| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 30 août 2009

Décrochage scolaire - Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !"

par Christiane Pelchat, déléguée générale du Québec à Mexico






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Faut-il que les jeunes s’éloignent des écrans pour reprendre leur vie en main ?
La réussite scolaire des garçons vue de plus près
Agressions à l’université, radicalisation, harcèlement : phénomènes isolés ?
Sciences - Les tablettes, à éloigner des enfants
Alice Miller et les racines de la violence dans l’éducation de l’enfant
Un défi à l’école : apprendre à se passer des écrans
Éducation et féminisme : beaucoup de chemin à parcourir
Réduire la violence en milieu scolaire : des efforts méconnus
Colloque "Les écrans : libération ou esclavage ?" à Trois-Rivières
Éducation ou catastrophe : l’heure de se débrancher
Réduire le temps-écrans aujourd’hui, un véritable sport extrême
Des technologies modernes fantastiques... pour servir les enfants ou les asservir ?
À l’égalité il faut ajouter la liberté
Qui a peur des professeur-es ?
La langue française à l’école - Mont tex es-ti lizib ? J’ai cri !
Les jeux vidéo ont des effets néfastes sur les jeunes
Une femme, Marylin Vos Savant, a le QI le plus élevé au monde
L’intégration des jeunes en difficulté d’apprentissage
Écoles hassidiques illégales - L’État doit être ferme
Drelin, drelin ! Parents : à vos devoirs !
La marchandisation des enfants et le port du G-string
Étudiants en grève. Intransigeants, dites-vous ?
Grève étudiante ou choc des générations ?
Apprendre aux filles à se soumettre aux garçons
Les garçons et l’école : les prétentions masculinistes réduites à néant
L’école québécoise et les garçons : l’apprentissage de la domination
La mixité scolaire n’a pas d’effet sur la motivation
Obstacles et réussite des filles à l’école
Profils contrastés d’un groupe de garçons québécois de 15 ans
Les difficultés scolaires des garçons : débat sur l’école ou charge contre le féminisme ?
Renforcer les stéréotypes masculins ne résoudra pas les difficultés des garçons à l’école
Comment limiter le décrochage scolaire des garçons et des filles ?
Identités de sexe, conformisme social et rendement scolaire
La non-mixité en milieu scolaire nuirait aux garçons
Décrochage scolaire : remettre les pendules à l’heure
La non-mixité à l’école : quels enjeux ?
Faire réussir les garçons ou en finir avec le féminisme ?
Les garçons à l’école - Pour en finir avec le XVIIIe siècle
Quand les garçons échouent à l’école







Complément d’information à propos de "À l’école, p’tit gars !" *

Monsieur Mario Roy,

Je crois important d’apporter un complément d’information à la suite à votre éditorial de mardi dernier qui permettrait de nuancer l’idée reçue qui veut que les garçons décrochent plus que les filles parce qu’il y a trop de femmes enseignantes. D’abord, il est exact que les garçons décrochent plus que les filles au secondaire et il est aussi vrai que parmi les enseignants, il y a plus de femmes que d’hommes. Toutefois, y voir là un lien de cause à effet est erroné, voire même dangereux, et ne sert pas la cause des garçons comme le démontrent plusieurs études, notamment celles du Conseil supérieur de l’éducation du Québec.

« Parmi la population âgée de 19 ans en 2006, 24,1 % des garçons ne fréquentaient pas l’école et n’avaient pas obtenu de diplôme du secondaire(1). » Il y a donc 24 % de garçons qui ont abandonné. S’il était vrai que la trop grande présence de femmes est la principale cause du décrochage, comment se fait-il que pour 76 % d’entre eux, la présence des femmes enseignantes n’ait pas le même effet ? Que dire des 14 % de filles qui décrochent ?

Nous ne comprenons pas non plus pourquoi certains prétendent que les valeurs actuelles du milieu de l’éducation opéreraient comme un poison sur 24 % des garçons. À quelles valeurs au juste fait-on allusion ? Aux valeurs féminines ? Quelles sont donc les valeurs qui sont manquantes pour ces garçons ? Que suggérez-vous pour les 14 % de filles qui décrochent ?

Le Conseil supérieur de l’éducation nous apprend qu’au-delà de l’école, les parents ont aussi une grande part de responsabilité dans la réussite scolaire des enfants. Ainsi, les enquêtes démontrent que les parents, dès la petite enfance, valorisent très tôt les études chez les petites filles en affirmant que c’est le salut pour l’autonomie des femmes, mais en omettant de le faire pour leurs fils. De plus, quand le secteur manufacturier allait mieux, plusieurs garçons attirés par de bons salaires quittaient l’école pour aller à l’usine, et ce, dans beaucoup de régions du Québec.

Les enquêtes de Jean-Claude St-Amant démontrent aussi que l’autonomie qu’acquièrent rapidement les petites filles est souvent manquante chez certains garçons.

Aussi, selon le Conseil supérieur de l’éducation : « Les principaux facteurs d’abandon reliés à l’école résident dans la dynamique de la classe, la culture de l’établissement, certaines conditions d’enseignement et des effets du système. Le CSE relève entre autres : un curriculum trop homogène, l’accès encore difficile à la formation professionnelle, la taille des groupes, le perfectionnement inadéquat du personnel enseignant, l’écart de l’école avec le milieu de vie de l’élève, le souci excessif de l’excellence (2)… » De plus, parmi les principaux facteurs d’abandon liés à la famille, le CSE signale : le manque de maîtrise de la langue qui nuit à l’apprentissage de toutes les matières, le peu d’intérêt porté aux études, la pauvreté...
Par ailleurs, il faut regarder ce qui se passe ailleurs. Par exemple, au Danemark en 1999, il y avait seulement 57 % de femmes enseignantes. Pourtant, le taux de décrochage scolaire des garçons était de 23 points supérieur à celui des filles. En France, où les femmes enseignantes représentaient 67 % du personnel, le taux de décrochage des garçons y était moins élevé qu’au Québec et un petit écart de 3 % séparait les deux sexes.

Ainsi, pour nous, il est clair que d’avoir davantage d’hommes enseignants est souhaitable, mais cela ne réglera pas le problème d’abandon scolaire de nos garçons. Le problème est global et nécessite une action des écoles mais aussi des parents.

Christiane Pelchat
Présidente
Conseil du statut de la femme

* Chronique de M. Mario Roy, La Presse, 25 août 2009

1. Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec.
2. Conseil supérieur de l’Éducation du Québec.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 août 2009

Note de Sisyphe

Lire Les garçons et l’école, par Jean-Claude St-Amant, éditions Sisyphe, 2007. Demandez à votre libraire de vous commander ce livre à : sisyphe@globetrotter.net. Plus d’information dans cette page.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Christiane Pelchat, déléguée générale du Québec à Mexico
Conseil du statut de la femme

L’auteure a écrit cet article alors qu’elle était présidente du Conseil du statut de la femme.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin