| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 23 septembre 2009

Du 23 au 27 septembre : CINÉ ELLES ET NOUV’ELLES VAGUES






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour Chantal Akerman
Alanis Obomsawin, "celle qui trouve le chemin"
Parcours d’une cinéaste indomptable, Hejer Charf
Cinéphiles, vos choix de films consacrés aux femmes !
Programme du festival de films : résistance à l’invisibilité des femmes, les 26 et 27 septembre 2009
L’équité pour les femmes en cinéma
Quatre femmes exceptionnelles honorées lors du 10e Gala de "Femmes du cinéma, de la télévision et des nouveaux médias"
Yanick Létourneau, réalisateur de documentaires, en entrevue vidéo avec Léa Clermont-Dion
La Place des réalisatrices dans le financement public du cinéma et de la télévision au Québec (2002-2007)
La Maison de la culture MC93 Bobigny présente "Angela et Marina"
Surviving my mother, Prix du public au FFM
"Teresa : el cuerpo de cristo" et "Travelling with pets"
Opium, le journal d’une folle
Les épouses de l’armée
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
Anthologie du théâtre des auteures québécoises en langue anglaise (1966-1986)
L’imaginaire des femmes
Duras et le dahlia noir
L’art de vivre et de vieillir
Maintenant, c’est le bonheur
Femmes de pouvoir au temps de Corneille
« Amazones » de et par Françoise Barret
"Cinéma Politica", en avant-plan à l’UQÀM
Carole Poliquin, réalisatrice de "Le bien commun, l’assaut final"
Nicole, c’est moi... de et avec Pol Pelletier
Trois cinéastes québécoises indépendantes raflent l’or







21 FILMS PRÉSENTÉS

10 COURTS MÉTRAGES EN COMPÉTITION

Festiv’Elles fait la promotion des oeuvres de femmes dans différents secteurs culturels : cinéma, littérature, musique, arts visuels, théâtre, lectures publiques, Salon cultur’Elles et "Parcours urbain ; parlez aux murs". Ce parcours pédestre vise à faire découvrir des oeuvres qui sont sur les murs de différents arrondissements de Montréal. De plus, à chaque année depuis sa création, Festiv’Elles appuie un organisme qui vient en aide aux femmes en difficultés.

23 SEPTEMBRE À 19h00

OUVERTURE DE FESTIV’ELLES

INSULAIRE
Québec. 2008. Réal. : Louis Fontaine. Université Concordia. Projection numérique. 10 min. Sur des airs improvisés, un jeune homme fait le point alors qu’on lui présente un portrait de la société actuelle.
SUZIE
Québec. 2008. Réal. : Micheline Lanctôt. 35mm. 90 min. Suzie, 58 ans, a perdu sa fille il y a plus de vingt ans, lorsque celle-ci a été enlevée par son père marocain. Après une grave dépression, Suzie n’a pas réussi à réintégrer le monde. Elle vit en recluse et travaille comme chauffeur de taxi la nuit, pour meubler ses insomnies. Elle a perdu tout espoir de retrouver sa fille.

24 SEPTEMBRE À 19h00

HOMMAGE À MARY PICKFORD

POUPÉE

Québec. 2008. Réal. : Sandra Coppola. Projection numérique. 10 min. Une jeune couturière installée dans un vieux magasin de machines à coudre, confectionne des vêtements pour des poupées à l’allure humaine que son patron vend sur l’Internet. Voulant changer sa routine et curieuse de découvrir l’identité de ces personnes qui achètent ces étranges objets, elle se transforme en poupée et s’immisce dans le quotidien de l’un de ses clients. Une fois arrivée à destination, sa petite aventure prendra des tournures inattendues.

MARY PICKFORD : A LIFE ON FILM

É.-U. 1999. Réal. : Hugh Munro Neely. Projection numérique. 95 min. À l’age de sept ans, Mary Pickford est devenue la première actrice à atteindre le star système international. À cette époque âgée de treize ans, elle est devenue la première et unique femme à obtenir un important studio de cinéma, la seule femme à avoir le salaire le plus élevé à Hollywood et la première actrice à avoir le parfait contrôle sur ses productions de films. Même si elle est née dans un extrême pauvreté au Canada, elle est devenue une icône américaine, « La petite fiancée de l’Amérique ».

25 SEPTEMBRE À 19h00

RÉALISATRICES ÉQUITABLES

MA CHUTE DU MUR

Québec. 2001. Réal. : Lysanne Thibodeau. Projection numérique. 5 min. En novembre 1989, je vivais à Berlin-Ouest. Le soir du 9, je regarde les nouvelles. Des habitants de Berlin-Est traversent les frontières du mur, euphoriques. Les gardes de la R.D.A. les laissent passer sans contrainte. Des amis, des familles se retrouvent après tant d’années de séparation. Des cris, des pleurs, des rires, c’est fou, mais tout se fait dans la joie et l’extase du moment ! Le lendemain je quitte Berlin dans l’anarchie la plus complète...

MARY SHELLEY

Canada. 2004. Réal. : Guylaine Dionne. Projection numérique. 72 min. Fille d’un écrivain et éditeur engagé et d’une mère qui compte parmi les premières féministes, Mary Godwin Shelley fut la seconde femme de l’écrivain romantique Percy Bysshe Shelley. En 1816, âgée de 19 ans, elle écrivit, lors d’un séjour près du lac Léman en compagnie des écrivains romantiques Lord Byron et Shelley, Frankenstein, le premier roman fantastique publié. Elle mourra en 1851 sans avoir réalisé qu’elle avait donné naissance à l’un des mythes les plus importants de la culture occidentale. La vie pleine de rebondissements de cette femme libre et avant-gardiste est aussi passionnante que son chef-d’œuvre.

26 SEPTEMBRE À 17h00

NOUV’ELLES VAGUES, COURTS MÉTRAGES / COMPÉTITION / CÉGEPS ET UNIVERSITÉS.

UN COQUELICOT DANS LA THÉIÈRE

Québec. 2008. Réal. : Marilyne Gour, Laurence Turcotte-Fraser. Université Concordia. Projection numérique. 10 min. Une jeune femme attend quelqu’un. Nous ne savons pas qui. Plusieurs personnages franchissent la porte du salon de thé, sans se révéler être celui tant attendu. L’histoire se déroule sur trois jours, durant lesquels la jeune femme attend encore et toujours l’inconnu. À travers l’attente, l’historique du thé et le silence, une histoire est racontée ; une histoire bien simple, toutefois symbolique.

JE M’APPELLE SAMUEL

Québec. 2008. Réal. : Véronique Verreault. Collège Gérald-Godin. Projection numérique. 6 min. Jusqu’où ira Samuel, un jeune garçon qui souffre en silence du manque d’amour de la part de sa mère qui ne pense qu’à sa sœur Jessica ?

OMBRELLES

Québec. 2009. Réal. et scén. : Karen Massey, Mélissa Benjamin, Katy Larouche. Cégep André-Laurendeau. Projection numérique. 10 min. OmbrElles, un documentaire réalisé durant un stage de deux mois à l’IUT de Troyes, pose un regard féministe sur la situation des femmes en France et celle au Québec. Est-ce que l’image des femmes en société se porte bien et qu’en est-il dans les médias ? Ce road-movie très personnel a pour objectif de vous faire réfléchir sur la vraie nature du féminisme.

RÉVERBÈRE

Québec. 2008. Réal. : Kristina Bernard, Cynthia Vigneault, Monika Brien, Gabrielle Authier. Cégep de Granby. Projection numérique. 3 min. Court métrage expressionniste, où chaque être humain, dans un univers parallèle, possède une extension de son propre soi en un animal domestique des plus étranges.

NATURE VIERGE

Québec. 2008. Réal. : Sarah Tremblay-Dallaire, Laura Gagnon. Cégep de St-Félicien. Projection numérique. 13 min. Ce documentaire porte un regard sur la pornographie, plus particulièrement sur la vie et les motivations d’une jeune actrice rose bonbon. Dans son univers, nous rencontrons également son réalisateur qui a une vision nettement commerciale de cette industrie qui n’est pas si rose qu’ils veulent bien nous le laisser croire.

ESQUISSE D’UNE CHUTE

Québec. 2008. Réal. : Stéphanie Clément, Célia Imonti, Constance Lévesque. Cégep Bois-de-Boulogne. Projection numérique. 1 min. un film mature et sensible, la maladie est vue de l’intérieur, un film sans misérabilisme et très beau, j’en ai encore des images sous les paupières, en plus, nous apprenons des choses, ce qui est important dans un documentaire, mais ce que j’apprécie dans un film étudiant, c’est d’abord qu’il ressemble à celles qui l’ont fait.

HOMMAGE À MARY PICKFORD

SUBS
É.-U. 1920. Réal. : Jack Dillon. Projection numérique. 65 min. Amanda Afflick est une blanchisseuse qui se languit d’amour et rêve à propos du client Horace Greensmith.

26 SEPTEMBRE À 19H00

MANÈGES

Québec. 2009. Réal. : Sophie Goyette. Projection numérique. 5 min. Au volant de son auto et au cœur de la nuit, Nadège cherche un exutoire et le trouve au sein d’un karting 24h, où elle restera jusqu’au petit matin avant de retourner retrouver son copain endormi. Face à une décision qu’elle ne souhaite prendre, cette jeune femme trouvera le calme et le recul nécessaires à sa réflexion dans ce sanctuaire atypique, au milieu des crissements de pneus et du va-et-vient circulaire du circuit.

POLYTECHIQUE

Québec. 2008. Réal. : Denis Villeneuve. 35mm. 77 min. Avec Karine Vanasse. Le 6 décembre 1989, un étudiant dans la vingtaine, qui voue une haine farouche aux féministes, surgit à l’école Polytechnique de Montréal armé d’un fusil semi-automatique et abat froidement quatorze jeunes femmes avant de s’enlever la vie. Ces événements tragiques sont racontés du point de vue du tireur fou, puis de Jean-François, un étudiant qui a assisté impuissant à la tuerie en tentant de venir en aide à diverses victimes, et enfin de Valérie, une survivante dont l’existence a été transformée à jamais par ce crime haineux.

27 SEPTEMBRE À 17h00

LES PIEDS DANS LE VIDE

Québec. 2009. Réal. : Mariloup Wolfe. 35mm.105 min. Avec Guillaume Lemay-Thivierge. Trois amis se retrouvent un été dans un centre de parachutisme. Aventureux, ils passent la majorité de leur temps à sauter – sauter pour les sensations fortes, sauter pour oublier, sauter pour fuir ce qui les hante.

27 SEPTEMBRE À 19h00

NOUV’ELLES VAGUES, REMISE DE PRIX / COURTS MÉTRAGES / COMPÉTITION / CÉGEPS ET UNIVERSITÉS. En collaboration avec le Festival Proje(c)t Y.

BUNNY ET CLAUDE

Québec. 2008. Réal. : Léa Jeanmongin, Luc St-Pierre. Université Concordia. Projection numérique. 10 min. Un dîner, le soir. Claude entre, apparemment sur une affaire mystérieuse. Bunny le sert. Ils s’intriguent, se regardent. Se rencontrent. Comme dans les films.

LE FROID EST UNE FACULTÉ QUI OUBLIE

Québec. 2008. Réal. : Fanny Boucher. Université de Montréal. Projection numérique. 11 min. Ne rien faire de sa vie. Travailler sans trop se forcer. Errer en rentrant chez soi. Se geler les doigts pour allumer son joint. Ne. Jamais. Rien. Faire. Et être heureux comme ça. Jusqu’à ce que… Merde, j’ai échappé mes clés.

OCTOTANGO

Québec. 2008. Réal. et scén. : Maude Coudé. Université Concordia. Projection numérique. 9 min. Comédie noire où le surréalisme chevauche un réalisme cynique, Octotango nous submerge à huis clos au cœur de l’intimité de couples dysfonctionnels. Bon appétit !

OFF TEMPO

Québec. 2008. Réal. : Michèle Gauthier. Projection numérique. 3 min. Une jeune fille, victime du temps, se questionne sur la trace qu’on laisse après la mort.

STROGANOV

Québec. 2009. Réal. : Abeille Tard. Projection numérique. 3 min. Un frère soldat, une soeur artiste, le temps d’un au revoir.

Source : Festiv’Elles.

Courriel

Mis en ligne dans Sisyphe, le 17 septembre 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin