| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 3 septembre 2011

Affaire DSK - La négation du crime de viol

par Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Procès du Carlton : le cri de colère de « Jade », ex-prostituée
L’affaire DSK : le privé est bien politique
C’est à Nafissatou Diallo que DSK devrait présenter des excuses !
Affaire DSK - "Amour à la française" ou sport de combat ?
L’indécent retour médiatique de DSK
Affaire DSK - Quand une femme est agressée, le doute n’est pas permis
Affaire DSK - Une rentrée qui laisse un goût amer dans la bouche...
Affaire DSK - La prétendue séduction "à la française" n’est que de la violence sexuelle
Rassemblement de soutien à Nafissatou Diallo, le 23 août, à Rennes
Canada - Pétition de soutien à Nafissatou Diallo, une Africaine, qui accuse Dominique Strauss-Kahn de viol
Rien de ce qui est sexuel ne serait criminel : la violence sexiste occultée dans l’affaire DSK
Affaire DSK/AS : Autopsie d’un soulagement
Affaire DSK - Un comité de soutien français à Nafissatou Diallo, présumée victime d’agression sexuelle
Affaire DSK - Pourquoi la presse française élude-t-elle des faits connus outre-Atlantique ?
Déclaration concernant les poursuites intentées contre Dominique Strauss-Kahn aux États-Unis et en France - Des groupes de femmes appellent à la justice dans les causes de violence sexuelle
Statement on Cases Against Dominique Strauss-Kahn in the US and in France - Women’s groups call for justice in cases of sexual violence
Affaire DSK - Et si c’était l’inverse ?
L’affaire DSK - Faits nouveaux : Strauss-Kahn reste un violeur présumé
Affaire DSK : à qui profite le crime ?
Affaire D. Strauss-Kahn - Les informulés d’une rhétorique sexiste comme dans l’affaire Polanski
Affaire Dominique Strauss-Kahn - Les féministes américaines exigent que justice soit faite
L’affaire DSK : résumons
L’affaire DSK, un scandale qui fera date pour les femmes
Affaire D. Strauss-Kahn - Non à la banalisation du viol
Affaire D. Strauss-Kahn : "Oui, il faut prendre au sérieux la femme victime !"
Affaire DSK - Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent !
Affaire DSK - Autre pays...
Affaire Dominique Strauss-Kahn - On oublie un détail d’importance : le consentement !
Affaire Dominique Strauss-Kahn - Liberté oui, mais en toute égalité !
Affaire D. Strauss-Kahn - Éloge du consentement
Le fantasme d’une femme de chambre : être violée par un puissant ?
Affaire Dominique Strauss-Kahn : victime contre victime ?
Ma réponse aux défenseurs trop zélés de DSK
Le traitement de l’affaire Dominique Strauss-Kahn entretient la confusion des esprits
L’affaire DSK et l’omerta sur les violences sexuelles en France
Dominique Strauss-Kahn - Le risque de dénoncer
Affaire DSK - Chronique de Carolne Fourest sur France Culture







Je ne trouve pas les mots exacts pour traduire les sentiments que j’ai ressentis à la lecture des conclusions du procureur Cyrus Vance Jr : stupéfaction, incrédulité, bouleversement, consternation. Une envie de hurler m’a submergée devant une telle injustice faites à toutes les femmes qui ont été, sont ou seront violées.

Alors que l’on nous présente les États-Unis comme une démocratie exemplaire qui se veut le modèle à exporter, dans laquelle chaque citoyen-ne aurait des droits égaux, que constatons-nous ? Dominique Strauss-Kahn est libre ; la justice américaine lui rend son passeport, comme si rien ne s’était passé. Et Madame Diallo n’a même pas droit à un procès équitable.

Pourtant le procureur de New York n’ignore pas qu’il y a eu des faits de violences sexuelles susceptibles de relever du crime de viol, passible de quinze années de prison.

Les membres de l’équipe du Sofitel qui ont recueilli et soutenu Nafissatou Diallo et lui ont conseillé de porter plainte, la directrice du Centre d’accueil des femmes victimes de violences sexuelles qui l’a écoutée et entendue, la psychothérapeute qui l’a expertisée, les médecins qui l’ont examinée, le Grand Jury qui l’a auditionnée, tous savent que Nafissatou a subi un viol.

Alors, qu’est-ce qui (Qui ?) a fait reculer le procureur ? Quelle force (Quel discours ?) à la fois habile, insidieuse et subversive, l’a conduit à ne plus protéger la victime - qu’il persistait à cacher - et à se muer en simili-défenseur du présumé coupable ?

Serait-ce la solidarité masculine que l’on appelle fraternité ? Ou son désir de ne pas nuire à sa carrière personnelle, en évitant le risque de perdre un procès trop médiatisé qui pourrait gêner sa réélection ?

Pourquoi a-t-il laissé organiser des fuites qui ont fait le bonheur de la partie adverse ? Était-il normal que la femme d’un des avocats de l’accusé soit membre de son équipe ? N’aurait-elle pas du être écartée provisoirement, pour une plus grande transparence ?

Qui a incité - ou obligé - le directeur du Sofitel de New-York à démissionner de son poste ?

Pourquoi le procureur, dont le comportement actuel envers DSK tendrait à prouver qu’il l’a a inculpé à tort, ne va-t-il pas jusqu’au bout de sa logique, de ses contradictions, de sa duplicité ou de sa trahison, en poursuivant Madame Diallo en vertu de la loi états-unienne qui punit la « dénonciation calomnieuse » ? Qu’il assume ses choix jusqu’au bout, pour prouver son impartialité !

Quel rôle a tenu le puissant lobby juif américain qui siège à New-York, dans la libération totale et sans condition de DSK ? On sait que les candidat-e-s à la Présidentielle (tels Barak Hossein Obama ou Hilary Rhodam-Clinton) et toute personne désirant avoir un destin politique, doivent faire allégeance à ce lobby et à travers lui, à l’Etat d’Israël. La judéité de DSK se révélera-t-elle un atout positif pour la réélection du procureur Vance, qui représente la ville de NY dans ce conflit ?

De cette affaire - opaque malgré sa médiatisation - DSK sort « blanchi » selon les médias français. Certains affirment même que la décision de justice équivaut à un « non-lieu ». Bien que tout ceci soit faux*, cette vision des choses fait son chemin dans l’opinion publique moutonnière.

En effet, depuis l’abandon des charges contre l’idole du PS, la France s’immerge, sans complexe, dans l’ère Strauss-Kahnienne. On se congratule et on se félicite du retour imminent de notre Sauveur national. On perçoit déjà le souffle vital qui, dès son arrivée, va revigorer notre pays en pleine déconfiture. On espère qu’il va se ‘reconstruire’ après cette « épreuve terrible et injuste », comme il la qualifie lui-même. On pense à son avenir, qu’on lui souhaite radieux (à 62 ans, l’avenir est surtout derrière lui…), mais jamais, jamais, on n’entend un mot de soutien, une parole de solidarité, ou une phrase déplorant le calvaire vécu par Madame Diallo et sa fille adolescente. (Il en est de même vis-à-vis de Tristane Banon, autre victime présumée des débordements de ce prédateur sexuel).

La victime dérange ; on préfère la nier, l’oublier, l’effacer, sauf à la rendre seule responsable de tous les maux. Ce manque d’empathie envers cette jeune femme m’est absolument intolérable ! Entendre une Française dire que « beaucoup de maris trompent leur femme ; ce n’est pas pour ça qu’on doit les mettre en prison » me désespère ! Comment peut-on faire l’amalgame entre un adultère et un crime de viol ? Les traîtresses qui soutiennent les violeurs, fussent-ils leurs compagnons, sont complices de criminels et ne sont pas dignes de considération.

La vie de Nafissatou a été ruinée par un acte sexuel bestial, méprisant et haineux - le viol - qui ne se réfère à aucune pulsion masculine, mises à part celles de domination et de prise de pouvoir sur un être humain, une femme que le hasard a placée à portée de sperme (des centenaires ont été violées dans les hospices).

Quand il empêche Madame Diallo d’accéder à une procédure pénale normale, Cyrus Vance porte atteinte à sa dignité, altère un peu plus sa résistance psychologique et freine son processus de reconstruction. De cela, il est certainement conscient.

Cette gestion désastreuse de la plainte d’une femme immigrée, courageuse et fière, exprime de façon criante le peu d’importance et de considération que la société patriarcale, hétérosexuée, américaine, porte à ses victimes. Elle entraîne un brutal retour en arrière qui annule les avancées obtenues, après des décennies de luttes féministes, pour criminaliser le viol.

En 2011, aux États-Unis comme ailleurs, les droits des femmes reculent et les violences à leur encontre augmentent. C’est la conjonction de la mondialisation de l’économie de marché, de la montée en puissance des religions monothéistes misogynes, de l’extension planétaire des conflits armés, du réchauffement climatique et de la surpopulation - avec les famines et les mouvements de migration qui en découlent - qui fait des femmes les premières victimes.

Mais il ne faut pas oublier le sexisme qui tue chaque seconde, quelque part dans le monde. Si des biologistes étudient actuellement la « guerre de sexes » chez les animaux, ils évitent soigneusement de parler de celle - d’autant plus gravissime qu’elle est volontairement occultée - qui se déroule chez les humains. Cette guerre, qui ne dit pas son nom, a pour manifestation principale le viol des femmes. En fonction du contexte - conflits armés ou paix - les hommes les considèrent comme un territoire à conquérir, le repos du guerrier, un simple butin ou une monnaie d’échange.

La décision du procureur Vance à l’égard de DSK n’a pas simplement une portée nationale. Elle interfère sur la vie des femmes du monde entier. Par médias interposés, elles apprennent qu’à l’avenir, quels que soient leur détermination, leur courage, leur volonté et leur désir de voir reconnaître leur statut de victime du crime de viol, il sera vain pour elles de porter plainte car leur parole ne sera pas écoutée et la voie se révèlera sans issue (sauf, peut-être, pour celles déclarées « pures » dans tous les sens du terme ?).

Les violeurs ont de beaux jours devant eux !

______________
* Note de Sisyphe - En effet, Dominique Strauss-Kahn n’a pas été acquitté ou "blanchi" puisqu’il n’y a pas eu de procès, qui aurait tranché entre la version de la présumée victime et celle du présumé agresseur : les charges ont été abandonnées. Il est donc abusif de dire que DSK a été "blanchi". Aussi abusif de dire qu’il n’y a pas eu de viol, la victime et son avocat ayant été privés de l’occasion d’en faire la preuve.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 août 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME
SOS-SEXISME

Michèle Dayras est médecin. Elle est aussi co-fondatrice et présidente de SOS-SEXISME.



Plan-Liens Forum

  • La censure existe bien cette fois !
    (1/4) 3 septembre 2011 , par Michèle Dayras, SOS-SEXISME

  • Affaire DSK - La négation du crime de viol
    (2/4) 29 août 2011 , par Bigre

  • Affaire DSK - La négation du crime de viol
    (3/4) 28 août 2011 , par sifora

  • L’influence des Juifs
    (4/4) 28 août 2011 , par Internaute

    rép: Ana
    rép: Martha




  • La censure existe bien cette fois !
    3 septembre 2011 , par Michèle Dayras, SOS-SEXISME   [retour au début des forums]

    Mon article « La négation du crime de viol ! » n’est pas publié dans le dernier numéro de la Marche Mondiale des Femmes reçu ce matin, contrairement à ce qui m’avait été prédit (promis ?). Pourquoi ?

    Sans doute parce que je parle du Lobby juif américain... La vérité dérange.

    Pourtant DSK est un sioniste qui ne s’en cache pas. "Chaque matin en me levant -dit-il- je pense à ce que je pourrai faire de bon pour aider l’Etat d’Israël ". Pas, "A devenir président de la France", comme l’exprimait Sarkozy.

    Je suis désolée de constater que certaines féministes se pensent, avant tout, comme ’juives’, ce qui les conduit à ne rien entreprendre contre leurs coreligionnaires.

    En ce qui me concerne, je suis très fière d’être ’apostate’ et d’avoir ainsi une plus grande liberté de paroles et d’action. 

    Affaire DSK - La négation du crime de viol
    29 août 2011 , par Bigre   [retour au début des forums]

    Je suis aussi furieux que vous de la lâcheté de ce procureur et de la complaisance des politiques français (entre autres !) mais merci de ne pas apporter de l’eau au moulin des antisémites : ils sont encore très nombreux et actifs.
    Le lobby juif n’est pas plus puissant que les lobbyes antijuifs dans le monde...

    Affaire DSK - La négation du crime de viol
    28 août 2011 , par sifora   [retour au début des forums]

    pour moi je suis convaincue que cette affaire a été monté contre DSK mais cette dame a raté son coup elle a male choisie sa cible.

    L’influence des Juifs
    28 août 2011 , par Internaute   [retour au début des forums]

    L’auteure ose mentionner ce que plusieurs préfèrent taire, l’influence de la communauté juive dans les affaires politiques américaines. Et l’affaire DSK est aussi politique que juridique du moment qu’un procureur dépend de l’opinion publique pour conserver son poste, c’est-à-dire se faire réélire. C’est un secret de polichinelle que le vote de la communauté juive américaine influence beaucoup les hommes et les femmes politiques, comme l’auteure y fait allusion. De même que la communauté juive américaine a tendance à voter en bloc pour un candidat, généralement démocrate. Si on en doute, on pourra trouver des confirmations dans ces articles :
    - Le vote juif : géostratégie".
    - "Les jeunes juifs se mobilisent pour Obama"
    - "Les démocrates en perte de vitesse auprès de l’électorat juif"
    - "Obama va encore chercher le vote juif"
    - "Barak/Clinton : Ils courtisent le vote juif"
    - "The Israel swing factor : how the American Jewish vote influences U.S. elections"

    Au cours des campagnes électorales les politiciens sont à plat ventre devant les électeurs juifs et se pourfendent de déclarations pro-Israêl, conscients que l’électorat juif les juge sur leurs positions dans le conflit israélo-palestinien. Mais la tendance actuelle voudrait que les juifs américains soient favorables à un État palestinien et très critiques face à la politique israélienne.

    Alors, que l’auteure de cet article parle de l’influence juive indique non pas de l’antisémitisme, mais plutôt qu’elle est bien informée de la politique américaine.

    • Antisémitisme
      4 septembre 2011 , par Ana
        [retour au début des forums]
      Antisémitisme

      Le Lobby juif et l’Etat d’Israel, non mais vous déconné la ou quoi ?
      Ce passage de l’article est antisémite. Article signalé.

      [Répondre à ce message]

      • Bêtise et déconnage
        4 septembre 2011 , par Martha
          [retour au début des forums]

        Le chantage à l’antisémitisme, j’en ai marre. Il y a quelque chose de maladif dans cette obsession de l’antisémitisme. J’en ai plus qu’assez des accusations gratuites de cette nature dès que quelqu’un ose exprimer une opinion sur l’influence possible de la communauté juive ou encore sur la politique d’Israël. On peut s’exprimer sur les arabes, les Français, les Québécois, les Américains, les Britanniques, etc. mais pas sur les juifs ; sur le christianisme, l’islam, mais pas sur le judaïsme. Ces accusations gratuites sont équivalentes aux accusations d’islamophobie portées contre les gens qui se montrent critiques envers l’islam et les intégristes islamistes. Elles ont toutes pour but de faire taire la critique, d’empêcher la prise de parole sur des sujets qui dérangent un groupe ou l’autre. N’importe qui, sauf les naïfs ou les hypocrites, savent que la communauté juive influence la politique américaine. Autrement, pourquoi donc les politiciens se fendraient-ils en quatre pour séduire cette communauté en période électorale ? Et pourquoi donc les États-Unis ferment-ils sans cesse les yeux sur les politiques d’Israël contre la Palestine ? Il faudrait faire semblant de ne pas voir pour éviter de passer pour antisémite.
        Allez vous faire voir.

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin