| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 24 mars 2012

Prostitution - Être transformée en poupée porno

par Rebecca Mott, survivante et écrivaine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Silence et tapage : la limite des mots
Je célébrerai la Journée internationale des femmes quand…
Chanson pour mon âme guerrière
En studio avec Ruth – Interview de Rebecca Mott, femme rescapée de la prostitution et abolitionniste
Prostitution et viol de mineures - Pas le droit d’être trop jeune
Le "travail du sexe" est une arnaque
Prostitution - Un tissu de mensonges répandus à souhait
La pornographie ? Parlons-en
Prostitution – Le viol comme routine et le traumatisme comme fosse
Prostitution - J’ai le cœur qui désespère
Prostitution - Nos corps et nos esprits sont lourds de l’indicible
Les bons prostitueurs, ça n’existe pas
Le véritable danger du proxénétisme tient à la légitimité qu’il a acquise
Prostitution - Votre sollicitude nous tue, levez le huis clos
Prostitution - Mes années perdues
Prostitution - Un déni facile à comprendre
Prostitution - Méthodes de l’esprit proxénète
Prostitution - Écrire de l’intérieur et nommer l’ennui
Prostitution - Des mots qui désignent la réalité des femmes prostituées
Prostitution - Se faire manipuler, le quotidien des femmes prostituées
Prostitution - Quand s’exprimer est dangereux
La crainte d’une voix distincte, celle des survivantes de la prostitution
Prostitution - Je dois me vider le coeur
Prostitution - Je rêve de tout cœur
De nouveaux mythes dangereux entourant la prostitution
Pornographie – La toile blanche
Prostitution - Confiance brisée
Prostitution - Je me suis absentée
Manif Reprendre la nuit - Un malaise dans l’âme
Prostitution - Faut-il se contenter de réduire les méfaits ?
Pendant que vous défilez, nous, on se noie !
Prostitution et viol - Dommages collatéraux
La Journée internationale de non-prostitution le 5 octobre
Prostitution - Vivre avec la mort
Prostitution et déni – Le mythe de la prostituée heureuse
La porno m’a façonnée
Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
Pourquoi je ne participerai pas à la ‘Slutwalk’ - L’ultime "salope"
Prostitution - Ce que vous ne voulez pas savoir existe tout de même
Prostitution - Du sang dans la pièce
Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes







On m’a réduite au statut d’une poupée porno. Ce n’est pas facile à écrire, et ce n’est jamais facile à reconnaître.

Mais c’est l’amère réalité qui est au cœur de la prostitution pratiquée en secret, derrière des portes closes, l’amère réalité de tout ce qui fait d’une femme prostituée ce qu’elle est, en plus des autres formes de violence sexuelle masculine.

La prostitution est toujours, a toujours été et – si on le lui permet – sera toujours étroitement liée à la pornographie. Il n’existe pas de cloison étanche entre ces deux industries.

La réalité de la personne prostituée est d’avoir pour rôle celui de permettre aux prostitueurs, qui sont surtout des hommes, d’évacuer dans le corps vivant des « putes » tous leurs morbides fantasmes porno.

Il n’y a là rien de nouveau – cette haine et cette violence sont aussi vieilles que la tradition d’acheter du sexe pour les hommes. Elle date des premiers temps où les hommes ont créé des images et des mots servant à dépeindre la torture sexuelle des femmes et des filles. Elle date de la création d’une classe de femmes et de filles qualifiée de prostituées et que l’on peut torturer sexuellement sans la moindre conséquence pour les violeurs.

Par contre, il y a maintenant du neuf : une nouvelle technologie pour implanter dans l’esprit de mille fois plus d’hommes l’idée que cette forme de torture peut constituer un divertissement ; de nouveaux types d’objets ou de machines utilisés pour torturer la classe prostituée ; et une nouvelle perception selon laquelle il est soudainement normal d’avoir accès à de la pornographie et à des personnes prostituées, et que c’est même une sorte de droit humain.

Mais la classe prostituée, elle, a toujours eu le droit de se noyer dans le porno – après tout, il est si rare que quiconque voit la torture de ces femmes, entend leurs cris ou leurs pleurs, voit leur regard éteint… Non, on ne se doute du sort des personnes prostituées que lorsque l’industrie du porno affecte des personnes non prostituées.

Toute ma vie, j’ai vu l’industrie du porno être combattue, mais cette lutte a rarement fait place aux voix de la classe prostituée.

Je n’y entends pas les voix des femmes qui ont quitté le monde du porno courant, ni non plus les voix des femmes et des filles prostituées dont le corps sert de banc d’essai à chacune des plus récentes tendances du porno, ni les voix des prostituées à qui on fait endurer des actes de sadisme sexuel pendant qu’on les filme, et dont on vend ensuite ces images comme du « porno amateur ». Ce ne sont jamais les voix des nombreuses filles prostituées que l’on paie pour les exploiter dans le porno, en leur disant que c’est sans doute plus sûr que d’être dans la rue ou au bordel.

Ces voix étouffées sont pourtant là, en filigrane de chaque image de porno ordinaire présente dans chaque ordinateur, dans chaque magazine spécialisé et projetée dans chaque cinéma de porno minable.

Demandez-vous combien d’entre vous tenez vraiment à entendre les voix de la classe prostituée, si chaque femme parle sans détours de ce qu’elle ressent dans l’univers du porno ? Tenez-vous vraiment à entendre nos voix - ou vous contentez-vous de regarder comment le porno affecte les personnes non prostituées, en abandonnant la classe prostituée ?

Oui, il est horrible de voir des jeunes filles torturées dans le porno, dès leur plus jeune âge, des bébés même… Mais en un sens, c’est aussi plus facile que de voir des femmes adultes torturées par et pour le porno.

Un jeune enfant bénéficie de votre compassion ; sa maltraitance suscite chez vous une juste fureur – vous allez vouloir faire quelque chose pour le protéger.

Mais vous n’aurez pas cette réaction face à une femme adulte prise au piège du porno ou de la prostitution.

Au contraire, vous vous forcez à y voir non de la torture sexuelle, mais une décision prise en toute liberté par une personne adulte. Vous trahissez ainsi la classe prostituée – en refusant de voir son regard, de ressentir sa douleur, d’imaginer sa terreur.

En appelant cela un libre choix, vous venez d’emprisonner les femmes prostituées.

Le porno est considéré comme mauvais s’il ruine la sexualité réelle des femmes qui ne sont pas prostituées. Il a pour effet d’interrompre la communication, d’amener les hommes à voir leur partenaire comme de simples parties du corps ou des poupées de plastique ; il réduit les rapports sexuels à de la performance.

Pourtant tout cela vous apparaît comme acceptable quand des hommes le font aux femmes de la classe prostituée. Quand vous êtes prostituée, c’est votre rôle de n’être que des parties sexuelles où les hommes peuvent évacuer leurs fantasmes de porno.

Et c’est là un langage bien fleuri pour qualifier des rapports sexuels qui sont surtout terrifiants et mettent nos vies en danger.

C’est dans l’univers du porno que la plupart des prostitueurs apprennent tout ce qu’ils font : c’est leur école, leur famille et, trop souvent, leur religion.

Quand on est seule avec un prostitueur, il y a toujours un silence redoutable alors que la femme prostituée s’efforce d’incarner ce fantasme porno, essaie de lire dans l’esprit de cet homme, pour tenter de se protéger un peu.

Un phénomène très courant est la tentative de cet homme de rendre la femme invisible – il évitera de la regarder dans les yeux, lui poussera le visage contre un mur ou dans le lit ; il la sodomisera pour s’assurer de ne pas voir son visage ; il lui imposera des fellations à n’en plus finir, en lui arrachant les cheveux à poignées.

Le prostitueur déteste le visage de la prostituée : ce visage peut refléter une terreur dont il veut rester inconscient, ou une indifférence alors que lui veut s’imaginer en « dieu du sexe », ou des ecchymoses lui rappelant qu’il est peut-être, en fait, un simple salaud.

On m’a tellement infligé de sodomies – le viol et la torture anale sont monnaie courante pour les prostitueurs dopés au porno.

C’est l’acte le plus destructeur pour des femmes prostituées. Le sexe anal est infligé aux prostituées de façon à leur faire aussi mal que possible, sans les tuer. Le viol et la torture anale datent d’aussi longtemps que le porno et la prostitution.

Cet acte est toujours infligé à la prostituée pour la faire saigner, pour la faire s’évanouir de douleur.

Le viol anal, c’est de la haine et rien d’autre.

Les viols collectifs de prostituées ont toujours existé. En fait, dans la plupart des lieux de prostitution intérieure, on fait depuis des siècles un « raffinement » des nombreuses façons de violer à plusieurs la femme prostituée.

Mais chaque nouvelle génération découvre le viol collectif quand il est infligé aux femmes non prostituées, et exprime son indignation. Elle s’indigne qu’on s’en serve comme crime de guerre, s’indigne de le voir pratiqué par des gangs urbains, s’indigne de voir des femmes et des filles « honorables » y être soumises.

Mais on voit peu de compassion ou d’indignation, et certainement pas d’intervention, face aux viols collectifs qui sont courants dans le monde du porno ou de la prostitution.

On semble avoir décidé que les femmes prostituées ont si peu accès à la condition humaine que, dans leur cas, les viols collectifs doivent être agréables ou de la simple routine – de sorte que ce serait être moraliste que d’avoir une opinion sur le sort des femmes placées dans ces situations.

Pouvez-vous me dire par quelle déformation de l’esprit vous arrivez à penser qu’il existe quelque part un groupe de femmes et des filles qui adorent la violence, la douleur, la terreur et l’impression de mort imminente associées au viol collectif ?

La plupart des femmes qui font ce choix de dire que le viol collectif est bien pour la classe prostituée sont des femmes qui mènent des luttes contre la violence sexuelle faite aux non-prostituées, mais pour qui il n’y a aucun problème si l’on est payée.

Si vous saviez comment il est difficile de ne pas vous détester pour cette attitude… J’essaie de comprendre, mais pour parler franchement, une énorme partie de moi est dégoûtée de constater que ce sont toujours les personnes prostituées à qui l’on demande d’être raisonnables et de comprendre des opinions aussi haineuses.

Pensez à ce qu’est le viol collectif – pensez-y réellement – et ayez l’honnêteté de vous demander si vous placeriez n’importe quel être humain dans une telle situation.

Être violée collectivement, c’est connaître une douleur qui vous arrive de partout simultanément, sans avertissement ni suffisamment de temps pour la bloquer.

Être violée collectivement, c’est chercher à se rappeler d’une façon ou d’une autre, de continuer à respirer, même si l’on est toujours assez désespérée pour vouloir mourir.

Être violée collectivement, c’est être tellement avilie qu’on en perd tout ce qu’on a d’humain.

Pourquoi diable est-ce que cela est terrible pour les femmes et les filles qui ne sont pas prostituées, mais peut être vu comme correct pour la classe prostituée ?

Ne répondez pas à cette question parce que cela pourrait me forcer à vous frapper.

Sachez seulement que les viols collectifs des femmes prostituées ont été rendus si invisibles qu’ils sont devenus la norme dans la plupart des aspects du porno et de la prostitution.

Il est aujourd’hui devenu normal de voir sur votre ordinateur des viols collectifs dans n’importe quel matériel porno ordinaire vendu sur n’importe quel marché.

C’est normal dans la plupart des bordels ; c’est normal de forcer les prostituées à servir plus d’un prostitueur à la fois ; beaucoup d’escortes sont amenées par tromperie dans des situations de viols collectifs – cette pratique constitue le pain et le beurre de l’industrie du sexe, parce que les viols collectifs sont très lucratifs.

Que faites-vous pour mettre la classe prostituée à l’abri des viols collectifs ?

Je ne peux en écrire plus - j’ai tellement de choses à écrire – c’est un nouveau début qui s’entame pour moi.

Mais n’abandonnez pas la classe prostituée.

Version originale : , « Being Made a Porn-Doll ».

Traduction : Martin Dufresne

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 mars 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rebecca Mott, survivante et écrivaine

Je suis une écrivaine britannique, survivante d’abus sexuels dans l’enfance et de la prostitution. Une partie de la maltraitance que m’a infligée mon beau-père durant mon enfance a été la violence psychologique de me faire regarder de la pornographie hyperviolente. Combinées à la violence sexuelle qu’il m’infligeait, ces images me faisaient ressentir que je n’avais d’autre valeur que celle de servir d’objet sexuel à un homme et que le sexe était toujours associé à la violence et à la douleur. À 14 ans, je suis tombée dans la prostitution et elle était extrêmement sadique. Je ne m’en suis pas détournée pas car j’éprouvais trop de haine de moi-même pour y reconnaître de la violence et du viol - j’avais l’impression que c’était tout ce que je méritais. J’ai fait de la prostitution entre l’âge de 14 ans à 27 ans et, la majorité du temps, les hommes qui m’achetaient tenaient à m’infliger des rapports sexuels très sadiques. Je me suis habituée à des viols collectifs, du sexe oral et anal violent, et au fait de devoir jouer des scènes de porno dure - cela devint mon existence. J’ai failli être tuée à plusieurs reprises, et fait beaucoup de tentatives de suicide, mais j’ai survécu. Quand j’ai réussi à quitter le milieu, j’ai effacé durant 10 ans la plupart de mes expériences. Ce n’est qu’après avoir dépassé le souvenir des violences de mon beau-père que j’ai trouvé l’espace mental pour me souvenir. Se souvenir de la prostitution est terrible, et je souffre d’un lourd syndrome de stress post-traumatique (SSPT). J’ai créé mon blog pour explorer mon SSPT à titre de survivante à la prostitution, pour réclamer l’abolition du commerce du sexe et pour faire état des conditions terribles de la prostitution vécue à l’intérieur. J’essaie d’écrire de la prose poétique, mais je crois que mon travail est de nature politique.



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - Être transformée en poupée porno
    (1/1) 15 mars 2012 , par Internaute

    rép: anne




  • Prostitution - Être transformée en poupée porno
    15 mars 2012 , par Internaute   [retour au début des forums]

    “Pourtant tout cela vous apparaît comme acceptable quand des hommes le font aux femmes de la classe prostituée.”

    Non, cela ne m’apparaît pas plus acceptable. Et je ne suis certainement pas le seul de cet avis.

    • Prostitution - Être transformée en poupée porno
      17 mars 2012 , par anne
        [retour au début des forums]

      Je suis très émue de lire votre témoignage .... j’y entends tant de souffrances que vous nous invitez à partager avec vous ....c’est généreux et courageux à vous ! Pour cela : merci. Maintenant j’aimerais vous répondre en espérant que vous saurez accueillir mes mots autrement que comme une agression (car ce n’est pas mon intention) ....J’en viens à vous le préciser car à un moment de votre témoignage vous "nous" inviter à ne pas répondre sans quoi vous pourriez "frapper" .... tant la réponse risquerait de vous blesser davantage que vous ne l’êtes j’imagine. Je predns ce pendant mon "droit de réponse" souhaitant plutôt vous apporter mon soutien . Vous avez raison bien entendu sur les violences que vous dénoncez et vous avez raison de les dénoncer .... Ces violences s’installent d’autant plus qu’il ya d’indifférence et d’ignorance ....car cela isole et il est ainsi tellement plus aisé pour les agresseurs d’avilir des personnes de qui le plus grand nombre va se détourner. Continuer votre lutte pour dénoncer ces atrocités ! je vous soutiens de tout mon coeur ! Nous vivons dans une société où règnent tant de violences qu’il est important de divulguer des messages d’amour et dhumanité !!
      D’autre part, à un autre moment vous faites la comparaison avec un enfant qu’on protège plus volontiers de maltraitance ....et vous vous indignez que cela ne soit pas le cas pour une femme adulte ....vous interrogez quant à la notion de libre choix ! Je serais plus nuancée que vous : un enfant est à éduquer pour qu’il apprenne à se protéger ...c’est un "innocent" qui est sous la responsabilité bienveillante des adultes et en l’occurrence de ses parents. Pour ce qui est des adultes "pris au piège" de situations dangereuses pour eux même, il est important de réussir à savoir ce qui a pu laissé la place à cela, à un moment donner de leur histoire personnelle ...mon propos n’est pas de vous répondre : "elles ou ils l’ont bien cherché " .... mais plutôt de vous inviter à vous interroger sur ce qui a fait que vous vous soyez retrouvée prise au piège .... c’est aussi ainsi que vous parviendrez à être délivrée, je le crois .... Je vous le souhaite. Bon chemin à vous ; qu’il soit aussi beau que vous vous l’imaginiez. Anne

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin