| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 19 mai 2011

Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?

par Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Procès du Carlton : le cri de colère de « Jade », ex-prostituée
L’affaire DSK : le privé est bien politique
C’est à Nafissatou Diallo que DSK devrait présenter des excuses !
Affaire DSK - "Amour à la française" ou sport de combat ?
L’indécent retour médiatique de DSK
Affaire DSK - Quand une femme est agressée, le doute n’est pas permis
Affaire DSK - La négation du crime de viol
Affaire DSK - Une rentrée qui laisse un goût amer dans la bouche...
Affaire DSK - La prétendue séduction "à la française" n’est que de la violence sexuelle
Rassemblement de soutien à Nafissatou Diallo, le 23 août, à Rennes
Canada - Pétition de soutien à Nafissatou Diallo, une Africaine, qui accuse Dominique Strauss-Kahn de viol
Rien de ce qui est sexuel ne serait criminel : la violence sexiste occultée dans l’affaire DSK
Affaire DSK/AS : Autopsie d’un soulagement
Affaire DSK - Un comité de soutien français à Nafissatou Diallo, présumée victime d’agression sexuelle
Affaire DSK - Pourquoi la presse française élude-t-elle des faits connus outre-Atlantique ?
Déclaration concernant les poursuites intentées contre Dominique Strauss-Kahn aux États-Unis et en France - Des groupes de femmes appellent à la justice dans les causes de violence sexuelle
Statement on Cases Against Dominique Strauss-Kahn in the US and in France - Women’s groups call for justice in cases of sexual violence
Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?
L’affaire DSK - Faits nouveaux : Strauss-Kahn reste un violeur présumé
Affaire DSK : à qui profite le crime ?
Affaire D. Strauss-Kahn - Les informulés d’une rhétorique sexiste comme dans l’affaire Polanski
Affaire Dominique Strauss-Kahn - Les féministes américaines exigent que justice soit faite
L’affaire DSK : résumons
L’affaire DSK, un scandale qui fera date pour les femmes
Affaire D. Strauss-Kahn - Non à la banalisation du viol
Affaire D. Strauss-Kahn : "Oui, il faut prendre au sérieux la femme victime !"
Affaire DSK - Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent !
Affaire DSK - Autre pays...
Affaire Dominique Strauss-Kahn - On oublie un détail d’importance : le consentement !
Affaire Dominique Strauss-Kahn - Liberté oui, mais en toute égalité !
Affaire D. Strauss-Kahn - Éloge du consentement
Affaire Dominique Strauss-Kahn : victime contre victime ?
Ma réponse aux défenseurs trop zélés de DSK
Le traitement de l’affaire Dominique Strauss-Kahn entretient la confusion des esprits
L’affaire DSK et l’omerta sur les violences sexuelles en France
Dominique Strauss-Kahn - Le risque de dénoncer
Affaire DSK - Chronique de Carolne Fourest sur France Culture







Depuis plusieurs jours, nous assistons à un véritable délire médiatique en France.

Dominique Strauss-Kahn aurait été victime d’un complot destiné à stopper sa progression vers la fonction suprême. Et cela, du fait d’une femme de chambre, sans doute émoustillée par sa nudité dévoilée et par la perspective d’une manne financière.

En tant que féministes, nous sommes étonnées de la différence de ton employée à l’encontre du présumé agresseur et de la présumée victime, et du manque total d’impartialité dans les écrits et les discours diffusés.

Certains journalistes et politiques usent et abusent de mots de sympathie, de solidarité, de bienveillance, voire de complaisance ou d’indulgence envers DSK. Et ils font des plaisanteries misogynes blessantes, manifestant une fraternité virile d’hommes toujours prêts à défendre leurs prérogatives sur leur terrain de chasse privilégié : les femmes.

Oui, DSK doit bénéficier de la présomption d’innocence, mais sans doute faut-il prendre en considération, si les faits qui lui sont reprochés s’avèrent exacts, l’extrême détresse dans laquelle peut se trouver la femme mise en cause, pour ne pas dire en accusation. Jeune, noire, immigrée, agressée sexuellement par un homme blanc, riche et âgé. Tous les ingrédients d’une tragédie sont présents : racisme plus sexisme, face au machisme patriarcal tout puissant.

Nous demandons un peu de tact, de décence et d’humanité vis-à-vis de cette présumée victime, qui a eu le courage de porter plainte, ce que très peu de femmes violées sont capables de faire, souvent empêchées d’agir pour d’obscures raisons, familiales, sociales, professionnelles ou autres.

Cette jeune Guinéenne, qui risque la prison en cas d’accusations mensongères, mérite notre solidarité féministe et sororale, en attendant que la justice établisse la vérité.

Les viols ne sont pas la traduction de pulsions masculines. Ils sont la forme extrême du mépris, de la haine et de la peur que les hommes ont des femmes.
Le comportement prédateur que s’autorise le sexe masculin est facilité par la banalisation de la violence faite aux femmes dans notre société, et par une législation inexistante, ou souvent laxiste, ou bien non appliquée pour leur venir en aide.

Ce qui prime alors, c’est la loi du plus fort ! La France, machiste, ne protège-t-elle pas un cinéaste pédophile et n’a-t-elle pas accepté qu’on laisse sortir le meurtrier d’une femme, après quatre petites années d’emprisonnement ?

Souhaitons que la justice américaine soit moins sexiste.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 mai 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME
SOS-SEXISME

Michèle Dayras est médecin. Elle est aussi co-fondatrice et présidente de SOS-SEXISME.



Plan-Liens Forum

  • Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?
    (1/3) 22 mai 2011 , par Euphrosine

  • Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?
    (2/3) 19 mai 2011 , par sporenda

  • Juste,en partie
    (3/3) 18 mai 2011 , par nemo

    rép: Evlyn




  • Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?
    22 mai 2011 , par Euphrosine   [retour au début des forums]
    Le fantasme d’une femme de chambre

    Merci, Madame, pour votre article que je viens de lire sur Sisyphe. Depuis que cette affaire a éclaté, je tente de garder mon calme, de réfléchir, et ce que vous écrivez m’aide beaucoup. Vous y nommez les réalités qui structurent encore notre société, bien qu’on veuille nous faire croire le contraire, "le sexisme, le patriarcat", les femmes sont encore et toujours "un terrain de chasse" pour les hommes.
    Bien sûr que, malgré les progrès accomplis dans les sociétés occidentales depuis 40 ans, le modèle de domination homme/femme existe encore. Il est de bon ton de ne pas le reconnaître, en France au moins.
    Quant à moi je me pose la question : Comment avons-nous élevé nos fils ? J’en ai trois. Merci encore.

    Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?
    19 mai 2011 , par sporenda   [retour au début des forums]

    Cette histoire nous replace en face du machisme massif et persistant de la société française.

    Depuis longtemps, on connaissait les comportements de DSK dans le PS et dans les medias, mais on montait une garde vigilante pour que cela ne soit pas investigué sérieusement et n’empêche pas sa candidature à la présidentielle.

    En particulier, on utilisait constamment des euphémismes pour rendre compte de ces comportements : il aime les femmes, c’est un libertin, un séducteur, un dragueur trop insistant.
    Or la drague insistante de subordonnées, ça porte un nom : harcèlement sexuel. Ce que Tristane Banon dit avoir subi de sa part, ça porte un nom : tentative de viol. Non seulement, les medias et le PS ne voulaient pas examiner ces comportements, ils ne voulaient même pas les nommer.

    Il y avait de la part de l’ entourage de DSK un véritable barrage de déni, d’excuse ou de minimisation de ces comportements.
    Ces gens passaient la serpillière derrière DSK après chaque dérapage, de sorte que l’ex directeur du FMI, assuré de l’impunité, ne pouvait que s’enhardir de plus en plus dans ses transgressions.

    Des individus tels que DSK et Berlusconi ne peuvent exister que grâce aux multiples complicités et tolérances dont ils bénéficient de la part de la quasi-totalité de la société.

    C’est lamentable qu’il ait fallu que ce soit la justice américaine qui fasse tomber le puissant intouchable de son piédestal ; si cette femme de chambre avait subi les agressions de DSK dans un hotel français, il est à parier qu’elle aurait été tout au plus invitée à rédiger une main courante au commissariat, main courante qui n’aurait débouché sur rien, comme la plupart des plaintes pour viol.

    Juste,en partie
    18 mai 2011 , par nemo   [retour au début des forums]

    C’est honteux que DSK soit tant mis en valeur et traité avec toute l’attention due à un nouveau né ;On sait même qu’il a bien dormi et mangé des pâtes en prison...
    Ce qui est aussi honteux c’est que personne n’aurait plaint ce type et crié au complot si ça avait été un type banal,il serait allé en prison directement...

    Je m’écoeure autant du parti pris féministe qui crie au scandale quand on parle trop de DSK et de la théorie du complot alors qu’elles veulent toutes le voir en prison et considèrent comme acquis le fait qu’il est coupable.
    Critiquer une stupidité avec une autre stupidité.

    Et les fausses accusations sont nombreuses et ça elles se gardent bien de le dire

    Quant à la peur des femmes des machos,dans votre article,je vois pas d’où elle sort ou si c’est juste une autre théorie ésotérique comme quoi les mecs seraient faibles et traumatisés par le gain de pouvoir des femmes et blabla...
    Un macho se croit superieur,point barre,pas d’excuse à leur trouver.

    Personnellement je ne crois pas DSK mais,encore une fois,on dirait que vous partez en chasse par principe,parce que c’est une femme et que cette seule raison lui donne tout crédit (quoique en justice c’est le cas..) et ça,c’est aussi du sexisme.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin