| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 10 décembre 2009


"Ma vie en pièces détachées"
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs

par Maritée






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
Le courage des femmes brisées
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
Violence sexuelle et conjugalité
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Au moment où j’ai terminé ce livre, Ma vie en pièces détachées*, j’avais trouvé les moyens pour guérir en profondeur. Comme après un orage, un mince filet de lumière commençait finalement à se montrer timidement le bout du nez. Si j’étais encore loin de me souvenir de tout ce qui s’était passé avec mon père, et par conséquent, d’avoir pu intégrer tous mes traumatismes, au moins je savais maintenant quels moyens prendre pour y parvenir, pour guérir en profondeur. Je venais de faire la rencontre de deux anges qui allaient m’apporter une aide non négligeable.

Je n’étais cependant pas au bout de mes peines. Depuis, d’autres souvenirs très durs ont émergé à ma conscience, amenant à chaque fois avec eux le doute inhérent au fait que quelque chose d’aussi terrible ait pu s’être produit. Amenant aussi avec eux leur cortège de signes et symptômes physiques : respiration rapide, souffle court, toux creuse, muscles crispés, douleurs pelviennes, douleurs aux poignets, mains engourdies, étourdissements, pleurs, cris. J’ai aussi réalisé que, non seulement la petite que j’étais a eu peur de mourir, mais que paradoxalement elle a aussi demandé à mourir en appelant intérieurement au secours : « Petit Jésus, pourquoi ne viens-tu pas me chercher ? Après tout tu es bien venu chercher ma sœur. Pourquoi pas moi alors ? » (…)

À mesure qu’un même souvenir se mettait à émerger à plusieurs reprises et à tout moment de la journée, le doute faisait place à de plus en plus de certitude, me permettant ainsi de reconstituer peu à peu le puzzle de ma vie.

Essentiel, car comment intégrer des traumatismes et faire le deuil d’une enfance meurtrie quand on ne sait même pas de quoi on doit faire le deuil ? Se rappeler, pas nécessairement dans les moindres détails, mais au moins de la gravité et de la teneur de ce qui s’est passé pour retrouver la compassion pour la petite fille que j’ai été. Et cesser par le fait même d’avoir envie de me faire du mal, puisque je réalise maintenant toute l’horreur de ce mécanisme de défense que j’ai utilisé si longtemps dans le but d’avoir l’ « impression » de garder le contrôle sur ma vie.

Oui, je me suis rappelée. Me rappeler jusqu’à vouloir par moments oublier à nouveau, tellement ce qui émergeait était difficile ! Tout un revers de situation, moi qui me suis livrée de façon obsessive pendant de nombreuses années à une quête frénétique de ma vérité ! Mais il fallait me rappeler, pour en finir avec ces flashbacks qui me plongeaient auparavant dans une panique et une terreur diffuses sans que je n’en connaisse la cause exacte, contrastant nettement avec la négation de ma famille et me déchirant en milles morceaux. Mais aujourd’hui je peux dire que je préfère nettement la vérité, si dure soit-elle, et les douleurs physiques qui accompagnent les souvenirs, à l’inconscience dans laquelle je me trouvais auparavant. Cette CONSCIENCE qui fait que je deviens de moins en moins la proie de mes traumatismes puisque je les connais, que je peux maintenant leur faire face sans perdre les pédales et que je les intègre de plus en plus. Quel soulagement !

Mais en même temps, lorsque je regarde en rétrospective le trajet que j’ai parcouru depuis maintenant 13 ans, la révolte m’envahit. Lorsque je considère toutes ces années de détresse supplémentaires que j’ai vécues et qui auraient pu être évitées si mon entourage supporté par cette théorie des faux souvenirs, n’avait pas mis un frein continuel à ma guérison en me disant sans cesse qu’il ne s’était rien passé et que tout cela n’était qu’implanté. Qu’ils m’aimaient et m’avaient toujours chérie ! Que tout ce qu’ils désiraient, c’était qu’on reprenne notre « belle vie de famille » en effaçant ce que ces thérapeutes supposément mal intentionnés m’avaient mis dans la tête. Comme si j’avais subi une lobotomie ! Quel déchirement inutile, déchirement qui est déjà omniprésent chez toute victime d’inceste sans qu’on ait en plus à en rajouter ! Tous ces moments où j’ai pensé à en finir avec la vie ont toujours été provoqués par cette extrême discordance entre mes flashbacks et cette « théorie » supportant la négation de ceux que j’aimais le plus au monde. Deux versions complètement et diamétralement opposées. Comment me souvenir dans une telle situation ? Comment en arriver à visualiser la cause de mes flashbacks pour pouvoir enfin assimiler et intégrer mes traumatismes, alors que je me faisais sans cesse répéter que tout n’était que pure fabulation ? J’aurais bien aimé que cela soit le cas. L’être humain n’est pas, dans son essence, masochiste. Hélas, ce n’était pas de la fabulation. Cela ne l’était pas, cela ne l’avait jamais été.

J’ai pu avancer à pas de géants sur la voie de ma guérison seulement quand j’ai été en mesure de rompre définitivement les liens avec ma famille, de ne plus avoir d’attentes. Ce qui me fait dire aujourd’hui que cette théorie du syndrome des faux souvenirs peut s’avérer meurtrière lorsqu’elle est appliquée de façon généralisée et sans discernement. C’est le principal but que j’ai poursuivi en écrivant ce livre. Dénoncer le tort considérable que cette théorie m’a fait. Non seulement à moi, mais sûrement à plusieurs autres personnes. Et qui n’a pas fini de faire ses ravages.

Le système légal est basé sur la présomption d’innocence, ce qui fait que tous les abus sexuels commis dans l’intimité, et encore plus l’inceste, sont déjà en partant difficiles à prouver par des faits tangibles. Déjà difficile donc d’obtenir justice pour des victimes qui n’avaient jamais oublié. Était-il nécessaire en plus d’en rajouter jusqu’à priver les victimes d’inceste aux VRAIS souvenirs occultés d’un support thérapeutique vital, en discréditant leurs thérapeutes bien intentionnés et pas nécessairement adeptes de l’abus-sexuel-à-tout prix ? Les abuseurs d’enfants sont déjà avantagés sur le plan de la justice. Était-il nécessaire qu’on aille leur chercher des munitions supplémentaires pour se défendre, en leur donnant une raison de s’immiscer dans l’espace psychothérapeutique de leurs victimes ? Celles-ci ont déjà subi le viol de leur intimité dans leur enfance.

Permettre à leurs abuseurs de « pénétrer » dans l’intimité de leur espace thérapeutique, pour essayer de saper à la base les souvenirs qui tentent d’émerger, ne correspond-il pas à reproduire à nouveau l’abus, la transgression des limites ?

Il y a une raison pour laquelle ces souvenirs étaient restés enfouis parfois très longtemps. C’est qu’ils étaient trop difficiles à gérer. Au lieu d’encourager ces victimes qui trouvent enfin le courage de faire face à leurs démons intérieurs, aidés de leurs thérapeutes tout aussi courageux, la théorie du syndrome des faux souvenirsfait l’inverse en identifiant automatiquement de la malfaisance là où c’est tout le contraire qui se passe. Cette théorie qui peut peut-être s’appliquer dans certains cas, est malheureusement devenue dans les deux dernières décennies, comme une mode faisant en sorte qu’il faudrait maintenant prouver « hors de tout doute raisonnable » que les souvenirs ne sont PAS implantés et que les thérapeutes sont de bonne foi. Ce qui revient à mettre ces aidants au ban des accusés au lieu des vrais coupables ! Comme le monde à l’envers ! Je dirais qu’il faut CROIRE les victimes aux souvenirs refoulés, avoir de la compassion pour elles plutôt que de se positionner sur le modèle antagoniste de la cour. Et si ces souvenirs s’avèrent faux, ils ne perdureront pas, étant donné qu’ils sont source d’une grande souffrance et que l’être humain a tendance à tout faire pour ne pas souffrir.

Je me relève donc tranquillement de cette saga avec ma famille qui aura duré au moins dix ans et qui m’aura causé plus de torts que les traumatismes de mon enfance eux-mêmes. « Faute avouée est à moitié pardonnée ». Il est rare qu’un abuseur avoue quoi que ce soit, mais qu’il entraîne tout le reste de sa famille à croire comme lui en des souvenirs implantés fait en sorte que la victime se retrouve complètement isolée, ostracisée. Mais tout cela est maintenant du passé. Je peux maintenant guérir, panser mes plaies en toute quiétude sans me faire dire que « plaies il n’y a pas. »

Le processus de guérison ne se fait pas en ligne droite. Il m’a fallu et me faut encore parfois rebrousser chemin pour pouvoir mieux repartir par la suite. Mais jamais je ne retourne aussi bas qu’auparavant. J’ai acquis plus de solidité.

L’auteure

L’auteure est née au Québec. Elle est titulaire d’un Ph.D. en sciences. Elle a étudié auparavant en médecine, mais a dû abandonner ses études au début de sa 4e année après avoir complété avec succès un premier stage d’externat en psychiatrie. Incapacité de continuer par blocage psychologique. Échec cuisant relié à un malaise profond et inexplicable relié à l’examen physique des patients. Plus tard, elle a aussi complété une formation de base de 750 heures donnée par une école privée de formation de psychothérapeutes. De par ses études, l’auteure a pu non seulement livrer son histoire, mais aussi l’analyser et la supporter par des ouvrages de références consultés, devenant par le fait même son propre sujet de recherche.

*Ma vie en pièces détachées. Souvenirs retrouvés d’inceste ou faux souvenirs, Éditions J’ai l’Espoir, 2009, 342 pages. Format : 15 x 23 cm. Prix : 24,95$. Préface de Blanche Landry. Aide à l’écriture : Nadine Guezennec. Auteur Conseil, Spécialiste des Récits de Vie. ISBN : 978-2-9811476-0-8.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 25 novembre 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Maritée



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin