| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 27 septembre 2010

Les femmes réclament le droit de vivre sans crainte ni violence

par Milaine Alarie et Véronique Grenier, pour la CLAP






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le congrès Mondes des femmes 2011 : une grande occasion pour le Canada
La décriminalisation de la prostitution n’est pas une solution à la violence envers les femmes
Jean-François Harrisson, complice de pédophilie
Journée internationale des femmes et féminisme : un point de vue masculin
"Polytechnique" et le féminisme au Canada en 2009
L’hypersexualisation : la responsabilité des médias
Quand la haine des femmes devient propagande
Vancouver 2010 - Quand Jeux olympiques rime avec exploitation des femmes
Détourner les clients des rues d’Ottawa ne règle pas le problème de la prostitution
Non à la prostitution forcée dans les salons de massage
La CLAP appuie le rapport du CPCF sur la prostitution et la traite au Canada. Des recommandations audacieuses
La coupe de la honte de football
La Collective des luttes pour l’abolition de la prostitution voit le jour
Le corps humain est inaliénable ! Pour l’abolition de la prostitution !







Ce jeudi 23 septembre 2010, une centaine de femmes et hommes ont traversé les rues d’Ottawa lors la marche « La rue, la nuit, femmes sans peur », aussi connue sous le nom de « Take Back the Night ». L’objectif de cet événement était de dénoncer la violence et l’exploitation sexuelle envers les femmes et de revendiquer le droit des femmes à occuper les espaces publics, et ce, qu’il s’agisse du jour ou de la nuit. En effet, 48% des femmes affirment qu’elles ne se sentent pas en sécurité de se promener seule la nuit, tandis que les hommes partagent cette peur à seulement 16% (1). Depuis plus de 30 ans, cette marche a lieu à divers endroits à travers le Canada et regroupe des femmes et des hommes qui désirent manifester leur appui à la lutte pour l’égalité entre les sexes.

Si notre société a bien évolué au cours des dernières décennies et que plusieurs lois ont été modifiées ou mises en place afin de protéger les femmes contre la violence masculine, les statistiques démontrent que l’on est loin d’avoir atteint l’égalité hommes-femmes. À titre d’exemple, 1 femme sur 3 est agressée sexuellement au cours de sa vie. Au Québec, 82% des victimes d’agression sexuelle sont des femmes (2).

Quant au taux de violence conjugale, les femmes représentent 83% des victimes, ce qui équivaut à 33 336 femmes violentées au Canada en 2007 (3). Si l’on détient certaines statistiques quant à la violence envers les femmes, on détient encore peu de données relatives à certains groupes de femmes marginalisées, tels est le cas des femmes prostituées. Cependant, selon les approximations les plus récentes, on croit que les femmes prostituées seraient de 60 à 120 fois plus souvent agressées physiquement et victimes d’assassinat que tout autre groupe social (4).

Malgré la mise en place de lois contre la violence envers les femmes, certaines études démontrent que plusieurs mythes et préjugés tenaces prévalent encore au sein de la population. Par exemple, 17% des étudiants de premier cycle croient qu’une femme victime de viol a provoqué son agresseur (5).

S’il existe des lois explicites contre la violence envers les femmes au Canada, dans la réalité, on note un manque de ressources offertes aux victimes. À titre d’exemple, un dimanche de juillet 2010, une jeune fille s’étant présentée à l’hôpital d’Ottawa à la suite d’une agression sexuelle s’est faite offrir d’attendre à lundi pour voir un docteur ou d’être transférée à l’hôpital de Renfrew, en raison d’un manque de personnel médical pour lui offrir les soins adéquats (6).
Depuis ce scandale, l’hôpital d’Ottawa affirme avoir mis en place un service pour victimes d’agression sexuelle ouvert 24 heures sur 24, mais on peut se demander si cela tiendra, et si d’autres hôpitaux ne souffrent pas du même genre de sous-financement quant aux services pour victimes d’agression sexuelle.

Considérant les données effroyables relatives à la violence envers les femmes et le manque de ressources offertes aux victimes, il importe de faire entendre notre voix et d’insister sur l’importance de la lutte pour l’égalité entre les sexes.

La CLAP est fière d’avoir été au rendez-vous afin de manifester pour le droit des femmes à vivre en toute sécurité, sans crainte d’être agressée ou violentée et ce, peu importe le lieu ou le moment de la journée.

Notes

1. Gouvernement du Canada (2010), « Perceptions du public en ce qui concerne la criminalité et la justice au Canada : Examen des sondages d’opinion », Ministère de la Justice.
2. Gouvernement du Québec (2010), « Des chiffres qui parlent », Santé et Services sociaux du Québec.
3. Québec, Gouvernement du (2009), « La violence conjugale », Institut National de Santé Publique.
4. Lamy, G. (2010). , « Prostitution et traite des êtres humains. Entrevue avec Richard Poulin », Les publications universitaires.
5. Johnson, B.E. et al. (1997), « Rape Myth acceptance and Sociodemographic Characteristics : A Multidimensional analysis ». Sex Roles, 36 : 693-707.
6. Taylor, L. (2010), « Ottawa hospital vows to staff sexual assault unit 24_7 », National Post, 10 Juillet 2010.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 24 septembre 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Milaine Alarie et Véronique Grenier, pour la CLAP

Les auteures sont étudiantes à la maîtrise en sociologie et membres de la Collective des luttes pour l’abolition de la prostitution (CLAP). Courriel de la CLAP.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2010
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin