| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 6 juillet 2011

Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?

par Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Procès du Carlton : le cri de colère de « Jade », ex-prostituée
L’affaire DSK : le privé est bien politique
C’est à Nafissatou Diallo que DSK devrait présenter des excuses !
Affaire DSK - "Amour à la française" ou sport de combat ?
L’indécent retour médiatique de DSK
Affaire DSK - Quand une femme est agressée, le doute n’est pas permis
Affaire DSK - La négation du crime de viol
Affaire DSK - Une rentrée qui laisse un goût amer dans la bouche...
Affaire DSK - La prétendue séduction "à la française" n’est que de la violence sexuelle
Rassemblement de soutien à Nafissatou Diallo, le 23 août, à Rennes
Canada - Pétition de soutien à Nafissatou Diallo, une Africaine, qui accuse Dominique Strauss-Kahn de viol
Rien de ce qui est sexuel ne serait criminel : la violence sexiste occultée dans l’affaire DSK
Affaire DSK/AS : Autopsie d’un soulagement
Affaire DSK - Un comité de soutien français à Nafissatou Diallo, présumée victime d’agression sexuelle
Affaire DSK - Pourquoi la presse française élude-t-elle des faits connus outre-Atlantique ?
Déclaration concernant les poursuites intentées contre Dominique Strauss-Kahn aux États-Unis et en France - Des groupes de femmes appellent à la justice dans les causes de violence sexuelle
Statement on Cases Against Dominique Strauss-Kahn in the US and in France - Women’s groups call for justice in cases of sexual violence
L’affaire DSK - Faits nouveaux : Strauss-Kahn reste un violeur présumé
Affaire DSK : à qui profite le crime ?
Affaire D. Strauss-Kahn - Les informulés d’une rhétorique sexiste comme dans l’affaire Polanski
Affaire Dominique Strauss-Kahn - Les féministes américaines exigent que justice soit faite
L’affaire DSK : résumons
L’affaire DSK, un scandale qui fera date pour les femmes
Affaire D. Strauss-Kahn - Non à la banalisation du viol
Affaire D. Strauss-Kahn : "Oui, il faut prendre au sérieux la femme victime !"
Affaire DSK - Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent !
Affaire DSK - Autre pays...
Affaire Dominique Strauss-Kahn - On oublie un détail d’importance : le consentement !
Affaire Dominique Strauss-Kahn - Liberté oui, mais en toute égalité !
Affaire D. Strauss-Kahn - Éloge du consentement
Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?
Affaire Dominique Strauss-Kahn : victime contre victime ?
Ma réponse aux défenseurs trop zélés de DSK
Le traitement de l’affaire Dominique Strauss-Kahn entretient la confusion des esprits
L’affaire DSK et l’omerta sur les violences sexuelles en France
Dominique Strauss-Kahn - Le risque de dénoncer
Affaire DSK - Chronique de Carolne Fourest sur France Culture







Si elle était blanche-juive-pauvre-immigrée, et lui, noir-musulman-riche-puissant, la justice américaine aurait-elle accordé autant de crédit aux dires de l’homme et de ses avocats ? Aurait-elle condamné la femme sans lui laisser la possibilité de présenter, publiquement, sa version des faits ? Quand on connaît le nombre de personnes, dites ‘de couleur’, qui hantent les couloirs de la mort aux États-Unis, on est en droit de poser la question de l’égalité des citoyen-ne-s devant la loi.

Notre pays n’est pas en reste. Depuis bientôt deux mois, les médias nous content l’Odyssée DSK. Comment un homme aussi puissant a-t-il pu en arriver là ? Si près de l’élection présidentielle ? Il ne peut s’agir que d’un complot organisé pour le faire tomber. À qui profite le crime ?

De la victime on ne parle jamais avec empathie. Le piège ne s’est pas refermé sur elle, mais sur le brillant Directeur général du FMI ; là est la tragédie, toute shakespearienne, à laquelle nous assistons, pantelants….

Le sexe du malheureux présumé violeur aurait été vampirisé par cette horrible femme de chambre, pourvue de pouvoirs maléfiques et tombée sous le charme de cet Apollon sortant des eaux. On se demande quand même, puisque la relation serait consentie, pourquoi les médecins ont mentionné des traces de blessures sur le corps de l’homme ? Une ‘gâterie-Sofitel’ en plus, en quelque sorte !

Nafissatou est une menteuse, nous explique-t-on. L’épouse d’un trafiquant de drogue. Elle a trompé les bureaux de l’immigration en inventant une histoire. Mais sait-on combien de personnes en font autant, chaque jour, dans l’espoir d’un avenir meilleur pour leur famille ?

C’est cette immigrée, que la France raciste et sexiste, ridiculise à longueur de séquences radiodiffusées, dans le but de renforcer le soutien de l’opinion publique à celui que notre pays attendait depuis si longtemps, son Sauveur ! Est-il nécessaire d’en arriver à ce point de bassesses, épistolaires et médiatiques, pour rétablir la virginité de DSK ?

N’aurait-il pas été plus aisé, pour Monsieur Strauss-Kahn qui se dit innocent, de raconter ce qui était arrivé dans la chambre du Sofitel ? Il est seul en piste actuellement. Sa contradictrice est cachée ; sous prétexte de la protéger, on lui dénie toute parole publique. Le présumé coupable a tous loisirs de s’exprimer, depuis qu’il a été relâché (ce qui plaide en sa faveur). Pourquoi ne le fait-il pas, s’il « doit se reconstruire, après ce qu’il a subi », comme le martèlent ses partisans ?

On a la nausée, en analysant ce mauvais feuilleton de l’été 2011 car, quelle qu’en soit l’issue, des vies seront gâchées. Si DSK est lavé de tous soupçons, c’est la femme de chambre qui sera emprisonnée pour mensonges, (la direction de l’hôtel a dû l’en informer, avant de l’inciter à porter plainte), en attendant l’expulsion vers son pays d’origine. Elle sera rejetée par la communauté musulmane à laquelle elle appartient, et l’opprobre accompagnera son existence et celle de sa fille.

Pourtant cette perspective ne semble pas suffire aux défenseurs et aux amis politiques de DSK. On pare donc Madame Diallo de l’étiquette de ‘prostituée’. Quelle somme a-t-elle réclamé pour sa prestation cinq étoiles ? Autant qu’une call-girl, habituée des lieux ?

Tous les coups bas sont possibles pour broyer et anéantir la victime présumée.
Misogynie, sexisme et machisme sont au rendez-vous pour démolir, à travers elle, les femmes et le féminin, dans la fraternité retrouvée et la parole déliée des hommes de la planète-France. Blagues graveleuses, plaisanteries douteuses, rires dégoulinants de suffisance masculine, insultes obscènes. Pour blanchir Monsieur Strauss-Kahn, il faut noircir Madame Diallo, selon le principe des vases communicants. C’est lâche et abject à la fois ! « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

Cet écœurement est aussi celui de la Directrice du Centre d’accueil des victimes de violences sexuelles d’Harlem : « Cette affaire me rend folle », dit-elle.

Devant un tel déferlement médiatique négatif pour les femmes, une question reste en suspens : une menteuse, une trafiquante, une prostituée peuvent-elles, encore, se prétendre violées ? Aurions-nous fait un bond en arrière, jusqu’à cette époque funeste où seules les femmes ayant une conduite exemplaire et irréprochable avaient l’opportunité de porter plainte, avec l’espoir d’être écoutées et entendues ?

Après un tel drame de portée planétaire quel sera, à l’avenir, le crédit accordé à la parole des victimes d’agressions sexuelles, cette parole qui a, déjà, tellement de difficultés à se libérer ?

Mis en ligne sur Sisyphe, le 6 juillet 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME
SOS-SEXISME

Michèle Dayras est médecin. Elle est aussi co-fondatrice et présidente de SOS-SEXISME.



Plan-Liens Forum

  • Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?
    (1/2) 9 juillet 2011 , par Harris

    rép: antoine
    rép: Suzelle Lapointe
  • Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?
    (2/2) 8 juillet 2011 , par RILEY





  • Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?
    9 juillet 2011 , par Harris   [retour au début des forums]
    Droit du travail

    On nous rappelle que l’ex-patron du FMI a "invité" d’autres femmes de ménage du Sofitel. DSK a le droit de fantasmer sur les femmes de chambre...
    Mais , les "inviter" pendant leur temps de travail à venir jouer au docteur, ça c’est faire preuve, au minimum, de peu de conscience morale. Surtout, qu’il a déjà eu au FMI des problèmes pour avoir déjà mélangé boulot et sexe !! Il n’avait donc rien compris.
    Si vous découvrez que le personnel de l’école dans laquelle vous avez placé vos enfants passe une bonne partie de son temps de travail à s’occuper de la libido du directeur ou d’un parent, invoquera t’on le respect de la vie privée ? Non, on sort ses enfants de ce tripot et on prévient la DDASS.
    Si Diallo est vraiment une prostituée, on peut légitimement penser que c’est lui qui l’a débauchée , comme il a tenté de le faire la veille avec d’autres.
    Le sexe au travail n’est pas un droit, et, c’est même un risque pour une femme de ménage.

    Ce commentaire, je l’ai initialement posté au moins 3 fois sur le site de "l’Express" , et, j’ai été censuré.
    Pourquoi ? Curieux le comportement des médias sur cette affaire.

    Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?
    8 juillet 2011 , par RILEY   [retour au début des forums]
    Vulgaire et glauque

    À la base , l’image très avantageuse de DSK est mensongère.
    Il est présenté ,en France, comme un grand séducteur distingué, mais, on vient de nous rappeler qu’il a pris deux râteaux par des femmes de ménages du Sofitel , la veille de son arrestation . Et, ce malgré son statut social qui n’a pas l’air d’impressionner certaines.
    Alors, s’il était avéré qu’il a eu une relation consentie et tarifée avec Naffissatou Diallo , le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est radin car, il a les moyens de se payer une call-girl. Un type qui se paie une suite hors de prix pour une femme de ménage et qui se fait faire une gâterie , même consentie dans les conditions non réfutées, à ce jour, par l’enquête , c’est quand même glauque. Pas bien distingué le bonhomme. Ça fait vraiment bonobos en rut !
    Lui n’a pas sa place dans un palace, mais dans une cave de banlieue. À Sarcelles , par exemple ?


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin