| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 8 avril 2003


Carnet d’élection
Qui conciliera travail et famille ?

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le PQ mise sur une politique paternaliste
Bernard Landry et la pauvreté : de l’obsession à la résignation
Le PLQ : un Québec sclérosé dans un Canada fort ?
L’élection de l’ADQ représenterait un recul
Les oubliées du gouvernement Landry
En éducation, l’ADQ propose un recul sensible
Le silence " électoral " des femmes ne servirait pas la démocratie
L’UFP et les revendications des femmes







Il y aura une élection le 14 avril prochain au Québec. Dans le budget présenté la veille du déclenchement de l’élection, la ministre des Finances Mme Pauline Marois a annoncé l’instauration de la semaine de travail de quatre jours pour les parents d’enfants de 12 ans et moins qui voudraient se prévaloir d’un congé sans solde d’une journée par semaine. Le premier ministre Landry a même promis d’inclure cette mesure dans une loi cadre. L’Action démocratique du Québec (ADQ) propose plutôt d’accroître le nombre de congés mobiles dont les frais seraient partagés également entre employé-es et employeurs.

La conciliation travail-famille telle que proposée par les partis politiques en campagne électorale soulève certaines questions. D’abord, parions que ce sont les femmes, dans la majorité des cas, qui utiliseraient de temps à autre la 5e journée - comme elles le font présentement pour les congés mobiles - afin de s’occuper de la famille. La Société Radio-Canada semble partager cette opinion puisqu’elle n’a invité que des travailleuses à commenter cette promesse électorale lors de sa première émission d’analyse à l’émission « Ce soir ».

On comprend que les femmes sur le marché du travail soient heureuses à la perspective de souffler un peu, mais qu’en sera-t-il de la répercussion d’une telle mesure sur leur situation financière ? Une journée de travail en moins, c’est également une journée de revenus en moins, et le revenu moyen des femmes est déjà inférieur à celui des hommes. On sait aussi qu’un divorce accentue cet écart. Cette mesure aura aussi une répercussion pour l’avenir (caisse de retraite, RRQ, etc.).

Le projet de concilier travail et famille ne sera probablement pas à la portée des travailleuses au salaire minimum, ni des femmes chef de famille monoparentale. Les travailleurs et travailleuses autonomes - environ un million de personnes - n’en profiteront pas non plus : la plupart ne sont pas des salarié-es, n’ont pas qu’un seul employeur, et leurs revenus ne leur permettent pas de réduire leurs heures de travail. Le crédit d’impôt qui sera accordé aux travailleurs et travailleuses pour un congé parental de 12 semaines équivaudra à 55% de leur revenu. Une mesure bien timide.

Quant aux entreprises, s’empresseront-elles d’employer des femmes en sachant que ce sont elles qui utiliseront cette journée « flottante » pour s’occuper de la famille ?

Si les femmes restent les seules à vouloir concilier travail et famille, cette mesure pourrait donc retarder leur avancement professionnel et accroître l’écart des revenus entre hommes et femmes. Elle pourrait aussi libérer des emplois pour des hommes, à la grande satisfaction de certains masculinistes pour qui les femmes volent la place des hommes. Un retour partiel « au foyer »... Serait-ce un objectif recherché dans une conjoncture où les emplois se font plus rares ?

Que les employeurs ne s’inquiètent pas. C’est une promesse électorale facile dont peu de gens auront les moyens de se prévaloir.

Sisyphe, le 13 mars 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2003
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin