| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 8 mars 2012

Prostitution - Un déni facile à comprendre

par Rebecca Mott, survivante et écrivaine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Silence et tapage : la limite des mots
Je célébrerai la Journée internationale des femmes quand…
Chanson pour mon âme guerrière
En studio avec Ruth – Interview de Rebecca Mott, femme rescapée de la prostitution et abolitionniste
Prostitution et viol de mineures - Pas le droit d’être trop jeune
Le "travail du sexe" est une arnaque
Prostitution - Un tissu de mensonges répandus à souhait
La pornographie ? Parlons-en
Prostitution – Le viol comme routine et le traumatisme comme fosse
Prostitution - J’ai le cœur qui désespère
Prostitution - Nos corps et nos esprits sont lourds de l’indicible
Les bons prostitueurs, ça n’existe pas
Le véritable danger du proxénétisme tient à la légitimité qu’il a acquise
Prostitution - Votre sollicitude nous tue, levez le huis clos
Prostitution - Être transformée en poupée porno
Prostitution - Mes années perdues
Prostitution - Méthodes de l’esprit proxénète
Prostitution - Écrire de l’intérieur et nommer l’ennui
Prostitution - Des mots qui désignent la réalité des femmes prostituées
Prostitution - Se faire manipuler, le quotidien des femmes prostituées
Prostitution - Quand s’exprimer est dangereux
La crainte d’une voix distincte, celle des survivantes de la prostitution
Prostitution - Je dois me vider le coeur
Prostitution - Je rêve de tout cœur
De nouveaux mythes dangereux entourant la prostitution
Pornographie – La toile blanche
Prostitution - Confiance brisée
Prostitution - Je me suis absentée
Manif Reprendre la nuit - Un malaise dans l’âme
Prostitution - Faut-il se contenter de réduire les méfaits ?
Pendant que vous défilez, nous, on se noie !
Prostitution et viol - Dommages collatéraux
La Journée internationale de non-prostitution le 5 octobre
Prostitution - Vivre avec la mort
Prostitution et déni – Le mythe de la prostituée heureuse
La porno m’a façonnée
Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
Pourquoi je ne participerai pas à la ‘Slutwalk’ - L’ultime "salope"
Prostitution - Ce que vous ne voulez pas savoir existe tout de même
Prostitution - Du sang dans la pièce
Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes







Un des principaux facteurs qui m’épuisent tient à ce que les adeptes du statu quo en matière de prostitution essaient de la faire passer pour une question très complexe.

Ça n’est pas le cas – il s’agit simplement d’un stratagème pour amener les gens extérieurs au milieu à se détourner des réalités nombreuses et très simples de ce qu’est la prostitution, à ignorer les façons dont on transforme des femmes et des filles en ce qui devient la classe prostituée.

Le fait premier, simple et le plus important en matière de prostitution, c’est que toute la violence qui s’y produit est le fait d’hommes qui posent le choix d’acheter une prostituée comme une simple marchandise sexuelle et que cette violence constitue le principal argument de vente de la prostitution pour les profiteurs du commerce du sexe.

C’est dire que la violence ne tient ni à la faiblesse de la femme prostituée, ni à quelque incapacité de lire le langage corporel du prostitueur.

Ce n’est pas parce qu’elle a peut-être été agressée avant d’arriver dans la prostitution et ne peut donc pas savoir à quel point baiser est agréable.

Les hommes paient pour baiser, non pour communiquer, non parce qu’ils sont seuls, et non pas d’une manière spontanée : les hommes paient pour exercer le contrôle, pour être libres d’imposer tout acte sexuel sadique qu’ils souhaitent imposer, libres de ne subir aucune conséquence de leurs actes, libres de considérer leurs actes comme du sexe « jetable ».

Même les prostitueurs qui se comportent gentiment sont toujours en parfait contrôle de la situation et ils peuvent à tout moment choisir d’exercer une violence physique ou psychologique.

Le prostitueur sait que la prostituée qu’il baise n’approcherait jamais un type comme lui si ce n’était de l’argent ou d’autres formes de paiement.

Pensez clairement – réfléchissez un peu plus – au fait de payer pour être en mesure de violer et de torturer sexuellement quelqu’un sans en subir la moindre conséquence.

C’est en cela que la prostitution est à la fois simple et terrible.

Pas étonnant que ceux qui veulent maintenir la prostitution tentent d’en faire une question aussi compliquée que possible.

Ils sont constamment en train de nous dire qu’il y a une foule de genres différents de prostituées : ils tentent de trouver celle qui ne sera jamais violée, jamais méprisée par les prostitueurs, jamais considérée comme des parties d’un corps plutôt que comme un être humain à part entière, jamais forcée de se déconnecter mentalement de la violence.

Ils imaginent un certain nirvana de prostitution pratiquée derrière des portes closes, où tous les prostitueurs sont sûrs, propres et respectueux ; où une prostituée peut rejeter tout homme qui lui donne même l’impression d’être violent et où elle arrive à le faire ; où le salaire est élevé et rien n’est déduit de ce salaire ; où le bordel est géré par des femmes gentilles, avec qui « travailler » est un plaisir...

Ils imaginent une situation fictive, issue de romans, de vieux airs de jazz, de trop nombreux vieux films, de quelque prostituée-déesse inventée de toutes pièces, de clichés romantiques de la conquête de l’Ouest, bref, leur imagination se substitue à la réalité.

Il n’y aura jamais d’espace sécuritaire pour la classe prostituée – parce que le prostitueur conserve toujours le droit de posséder son corps et son esprit, et le profiteur, le pimp ou le gérant, conserve toujours le droit de la réduire à une marchandise baisable.

Peu importe à quel point on présente comme dorée la cage où existe la femme prostituée, elle y demeure toujours une cible de viols, une cible de tortures sexuelles, et elle y est toujours dépouillée de ses droits de la personne.

Survivre, c’est apprendre à s’adapter à cet enfer ; s’adapter, c’est accepter la violence comme norme personnelle, en refusant de ressentir ou de reconnaître cette réalité normalisée.

Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi la majorité des femmes prostituées à long terme – et en particulier celles qui le sont derrière des portes closes – tiendront tête à ce genre de critique et prétendront haut et fort aimer leur sort.

Pour survivre à la prostitution, en effet, il faut en exclure fermement la réalité, il faut qu’elle devienne quelque chose dont vous ne voyez que le bon côté.

Cette vision laisse d’énormes plages blanches où l’on doit nier l’ensemble des viols, de la violence verbale, de la haine, du fait d’être traitée en produit de consommation, de l’isolement, de la torture, et d’autres excès que l’on craint de se rappeler.

Alors, lorsque vous est sans cesse rabâché ce discours sur « les joies de la prostitution » par ceux qui veulent conserver le système prostitutionnel, montrez-vous très sceptiques quant à leurs motivations pour tenir ce genre de propos.

Demandez à ces gens s’ils connaissent tous les détails de la vie de la prostituée dont ils parlent. Demandez-leur s’ils savent vraiment que chaque prostitueur qui la possède est non violent et la voit comme un être humain à part entière, plutôt que comme une marchandise à baiser.

Demandez-leur s’ils savent que les gestionnaires ou proxénètes de cette femme refuseraient toujours de lui envoyer un prostitueur sadique, même pour suffisamment d’argent. Demandez à savoir si cette femme n’a pas été progressivement amenée à accepter des actes supplémentaires, des « extras », dont elle s’était dit, à ses débuts, qu’elle ne ferait jamais ça, et si ces actes l’ont exposée à des risques.

Demandez si cette femme a vécu des épisodes dont elle n’arrive pas à se souvenir. Demandez si elle prend de la drogue ou de l’alcool avant et après avoir été avec certains prostitueurs.

Oh, je sais que ces questions ne sont jamais posées… elles pourraient porter atteinte au joli mythe de la prostituée comblée.

Je préfère ne pas continuer tellement je trouve ce déni écrasant. Mais s’il vous plaît, voyez la prostitution pour ce qu’elle est – un esclavage et une torture – et non pour ce que vous souhaiteriez qu’elle soit.

Traduction : Martin Dufresne

Texte original : "It is not rocket science".

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 mars 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rebecca Mott, survivante et écrivaine

Je suis une écrivaine britannique, survivante d’abus sexuels dans l’enfance et de la prostitution. Une partie de la maltraitance que m’a infligée mon beau-père durant mon enfance a été la violence psychologique de me faire regarder de la pornographie hyperviolente. Combinées à la violence sexuelle qu’il m’infligeait, ces images me faisaient ressentir que je n’avais d’autre valeur que celle de servir d’objet sexuel à un homme et que le sexe était toujours associé à la violence et à la douleur. À 14 ans, je suis tombée dans la prostitution et elle était extrêmement sadique. Je ne m’en suis pas détournée pas car j’éprouvais trop de haine de moi-même pour y reconnaître de la violence et du viol - j’avais l’impression que c’était tout ce que je méritais. J’ai fait de la prostitution entre l’âge de 14 ans à 27 ans et, la majorité du temps, les hommes qui m’achetaient tenaient à m’infliger des rapports sexuels très sadiques. Je me suis habituée à des viols collectifs, du sexe oral et anal violent, et au fait de devoir jouer des scènes de porno dure - cela devint mon existence. J’ai failli être tuée à plusieurs reprises, et fait beaucoup de tentatives de suicide, mais j’ai survécu. Quand j’ai réussi à quitter le milieu, j’ai effacé durant 10 ans la plupart de mes expériences. Ce n’est qu’après avoir dépassé le souvenir des violences de mon beau-père que j’ai trouvé l’espace mental pour me souvenir. Se souvenir de la prostitution est terrible, et je souffre d’un lourd syndrome de stress post-traumatique (SSPT). J’ai créé mon blog pour explorer mon SSPT à titre de survivante à la prostitution, pour réclamer l’abolition du commerce du sexe et pour faire état des conditions terribles de la prostitution vécue à l’intérieur. J’essaie d’écrire de la prose poétique, mais je crois que mon travail est de nature politique.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin