| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 28 janvier 2010

Le viol psychologique d’Omar Khadr

par Louise Hubert






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Canada - Le retour des Autochtones : une lutte à nulle autre pareille
La cheffe Theresa Spence s’exprime sur sa grève de la faim et la situation actuelle des Autochtones
Repenser le multiculturalisme
G20 à Toronto - Le Comité jeunes féministes de la CLES dénonce les violences sexistes et la violation des libertés civiles
G20 et brutalité policière au pays de Stephen Harper
Gouvernement Harper – Sabrer avec un zèle religieux dans les programmes pour les femmes
Sommet UE-Canada : les sables bitumineux en accusation
Manifestation pour le retrait de l’ambassadeur du Mexique au Canada
Équité salariale - Entre un idéologue obtus et un opportuniste, les droits des femmes sont menacés à Ottawa
Stephen Harper est-il allergique à Céline Galipeau en particulier ou aux intervieweuses en général ?
La fin de l’équité salariale pour les femmes dans la Fonction publique fédérale
Les femmes et la crise économique
Le budget fédéral laisse tomber les femmes, les travailleurs et les travailleuses
Lettre à la Gouverneure générale Michaëlle Jean en faveur de la coalition des partis d’opposition à Ottawa
Harper Rule : une gouvernance sexiste et inéquitable
Les femmes vous observent, disent des groupes de femmes au premier ministre Harper
Le Comité de la CEDEF de l’ONU scrute la performance du Canada
"À voix égales" invite le Premier ministre à nommer des femmes au Cabinet
Appel des artistes pour la Paix : "Dans dix ans, quelle direction voulez-vous voir le Canada et le Québec emprunter ?"
Votre vote comptera-t-il le 14 octobre ?
Avortement et élection : souvenons-nous
Élection Canada - Sur la question de l’égalité des femmes, Stephen Harper ne répond pas
Maintes raisons de ne pas voter pour Stephen Harper
"Les conservateurs nous ont rappelé que nous sommes ‘juste’ des femmes"
Élections fédérales - Battons-nous contre la droite !
Dieu au pouvoir ! God Bless Canada !
La Fédération des femmes du Québec appelle les Québécoises et les Québécois à battre les Conservateurs
Margaret Atwood s’explique - Harper : déconnecté, dépassé
Ingérence de l’Église catholique dans la campagne électorale au Canada
L’Association des Femmes Autochtones du Québec répond aux excuses du gouvernement Harper
Les compressions du gouvernement Harper forcent le départ d’une leader féministe
Le gouvernement Harper cherche à réduire les femmes au silence
La ministre Oda quitte le ministère de la Condition féminine. Enfin !
La déclaration du Canada à la Commission de la condition de la femme des Nations Unies est tendancieuse et décevante
Politique Canada : dossier principal
Les promesses brisées de Stephen Harper
Stephen Harper tient ses promesses
Des coupures antidémocratiques à Condition féminine Canada
Le gouvernement Harper veut museler les groupes de femmes
La ministre de la Condition féminine, Bev Oda, passe un mauvais quart d’heure devant un comité parlementaire
La ministre à la Condition féminine du Canada interdit aux groupes de femmes de défendre ... les droits des femmes
Il faut rétablir immédiatement le Programme de contestation judiciaire
Le discours de la Traîne
Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut changer le mode de scrutin !
Victoire réjouissante : Vivian Barbot a battu le ministre Pierre Pettigrew
Voter ? Mais pour qui ?
Des leaders afro-québécoises inquiètes s’adressent aux chefs des partis politiques en campagne électorale
L’R des Centres de femmes écrit aux quatre chefs de parti à Ottawa
"Des tribunaux islamiques au Canada ?"
10 ans de budgets fédéraux : les femmes doublement pénalisées
Le budget fédéral ne tient pas compte des femmes
Une décennie de reculs : le Canada de l’après-Beijing
Une autre élection injuste pour la population québécoise et canadienne
Harper, une menace sérieuse au droit des femmes à l’avortement







Lettre au Premier ministre du Canada, M. Stephen Harper

Monsieur le Premier ministre,

Il me fait plaisir de m’entretenir avec vous pour discuter du cas d’un enfant que vous connaissez bien pour en avoir entendu parler à quelques reprises. Il s’agit d’Omar Khadr. Je veux me permettre de vous apporter une vision personnelle qui vous apportera un nouvel éclairage quant à ce cas.

La Cour suprême du Canada vient de reconnaître que ses droits humains ont été bafoués. Certes, cela est grave. Cependant, le débat entourant ce jeune enfant soldat, présentement détenu et en attente de son procès pour meurtre d’un soldat américain, ne tient pas compte de certains éléments fort importants. En effet, ce n’est pas seulement le viol de sa liberté et de ses droits humains dont il devrait être question ici, mais plutôt de ses droits fondamentaux à l’enfance et de son intégrité psychologique qui ont été violés dès son plus jeune âge par un lavage de cerveau fait par son entourage. Cela est triste et odieux. Comme enfant, il avait le droit d’être un enfant, le droit de s’amuser, d’aller à l’école, de rêver de ce qu’il ferait plus tard quand il serait grand. À la place de cela, des adultes qui l’entouraient, qu’ils soient de sa famille ou des leaders religieux, ont consciemment violé son intégrité psychologique en le formant à devenir un soldat pour aller combattre et tuer l’ennemi. Le viol psychologique est, selon moi, aussi grave que le viol du corps.

Dans notre société, lorsqu’un viol physique d’un enfant, par l’un de ses parents, se fait et qu’il est dénoncé, le parent fautif est soumis aux lois criminelles et est condamné comme tel. De plus, le parent ou toute autre personne (frères, sœurs, cousins, etc.), qui ne fait rien alors qu’il assiste à ce viol ou qui sait que le viol se passe, est aussi reconnue comme complice de ce crime. Ce complice silencieux est condamné en conséquence.

Il devrait en être ainsi pour le viol de son intégrité psychologique. Ici, serait-on en mesure de penser que le lavage de cerveau et le conditionnement que certains faisaient vivre à Omar Khadr étaient connus de son entourage ? Est-ce que sa famille immédiate (ses mère, frère, oncle, cousin, etc.) était au courant de son enrôlement, par son père, dans un programme militaire dont le but était de tuer l’ennemi qui, cette fois-ci, était un Américain ? Qu’en aurait-il été s’il avait tué un soldat canadien ?

Dans l’affirmative, comment croire que sa mère, en particulier, ne savait pas que le mot « adieu », prononcé au départ de son enfant partant avec son père, prendrait tout son sens ? Tous ces gens qui savaient ce qui devait se produire et qui ont gardé le silence ne sont-ils pas aussi criminels et coupables que ceux qui se taisent lors d’un viol physique d’un enfant ?

Monsieur Harper, quand aurons-nous des lois qui criminaliseront cette complicité qui encourage des enfants à la haine avec, la plupart du temps, une bénédiction religieuse qui les endoctrine à devenir des enfants-martyrs ? Il faut que votre gouvernement sauve ces enfants avant qu’ils ne soient endoctrinés et non seulement lorsqu’ils ont commis l’irréparable. Quand commencerez-vous à mettre en prison les membres de l’entourage familial ou religieux qui endoctrinent des enfants à tuer, à haïr la société occidentale, à mépriser ses lois et ses doctrines sociales ? Comment allez-vous vous assurer que les religions, quelles qu’elles soient, ne bafouent pas les principes et les valeurs canadiennes dont notamment celle de l’égalité homme-femme ?

Je demeure convaincue que l’enfant Omar Khadr n’est pas le seul enfant, au Canada, dont l’enfance a été ainsi violée. En effet, il faudrait être bien naïf pour croire que d’autres viols de l’intégrité psychologique d’enfants ne se font pas au Québec ou ailleurs au Canada. Avez-vous vu autour de vous l’endoctrinement faire son œuvre sur des enfants âgés à peine de trois ou quatre ans et à qui certains apprennent à détester les êtres humains qui ont des valeurs contemporaines de paix, d’harmonie et de savoir-vivre ensemble ? Rassurez-moi, monsieur Harper, j’en ai bien besoin quand je vois qu’à quelques kilomètres de Trois-Rivières, un certain terroriste était prêt à commettre de viles choses parce qu’ils n’aimaient pas les valeurs que mon grand-père et mon père ont si bien défendues.

J’aurais aimé accueillir le petit Omar Khadr, mais je crois que nous ne pourrons le rapatrier tant et aussi longtemps que des lois ne criminaliseront pas l’entourage familial et ceux qui endoctrinent des enfants sous le couvert des religions. Il faut tout faire pour éviter que des enfants-soldats ne soient fabriqués « made in Canada », sinon, certains pourraient créer des armées de ces enfants-soldats, les plus jeunes possible, afin d’attirer la compassion et un capital de sympathie du public. Ces enfants-soldats seraient ensuite envoyés à l’étranger pour devenir des martyrs et si, par un malheureux hasard, ils survivaient après un attentat, il se trouverait des personnes complices de ces viols d’intégrité psychologique qui exigeraient que le Canada aille les chercher pour les juger selon des lois occidentales parce qu’elles sont plus généreuses. Ce qui est honteux, c’est que ces violeurs d’enfance bafouent, au nom de leur religion, nos lois canadiennes et québécoises. Le Canada doit porter une réflexion sérieuse sur la place de la religion dans l’État, dans les décisions des tribunaux et dans l’espace public. Dorénavant et pour toujours, il y a lieu de cesser d’accorder une suprématie aux divinités et il est urgent de réduire la portée de tous les accommodements à caractère religieux qui sont légion au Québec et au Canada.

Ainsi, le débat Omar Khadr, débat portant sur les droits de l’enfance et sur la protection de l’intégrité psychologique d’enfants-soldats, se doit d’être transporté le plus rapidement possible vers la rédaction de lois appliquant le code criminel afin de rendre passible de peines d’emprisonnement ou d’extradition des individus et des leaders religieux qui endoctrinent, au Canada, ces jeunes enfants. À défaut de cela, les démarches entreprises portant sur le respect des droits de l’enfant et de son intégrité psychologique ne resteront que de vaines tentatives visant à jeter de la poudre aux yeux à tous ceux et celles qui vous écoutent.

Je suis impatiente de vous lire, monsieur mon Premier ministre,

Louise Hubert

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 janvier 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louise Hubert



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin