| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






lundi 5 décembre 2011

"Mon coeur est de plus en plus féministe" - Louky Bersianik (1930-2011)

par Élaine Audet et Micheline Carrier



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


LOUKY BERSIANIK - L’écriture, c’est les cris
Le don vital de Louky Bersianik à sa prochaine
L’importance de l’œuvre de Louky Bersianik
Louky Bersianik : l’écriture-femme en personne
L’occultation du décès de l’écrivaine féministe Louky Bersianik
L’oeuvre de Louky Bersianik - « Monuments », dites-vous ?
L’Euguélionne
Louky Bersianik à la recherche de sa "planète positive"
Biographie de Louky Bersianik
La face cachée des femmes
La face cachée des femmes
IV — L’Air
Maladie d’amour
III - Le Feu
" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité
Louky Bersianik, poète et féministe
Louky Bersianik et les valeurs maternatives
II - La Terre
Naître du mauvais bord de la langue
I - L’Eau




L’auteure bien connue des milieux littéraire et féministe, Louky Bersianik, s’est éteinte à l’âge de 81 ans, le samedi 3 décembre 2011, dans un hôpital de Montréal.

Le Québec perd en Louky Bersianik (Lucile Durand) une auteure, qui compte parmi les plus grandes et les plus grands écrivains du Québec, une poète, romancière, une philosophe au sens de l’humour vif et acéré, et une indépendantiste convaincue.

« J’ai su très tôt que je serais traversée par l’écriture, que ma raison de vivre serait là », avait confié Louky Bersianik à Louise Dupré dans une entrevue pour la revue Voix et images en 1991.

JPEG - 9.5 ko
Photo : Kéro, 1981

Pour beaucoup, l’œuvre de Louky Bersianik représente toujours une vivifiante inspiration poétique et, pour de nombreuses femmes du Québec et d’ailleurs, une pensée phare du féminisme radical.

Après avoir obtenu une maîtrise en lettres françaises de l’Université de Montréal et un doctorat en Lettres de la Sorbonne, Louky Bersianik aborde l’écriture par les contes pour enfants, dont quarante-cinq sont diffusés à l’émission La boîte aux merveilles à Radio-Canada. Elle écrit de nombreux autres textes pour la radio, la télévision et le cinéma et collabore à plusieurs revues.

Puis, en l976, son livre L’Euguélionne, premier grand ouvrage féministe publié au Québec, provoque une petite secousse dans les milieux littéraire et féministe québécois. Dans un style unique et poétique, Louky Bersianik y forge une langue qui exprime la vie des femmes mieux que ne le fait la langue traditionnelle. Avec une fine et réjouissante ironie, qu’on retrouvera dans d’autres de ses œuvres (notamment Le Pique-nique sur l’Acropole), L’Euguélionne fait le bilan de l’oppression multiforme que les femmes ont subie au cours des siècles. Cet ouvrage phare jette ainsi les bases de ce que son auteure a nommé « l’archéologie du futur »*. Elle écrit pour l’auteur-compositeur québécois Richard Séguin les paroles d’un disque, « Trace et contraste », qui obtient en 1981 le premier prix du disque à Spa et le Prix de la meilleure chanson de l’année à Antibes, pour « Chanson pour durer toujours ».

Louky Bersianik n’a jamais cessé de travailler le mot avec patience pour lui faire rendre toutes ses possibles sonorités et significations, la déportant, elle, dans l’imaginaire futur, hors des sentiers battus, des chasses gardées et du regard patriarcal recroquevillé sur son petit pouvoir croque-mitaine.

Nos plus sincères condoléances à la famille et aux ami-es de Louky.

* L’archéologie du futur, textes choisis par Louky Bersianik dans ses écrits, éditions Sisyphe, 2007.

Liens vers des textes de Louky Bersianik et des commentaires sur son œuvre :

- Extraits de L’Euguélionne
- « Chanson pour durer toujours », poème de Louky Bersianik, mis en musique et chanté par Richard Séguin.
- « Maladie d’amour », poème de Louky Bersianik.
- "Le lieu privilégié de l’attentat", poème de Louky Bersianik.
- « Petites sépultures et autres berceaux », poème de Louky Bersianik
- « Aqua viva », poème de Louky Bersianik.

***

- Quelques textes de l’hommage pour Louky Bersianik organisé dans le cadre du Festival international des femmes de Montréal, à la Place des Arts en août 2006.
- « Louky Bersianik à la recherche de sa ’planète positive’ », par Micheline Carrier
- « Louky Bersianik, poète et féministe », par Élaine Audet
- « Permafrost, une pure intensité », par Élaine Audet
- « Naître du mauvais bord de la langue », par Élaine Audet
- « Louky Bersianik et les valeurs maternatives », par Élaine Audet
- Extrait de « L’œuvre de Louky Bersianik, un secret bien gardé », par Andrée Ferretti, Nuit Blanche, 2011.
- Biographie
- Extraits de presse
- Andrée De Rome, Bibliographie Louky Bersianik. Voix et Images, vol. 17, no. 1, (49) 1991, p. 75-98.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 4 décembre 2011

Articles de presse depuis le 3 décembre 2011

- "ÉCRIVAINE QUÉBÉCOISE -
Louky Bersianik s’est éteinte à l’âge de 81 ans"
, Canoë, 4 décembre 2011.
- Mélissa Guillemette, "Louky Bersianik 1930-2011 - La littérature féministe en deuil", Le Devoir, 5 décembre 2011.
- Voir, "L’auteure Louky Bersianik est décédée à l’âge de 81 ans", 5 décembre 2011.
- Josée Boileau, "Louky Bersianik - Sortir de l’oubli", Le Devoir, 6 décembre 2011.
- Motion de l’Assemblée nationale du Québec pour souligner la contribution exceptionnelle de Louky Bersianik, 7 décembre 2011.
- Lise Payette, "La place des femmes. À la douce mémoire des féministes disparues, Le Devoir, 9 décembre 2011.
- CSF, Le milieu féministe en deuil, 20 décembre 2011.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Élaine Audet et Micheline Carrier



Plan-Liens Forum

  • Mort d’une grande écrivaine
    (1/1) 6 décembre 2011 , par France Théoret, écrivaine, Montréal





  • Mort d’une grande écrivaine
    6 décembre 2011 , par France Théoret, écrivaine, Montréal   [retour au début des forums]

    Honte à l’Union des écrivaines et écrivains québécois. Louky Bersianik a été présentée au titre de Membre d’honneur. Le scrutin postal a suivi. Sa candidature a été rejetée par cinq voix. Aucun écrivain ou écrivaine n’a été refusé comme Membre d’honneur, de fait chacune des candidatures proposées par les conseils d’administration depuis la fondation de l’UNEQ en 1977 a été retenue, à l’exception de celle de Louky Bersianik.

    Elle en a été blessée. Louky Bersianik revendiquait son identité d’écrivaine. Son milieu social, celui des écrivains, l’a exclue, une injustice profonde. Elle était une écrivaine puissante, une féministe, une pionnière de la féminisation (titres et noms de fonction) de la langue française. Née en 1930, elle était une érudite, politisée, une écrivaine majeure, une géante de désirs infinis, douée d’un sens critique raffiné. C’était une femme branchée sur son époque, au courant de tout, adepte des technologies, une lectrice continuelle, une bibliothèque vivante.

    Son absence me pèsera, je m’ennuierai d’elle.

    Publié aussi dans Le Devoir, le 4 décembre 2011.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin