| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 4 juin 2011

Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire

par Joyce Arthur, directrice de la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Au Cinéma Beaubien le 28 septembre - Documentaire percutant à l’occasion de la Journée mondiale pour la dépénalisation de l’avortement
Campagne #BougezpourLIVG - 40 ans après la promulgation de la loi sur l’avortement en France
Comment aider les femmes enceintes de trisomiques : un enjeu féministe
Les députés européens et les ONG tirent la sonnette d’alarme sur une menace anti-choix contre la santé maternelle
Avortement - La motion 312 du député Woodworth, un stupide affront aux critères internationaux des droits de la personne
Canada - Le débat sur l’avortement relancé par les groupes pro-choix et anti-choix
Les Communes rejettent le projet de loi C-510 qui visait à criminaliser l’avortement
Le point sur les services d’avortement au Québec : une nouvelle recherche
Une étude révèle que 64% des cliniques d’avortement au Canada sont la cible de protestataires
Avortement - Mgr Ouellet et les charmes irrésistibles de Mademoiselle Pinotte
Avortement et santé des femmes - Harper défie les spécialistes
Les propos du cardinal Marc Ouellet prennent racine dans la misogynie tolérée
Le cardinal Marc Ouellet a tenu des propos déplorables
Gouvernement Harper, santé maternelle et G8 - Appel à l’action
Canada - Menaces contre le soutien au planning des naissances et à l’avortement sécuritaire
Des attaques contre l’égalité des femmes par le gouvernement Harper
Avortement aux États-Unis - Au tour des hommes de se sacrifier
Les 20 ans de l’affaire Chantale Daigle soulignés le 1 octobre
Avortement et loi 34 : une saga déplorable
Avortement au Québec - La tentation du désengagement de l’État
L’Affaire Chantale Daigle : les femmes se souviennent !
Le Dr George Tiller, un médecin pro-choix, assassiné dans une église luthérienne
Une militante pro-choix menacée de mort au Nicaragua
Étude - "L’avortement au Québec : état des lieux au printemps 2008"
Le Conseil canadien de la magistrature rejette la plainte contre la juge en chef Beverly McLachlin
Offensive masquée contre le droit à l’avortement
Le projet de loi C-484 tend à éroder des acquis juridiques, selon le Barreau du Québec
Le droit à l’avortement menacé. Un dossier du magazine À bâbord !
L’Ordre du Canada au Dr Henry Morgentaler - Bravo, Mme la Gouverneure générale
Projet de loi C-484 - Prélude à la recriminalisation de l’avortement au Canada
C-484 et menace au droit à l’avortement - Le mouvement des femmes sur un pied d’alerte
Projet de loi C-484 et avortement - Allons-nous retourner en prison ?
L’Assemblée nationale du Québec s’oppose unanimement au projet de loi fédéral C-484
Des juristes du Québec s’opposent au projet de loi C-484 parce qu’il menace les droits des femmes
La Fédération des médecins spécialistes du Québec dénonce le projet de loi C-484 et l’attitude du chef libéral Stéphane Dion
Lancement de la campagne anniversaire "Pro-choix pour la vie" et de son site Internet
Avortement 1988-2008 - Vingt ans de liberté et d’égalité
L’Église engage un bras de fer contre l’avortement
L’avortement, un droit jamais acquis
20e anniversaire de l’arrêt Morgentaler - Il y a 20 ans, l’avortement était enfin décriminalisé
Des hôpitaux canadiens accueillent cavalièrement les demandes d’information sur l’avortement
Avortement - ’Si aujourd’hui j’apprends que je suis enceinte...’
Avortement - Un sujet tabou
Conférence marquante sur l’avortement à Londres
L’avortement n’est pas accessible à toutes au Canada
Le point sur l’accessibilité aux services d’avortement dans les hôpitaux canadiens - Recul
Recours collectifs - Accès à l’avortement : remboursement par le gouvernement québécois
Interruption volontaire de grossesse : un regard écoféministe







Le gouvernement majoritaire Harper et ses appuis de la droite pourraient prendre de nombreuses mesures, au cours des quatre années à venir, pour restreindre ou tenter de restreindre le droit et l’accès à l’avortement. Une majorité conservatrice signifie que le mouvement pro-choix, ses alliés et la population deviennent la véritable opposition officielle en ce qui concerne le droit à l’avortement et sa protection. Il nous faut contre-attaquer rapidement et vigoureusement devant toute tentative de restreindre le droit ou l’accès à l’avortement. Même si ces tentatives risquent d’échouer, elles nous donneront tout de même une occasion d’informer le public et de tisser des liens plus rapprochés avec le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Voici une liste des actions prévisibles de la part des parlementaires anti-choix, du Caucus parlementaire pro-vie, du Premier ministre et d’autres fonctionnaires gouvernementaux anti-choix, ainsi que de la part du mouvement anti-choix. Ces prédictions sont basées sur des initiatives anti-choix du passé, des nouvelles et des souhaits publiés dans la presse anti-choix, des nouvelles générales et des mesures anti-choix créées aux États-Unis et qui risquent d’être importées au Canada. La probabilité d’occurrence de chacune de ces prédictions est aussi indiquée, même s’il s’agit d’une valeur quelque peu subjective.

Projets de loi d’initiative privée

1. Dépôt de projets de loi par des parlementaires. (très probable, première priorité absolue du mouvement anti-choix)

43 projets de loi et motions anti-choix
ont été déposés au Canada depuis 1987. Aucun d’entre eux n’a été adopté, mais avec un gouvernement majoritaire, leurs chances de réussite augmentent, surtout si on ne peut pas compter sur Harper pour maîtriser son Cabinet afin que ses membres votent contre. Les pontes du mouvement anti-choix annoncent déjà
un projet de loi d’initiative privée d’ici à l’automne visant à limiter l’avortement. Voici quelques projets de loi et motions passés que l’on risque le plus de voir réapparaître :

  • Doter les fœtus d’un statut légal de personne, par exemple en en faisant des victimes distinctes d’un crime (comme dans le projet de loi C-484), ou en modifiant ou embrouillant la définition d’un « être humain » dans le Code pénal.
  • Autoriser le personnel médical à refuser de servir les patientes qui demandent des services d’avortement ou de contrôle des naissances (comme dans le projet de loi C-537).
  • Criminaliser l’avortement après 20 semaines de gestation (comme dans le projet de loi C-338).
  • Criminaliser le fait de « contraindre » les femmes à avoir un avortement (comme dans le projet de loi C-510).
  • Obliger les fournisseurs de services d’avortement à donner aux patientes des informations médicalement incorrectes sous le prétexte d’obtenir leur « consentement éclairé », y compris des allégations fausses selon lesquelles l’avortement entraînerait le cancer du sein, des syndromes post-traumatiques, la stérilité, etc. (comme dans la motion M-482).

    De nouveaux projets de loi d’initiative privée pourraient être basés sur des restrictions déjà en vigueur aux États-Unis :

  • Obliger les femmes à subir et à regarder une échographie de leur fœtus avant de leur accorder un avortement.
  • Exiger l’accord parental pour les avortements des femmes de moins de 18 ans ou obliger les pourvoyeurs à notifier les parents de mineures en cas d’avortement.
  • Obliger les femmes qui souhaitent avorter à subir les "conseils" obligatoires d’un « centre de crise de grossesse » d’idéologie religieuse et anti-choix (comme le fait une loi récemment adoptée au Dakota-Sud).
  • Exiger que les femmes notifient le « père biologique » avant de pouvoir obtenir un avortement.

    Couper le financement des avortements

    2. Lancer des campagnes provinciales (par le biais du mouvement anti-choix) pour essayer de supprimer tout financement des avortements, particulièrement dans les Prairies et les Maritimes. (très probable, première priorité)

    3. Appeler à un référendum pancanadien pour couper le financement des avortements et, en cas de succès, pénaliser les provinces qui financent l’avortement, comme ont tenté de le faire le projet de loi C-515 et la motion M-83. (très probable, première priorité pour le mouvement anti-choix)

    4. Permettre au Nouveau-Brunswick de continuer à violer ouvertement la Loi canadienne de la santé en refusant de financer la clinique Morgentaler de
    Fredericton, et refuser de faire respecter cette loi contre d’autres provinces qui coupent le financement des avortements. (très probable)

    5. Continuer de ne pas appliquer la Loi canadienne de la santé en général ou la modifier pour lui enlever son caractère exécutoire. (très probable)

    Lors de la campagne électorale de 2004 (année où Harper est devenu chef du parti Conservateur), il a affirmé qu’il s’opposerait à tout projet de loi limitant le financement provincial des services d’avortement et qu’il ne soutiendrait pas un référendum sur l’avortement. Mais en 2001, il avait dit que les provinces devraient disposer d’une autonomie complète en matière de santé, y compris dans
    leurs décisions de financement.

    Après être devenu premier ministre, Harper a exprimé un soutien pour la Loi canadienne de la santé, mais il s’est révélé
    indigne de confiance. Dès que les Conservateurs ont été élus pour la première fois en 2006, ils ont largement cessé de faire respecter
    cette loi, permettant à certaines provinces d’ignorer ouvertement celle-ci. Par exemple, les fédéraux ont tout simplement abandonné la procédure d’arbitrage qu’avait amorcée avec le Nouveau-Brunswick par le précédent Ministre de la santé libéral, ce qui revenait à autoriser le N.-B. à continuer à refuser, illégalement, de financer la clinique Morgentaler de Fredericton. Au moins cinq provinces ferment présentement les yeux
    sur des cliniques privées qui font payer les services, sans aucune réaction de la part de Santé Canada. En outre, Harper a soutenu le plan québécois d’autorisation de régimes privés d’assurance-maladie et de cliniques privées, rompant sa promesse électorale de 2006 selon laquelle il ferait respecter la Loi fédérale sur la santé.

    Si le gouvernement majoritaire Harper continue de saper la Loi sur la santé, cela pourrait entraîner une destruction des normes nationales de santé, permettant à chaque province de faire ce qui lui plaît. En plus du risque d’une privatisation accrue des soins de santé et d’une augmentation des frais pour les patients, les gouvernements provinciaux pourraient plus facilement cesser de financer les services d’avortement. Comme le
    Nouveau-Brunswick n’est actuellement pas pénalisé, les autres provinces n’ont pas grand-chose à craindre des fédéraux s’ils coupent les fonds accordés aux avortements, en tout cas pour les cliniques privées.

    Cependant, supprimer entièrement l’avortement pourrait s’avérer une tâche presque impossible pour le mouvement anti-choix, car les provinces seraient réticentes à déclencher un recours en vertu de la Charte. En 1991, 63% des électeurs de la Saskatchewan ont voté en faveur de la suppression du financement de l’avortement, mais le gouvernement élu a abandonné l’affaire
    quand on lui a dit que ce serait
    anticonstitutionnel, puisque cesser de financer l’avortement tout en finançant la grossesse et l’accouchement constituerait une discrimination sur la base du sexe. Néanmoins, il sera très important de se battre contre toute campagne
    anti-financement et de profiter de l’occasion pour informer le public sur la nécessité médicale de l’avortement. Un récent sondage Angus Reid a montré que 44% des Canadiennes et des Canadiens appuyaient un financement total de l’avortement ; nous ne sommes donc pas loin d’une majorité si un référendum devait se produire.

    Couper le financement de la santé et des droits reproductifs

    6. Continuer à couper les fonds aux organisations et aux groupes de femmes du pays qui sont favorables aux droits reproductifs ou militent en ce sens.
    (très probable)

    7. Continuer à refuser de financer la Fédération internationale du planning familial (FIPF). (très probable)

    8. Couper les fonds d’autres organisations et programmes (nationaux ou internationaux) qui fournissent des services d’avortement ou d’autres
    services de santé reproductive, y compris la contraception et une éducation sexuelle complète. (très probable, du moins pour l’avortement)

    9. Financer des "centres de crise de grossesse" anti-choix (très probable).

    Des dizaines de groupes nationaux ont vu leur financement réduit ou coupé jusqu’à maintenant sous le régime Harper. Au printemps 2010, la FIPF a soumis à l’ACDI une nouvelle demande de financement, conforme à la nouvelle prohibition canadienne de tout financement de l’avortement sécuritaire, mais elle n’a toujours reçu
    aucune nouvelle.

    L’avortement n’est pas le seul domaine de la santé des femmes à être menacé. Aux USA, la droite chrétienne travaille d’arrache-pied à couper tout financement fédéral
    des soins de santé reproductive des femmes, y compris la contraception, les frottis PAP, le dépistage et le traitement des IST, les examens des seins, les tests de cancer du col de l’utérus et d’autres soins indispensables. Au même moment, les « centres de crise de grossesse » états-uniens ont reçu des dizaines de millions de dollars de fonds fédéraux depuis l’an 2000.

    Parlement, Sénat, Cour suprême et mesures juridiques

    10. Nommer deux ou trois juges anti-choix à la Cour suprême (sur au moins cinq sièges à pourvoir) et autant de juges conservateurs que possible aux autres tribunaux. (très probable)

    11. Nommer d’autres Conservateurs anti-choix au Sénat. (très probable)

    12. Nommer des anti-choix à des postes de ministres, de secrétaires d’État et d’autres fonctionnaires à des portefeuilles affectant la santé des femmes ou leurs droits reproductifs. (très probable)

    13. Continuer d’affaiblir et de saper le Parlement et ses comités afin d’étouffer et de marginaliser plus facilement les voix et le travail des députés pro-choix. (très probable)

    14. Refuser de ratifier ou de reconnaître les accords, protocoles, traités et lois internationales qui reconnaissent les droits reproductifs des femmes. (très probable)

    15. Invoquer la clause « nonobstant » de la Charte des droits et libertés pour outrepasser les décisions de tribunaux qui dérogent à l’idéologie du gouvernement. (peu probable, mais une menace fréquente des anti-choix)

    Politique publique

    16. Utiliser le nouveau « Bureau sur la liberté de religion » pour privilégier et renforcer les groupes religieux de droite au détriment d’organisations laïques. (très probable)

    17. Promouvoir ou appliquer des politiques ou positions anti-choix en santé, en éducation, dans le système judiciaire, en ressources humaines, en affaires étrangères et dans d’autres domaines. (très probable)

    18. Refuser de sanctionner des recherches ou de soutenir les essais médicaux pour les médicaments ou technologies servant à l’avortement et décourager leurs tests et leur homologation par Santé Canada. (probable en cas de progrès d’une homologation de la mifépristone)

    19. Supprimer tout financement public des recherches ou programmes impliquant l’utilisation de cellules souches embryonnaires. (peu probable,
    mais une priorité du mouvement anti-choix)

    Autres sources :

  • Campaign Life Coalition. 2009. Legislative Proposals.
  • Canadian Press. May 12, 2011. ‘Debate is on’ as thousands protest against abortion on Parliament Hill. Globe & Mail.
  • Craine, Patrick. May 12, 2011. 59% of Canadians want restrictions on abortion as March for Life revs up : poll. LifeSite News.
  • CTV News. May 4, 2011. Tory backers push for ’truly conservative’government.
  • Jalsevac, John. May 12, 2011. ‘The debate is on !’ - Record-breaking 15,000+ attend Canadian National March for Life LifeSiteNews.
  • Leishman, Rory. May 10, 2011. Time for a referendum on abortion funding. The Interim.
  • Mrozek, Andrea. May 3, 2011. Post-election musings . ProWomanProLife. [proposition d’un projet de loi bannissant l’avortement après la 20e semaine]
  • Pro-Choice Action Network. Autumn 2000. Dooms’Day’ in Canada : Abortion Rights Threatened by Alliance. Pro-Choice Press.

    Source : Coalition pour le droit à l’avortement du Canada

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 juin 2011


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Joyce Arthur, directrice de la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada



    Plan-Liens Forum

  • Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire
    (1/1) 26 juin 2011 , par Jessica





  • Ce qui pourrait arriver aux droits reproductifs sous un gouvernement Harper majoritaire
    26 juin 2011 , par Jessica   [retour au début des forums]
    Droit à l’avortement et obligation à l’avortement

    Bonjour, vous dites être contre le fait de criminaliser l’obligation à l’avortement. J’ai une petite puce âgée de 5 mois que personne ne voulait sauf moi. Le père biologique m’a harcelé tout au long des 9 mois de grossesse pour que je subisse un avortement. Personnellement, je ne suis pas pour l’avortement ni contre. Ce que je trouve vraiment triste c’est que tout le monde se mêle de la décision de la femme. Je crois que c’est à elle et à elle seule de prendre cette décision et que les pères qui ne veulent rien savoir durant la grossesse ne devraient même pas avoir de droit sur le bébé qu’ils voulaient tuer au départ. Je suis désolée, mais je suis d’accord avec le fait de crminaliser l’obligation à l’avortement. Le père de ma fille m’a dit que si je ne me fesait pas avorter il allait me l’enlevée et grâce à un système de justice pourri il est en train de réussir..


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin