| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 24 mai 2009

C’est dans le Coran !
Lettre ouverte à Djemila Benhabib

par Hassan Jamali






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Une nation et son crucifix
Pour une Charte de la laïcité au Québec
Débat sur les symboles religieux - Cachez cette chevelure que je ne saurais voir
Le voile, la FFQ et la laïcité
Opinion d’un juriste sur la position de la FFQ contre l’interdiction de symboles religieux dans les services publics
Revue de presse sur les symboles religieux et la laïcité dans la fonction publique au Québec
Laïcité au Québec - La FFQ adapte son discours à la direction du vent
Pour la laïcité complète et visible dans les services publics au Québec
La FFQ : nouveau porte-étendard de l’islamisme ?
Femmes et laïcité
Affirmer la neutralité de l’État et interdire le port de signes religieux dans la fonction publique
La FFQ fait fausse route
Mon expérience d’immigrante au Québec
J’accuse la FFQ de trahir le combat des femmes
La place de la religion dans l’espace public selon des Québécoises musulmanes
Présence musulmane Montréal met Sisyphe en demeure de publier sa réplique à Djemila Benhabib
Trahison ? Je dirais plutôt courage et solidarité !
Signes religieux pour les employé-es des services publics - Retournons au vrai débat !
La FFQ défend la cause de toutes les Québécoises
Éviter la compromission avec l’islamisme
Démocratie, laïcité des institutions et égalité des sexes : des valeurs dont l’Occident peut être fier







J’avoue que j’ai mis du temps avant de lire Ma vie à contre-Coran. C’est probablement à cause du titre que j’ai trouvé inutilement provocateur pour les musulmans, pratiquants, non-pratiquants et même athées (En principe on ne peut pas être contre un livre). En le lisant je trouve que les musulmans sont plus concernés par votre témoignage que les non-musulmans. Mais ils ne vont pas le lire à cause d’un titre mal choisi qui a érigé une barrière infranchissable entre eux et vous. Dommage, parce que vous aimez votre peuple. Votre témoignage est plein d’amour, d’estime pour le peuple algérien et en particulier pour la femme algérienne (la première dans le monde arabe qui a participé activement à une lute pour l’indépendance), la première victime de l’intégrisme et de l’islamisme.

Pour justifier l’application de la Charia, consacrer la discrimination entre homme et femme, les châtiments corporels, etc., les islamistes disent : « C’est dans le coran. » Ainsi ils clouent le bec à ceux qui les contredisent. Vous dites aussi : « C’est dans le coran » pour prouver que l’islam défavorise la femme.

Ainsi, consciemment ou inconsciemment, vous contribuez à favoriser un tel argument et à contredire Mohammed Arkoun, Malek Chebel, Soheib Bencheikh, et d’autres musulmans éclairés qui travaillent à réformer l’Islam en replaçant les règles coraniques dans leur contexte social et historique. Vous favorisez même la thèse de Tarik Ramadan, qui dans son dernier livre : L’islam, la réforme radicale, confirme l’orthodoxie islamiste, basée sur la sacralisation du texte et les avis des docteurs de la foi, en la maquillant avec un vernis moderne occidental. Dans sa réforme « radicale », il ne déclare même pas que la lapidation de la femme adultère doive être abolie (d’autant plus que ce jugement n’est pas dans le Coran). Il demande simplement un moratoire sur cette question !

Pourtant, le Coran est le seul texte religieux qui consacre, sur le plan humain, l’égalité entre l’homme et la femme. C’est même un principe islamique de base. C’est aux musulmans de l’appliquer en fonction de l’évolution et des spécificités de chacune des sociétés musulmanes constitutives de la oumma (la communauté des croyants). Si les musulmans étaient fidèles à l’esprit de l’islam, ils auraient été les premiers à décréter les lois qui consacrent l’égalité entre homme et femme et à abolir l’esclavage. Déjà le calife Omar, quelques années seulement après la mort du Prophète, a refusé d’appliquer deux règles malgré l’existence de versets clairs du Coran*.

Vous avez le droit de critiquer l’islam. Comme vous avez aussi le droit absolu d’être athée. Mais prendre un texte daté de 1500 ans comme référence, alors qu’il est sujet à interprétation, dont l’application erronée est responsable des horreurs commises par les islamistes, c’est donner raison aux islamistes. Puisque « c’est dans le Coran. » !

Le marxisme a donné naissance à deux courants politiques : le communisme et la sociale-démocratie. Les deux courants ont été inspirés du même livre de Marx : « Le Capital ». Ce n’est pas le livre qui est responsable du communisme, ce sont ceux qui ont transformé le marxisme en idéologie totalitaire sanguinaire. La sociale-démocratie s’est servie du même livre pour créer des sociétés plus justes, plus égalitaires et plus respectueuses des droits de l’homme. Le communisme est mort. La sociale-démocrate est encore vivante et de plus en plus actuelle. L’islam connaîtra le même sort. Et c’est aux musulmans de choisir entre deux visions de l’islam : le message libérateur universel ou l’idéologie politique.

Lisons le texte suivant :

« Fille de Babylone…heureux qui saisira tes nourrissons pour les broyer sur le roc » (Psaume 136). David abattit parmi les Philistins deux cents hommes. David apporta leurs prépuces dont on fit le compte devant le roi pour que David devienne le gendre de Saoul. »

Ces passages de la Bible ne sont jamais lus à la messe. De tels épisodes sanglants font pourtant partie des écritures chrétiennes ! Le même problème se pose avec les versets violents du Coran. Mais aussi avec les versets qui favorisent l’homme et nuisent à la femme. Le jour viendra, j’en suis persuadé, où aucun imam n’osera les lire pendant la prière du vendredi.

Comme dans le cas du marxisme et du christianisme, c’est le courant islamique, humaniste, progressiste, égalitaire et pacifique qui triomphera pour que les musulmans puissent vivre pleinement leur spiritualité. Ce sera le retour de l’islam paisible, tolérant, rituel et spirituel. Celui de mes parents et de mes grands-parents. Ceux qui cherchent un tremplin pour accéder au pouvoir devront le chercher ailleurs.

Revenons à votre livre. J’ai aimé votre témoignage sur votre vie, celle de vos parents, de vos amis, sur la montée de l’intégrisme, sur toutes ces victimes innocentes de l’horreur au nom de l’islam, sur la lâcheté des politiciens, sur la trahison de ceux qui ont dirigé la lute pour l’indépendance et surtout sur la femme algérienne. Dommage que votre livre ne se soit limité qu’à cela.

*Durant la vie du Prophète Mohammed, les chefs de tribus et les notables fraîchement convertis à l’islam recevaient une part de la zakat, l’aumône légale. Le but de cette pratique était d’amadouer ces puissants dignitaires et de les intégrer à la société musulmane. Quelques années après la mort de Mohammed, le calife Omar refuse d’appliquer la règle, malgré sa pratique et, surtout, malgré l’existence d’un verset du Coran qui pour le Prophète la dicte. Pour Omar, derrière le verset coranique, il y avait un contexte politique précis dont il était le témoin. Un nouveau contexte, une nouvelle loi. Le même calife Omar a refusé d’appliquer la peine d’amputation de la main qui sanctionnait les voleurs, lors d’une période de famine. Même si le Coran ne précisait pas les conditions d’application de ce châtiment et les motifs de sa suspension, Omar a estimé, dans sa sagesse et son audace intellectuelle, que cette peine n’était pas toujours réalisable.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 mai 2009

- Lisa-Marie Gervais, L’Entrevue - L’espoir d’un Magreb pour les femmes", Le Devoir. 3 août 2009.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Hassan Jamali



Plan-Liens Forum

  • C’est dans le Coran !
    (1/2) 28 mai 2009 , par

  • C’est dans le Coran !
    (2/2) 28 mai 2009 , par





  • C’est dans le Coran !
    28 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    « Le même problème se pose avec les versets violents du Coran. Mais aussi avec les versets qui favorisent l’homme et nuisent à la femme. Le jour viendra, j’en suis persuadé, où aucun imam n’osera les lire pendant la prière du vendredi. »

    Ça n’arrivera jamais si personne ne dénonce les imams intégristes qui gagnent du terrain dans la pensée mondiale. Ça n’arrivera certainement pas si les sociétés occidentales qui prétendent s’appuyer sur le principe de l’égalité tolèrent les symboles intégristes, comme le voile islamique, qui est un symbole politique dont on a fait un symbole religieux parce qu’on savait que ce serait mieux accepté par les naïfs et les naïves.

    Ce n’est pas dans deux siècles que nous vivons et voulons l’égalité des femmes, mais AUJOURD’HUI, et c’est aujourd’hui que nous disons NON à l’intégrisme islamiste comme aux autres intégristes religieux. Que ceux qui sont incapables d’accepter ces principes s’interrogent sur eux-mêmes et cherchent un ciel plus propice à la domination des femmes.

    C’est dans le Coran !
    28 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Les chefs religieux ne se servent pas des passages de la Bible que vous évoquez pour dominer leurs fidèles, votre comparaison est boiteuse. Les islamistes intégristes se servent du Coran pour imposer aux femmes la soumission aux hommes. Entendez-vous des chrétiens lancer des fataw comme des imams intégristes en lancent aujourd’hui contre des citoyens ? Entendez-vous le pape condamner à mort des adolescentEs qui ont des rapports sexuels ? L’Église catholique emprisonne-t-elle des femmes parce qu’ils ne se soumettent pas et réclament leurs droits ? Non à tout cela. Mais ça se produit sous le règne d’un livre sacré qui, selon vous, prône tolérance et égalité des femmes et des hommes. Ça se produit dans une théocratie comme l’Iran.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin