| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 11 décembre 2009

Dix-neuf jeunes femmes sur vingt "modifieraient leur corps"

par Kevin Rawlinson






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


PDF Québec dénonce la position du CSF sur le recours aux mères porteuses
De l’hystérie de la gestion politique dans nos services de santé publics
Lettre de Julie Miville-Dechêne
Où va le Conseil du statut de la femme ?
CSF et projet de loi 20 : une position contre les femmes ?
La réforme Barrette est le prélude à un démantèlement annoncé (FIQ)
Mépris du gouvernement Marois à l’endroit des sages-femmes - Leur modèle de pratique est menacé
Le Conseil du statut de la femme plaide pour un accès ouvert à la première ligne médicale
Louise Vandelac veut comprendre la « transformation sociotechnique du vivant »
Manifestation concernant le procès d’une femme séropositive à Montréal le 1er mai
Anorexie mentale - Dompter la douleur
La télé, complice de la pandémie d’obésité chez les enfants
La dépression au-delà des préjugés
Des monts et merveilles !
Écoute ton corps... Jusqu’à quel point ?
Les animaux, nos cobayes
Va-t-on déposséder l’Amazonie de ses ressources ?







Des fillettes d’âge aussi précoce que 7 ans voudraient modifier un aspect ou l’autre de leur apparence, et la moitié des jeunes filles de 16 à 21 ans songeraient à la chirurgie (1) pour améliorer leur corps, selon une étude britannique.

La recherche menée par Le Mouvement des Guides du Royaume-Uni montre que 95% des répondantes de 16 à 21 ans voudraient modifier leur corps, alors que 33% d’entre elles disent vouloir être plus minces, et environ le quart songe à se rendre à l’extérieur de leur pays afin d’obtenir une chirurgie esthétique (2).

“Nous nous comparons tous à nos pairs, quels qu’ils soient, et les pairs, pour des filles et des jeunes femmes, ce sont d’habitude d’autres femmes comme elles”, dit le Docteur Kerry O’Brien, psychologue à l’Université de Manchester.

“Pour elles, tout comme pour les autres, la question est de trouver leur place dans le monde, et de se comparer avantageusement. Malheureusement, lorsque l’on considère la façon d’agir des médias, ça ne se passe pas ainsi dans la plupart des cas.

“Beaucoup de filles tentent d’atteindre une image féminine idéalisée et peuvent se sentir dépassées”, ajoute-t-il.

Douze pour cent (12%) des filles iraient même jusqu’à considérer l’implantation d’un anneau gastrique ou une chirurgie plastique, et 5% d’entre elles songeraient à recourir au Botox afin d’atteindre leur idéal de beauté.

Les plus jeunes d’entre elles se préoccupent peu de leur poids, une proportion de seulement 5 à 7% des fillettes de neuf ans désirant devenir plus minces. Mais le pourcentage s’élève à 12% chez les 10 à 11 ans et à 27% chez les 11 à 16 ans. Parmi le groupe des 7 à 11 ans, 72% disent qu’elles modifieraient quelque chose de leur apparence, leur préoccupation dominante étant leurs dents.

La députée libérale démocrate, Jo Swinson, dont la formation préconise de bannir la technique de la retouche de photo, dénonce quant à elle l’accent mis par les médias sur l’imaginaire des jeunes filles par le “concept de beauté formelle”.

“Ce rapport met en lumière le nombre inquiétant d’adolescentes qui entreprennent des diètes alimentaires très strictes ou songent même à recourir à la chirurgie esthétique, parce qu’elles n’aiment pas leur apparence”, dit-elle, et elle ajoute que “la retouche photographique” fait en sorte que, de nos jours, la publicité charrie une image des femmes stéréotypée et totalement inaccessible, qu’aucune ne peut atteindre dans la vraie vie.

“Les filles ne devraient pas se sentir contraintes de se comparer constamment à des images de femmes extrêmement marginales qui ont été retouchées par des techniques informatiques.”

Le Mouvement des Guides du Royaume-Uni a interrogé 1 009 filles sur des sujets comme les abus d’alcool, les désordres alimentaires, la chirurgie plastique, la santé sexuelle et l’image corporelle. L’étude a également démontré que plus du quart des filles de 11 à 16 ans ont déjà connu un état d’ébriété au point d’en être malades ou de perdre le contrôle d’elles-mêmes.

La cheftaine des Guides, Liz Burnley, a déclaré : "Le domaine politique cherche constamment des solutions à ces problèmes, et cela, sous le regard scrutateur des médias, mais l’unique groupe qu’on ne consulte pas est celui des jeunes femmes que ces problèmes sont susceptibles d’affecter."

Notes

1. Lien.
2. Lien.

Source : « 19 out of 20 young women ’would change bodies’ », par Kevin Rawlinson, The Independent, 3 novembre 2009.

Traduction pour Sisyphe : Johanne Fontaine

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 novembre 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Kevin Rawlinson



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin