancienne membre bénévole du Congrès islamique canadien, l’organisme qui appuyait notamment la mise en place de tribunaux islamiques en Ontario en 2004.

    « Le courriel se lisait ainsi :

    « ... la Fédération des Femmes du Québec (FFQ) tiendra le 9 Mai prochain une (assemblée générale annuelle) spéciale sur le port du voile (foulard) dans la fonction publique etc... Vous comprendrez que si nous ne sommes pas assez bien représentées (nous c’est-à-dire celles qui sont sans opinion ou qui en sont d’accord), il se peut que l’avis de la FFQ rejoigne celui du CSF (Conseil du statut des femmes) et nous nous verrons obligées d’enlever nos foulards avant de franchir les portes des édifices publics.

    « Ce qu’il faut faire ? Tout simple, en un premier temps devenir membre de la FFQ (coût : 5$, le faire sur le site de la FFQ) en un second temps, assister à cette AGA pour faire valoir nos votes. Chères amies et amis, notre mobilisation pour cette cause est très urgente et importante. (...) »

    « Hier, j’ai parlé à Mme Laouni qui a confirmé avoir envoyé ce courriel mais m’a dit ne pas être en mesure de savoir si son appel avait été entendu. À la FFQ, la coordonnatrice générale, Nancy Burrows, affirme que seulement sept nouvelles membres s’étaient inscrites dans les six dernières semaines et n’avaient donc pas le droit de vote à l’assemblée du week-end. Depuis novembre, en outre, 32 nouvelles membres se sont jointes à l’organisme. « En tout cas, a-t-elle affirmé, si quelqu’un a essayé de remplir la salle, ça n’a pas marché. »

    « Dans une lettre envoyée au site féministe Sisyphe, l’organisme Présence Musulmane a confirmé que certaines de ses membres ont effectivement participé à l’événement « à titre individuel ».

    - Voir le lien.

    Signes religieux pour les employé-es des services publics - Retournons au vrai débat !
    14 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Que de beaux mots : démocratie, bonne volonté, ouverture et blablabla. Reste une chose : la FFQ ne défend pas les femmes, elle défend des principes.
    Si jamais une femme musulmane me reçoit dans un bureau gouvernemental, je refuserai ses services, j’exigerai une femme qui me servira visage et cheveux découverts. Parce que je suis chez moi, parce que les femmes n’ont pas à se travestir religieux pour être et parce que je ne conçois pas que la religion impose ses principes obsolètes. LA FFQ a ses combats, j’ai les miens.

    Le vrai débat a-t-il eu lieu ?
    13 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    La FFQ a tranché démocratiquement... ouais

    Une centaine de personnes, dont des observatrices sans droit de votes, pour une assemblée générale. Y a-t-il eu une majorité ou minorité silencieuse qui s’est abstenue de se présenter pour ne pas nuire à l’image publique de l’organisation ? Un vote à main levée sans faire le décompte, sous prétexte que tout le monde constatait que la majorité appuie la résolution. Drôle de procédure. Des membres qui disent qu’elles n’ont pas eu assez de temps pour analyser et débattre la résolution envoyée par l’association. Ça donnait l’impression que c’était arrangé d’avance avec "la fille des vues".

    Honte à FFQ !
    13 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Personnellement, j’ai eu l’impression de respirer une bouffée d’air frais en lisant le texte de Mme Benhabib. Enfin, une femme courageuse et lucide se lève pour dénoncer celles et ceux qui veulent, petit à petit, ramener le religieux dans l’espace public, alors que nos mères se sont tant battues pour se libérer de l’oppression du clergé catholique.
    Quand j’ai fait mes études à Montréal, il n’y avait pas de lieux de prière pour les musulmans, ni pour les juifs, ni pour les chrétiens dans les locaux universitaires. Depuis, les islamistes vivant dans les pays occidentaux ont si bien manœuvré qu’ils en ont obtenus.
    Maintenant, certains groupes tentent d’introduire des symboles supposément religieux mais en réalité politiques et sexistes, comme le voile islamique, dans l’administration publique. Ce faisant, ils démontrent leur refus d’admettre la séparation de l’Église et de l’État, pilier de toute société pluraliste. Pour parvenir à leurs fins, ils – et elles - n’hésitent pas à invoquer les droits de la personne (qui sont allègrement piétinés dans tous les pays où les islamistes sont au pouvoir), à brandir le spectre de l’islamophobie ou à recourir à l’intimidation – comme ils viennent de le faire à l’endroit des éditrices de Sisyphe.
    Je suis profondément déçue et insultée par la prise de position de la FFQ qui semble incapable de voir l’oppression religieuse ailleurs que dans le passé catholique du Québec. Les revendications des musulmanes adeptes du voile (qui sont fortement minoritaires chez les musulmanes du Québec) me rappellent la pétition qu’un groupe de Québécoises avait adressée au Parlement, peu après avoir obtenu le droit de vote, pour demander que ce droit leur soit retiré. Les curés leur avaient dit que le suffrage féminin sèmerait la chicane dans les ménages et détruirait la famille. Les ayatollahs et les mollahs dans les mosquées des pays islamiques (et parfois même d’ici) tiennent des propos bien plus injurieux que cela envers les femmes, mais dans le monde occidental, ils se font plus discrets.
    Cela permet à la mouvance islamiste – à laquelle, ne lui en déplaise, j’associe Présence musulmane et tous les groupes qui mènent le combat pour le port du voile dans l’espace public - de faire croire qu’elle ne veut que le bien des femmes…
    En cédant à leurs revendications, la FFQ a effectivement trahi les femmes d’ici et celles d’ailleurs qui se battent contre l’obligation de porter le voile dans leur pays. Je n’arrive pas à m’expliquer son attitude. Angélisme ? Ignorance des indignités subies par les femmes dans les théocraties islamiques ? Désir de courtiser une partie agissante quoique minoritaire de la communauté musulmane ? Ou cette prise de position serait-elle attribuable - ce qui serait encore plus navrant - à un manque de courage tout à fait indigne des héritières des Québécoises audacieuses qui se sont battues pour nos droits.

    Signes religieux pour les employé-es des services publics - Retournons au vrai débat !
    13 mai 2009 , par   [retour au début des forums]
    Publicité

    Benhabib a été appelée par arcand,dutrizac et citée par tous les chroniqueurs de la convergence (Quebecor). on lui a payé de couteux espaces dans des journaux prestigieux (la presse notament). On veux nous faire croire qu’elle est "plusieurs" par un système de pondération virtuel. Elle aimerait être un autre SELMANE RUSHDIE ... faut pas oublier que VLB (éditeur) a besoins de recouvrer son investissement par rapport au chiffon qu’elle a pondu. C’est une campagne de publicité comme une autre ... la meilleure riposte à ses propos est de l’ignorer .
    ps : Les noms des pseudo-animateurs et pseudo-chroniqueurs sont en miniscule, eu égard au degré de leur estime à mon sens

    Bravo
    13 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Bravo à cette organisation ! J’appui totalement ce texte et encourage toutes celles qui cherchent vraiment une solution à dénoncer le détournement du débat au profit d’attaques aussi peu fondées.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin