| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 12 mars 2012


Les Carnets de Sisyphe
Que faut-il célébrer le 8 mars ?

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Cabinet de Pauline Marois – À quand la parité ?
Les Carnets de Sisyphe - Le Barreau de Montréal a décerné aujourd’hui sa médaille à Me Christiane Pelchat
Carnet de campagne #5 - Aujourd’hui peut-être, un autre événement historique au Québec
Carnet de campagne #4 - Pourquoi Québec solidaire souhaite-t-il un gouvernement minoritaire ?
Carnet de campagne #3 - Carré rouge et caribou, symboles d’un certain sens des valeurs ?
Carnets de campagne #2 - Faire de la politique autrement - Vraiment ?
Carnet de campagne #1 - Des hommes qui parlent beaucoup : Duceppe, Cardin, Barrette, etc.
Conflit étudiant - Quand le député de Sherbrooke voit rouge
Grève étudiante au Québec – Hypocrisie et mensonge
Politique - Des "effets de toge" pour tromper la population
Quand on tolère la violence misogyne pour accommoder l’extrémisme religieux
Le gouvernement Harper : danser sur les tombes







Qu’est-ce que les femmes du monde entier sont censées célébrer, le 8 mars 2012 ?

Si je me livrais ici à un bilan féministe des réalisations de la dernière année, je risquerais d’être déçue. Je ne le ferai pas...

Je veux seulement proposer quelques réflexions dans ces carnets auxquels j’essaie de redonner vie après une longue pause. Qu’on les prenne pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des carnets de réflexions et de notes, sans prétention à l’analyse exhaustive. D’autres appellent ce type d’écriture un blogue.

*

Dans les années 70, le 8 mars était l’occasion d’une intense mobilisation et sensibilisation sur différents aspects de la condition des femmes, les problèmes non résolus, les obstacles à l’égalité et à la liberté.

Mais nous célébrions aussi les progrès et les réalisations de toutes sortes. Le plaisir de nous retrouver ensemble dans un mouvement porté par une énergie collective qui nous croyions capable de déplacer les montagnes.

Il faut dire que le féminisme d’alors s’inscrivait dans une vague de changement général, qui avait donné précédemment la Révolution tranquille au Québec et Mai 68 en France, et un peu partout, l’éclosion d’un mouvement pour la paix qui prenait diverses formes selon les points du globe.

Beaucoup était à faire et nous ne doutions de rien.

Je ne dis pas « tout était à faire ». Nous n’avions tout de même pas inventé la roue. Des femmes avant nous s’étaient battues pour les droits de toutes. Et elles avaient fait des gains.

Il n’était pas question de leur reprocher d’avoir manifesté autrement que nous le faisions alors, ni de ne pas avoir 20 ou 30 ans dans les années 70.

Pas question de prétendre que ce qu’elles avaient fait et leur façon de le faire étaient dépassés, de leur reprocher d’avoir eu des priorités différentes des nôtres. Elles avaient répondu aux besoins et aux priorités de leur époque, avec les moyens de leur époque. Nous nous appuyions sur leurs acquis.

Si nous pouvions prendre la parole, revendiquer, crier, tempêter, nous indigner, c’est parce qu’elles l’avaient fait avant nous.

Leur exemple nous motivait, nous rendait fières, audacieuses, nous justifiait d’espérer.

Certaines féministes s’essayaient à des bilans. Elles mesuraient le chemin parcouru. Elles s’inquiétaient des retards. Elles dénonçaient les reculs et se promettaient de les combler.

Elles mettaient en commun leurs rêves et leurs espoirs d’un monde meilleur pour toutes les femmes du Québec, du Canada, de l’Amérique, du monde entier.

Nous célébrions l’immense quête collective de liberté que représentait le mouvement féministe : liberté sexuelle, pensions-nous, liberté de conscience et d’expression, liberté politique, liberté économique.

C’est précisément pour souligner cet aspect collectif des luttes de femmes que les féministes, au Québec du moins, ont décidé de nommer le 8 mars - décrété par l’ONU en 1975 et officialisé en 1977 Journée internationale de la femme -, Journée internationale des femmes. D’autres parlent de la Journée internationale des droits des femmes.

Je ne veux pas me montrer nostalgique. Il me faut noter, toutefois, que ce qui cimentait le mouvement féministe des années 70 était ce ralliement autour des intérêts collectifs, en comparaison de la défense des intérêts individuels qui marque le féminisme du début du 21e siècle.

La liberté individuelle n’était pas alors un argument invoqué pour justifier toutes sortes de compromissions avec le patriarcat dominant, sans égard aux conséquences pour les droits de l’ensemble des femmes. C‘était au nom de la liberté collective - liberté de toutes les femmes - que les féministes dénonçaient « l’ennemi principal », dont on en reconnaissait la main dans tous les domaines.

C’était avant que le rouleau compresseur du néolibéralisme, de l’individualisme et du relativisme conjugués n’ait déteint sur le féminisme comme sur tous les mouvements socio-politiques du monde moderne. C’est une autre histoire, j’y reviendrai éventuellement.

En cette semaine du 8 mars 2012, je veux rendre hommage à celles qui se sont battues pour le droit de vote des femmes ; le droit au libre choix en matière de grossesse, de contraception et d’avortement ; le droit à l’égalité juridique, et d’abord à Claire Kirkland-Casgrain, première femme élue à l’Assemblée nationale ; le droit à l’équité salariale.

Je veux surtout souligner le courage et la persévérance des centaines de femmes qui ont créé de toutes pièces et soutenu des ressources pour aider les femmes à devenir autonomes sur le plan économique et à se soustraire à la violence : les CALACS, les Centres d’hébergement pour femmes violentées, les Centres de femmes, les ressources pour les femmes immigrantes, les comités sur la condition féminine des syndicats, etc.

Sans leur vision collective de l’avancement des femmes, le Québec ne serait pas parmi les chefs de file (paraît-il) en matière d’égalité des sexes. Pour ces femmes, à mes yeux les vraies "héroïnes", une victoire a peu d’intérêt si elle n’est pas une victoire collective.

*

En 2012, l’ONU souligne l’année internationale de "la" femme sur le thème de "L’autonomisation des femmes rurales – Éradiquer la faim et la pauvreté".
La singularisation n’est pas nouvelle, mais il me semble qu’elle affaiblit la portée de l’événement.

D’accord pour mettre en évidence la situation des plus pauvres de la planète. La faim et la pauvreté constituent le plus grand scandale de notre époque. Surtout quand on sait que les dirigeants politiques et économiques dilapident l’argent des populations - le bien collectif -, et ce dans les pays développés comme dans les pays en développement. Et que nombre de citoyennes et citoyennes des pays riches jettent quotidiennement le quart des aliments qui passent par leurs cuisines.

Mais la faim et la pauvreté, qui dépendent en grande partie de l’écart des revenus, se retrouvent aussi dans les centres urbains, et de façon dramatique. On n’a qu’à penser à l’augmentation du nombre des itinérant-es ainsi que des bénéficiaires des banques alimentaires à Montréal et dans d’autres villes. Parmi eux, de nombreuses femmes responsables d’enfants

Voyez comment Condition féminine Canada détourne le thème proposé par l’ONU : "Le Canada couvre une superficie de 9 984 670 kilomètres carrés. Il compte 17,4 millions de femmes et de filles, et plus de 5 400 collectivités, dont environ 5 200 se trouvent en région rurale, éloignée ou nordique. Au cours de la semaine du 8 mars 2012, nous rendons hommage aux trois millions de femmes et de filles qui font partie intégrante de la vie de ces collectivités dispersées à travers nos provinces et territoires."

Le thème proposé par CFC n’est pas "l’éradication de la faim et de la pauvreté", mais "Les femmes dans les collectivités rurales, éloignées et nordiques : clé de la prospérité du Canada". La prospérité remplace la pauvreté. Esquiver une question dérangeante, on s’y connaît dans le gouvernement de Stephen Harper.

Certes, le sort des femmes ne dépend pas que de décisions prises par des institutions internationales et des gouvernements. Mais il en dépend aussi dans la mesure où des décisions idéologiques, politiques et économiques influencent et orientent, souvent de façon fort peu équitables, la vie quotidienne des citoyennes et des citoyennes.

Sentez-vous libres de commenter ces propos, y compris pour me contredire...

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 mars 2012


Toutes les chroniques des Carnets de Sisyphe 2012 :

  • Quand on tolère la violence misogyne pour accommoder l’extrémisme religieux.
  • Le gouvernement Harper : danser sur les tombes.
  • Que faut-il célébrer le 8 mars 2012 ?
  • Les Carnets de Sisyphe 2002-2011.

  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Micheline Carrier
    Sisyphe

    Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Plan-Liens Forum

  • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
    (1/2) 5 mars 2012 , par idyllique

    rép: Internaute
  • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
    (2/2) 4 mars 2012 , par Berenice

    rép: Crab2 Crab
    rép: Femme du Sud
    rép: Berenice
    rép: Femme du Sud




  • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
    5 mars 2012 , par idyllique   [retour au début des forums]

    8 mars : journée des droits des femmes

    Bonjour,
    attention au langage que l’on utilise : on ne célèbre pas la "journée de la femme" mais la journée pour rappeler les droits des femmes sous-entendus => égaux à ceux des hommes !!

    Que faut-il célébrer le 8 mars ?
    4 mars 2012 , par Berenice   [retour au début des forums]

    oui, ce n’est pas par hasard que l’ONU se contente de parler des femmes en situation de pauvreté, en milieu rural (je ne sais même plus c’est tellement idiot), c’est effectivement pour diviser. C’est une manière de dire aux occidentales qu’elles ne sont pas exploitées en tant que femmes, pas opprimées, pas affamées et bref, que la journée des femmes, c’est pas pour toutes les femmes, non c’est pour celles qui souffrent vraiment ! Circulez y a rien à voir.
    J’en suis malade ! Quand on pense qu’on a droit à une seule et unique ridicule petite journée pour faire valoir nos droits à l’égalité, et que même ça, on nous l’enlève en nous faisant passer le message que l’oppression des femmes c’est uniquement l’oppression de celles qui meurent de faim. Quand on sait qu’à l’échelle mondiale, les hommes détiennent 99% des richesses hein... Quant aux pays occidentaux on compte en dissolvant le statut économique de la femme dans celui du couple, ce qui à l’avantage de gommer à peu de frais l’exploitation économique dont sont victimes les femmes occidentales, comme le reste des femmes du monde, par les hommes.

    • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
      5 mars 2012 , par
      Crab2 Crab   [retour au début des forums]

      En France la plupart des politiciens sont incapables de faire le lien entre partriarcat et religion

      Le PS a brisé le rêve républicain

      « La démocratie en soi, reconnaissez que c’est un peu gazeux quand même comme concept » Moscovici
      Suite à partir de la page :
      http://laicite.over-blog.com/article-le-ps-a-brise-le-reve-republicain-100788180.html

      [Répondre à ce message]

    • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
      5 mars 2012 , par
      Femme du Sud   [retour au début des forums]

      Je viens d’un pays pauvre, et moi-même j’ai vécu dans des sérieuses conditions de pauvreté, et oui, en effet, il semble que je peux être très idiote ... Cependant, il me semble que dans cette commémoration nous pouvons prendre deux simples positionnements : laisser au discours patriarcal et misogyne encore présente dans une bonne partie des pratiques sociales et institutionnelles "diviser pour reigner" ; ou montrer un peu de solidarité féminine et féministe pensant à la possibilité de construire un "Nous femmes" qui pourra aspirer justement à que chaque femme prenne le pouvoir sur sa vie et sur les ressources et droits qu’elle mérite de réclamer ... De mon coté, je préfère croire qu’il est possible penser à l’égalité et surtout à la dignité de toutes les femmes, les idiotes inclues ...

      [Répondre à ce message]

      • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
        7 mars 2012 , par
        Berenice   [retour au début des forums]

        Justement, ce qui est idiot, ce ne sont pas les femmes, ce qui est idiot c’est de penser que les femmes ne sont pas victimes en tant que femmes, mais seulement certaines femmes, et qu’elles sont victimes de la ruralité ou de la faim. Comme si, ce n’était pas DU FAIT QU’ELLES SONT DES FEMMES QU’ELLES SONT VICTIMES. Et puisqu’il faut être clair, les femmes sont surtout victime des hommes avant d’être victime de la faim ou de la ruralité, parce que qu’est-ce qui pèse sur les conditions de vie des femmes ? Ce sont les hommes !
        Certes ; les occidentales ne rencontrent pas les mêmes problèmes, mais elles sont tout de même exploitées par les hommes. Au lieu de souligner ce fait COMMUN à TOUTES les femmes, on fait comme si seulement certaines femmes avaient des problèmes, et comme si ce n’était pas lié au patriarcat, mais à la ruralité... Car il est bien connu que les femmes en ville ne connaissent pas la domination masculine, elles sont heureuses et libres elles...
        Bref, mon propos est bien que la journée des femmes devrait être pour TOUTES LES FEMMES en tant que catégorie sociale et non pas pour quelques femmes, en zone rurale. C’est ça que je trouve complètement idiot. Vous êtes priée de ne pas déformer mes propos en faisant croire que je dis que vous êtes une idiote ou que les femmes sont idiotes ou pire que je ne suis pas pour l’égalité ou la dignité de toutes les femmes !!!! Je suis moi-même une femme et je ne suis pas plus bête que vous. En tout cas, je suis de moins mauvaise foi.

        [Répondre à ce message]

        • Que faut-il célébrer le 8 mars ?
          7 mars 2012 , par
          Femme du Sud   [retour au début des forums]

          Chère Bérénice,
          Je suis consciente et contente que nous sommes sur le même longueur d’onde... L’enemi principal est le patriarcat (lié évidemment au racisme et postcolonialisme et au service du capitalisme), qui est normalement véhiculé par les diverses institutions et organisations sociales construites sur le principe fondamental de la domination masculine. Mon idée centrale, même si exprimée en termes personnels, était de revenir sur le fait que tant au Nord qu’au Sud les féministes nous voulons continuer à lutter pour ce projet de justice sociale qui doit atteindre les femmes de tous les coins du monde. Il me semble que dans cette journée, nous sommes simplement en train de rendre hommage à ces femmes (toutes) du Nord et du Sud capables de créer résistance et résiliance face à la ruralité, la pauvreté,la famine et bien sur à la domination patriarcal. De là que nous ne pouvons pas nous permettre rester divisées.
          Fuerte abrazo desde la bella América Latina (el Sur) !!!

          [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin