| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 23 avril 2011

"Le vote religieux" - Le virage conservateur vers les religions menacées

par Jean-Claude Leclerc, professeur de journalisme






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Élections Canada 2011 - Les Conservateurs ont verrouillé les portes de l’accès à l’égalité
Élections Canada 2011 - Le piètre bilan des Conservateurs n’a rien pour séduire les électrices
Élections Canada 2011 - Dix raisons majeures de se débarrasser des Conservateurs de Stephen Harper
Élections Canada - Ne faites pas de la politique partisane avec la vie des femmes
Attention ! Danger ! Le lobby anti-avortement "trop proche" du gouvernement conservateur
Élections Canada - La santé, une question d’égalité
Élections Canada - Les femmes et le programme de lutte contre la criminalité
Élections Canada - La violence faite aux femmes et aux jeunes filles au Canada
Élections Canada - Six mythes au sujet du Canada et des questions aux candidat-es
Élections Canada - Un gouvernement conservateur représente un grave danger pour le droit à l’avortement
Élections Canada 2011 - Femmes et sécurité de la retraite au Canada
Subventions aux groupes de femmes - Le CSF contredit la ministre St-Pierre et dénonce un détournement de fonds. Le PQ aussi







On ne sait encore si un « vote religieux » maintiendra Stephen Harper au pouvoir. Mais l’initiative du Parti conservateur de défendre partout les minorités religieuses remporte déjà un certain succès. Même le chef libéral, Michael Ignatieff, trouve que les autres partis devraient y souscrire. Néanmoins, dans une campagne qui manque d’idées, l’aide aux communautés en détresse n’a pas fait grand bruit. Elle en fera peut-être si jamais cet enjeu compte vraiment parmi les priorités diplomatiques du Canada.

Certes, un Bob Ray a vu là une tactique conservatrice pour gagner des « votes ethniques ». Le Parti libéral en sait quelque chose, pour avoir lui-même longtemps remporté ainsi ses élections. Mais les conservateurs ont trouvé mieux. Plutôt que de perdre des appuis avec des idées morales controversées, ils ont ravi aux libéraux, avec la défense des libertés religieuses, une politique que tout bon démocrate doit appuyer. Un emprunt aux républicains de W. Bush ? Pas du tout. Une initiative de Bill Clinton !

Depuis 1998, en effet, Washington publie un bilan mondial des droits religieux. Chaque année, le président désigne des pays violateurs dont il faut se « préoccuper ». Le secrétaire d’État, chargé de l’Office of International Religious Freedom, en dresse la liste. Pour 2010, Hillary Clinton a cité al-Qaïda, mais aussi la Chine (pour les bouddhistes tibétains, les musulmans ouïgours et les chrétiens des Églises domestiques). Et « plusieurs » pays d’Europe sont visés pour leurs « dures restrictions à l’expression religieuse ».

Au Canada, ce bureau pour la liberté religieuse ne porterait pas la mention « internationale », mais, si le budget en sera fort modeste, son ambition ne l’est pas. Les diplomates canadiens, dit-on, furent surpris de cette initiative, qui risque de les plonger dans des controverses dont ils n’ont jamais été friands. Les États-Unis, il est vrai, ont la puissance voulue pour agiter la carotte d’un conseil ou, si nécessaire, le bâton de « mesures économiques ». Mais le Canada ne possède aucun de ces moyens de pression.

Ottawa surveillerait lui aussi l’état des libertés religieuses à l’étranger et ferait de la promotion de ces libertés un objectif clé de sa politique étrangère. Mais en pratique, il s’engagerait surtout dans des programmes moins visibles ou peu exposés aux incidents politiques. Ses instruments d’action ? La sélection prioritaire à l’étranger de réfugiés persécutés pour des raisons religieuses. Et l’aide financière privilégiée de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) là où des minorités religieuses sont vulnérables.

Un objectif de la politique extérieure du Canada

Cette politique n’est pas tout à fait nouvelle. Depuis longtemps, le Canada est un refuge traditionnel pour des minorités persécutées, même s’il lui est arrivé aussi d’en persécuter lui-même sur son territoire. Des Églises chrétiennes ont souvent obtenu l’aide administrative ou financière d’Ottawa pour aider leurs coreligionnaires en péril. La différence, cette fois, c’est qu’aucune religion ne serait exclue de l’aide canadienne, et le Canada ferait du pluralisme religieux un objectif de sa politique extérieure.

Au regard des chartes et déclarations sur les droits et libertés, y compris en matière religieuse, l’envergure nouvelle donnée à cette politique par le Parti conservateur paraît impeccable. L’accent mis sur les minorités religieuses, souvent oubliées, paraîtra donc tout à fait justifiable, mais d’abord à une condition : qu’on n’en fasse pas une priorité aux dépens sinon au détriment d’autres minorités, non moins vulnérables ou même aussi durement persécutées.

À la lumière de l’histoire du pays, d’autres conditions s’imposent. Un prochain cabinet, quel que soit le parti qui le formera, aura fort à faire pour recruter des fonctionnaires et des diplomates dignes d’appartenir au bureau projeté. Trop de mandarins, en effet, ont fréquenté des régimes persécuteurs pour qu’on leur confie désormais la défense de persécutés. L’exportation des marchandises jouit aussi d’une plus vieille préférence nationale que l’accueil des opprimés.

De même, on aura fort à faire pour cerner la question des « minorités religieuses ». Certaines sont au pouvoir et oppriment une majorité de foi différente, comme en Syrie. D’autres bénéficient, au contraire, de la protection d’un régime dictatorial, et redoutent, comme en Égypte maintenant, une démocratisation qui mettra au pouvoir une majorité d’une autre confession que la leur. Sans parler de l’exploitation politique de certaines de ces minorités par des puissances étrangères.

Enfin, au Canada même, plusieurs communautés recherchent déjà l’appui du gouvernement, tantôt pour elles-mêmes, tantôt pour leurs familles ou leurs coreligionnaires en difficulté dans leur patrie d’origine. Ce sentiment est compréhensible et légitime. Au reste, quelle population au pays ne le fait pas ? Toutefois, si jamais l’appui électoral d’une minorité contribuait à mettre au pouvoir un parti dont les politiques seraient détestables aux yeux d’un grand nombre, elle risquerait d’être elle-même détestée à son tour.

C’est pourquoi les organisations religieuses d’ici auront à faire preuve, faut-il croire, d’un discernement exceptionnel face à cette « aide » politique. Il était autrefois jugé criminel d’acheter des votes, et immoral d’en vendre. De nos jours, la corruption de gouvernements par des entreprises, sinon celle d’électeurs par des partis, est devenue un scandale national. Aucune minorité ne sortirait indemne d’une participation à des programmes qui ne soient au-dessus de tout soupçon.

D’autant plus qu’au Canada, y compris au Québec, les minorités religieuses, outre qu’elles ne sont pas toujours en bons termes entre elles, doivent désormais compter avec une importante minorité d’incroyants.

- Source : Le Devoir, le 18 avril 2011

Plus d’information :

  • "Des fous de Dieu chez les Conservateurs", par Hélène Buzzetti, Le Devoir, 7 avril 2011.
  • "Les évangélistes appuient les Conservateurs", par Hélène Buzzetti, Le Devoir, le 11 avril 2011.
  • "Le piètre bilan des Conservateurs n’a rien pour séduire les électrices", par Antonia Zerbisias, Toronto Star

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 avril 2011


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Jean-Claude Leclerc, professeur de journalisme



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin