| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 25 octobre 2009


Vient de paraître
La fascination - Nouveau désir d’éternité, un livre de Luce des Aulniers






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


"Les Femmes de la honte", un livre de Samia Shariff
Colette et Sido : le dialogue par l’écriture, un livre de Graciela Conte-Stirling
Ni d’Ève ni d’Adam. Défaire la différence des sexes, de Marie-Joseph Bertini
"Quand devient-on vieille ?" Un livre d’Aline Charles
Accommodements raisonnables
Amitié interdite
Le viol d’Europe ou le féminin bafoué
Voyage au bout du sexe
Genre, citoyenneté et représentation
Enfances dévastées, l’enfer de la prostitution
Anorexie et Boulimie. Journal intime d’une reconstruction
L’Homophobie - Un comportement hétérosexuel contre nature
Nouveauté CD : "Musique française au féminin"
Femmes et parlements : un regard international
Mémoire d’une amnésique
La violence à l’école n’est pas un jeu d’enfant - Pour intervenir dès le primaire
Un Québec en mal d’enfants - La médicalisation de la maternité 1910-1970
Le féminisme irréductible, de Catharine MacKinnon
Féminisme et littérature, un dossier de "Québec français"
« La passion de l’université », par Claudine Baudoux
Violence conjugale, des spécialistes se prononcent







Époque de mille et une fascinations ! C’est par le biais inusité de la fascination que cet essai envisage les rapports contemporains entre la vie et la mort. Traversant nos paysages quotidiens, l’idée que nous nous faisons de la mort imprègne nos manières de vivre et notre rapport au temps. La fascination y participerait, tant dans nos attitudes que dans nos liens, comme manière de ressentir le présent, d’habiter l’espace du corps et des identités, d’investir la mémoire et la culture, bref, comme un désir de suspendre le temps, d’accomplir secrètement notre fantasme d’éternité. Dès lors, qu’il s’agisse de quête hédoniste insatiable, de curiosité illimitée pour le spectaculaire, d’émois partagés face aux jeux extrêmes, voire face à l’horreur que suscitent les catastrophes collectives, pourquoi cherchons-nous tant, aimons-nous à ce point être fascinés, et quel en est le prix ?

Cette étude socio-anthropologique s’adresse à celles et ceux qui, résistant aux poncifs de l’air du temps, veulent dépasser les injonctions et les déplorations obligées entourant le fait de notre finitude. En reliant le thème de la fascination à celui de nos rapports à la vie et à la mort, l’auteure nous amène à débusquer la portée délétère des formes subtiles de déni et à reconsidérer ce qui contribue aussi à faire de nous des humains un peu plus lucides sur leur sort et celui d’une planète.

Luce des Aulniers, La fascination - nouveau désir d’éternité, Les Presses de l’Université du Québec à Montréal, Coll. Santé et société, 2009, 418 pages, ISBN 978-2-7605-2436-1

Mis en ligne dans Sisyphe, le 25 octobre 2009.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin