| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 1er décembre 2011

Prostitution - Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !
Déclaration lesbienne contre l’exploitation sexuelle






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Pour un "bilan" de la loi C36 - Interroger aussi les femmes qui veulent sortir de la prostitution
Un "bilan" biaisé et incomplet de la loi C36 sur la prostitution
Prostitution - Pas si glam le Grand Prix
Prostitution, gangs de rue et crime organisé au Québec
Prostitution : les gouvernements ont les moyens d’agir
La complaisance des médias envers l’industrie du sexe doit cesser
Au gouvernement Trudeau - Il faut maintenir la loi sur la prostitution
Élection et prostitution - Lettre ouverte au Nouveau Parti Démocratique du Canada
Prostitution - La nouvelle loi canadienne inspirée du modèle nordique
Prostitution - Le projet de loi C-36 doit assurer partout l’immunité aux personnes prostituées
Une société progressiste encourage l’égalité, non la prostitution des femmes
Prostitution - Ce n’est tout simplement pas un métier
Projet de loi sur la prostitution : fiche d’information du ministère de la Justice du Canada
La prostitution : une nouvelle forme d’esclavage
La Coalition des femmes pour l’abolition de la prostitution estime que le nouveau projet de loi est porteur d’espoir
CSF - Le projet de loi fédéral sur la prostitution : un changement législatif historique
Le langage "colon" et celui des pro-prostitution
Prostitution - Le Canada est prêt pour un "modèle canadien" ciblant les acheteurs
Traite de personnes à Ottawa : au moins 150 femmes auraient été réduites à l’esclavage sexuel
Réplique à Martin Matte - La prostitution n’a rien d’un beau malaise
Virage à 180˚ sur les salons de massage : la Ville de Montréal songe à "aménager" la prostitution
L’inclusion de toutes les femmes passe par la reconnaissance de toutes les violences qu’elles subissent
Le film "Les criminelles", une infopub pour l’industrie du sexe !
L’assistance sexuelle, une atteinte détournée au droit des femmes à ne pas être prostituées
Pour une stratégie concertée contre la traite des femmes et l’exploitation sexuelle
La députée Maria Mourani dépose un projet de loi sur la traite des personnes et l’exploitation sexuelle
L’Adult Entertainment Association of Canada (AEAC) veut recruter des stripteaseuses dans les écoles secondaires
Prostitution - Affirmer le droit des femmes de vivre sans prostitution
Prostitutionnalisation du tissu social ou abolition de la prostitution
Cessons de banaliser la prostitution ! C’est de l’exploitation !
Lancement du DVD du film L’Imposture - La prostitution mise à nu. Projections à Montréal et dans d’autres villes
Le lobby de l’industrie du sexe tente de bâillonner des voix féministes par le mensonge et l’intimidation
Prostitution - Une forme de violence toujours taboue
Détournement de la Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues
La Commission d’enquête de la Colombie-Britannique sur les femmes disparues part perdante
La légalisation de la prostitution et ses effets sur la traite des femmes et des enfants
L’industrie mondiale du sexe et ses complices entravent l’autonomie de toutes les femmes
La prostitution est-elle bonne pour la santé des femmes et leur épanouissement ? 23e Cercle de silence
Une véritable solidarité avec les femmes prostituées réside dans la lutte pour l’abolition de la prostitution
Cinq bonnes raisons de refuser le jugement Himel sur la prostitution, comme féministe et comme citoyen-ne du monde
Pour l’égalité de fait pour toutes : une politique de lutte contre l’exploitation sexuelle de l’image et du corps des femmes et des filles
Aider les femmes prostituées à se situer au coeur de leur vie
Lettre à ceux et celles qui récupèrent le meurtre de Marnie Frey, victime de Pickton, pour servir leur cause
Décriminaliser la prostitution, un aimant pour les proxénètes et les clients
Prostitution - Nous ne devons pas nous contenter de la simple "réduction des méfaits"
Prostitution et crimes - Rapport d’enquête sur le traitement de l’affaire Pickton par le Service de police de Vancouver
Journée de lutte contre l’exploitation sexuelle - En mémoire de Nadia Caron (1983-2005)
Escalader le Kilimandjaro pour aider des femmes à quitter la prostitution
Prostitution juvénile : les jeunes filles de milieux riches autant à risque
Les bordels sont-ils un droit de l’homme ?
La prostitution, une violation des droits humains des femmes pauvres
Prostitution - Brisons la chaîne de l’exploitation
Le rapport Rice sur la traite à des fins de prostitution souligne l’inaction du Canada
"Gang" de rue et prostitution
La liberté de ne jamais se prostituer
Radio-Canada et la prostitution en Inde
Bordels, sport et défoulement masculin
L’Aboriginal Women’s Action Network s’oppose à la création d’un bordel à Vancouver aux Jeux olympiques de 2010
Dénoncer la pornographie, cette industrie de destruction
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Requête en Cour supérieure de l’Ontario pour une déréglementation libérale de la prostitution
Sortir d’un gang criminel et reprendre goût à la vie
Traite des personnes et prostitution, un rapport important et novateur
La prostitution des enfants au Canada
Prostituées par choix ?
Les enjeux de la prostitution et les femmes
« La grande question qui sous-tend la traite, c’est la prostitution. »
La publicité pornographique il y a 25 ans
Les hommes préfèrent le discours apolitique sur la prostitution
Être femme dans un milieu d’hommes
Prostitution : pour un projet de loi abolitionniste
Prostitution juvénile - Blessées pour la vie
Hypersexualisation, érotisation et pornographie chez les jeunes
Clubs échangistes : un cadeau de la Cour suprême du Canada à l’industrie du sexe
Feu vert aux proxénètes et aux prostitueurs
La décriminalisation de la prostitution porterait préjudice aux femmes asiatiques
La prostitution est de la violence faite aux femmes
Le Parlement canadien a adopté le projet de loi sur la traite des personnes
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, mais NON à la décriminalisation de la prostitution
Prostitution, féminisme, dissidence et représailles
Pour une politique abolitionniste canadienne
La prostitution, indissociable de la violence envers les femmes
La prostitution chez les Amérindiennes du Canada
Narco-prostitution de rue et vie de quartier
270 000$ au groupe Stella pour une rencontre de 4 jours sur le "travail du sexe"
Trois positions dans le débat sur la décriminalisation de la prostitution
Le ministre de la Justice du Canada dépose un projet de loi sur la traite des personnes
Maisonneuve et Radio-Canada très à l’écoute du Forum XXX
Décriminaliser la prostitution n’améliorera pas la sécurité des femmes prostituées
La nécessité d’un débat public sur la prostitution et ses conséquences sociales
Le Canada s’apprête-t-il à libéraliser la prostitution ?
Les industries du sexe, des industries pas comme les autres !
Un sous-comité du Parlement canadien pourrait proposer la décriminalisation de la prostitution
Immigration de danseuses nues au Canada
Sexe, morale et interprétation
Le Canada contribue au trafic des femmes à des fins de prostitution
La prostitution, un choix de carrière pour nos enfants ?
Un geste précipité
La prostitution, un "droit des femmes" ?
Le ministre Philippe Couillard et Stella - Aider les femmes prostituées ou promouvoir la prostitution ?
Lettre sur la prostitution au Parti Vert du Canada
Ex-juge condamné à 7 ans de prison pour agressions sur des prostituées autochtones mineures
Le trafic sexuel des femmes au Québec et au Canada - Bilan des écrits
Le trafic sexuel des femmes n’épargne pas le Québec
Dossier prostitution : tous les articles du site
La pornographie n’est pas sans conséquences
Pourquoi "De facto" propose-t-il la légalisation de la prostitution ?
On veut protéger les clients dans l’affaire de la prostitution juvénile à Québec.
Prostitution - Des failles dans le processus de réflexion amorcé au sein de la FFQ
Prostitution : Un consensus à l’arraché
La prostitution, un métier comme quel autre ?
Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ?
La prostitution est une forme de violence
Le prix d’une femme







Depuis quelques années, des chercheur-e-s et des militant-e-s défendent en bloc la reconnaissance sociale et légale de l’homosexualité et du « travail du sexe » (qui est de fait, selon nous, de l’exploitation sexuelle), comme des « modes de vie sexuelle minoritaires » légitimes. Leur soutien au récent jugement de la Cour supérieure d’Ontario décriminalisant des articles du Code criminel sur la prostitution, dont le proxénétisme, a été une occasion de réaffirmer cette association. (1) Il nous apparaît essentiel, en tant que lesbiennes, d’établir une distinction entre un mode de vie homosexuel, que nous considérons légitime, et l’exploitation sexuelle, en laquelle nous voyons une forme de violence faite aux femmes. Nous affirmons au contraire que le travail pour la reconnaissance de l’homosexualité, comme sexualité libre et consentante, va de pair avec la lutte contre l’exploitation sexuelle. En cette semaine des douzes jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, nous appelons les lesbiennes à prendre position.

Mauvais pour les femmes, mauvais pour les lesbiennes !


Déclaration lesbienne contre l’exploitation sexuelle


Nous, lesbiennes féministes de diverses origines, âges et régions du Québec, nous opposons à l’exploitation sexuelle parce que nous aimons les femmes. Nous définissons notre lesbianisme comme un amour solidaire envers les femmes constituant une forme de résistance à l’appropriation du corps et de la sexualité des femmes par les hommes.

En tant que lesbiennes, nous nous battons à travers le monde pour obtenir le droit à une sexualité libre, consentante et qui émane d’un désir réciproque. Nous réaffirmons ce droit pour toutes les femmes, qu’elles soient lesbiennes ou non. Défendre les intérêts des industries du sexe contredit directement ces droits, car le consentement ne peut être acheté et l’argent ne pourrait justifier l’atteinte à notre intégrité physique. C’est pourquoi l’exploitation sexuelle constitue une violence et non une forme de sexualité ou de travail librement choisi par les femmes.

Pour nous, la solidarité et l’amour des femmes supposent de refuser la douleur de chacune d’entre elles. L’exploitation sexuelle, dont la prostitution, la pornographie et la traite, a plusieurs conséquences graves sur la santé physique et mentale des femmes exploitées, dont l’intégrité est constamment violée. Parmi les nombreuses conséquences de l’exploitation sexuelle sur la santé physique figurent la fibromyalgie, l’incontinence urinaire et intestinale et les infections broncho-pulmonaires.(2)

L’exploitation sexuelle nuit aussi à la santé mentale, l’effet le plus important étant le choc de stress posttraumatique.(3) Il se caractérise notamment par un état d’alerte continu de même que des cauchemars et des souvenirs intrusifs par lesquels l’événement traumatique est revécu de manière persistante. L’intensité de la souffrance amène les femmes exploitées à dissocier leur expérience des émotions, sensations et souvenirs qu’elle suscite. Même lorsqu’elles ne subissent plus d’exploitation sexuelle, la dissociation demeure. Cette réaction normale à une situation anormale compromet leur vie sociale et leur insertion professionnelle.

Les lesbiennes ne tirent aucun gain de l’exploitation sexuelle ni de son encadrement légal. Par exemple, la pornographie présente le lesbianisme comme un spectacle pour les hommes, qui y sont systématiquement imposés aux lesbiennes dans leur sexualité. Cette représentation en est une d’appropriation et une négation de la sexualité lesbienne. Même dans les cas où la pornographie se prétend féministe ou lesbienne, les femmes sont avant tout modelées pour répondre aux demandes des hommes. Les rapports de domination y sont érotisés et la sexualité y demeure marchandée, donc, non librement consentie, et violente.

De plus, comme toute population de femmes victimes de plusieurs oppressions (femmes autochtones, racisées, pauvres, déficientes intellectuelles,…) les lesbiennes nous apparaissent surreprésentées parmi les femmes exploitées sexuellement. La lesbophobie suivie du rejet parental expliquerait une plus grande vulnérabilité des jeunes filles face au recrutement de l’industrie du sexe. (4) En ce sens, le lesbianisme est incompatible avec la légitimation de l’exploitation sexuelle, dont l’exploitation sexuelle commerciale, qui existe d’abord pour le profit des hommes en tant que groupe.

Pour ces raisons, nous refusons toute assimilation de l’exploitation sexuelle à un mode de vie sexuelle minoritaire légitime, comme le serait l’homosexualité. Alors que les relations homosexuelles sont librement choisies, l’exploitation sexuelle est une forme de violence qui devrait être abolie. Ces deux réalités révèlent d’autant plus de logiques contraires que plusieurs femmes ayant subi l’exploitation sexuelle vivent leur lesbianisme comme une réappropriation de leur corps et de leur sexualité.

La solidarité envers les lesbiennes est incompatible avec la légitimation de l’exploitation sexuelle par le biais de politiques lui laissant libre cours. Mentionnons à titre d’exemple que, par le passé, la loi canadienne a été utilisée contre les homosexuels en raison de gestes sexuels jugés « indécents » parce qu’homosexuels, et non en raison de la commercialisation de ces gestes.(5) Notons à cet effet qu’en contexte de guerre et même de « paix », des mesures permettant l’exploitation sexuelle ont déjà été utilisées à des époques et à de multiples endroits pour justifier le viol « correctif » (6), c’est-à-dire des viols perpétrés spécifiquement sur des femmes reconnues comme lesbiennes dans le but explicite de les sanctionner pour s’être soustraites à tout rapport sexuel avec les hommes.

Au contraire, les lesbiennes gagnent à vivre dans une société où les lois luttent contre l’ensemble des violences envers les femmes, dont l’exploitation sexuelle. De telles politiques criminalisent ceux qui profitent de l’exploitation sexuelle d’autrui, tels les propriétaires de bordels. Sont également criminalisés ceux qui obtiennent une relation sexuelle en échange d’argent, et ce, qu’ils se trouvent ou non dans un bordel. Ces politiques soutiennent aussi les femmes dans leur sortie de cette industrie. Signe que de telles politiques sont compatibles avec la lutte à l’homophobie, la Suède, qui met en place ces politiques depuis 1999, est le seul pays européen à avoir rempli tous les critères de non discrimination observés par l’antenne européenne de l’International Lesbian and Gay Association (ILGA) en 2010. (7) D’après le Global Gender Gap Report 2010 (8), la Suède arrive quatrième au classement mondial en matière d’égalité des sexes, après l’Islande et la Norvège, respectivement classés première et deuxième. Ces deux pays se dotent aussi de politiques abolitionnistes. C’est bel et bien la preuve que la lutte contre la violence envers les femmes n’est pas du tout incompatible avec les droits des personnes homosexuelles, au contraire.

En tant que lesbiennes, nous n’avons aucun intérêt à voir l’exploitation sexuelle légitimée légalement et socialement. En cette semaine des douzes jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, nous appelons les lesbiennes à un refus global de l’exploitation sexuelle !

Premières signataires :

Ana Popovic, Montréal
Annick Dockstader, Montréal
Stéphanie Charron, Montréal
Mahée Lamoureux, Montréal
Valérie Plasse, Montréal
Julie Larivière, Montréal
Danièle Tessier, Montréal
Myriam Fougère, Montréal
Julie Blackburn
Virginie Gendron-Blais
Nathalie Di Palma
Sylvie Tranchant-Rousseau
Monique Cintract

Pour ajouter votre signature à cette déclaration :
Envoyez votre signature à declaration.lesbienne.2011@gmail.com.

Notes

1. L’assimilation de homosexualité et de l’exploitation sexuelle comme deux modes de vie sexuelle minoritaires à légitimer se retrouvent notamment dans la déclaration de l’Institut Simone de Beauvoir. On y argumente que les lois limitant l’exploitation sexuelle, comme toutes lois restreignant la « sexualité », risquent d’être utilisées comme outils de contrôle social des gays et des lesbiennes.
2. Cathy Zimmerman et ses collaboratrices et collaborateurs (2008) rapportent plusieurs symptômes liés à des difficultés gastriques (douleur à l’estomac, diarrhée, constipation, etc.), urinogénitales (douleur pelvienne, infection gynécologique, etc.), respiratoires (infection des sinus, difficulté à respirer, etc.) chez les 192 femmes victimes de traite à des fins d’exploitation sexuelle ayant pris part à leur étude.
3. Les mêmes conséquences ont été documentées dans plusieurs pays, notamment en contexte de bordels légaux par la psychologue et chercheuse état-unienne Melissa Farley. Pour de plus amples informations, consulter les recherches suivantes : Farley, M. (2004). Bad for the body, bad for the heart : Prostitution hurts women even if legalized or decreminalized. Violence against women, 10, 1087-1125. Et Farley, M., Cotton, A. et al. (1998). « Prostitution and trafficking in nine countries : An update on violence and posttraumatic stress disorder », in M. Farley (Ed.), Prostitution, trafficking, and traumatic stress (pp. 33-74), Binghamton, NY : Haworth.
4. Cette observation est le fruit de l’expérience professionnelle de l’une des auteures comme intervenante auprès des femmes exploitées sexuellement. Ce lien est également discuté dans un article paru dans le journal Être, qu’il est possible de consulter en ligne.
5. Les descentes policières homophobes effectuées au bar gay Truxx en 1977 et au bar gay K.O.X. avaient mené à des mises en accusation contre des hommes pour pratique d’actes indécents et non pour avoir fréquenté un lieu à des fins prostitutionnelles.
6. Pour plus de détails, voir « Lesbiennes sous le IIIe Reich : disparaître ou mourir », d’Edna Castello, relatant les travaux de l’historienne allemande Claudia Schoppmann accessible en ligne.On peut y lire que : « Un grand nombre de prisonnières sont forcées d’entrer dans les bordels des camps. D’après Erich H, « les nazis aimaient tout particulièrement faire travailler des lesbiennes dans les bordels. Ils pensaient que ça les remettait dans le droit chemin. » Aussi l’article « Les hommes tu aimeras, de Patricia Huon, paru dans la Gazette des femmes, édition mars-avril, sur les viols correctifs de lesbiennes en Afrique du Sud 2011. Fichier PDF en ligne.
7. En ligne.
8. Fichier PDF en ligne.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 décembre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin