| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 30 mai 2009

De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky

par Kim Cornelissen, consultante en développement régional et international






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







Critiquant la décision du gouvernement du Québec d’obliger les sociétés d’État à nommer autant de femmes que d’hommes à leur conseil d’administration d’ici 2011, le fondateur de la maison Jarislowsky Fraser, Stephen Jarislowsky, a affirmé lors d’une allocution à Montréal, le 14 mai dernier, que « dans la mesure où ces femmes n’ont pas la compétence ou l’expérience, je ne pense pas qu’elles servent à grand-chose dans un conseil d’administration. (...) Si vous êtes une petite femme qui a l’impression qu’elle (en) connaît tellement moins que les autres, qu’est-ce qu’elle va dire, qu’est-ce qu’elle va faire, qu’est-ce qu’elle va apporter pour vraiment élever la compétence du conseil ? » Ces propos ont provoqué beaucoup de réactions, dont cette critique documentée.

***

Bien que ça n’ait probablement pas été son intention, l’opinion de Stephen Jarislowsky à l’encontre de la Loi québécoise qui impose les quotas dans les conseils d’administration du Québec (1) est un excellent exemple pour expliquer en quoi celle-ci constitue un outil important pour la prospérité socio-économique du Québec. Sans s’en rendre compte, celui-ci a multiplié les biais d’argumentation en prônant un maintien du statu quo dans les conseils d’administration, entravant ainsi l’amélioration de leur performance et l’émergence d’une nécessaire innovation organisationnelle en entreprise. Son texte nous permet donc d’expliquer sommairement les erreurs typiques de ce type de discours réfractaire à la pleine participation des femmes dans les conseils d’administration ou en politique.

Biais numéro 1 : Confondre « compétence » et « perception de la compétence »

En mentionnant que « …dans la mesure où ces femmes n’ont pas la compétence ou l’expérience, je ne pense pas qu’elles servent à grand-chose dans un conseil d’administration », Stephen Jarislowsky laisse entendre que les femmes qui entrent sur les conseils d’administration n’ont peut-être pas la compétence et/ou l’expérience pour être efficaces. Première erreur car la nomination sur les conseils d’administration n’est pas une question de compétence mais de perception de la compétence, ce qui n’est pas la même chose. Contrairement à un poste de direction générale ou finances, il n’y a pas d’évaluation formelle de la compétence – avant ou une fois en poste - ; on choisit plutôt les personnes parce qu’on croit qu’elles sont compétentes et non pour leur compétence réelle, ce que l’on constatera à l’usage ; d’où l’idée de tendre à choisir des gens qui nous ressemblent, entre autres le « Old Boy’s Network ». L’absence d’évaluation réelle de la compétence des membres des conseils d’administration constitue d’ailleurs un problème qui ressort fréquemment dans les médias en raison des primes de départ importantes de présidents, et ce, malgré des rendements plus que problématiques.

Biais 2 et 3 : Sélection des femmes lors des quotas et vision biaisée de la compétence

Stephen Jarislowsky a fait l’erreur typique de traiter uniquement de la compétence des femmes sans se questionner réellement sur celle des hommes également. De plus, la formulation de Stephen Jarislowsky sur la compétence est démagogique puisqu’elle sous-entend que des nominations par quotas se ferait par défaut et ne tiendrait pas compte de la qualité de la personne nommée (ce serait n’importe quelle femme qui serait nommée parce qu’elle est une femme). Non seulement ce n’est pas juste mais le conseil des ministres paritaire du Gouvernement du Québec – l’un des rares au monde actuellement – démontre de façon évidente que les femmes ministres sont tout aussi compétentes que les hommes ministres.

Biais numéro 4 : Nier la valeur du transfert de compétences

Stephen Jarislowsky mentionne « Parce qu’elles élèvent des enfants, c’est beaucoup plus difficile (de devenir de bonnes administratrices) : elles n’ont pas vécu toute leur vie dans cette sorte de culture, elles viennent de l’extérieur ». Au contraire, en recrutant toujours les mêmes types de personnes sur les conseils d’administration, on empêche l’entreprise (ou le gouvernement) de prendre des virages essentiels à son développement voire, dans le contexte actuel, à sa survie même. En désavouant les mères, Jarislowsky condamne les entreprises à ne pas innover car le principe même de l’innovation – une condition essentielle à la prospérité d’une entreprise – est la possibilité de voir les choses sous un autre angle, de bénéficier de points de vue diversifiés.

Pour comprendre l’importance du transfert de compétences et de l’expérience acquise de l’extérieur sur l’innovation, il faut regarder les succès commerciaux d’Anita Roddick (Body Shop) et de Cora Mussely Tsouflidou (Cora Déjeuner) ou internationaux de Gro Harlem Brundtland (Commission de l’ONU sur le développement durable). La diversité mène à davantage d’innovation et vise à éliminer ce que déplore par ailleurs Stephen Jarislowsky, à l’effet que « la nature humaine ne change pas » (2). Mais pour qu’elle change, il faut lui en donner les outils, dont les quotas.

Stephen Jarislowsky mentionne par ailleurs que pour gérer dans un conseil d’administration, il faut « de la curiosité, du courage et de la compétence » ; n’est-ce pas les qualités de base d’une mère ou d’un père s’occupant de ses enfants ? Dans son livre Mother knows best, l’auteure Moe Grzelakowski (3) mentionne que les mères, de par leur expérience familiale, ont été obligées de développer plusieurs qualités de leadership qu’il est possible de transférer avec succès dans l’entreprise : capacité à régler des crises, à gérer plusieurs dossiers à la fois, capacité à travailler avec divers types de personnalité différentes, gestion complexe des horaires, budgets serrés et volatiles, etc. L’auteure, qui s’est basée sur une analyse de 50 très grandes entreprises américaines, constate qu’il est profitable pour l’entreprise de profiter de l’expertise de gestion familiale des femmes pour les postes de haut leadership. Avec un plus grand partage actuel des tâches familiales entre les hommes et les femmes, ce critère pourrait bien devenir un facteur de compétitivité non négligeable au XXIe siècle pour des conseils d’administration paritaire au Québec. Par ailleurs, il est intéressant de constater que Stephen Jarislowsky n’a pas rajouté l’éthique dans sa petite liste de compétences de base pour gérer une entreprise. Pourquoi ?

Affirmation correcte : sentiment de moindre compétence chez les femmes

Stephen Jarislowsky a raison lorsqu’il affirme que plusieurs femmes ont tort de ne pas se sentir compétentes lorsqu’elles siègent sur les conseils d’administration ; elles devraient effectivement se faire confiance et s’affirmer davantage ; a contrario toutefois, certains hommes auraient avantage à être un peu plus humbles et moins « courageux » (lire « cowboy ») lors de la prise de décision ; il n’y a qu’à regarder l’état de l’industrie automobile pour s’en convaincre. D’où l’importance de reconnaître la complémentarité hommes/femmes dans les conseils d’administration et autres instances décisionnelles.

S’il y a bien un message à retenir sur la question de l’importance des quotas dans les instances décisionnelles, c’est que les conseils d’administration paritaires permettent aux entreprises de bénéficier à la fois de l’apport parfois fort différent des femmes et des hommes et qu’un milieu uniquement composé d’hommes (ou de femmes) tend à être davantage sclérosé en favorisant le statu quo.

À l’instar du Québec, plusieurs gouvernements, institutions et entreprises de très haut niveau l’ont bien compris et en tirent avantage : des banques finlandaises qui réservent des fonds aux entreprises dirigées majoritairement par les femmes (4) en passant par la très riche Norvège qui impose les quotas dans les conseils d’administration publics et privés (5) à l’égalitaire Suède qui est l’un des pays les plus compétitifs et les plus innovateurs de la planète (6), on commence à peine à voir la corrélation entre les conseils d’administration paritaires et la qualité de la performance des entreprises. Mais les nouvelles sont bonnes. Tel que l’a démontré le professeur Michel Ferrary de la CERAM Business School à propos de la performance des entreprises en temps de crise économique : « Plus l’encadrement d’une entreprise est féminin et moins son cours de bourse a chuté depuis le début de l’année… et donc, inversement, plus l’encadrement d’une entreprise est masculin et plus son cours de bourse a chuté. »

Tant que les Jarislowsky de ce monde confondront perception et réalité en mettant ainsi des bâtons dans les roues à l’amélioration du fonctionnement des conseils d’administration, nous aurons besoin de mécanismes tels que des quotas pour parvenir à une égalité de fait dans le monde ; le XXIe siècle ne peut tout simplement pas faire l’économie des conseils paritaires.

Notes

1. Presse Canadienne.
2. Ibid.
3. GRZELAKOWSKI, Moe. Mother Leads Best : 50 Women Who Are Changing the Way Organizations Define Leadership, Dearborne Trade Publishing. 2005.
4. www.iran-daily.com
5. http://news.bbc.co.uk
6. www.gaiapresse.ca/fr

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 mai 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Kim Cornelissen, consultante en développement régional et international
Kim Cornelissen

Kim Cornelissen a des baccalauréats en urbanisme et en guitare jazz, ainsi qu’une maîtrise en études urbaines sur le PPP en biogaz entre Volvo et la ville de Göteborg, en Suède. Conseillère depuis 1998 à la municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu, elle est coordonnatrice du Réseau des élues municipales de la Montérégie depuis 2000, consultante en développement régional et international, plus spécifiquement sur les liens Québec-Suède, les questions d’égalité femmes/hommes, le transport et le développement durable. Elle est récipiendaire du Prix 2008 de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC).

Kim Cornelissen a terminé le premier livre d’une série pour enfants et prépare un livre de contes et nouvelles pour femmes et enfants, ainsi qu’un autre sur la relation à l’argent, au désir et au confort. Elle a déjà remporté trois prix littéraires.



Plan-Liens Forum

  • Parité bien fragile
    (1/1) 30 mai 2009 , par





  • Parité bien fragile
    30 mai 2009 , par   [retour au début des forums]

    Le premier ministre Charest ne donne pas l’exemple en ne maintenant pas la parité au conseil des ministres, parité qui lui avait valu des éloges. Comme vous le mentionnez, le Québec était l’un des rares pays où cette parité existait par la volonté d’un premier ministre. Il a dit qu’il avait choisi le successeur de la ministre Jérôme-Forget pour sa compétence, comme s’il n’y a de femmes compétentes pour succéder à Mme J.-Forget dans sa circonscription et ensuite devenir ministre des finances. Il pourrait remplacer certains de ses ministres incompétents par des femmes compétentes et ministrables.

    Quand des sociétés d’État diront, à l’échéance de 2011, qu’elles n’ont pas trouvé de femmes compétentes à nommer à leur conseil d’administration, elles pourront s’appuyer sur son exemple. La parité n’a pas tant d’importance à ses yeux, les femmes se sont réjouies trop vite.

    Parlez, parlez, on vous jugera sur vos actes, M. le premier ministre.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin