| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 30 mai 2011


Oui, les mots peuvent faire mal
Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés

par Rebecca Mott, survivante et écrivaine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Silence et tapage : la limite des mots
Je célébrerai la Journée internationale des femmes quand…
Chanson pour mon âme guerrière
En studio avec Ruth – Interview de Rebecca Mott, femme rescapée de la prostitution et abolitionniste
Prostitution et viol de mineures - Pas le droit d’être trop jeune
Le "travail du sexe" est une arnaque
Prostitution - Un tissu de mensonges répandus à souhait
La pornographie ? Parlons-en
Prostitution – Le viol comme routine et le traumatisme comme fosse
Prostitution - J’ai le cœur qui désespère
Prostitution - Nos corps et nos esprits sont lourds de l’indicible
Les bons prostitueurs, ça n’existe pas
Le véritable danger du proxénétisme tient à la légitimité qu’il a acquise
Prostitution - Votre sollicitude nous tue, levez le huis clos
Prostitution - Être transformée en poupée porno
Prostitution - Mes années perdues
Prostitution - Un déni facile à comprendre
Prostitution - Méthodes de l’esprit proxénète
Prostitution - Écrire de l’intérieur et nommer l’ennui
Prostitution - Des mots qui désignent la réalité des femmes prostituées
Prostitution - Se faire manipuler, le quotidien des femmes prostituées
Prostitution - Quand s’exprimer est dangereux
La crainte d’une voix distincte, celle des survivantes de la prostitution
Prostitution - Je dois me vider le coeur
Prostitution - Je rêve de tout cœur
De nouveaux mythes dangereux entourant la prostitution
Pornographie – La toile blanche
Prostitution - Confiance brisée
Prostitution - Je me suis absentée
Manif Reprendre la nuit - Un malaise dans l’âme
Prostitution - Faut-il se contenter de réduire les méfaits ?
Pendant que vous défilez, nous, on se noie !
Prostitution et viol - Dommages collatéraux
La Journée internationale de non-prostitution le 5 octobre
Prostitution - Vivre avec la mort
Prostitution et déni – Le mythe de la prostituée heureuse
La porno m’a façonnée
Pourquoi je ne participerai pas à la ‘Slutwalk’ - L’ultime "salope"
Prostitution - Ce que vous ne voulez pas savoir existe tout de même
Prostitution - Du sang dans la pièce
Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes







Je suis allée lire ce qui s’écrivait à propos de différentes Slutwalks (Marches des salopes) – et je remarque que ce qu’elles répètent sans arrêt à propos du sens de leur campagne, c’est qu’aucune femme ne devrait être violée, qu’elle baise « pour le plaisir ou pour le travail ».

Ça me fait mal. C’est la principale raison pour laquelle un grand nombre de femmes ayant quitté la prostitution ne veulent en aucune façon être associées à ces Slutwalks. Elles sont tellement blessées et en colère de voir la prostitution une nouvelle fois qualifiée de « travail » qu’elles en retombent dans le silence.

Je me sens malade à en mourir de cette idée que d’être dans le commerce du sexe peut être considéré comme un travail – et oui, je me répète une fois de plus – mais tant que toutes les femmes et les hommes qui prétendent lutter contre la violence sexuelle n’auront pas cessé d’appeler cela « le travail du sexe », je ne trouverai pas le repos.

Ce n’est pas du travail, c’est de l’exploitation, de l’esclavage sexuel, des violations des droits fondamentaux de la personne, cela devrait être qualifié de torture.

Évidemment, comme dans toutes les formes d’exploitation, et en particulier l’exploitation qui a été normalisée, la classe des personnes prostituées a trouvé des façons de s’adapter à un monde dont elles croient avoir peu de chances de sortir.

C’est normal ; et une façon de survivre pour la plupart des prostituées consiste à s’adapter à leur rôle et à avoir l’air d’être satisfaites de leur sort.

Mais loin de signifier que cela fonctionne, cela s’appelle plutôt survivre par les seuls moyens dont on dispose.

La prostituée apprend à sourire, alors qu’elle est constamment violée. La prostituée apprend à parler la langue de l’autonomisation, ce qui permet aux prostitueurs de se prétendre ses victimes – parce qu’un prostitueur heureux est plus payant pour le commerce du sexe.

J’ai eu la naïveté de croire que le but de ces Slutwalks était de confronter le droit des hommes à commettre des viols. Quelle sottise de ma part : elles s’opposent plutôt au viol des non-prostituées, mais dans le cas des prostituées, une fois que vous avez défini leur condition comme du travail, il devient sacrément difficile de parler de viol.

Cela ne devient un viol que si la prostituée appelle cela un viol mais surtout, cela n’est du viol que si un observateur extérieur décide que cela ne fait pas partie du rôle social de la prostituée.

Mais demandez-vous comment une femme prostituée pourrait appeler cela du viol.

Enfermées dans une situation de torture qui semble ne jamais devoir finir, la plupart des personnes en feront ce qu’elle n’est pas. Les êtres humains s’adaptent à l’enfer par le déni.

Les soldats envoyés sur le Front de l’Ouest pendant la Première guerre mondiale parlaient de leur vie quotidienne en ignorant la boue, les rats, les bombes, les corps mutilés et le fait qu’ils étaient très susceptibles d’y rester.

La plupart des personnes emprisonnées dans les camps de concentration se sont adaptées en se refermant et en ne vivant que de minute en minute, survivant en s’interdisant de se soucier de l’avenir, en refusant de reconnaître que leur survie n’était jamais entre leurs mains.

Les personnes prostituées qui vivent avec des viols par milliers, dont on fait des orifices à torturer et à humilier, vivent, elles, avec le bruit de fond de la disparition d’autres prostituées et en sachant que si elles sont assassinées, personne ne s’en souciera.

Les personnes prostituées sont censées avoir choisi ce mode de vie et ne le voir que comme un sale boulot, mais, bon dieu, quelqu’un doit bien faire.

C’est drôle de voir que ce « quelqu’un » n’est presque jamais la personne qui ramène la prostitution à un simple travail, drôle que tant de gens qui disent que la prostitution n’est que du « travail du sexe » ne voudraient pas se retrouver dans une pièce avec des prostitueurs qui attendent en file pour les baiser.

Au lieu de cela, ils élaborent un fantasme « soft-core » de ce qu’est le « travail du sexe ».

Dans ce fantasme, les prostitueurs sont respectueux et conviennent clairement de ce qui va se passer et de ce qui est interdit. Ces beaux messieurs ne feraient jamais de mal à la prostituée, à moins bien sûr que ces actes soient planifiés.

Dans ce fantasme, il y a surtout du sexe « normal », rien de sadique, pas de prostitueur qui oublie que la prostituée est un être humain.

Oh, et s’il arrivait que les choses tournent mal, dans ce fantasme, les gérants auront des mesures de sécurité à l’intention de la prostituée et ils banniront le prostitueur violent.

Pour l’immense majorité des prostituées, ce fantasme est une blague de mauvais goût.

Nous savons que les prostitueurs nous achètent pour nous posséder entièrement et, en réalité, lorsqu’un d’entre eux décide de se comporter en porc sadique, la prostituée individuelle et les prostituées en tant que classe n’y peuvent rien d’autre que d’espérer lui survivre.

La prostitution est essentiellement affaire de profit, de plaire aux prostitueurs pour qu’ils reviennent souvent, elle n’a rien à voir avec le bien-être des « marchandises ».

Il est tout à fait naïf de croire que le commerce du sexe fera un jour de la sécurité des personnes prostituées une priorité – les soi-disant précautions de sécurité ne sont là que pour créer un vernis d’« employeur » attentionné, tout en amassant d’énormes profits par la destruction des droits humains des prostituées.

Voilà pourquoi moi et énormément de femmes sorties de la prostitution ne pouvons appuyer les Slutwalks, car nous savons que ce n’était pas du travail que nous faisions, mais de la torture, le vol de nos droits humains et un esclavage sexuel.

On ne nous a pas autorisées à définir nos viols comme des viols, mais simplement comme notre rôle, quelque chose que nous aurions choisi. Donc, comment pourrions-nous signaler un viol, si nous avons perdu les mots pour dire le viol ?

Donnez-nous les mots pour dire la torture ou classifiez la prostitution comme un viol, comme une guerre, et peut-être pourrons-nous alors lentement trouver les mots pour signaler notre destruction.

Jusqu’à ce que les Slutwalks cessent de la définir comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés.

- Texte original : « Words Will Hurt You », le 26 mai 2011

Traduction : Martin Dufresne et Michèle Briand

Mis en ligne sur Sisyphe, le 27 mai 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rebecca Mott, survivante et écrivaine

Je suis une écrivaine britannique, survivante d’abus sexuels dans l’enfance et de la prostitution. Une partie de la maltraitance que m’a infligée mon beau-père durant mon enfance a été la violence psychologique de me faire regarder de la pornographie hyperviolente. Combinées à la violence sexuelle qu’il m’infligeait, ces images me faisaient ressentir que je n’avais d’autre valeur que celle de servir d’objet sexuel à un homme et que le sexe était toujours associé à la violence et à la douleur. À 14 ans, je suis tombée dans la prostitution et elle était extrêmement sadique. Je ne m’en suis pas détournée pas car j’éprouvais trop de haine de moi-même pour y reconnaître de la violence et du viol - j’avais l’impression que c’était tout ce que je méritais. J’ai fait de la prostitution entre l’âge de 14 ans à 27 ans et, la majorité du temps, les hommes qui m’achetaient tenaient à m’infliger des rapports sexuels très sadiques. Je me suis habituée à des viols collectifs, du sexe oral et anal violent, et au fait de devoir jouer des scènes de porno dure - cela devint mon existence. J’ai failli être tuée à plusieurs reprises, et fait beaucoup de tentatives de suicide, mais j’ai survécu. Quand j’ai réussi à quitter le milieu, j’ai effacé durant 10 ans la plupart de mes expériences. Ce n’est qu’après avoir dépassé le souvenir des violences de mon beau-père que j’ai trouvé l’espace mental pour me souvenir. Se souvenir de la prostitution est terrible, et je souffre d’un lourd syndrome de stress post-traumatique (SSPT). J’ai créé mon blog pour explorer mon SSPT à titre de survivante à la prostitution, pour réclamer l’abolition du commerce du sexe et pour faire état des conditions terribles de la prostitution vécue à l’intérieur. J’essaie d’écrire de la prose poétique, mais je crois que mon travail est de nature politique.



Plan-Liens Forum

  • Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
    (1/2) 31 mai 2011 , par Al

  • Jusqu’à ce que les "Slutwalks" cessent de définir la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
    (2/2) 28 mai 2011 , par Un passant

    rép: Internaute
    rép: Un passant




  • Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
    31 mai 2011 , par Al   [retour au début des forums]

    L’erreur la plus courante des féministes est de généraliser et de mettre toutes les prostituées dans le même panier. Oui, il y en a qui sont dépendantes de drogue et le font pour l’argent, oui, il y en a des abusés par des clients, oui, il y en a des esclaves de souteneurs MAIS il y en au AUSSI qui adore le sexe et rendent l’utile à l’agréable en faisant payer, oui, il y a des TRAVAILLEUSES dans leurs appartement qui ont le plein contrôles de leurs gestes et de leurs corps. Aussi incroyable que vos petites oreilles refusent de le croire, il y en a aussi qui le font gratuitement si le client les allumes ou dans les endroits pour échange de couples et à ce titre, vous ne parler surtout pas en leurs nom alors désolé de péter votre bulle, vous ne reposerez jamais en paix car vous ne contrôlerez jamais les femmes qui CHOISISSENT de se prostituer. C’est ironique de voir que vous tenter d’infantiliser la femme en lui donnant une image de victime pour tout les gestes qu’elles commet tout comme il est ironique de croire qu’elles sont tous des victimes car de tout temps, l’exploiteur a toujours été celui qui reçoit l’argent et l’exploité est celui qui doit payer l’argent.

    Jusqu’à ce que les "Slutwalks" cessent de définir la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
    28 mai 2011 , par Un passant   [retour au début des forums]
    http://destroublesdecetemps.free.fr

    Mais, qu’est le travail, sinon un rapport sado-masochiste au monde, une activité dangereuse, une situation d’obéissance et de soumission, et finalement mortel ? Je dis bien, le travail, non pas des boulots particuliers qui seraient plus dangereux que d’autres, mais bien le travail dans son principe. Le travail, parce que ce qui le fonde, c’est la mort, contrairement à ce qu’on pourrait croire.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin