| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 11 décembre 2004


Petites sépultures et autres berceaux
IV — L’Air

par Louky Bersianik






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Charlie Hebdo, la prédation et Louky Bersianik
LOUKY BERSIANIK - L’écriture, c’est les cris
Le don vital de Louky Bersianik à sa prochaine
L’importance de l’œuvre de Louky Bersianik
Louky Bersianik : l’écriture-femme en personne
L’occultation du décès de l’écrivaine féministe Louky Bersianik
L’oeuvre de Louky Bersianik - « Monuments », dites-vous ?
L’Euguélionne
"Mon coeur est de plus en plus féministe" - Louky Bersianik (1930-2011)
Louky Bersianik à la recherche de sa "planète positive"
Biographie de Louky Bersianik
La face cachée des femmes
La face cachée des femmes
Mots d’amour pour Louky
Maladie d’amour
III - Le Feu
" Permafrost " de Louky Bersianik, une pure intensité
Louky Bersianik, poète et féministe
Louky Bersianik et les valeurs maternatives
II - La Terre
Naître du mauvais bord de la langue
I - L’Eau







‹‹Le vol est un vent chaud avant d’être une aile››

Bachelard

1

Qu’est-ce qui prend tes paroles
Sous son aile et ta voix
Et les souffle jusqu’à mon oreille ?
C’est un courant d’air
Un tout petit courant d’air
L’air est un oiseau sur tes lèvres
L’air est un tout petit oiseau

Qu’est-ce qui soulève doucement
Les poitrines et les feuilles ?
Qui rend la vie si haute
Et si aérienne ?
C’est une brise passagère
Qui va qui vient
D’une génération à l’autre

Je respire donc je suis
Quand l’air ne tentera plus
De franchir mes portes
De chair et d’émail
Je n’existerai plus

Aurai-je droit
À un second souffle
Le temps de filer
Un petit air de flûte ?

Quel est ce sanglot long
Qui bouge dans ma gorge ?
Cet air de violon d’automne ?
Le fond de l’air est si chaud
Pourquoi brûle-t-il sur ma peau
Comme un drapeau rouge ?

Quel est ce vent léger
Transformé en ouragan
Est-ce là ce qui s’appelle
La passion des corps ?

Et nos baisers aéroportés
Comme un faisceau d’oiseaux
Lâchés dans nos paysages
Les font chavirer

L’air c’est mon berceau
C’est mon cerceau de marbre
Se balançant entre toi et moi
À la cime des arbres

2

Hégéso suspend dans l’air
Le secret de son existence
Avertine respire un air
Chargé de nerfs et de roses
Sylvanie est en chute libre
Dans son inenfance

Sylvanie du beurre de plomb
Dans l’aile tombe
Sans fin dans le Troubli
Étroit et sans fond
Au crépuscule de sa vie
Minuscule

Quelle est la voie royale
De l’avion qui lévite
Et s’élance dans le vide ?
C’est ce coussin de liberté
Qui remplit tout l’espace
Au-dessus de la terre

De l’air De l’air !
Crie l’enfant
En train de naître
Après un long séjour
En apnée le long
D’un golfe obscur

De l’air De l’air !
Crie la baleine
De son haleine profonde
Surgissant hors de l’eau
Après une longue apnée
Dans les roulis de la mer

De l’air De l’air !
Crient des familles entières
Égarées dans les douches
Agglutinées comme des mouches
Suffoquant sous le poids
De l’atrocité humaine
Et de la haine

Passage obligé
Par la bouche par le nez
Dans le corps des ennemis
Qui vont s’entretuer
L’air se partage et se rompt
Comme le pain de la misère

3

Est-ce la vaste respiration du vent
Qui fomente la dévastation
Les cyclones les tornades ?
Qui soulève les maisons
Déracine les arbres ?

C’est le libre espace en colère
C’est l’air qui ne se contrôle plus
C’est le vent violent qui tue
L’air c’est mon tombeau

Un grand oiseau au long cours
Une grande forme en mouvement
Un immense oiseau de proie
Une forme invisible ascensionnelle
Une force aveugle d’envergure
Qui ne rate jamais sa cible

Et cette autre forme invisible
Qui couvre les vivants
De son aile empoisonnée ?
C’est l’air délétère qui tue
L’air c’est mon tombeau
C’est mon suaire de suie

Le nez des parfumeurs
Le nez des goûteurs
Des dégustateurs
Des chevaliers du taste-vin

L’inspiration profonde
La lente expiration
Et des millions de bulles
Dans la tête

Et cet air de fête
Dans les champs dans les villes
Au premier souffle
Du printemps

Et par quels puissants
Vestibules aériens
S’insinue le chant
Mystérieux des baleines ?

Revue Le Sabord, #63, septembre 2002

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 décembre 2002


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louky Bersianik

Louky Bersianik est née à Montréal où elle a fait des études universitaires en Lettres françaises, obtenu sa maîtrise ès-arts et terminé avec succès sa scolarité de Ph.D. Elle a ensuite étudié à la Sorbonne et séjourné plusieurs années à Paris. Après avoir publié quelques livres pour enfants dont l’un a obtenu le Prix de la Province (1966), elle a fait paraître L ‘Euguélionne en 1976, reconnu pour être le premier grand roman québécois d’inspiration féministe ; coédité chez Hachette Littérature en France (1978), traduit et publié en anglais sous le titre : The Euguélionne (1982). En 1979, Louky Bersianik passa une année dans l’île de Crète pour écrire Le Pique-nique sur l’Acropole (1979).

Elle a aussi publié plusieurs titres de poésie dont Maternative (1980), Au beau milieu de moi (1983), Axes et eau (1984), Kerameikos (1987), ainsi que quelques essais dont Les Agénésies du vieux monde (1982), La Main tranchante du symbole (1990) et un autre roman : Permafrost (1997). Un dossier de la revue universitaire “Voix et Images, Littérature québécoise”, lui a été consacré à l’automne 1991 (No. 49). « Pour moi, la question de l’engagement est imbriquée dans la question de l’écriture. On est toujours engagé dans sa propre conscience. » (Extrait de ce dossier).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin