| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 8 avril 2012

Politique - Des "effets de toge" pour tromper la population

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Cabinet de Pauline Marois – À quand la parité ?
Les Carnets de Sisyphe - Le Barreau de Montréal a décerné aujourd’hui sa médaille à Me Christiane Pelchat
Carnet de campagne #5 - Aujourd’hui peut-être, un autre événement historique au Québec
Carnet de campagne #4 - Pourquoi Québec solidaire souhaite-t-il un gouvernement minoritaire ?
Carnet de campagne #3 - Carré rouge et caribou, symboles d’un certain sens des valeurs ?
Carnets de campagne #2 - Faire de la politique autrement - Vraiment ?
Carnet de campagne #1 - Des hommes qui parlent beaucoup : Duceppe, Cardin, Barrette, etc.
Conflit étudiant - Quand le député de Sherbrooke voit rouge
Grève étudiante au Québec – Hypocrisie et mensonge
Quand on tolère la violence misogyne pour accommoder l’extrémisme religieux
Le gouvernement Harper : danser sur les tombes
Que faut-il célébrer le 8 mars ?







On le sait, au Québec, nous sommes enclins à nous vanter de notre esprit créateur... À en croire la légende, le Québec compterait une proportion de créateurs et de créatrices en tout genre nettement supérieure à ce que l’on retrouve ailleurs.

On arrive peut-être à cette conclusion en incluant les acteurs et les actrices de la politique et des médias…

Le milieu politique et le monde médiatique ne cessent, en effet, d’engendrer des virtuoses de la diversion, de la manipulation et de la simplification. De plus en plus, l’information et la politique ressemblent à du théâtre. L’image prime le contenu dans un cas comme dans l’autre.

*

Récemment, Richard Martineau avait l’air de s’indigner sur toutes les tribunes que des étudiants puissent boire de la sangria à une terrasse d’Outremont, le cellulaire à la main (preuve que le gouvernement a raison de hausser leurs droits de scolarité ???). L’émission de "plogues" "Tout le monde en parle", complaisante envers ses amis mais parfois féroce envers les autres, lui a donné du temps d’antenne pour soi-disant s’expliquer.

Pourquoi ? En quoi était-il d’intérêt public que M. Martineau s’explique devant plus d’un million de personnes ? Pour donner un bon « show » et servir les cotes d’écoute de TLMP.

D’ailleurs, les « explications » de Richard Martineau n’en étaient pas. Il a continué de détourner l’attention des véritables enjeux de la grève des étudiant-es : gel des droits de scolarité, accessibilité à l’éducation, endettement des étudiant-es et financement des universités.

Des gens comme M. Martineau ne tardent pas, dès qu’on leur tend un micro, à ramener l’attention sur leur petite personne. « Moi, quand j’étais étudiant, j’ai payé ceci et j’ai vécu cela. » Bel exemple du journaliste qui se prend pour sujet de la nouvelle au lieu d’en être messager et critique.

La vie antérieure du chroniqueur intéresse-t-elle beaucoup de gens ? On parle ici des étudiant-es de 2012, de leur avenir et de l’avenir de l’éducation au Québec. Aussi bien dire qu’on parle de l’avenir du Québec, puisque c’est eux et elles qui le feront, cet avenir.

*

Il y a quelques jours, c’était au tour du ministre de la Santé, Yves Bolduc, de faire son petit tour de piste.

Cherchant à démontrer que les personnes âgées sont bien traitées dans les centres d’hébergement, le ministre a confié à l’Assemblée nationale que celles qu’il a rencontrées récemment "appréciaient" flatter un phoque mécanique lors d’activités de divertissement (que la députée Carole Poirier a quelque peu ridiculisées) :

"Je voudrais dénoncer la situation : elle a ri des activités qui se passent dans nos CHSLD", a répliqué Yves Bolduc. Il a vanté les mérites des activités qui servent à « divertir » les personnes âgées. "Je vais vous donner un exemple : cette semaine, je suis allé dans un CHSLD, je suis allé à celui de Saint-Léonard-Saint-Michel. On a vu des gens qui s’occupaient des personnes âgées et, entre autres, elles flattaient un phoque, un phoque mécanique. Et les gens appréciaient", a-t-il dit (dans La Presse , le 4 avril).

Je n’ai pas envie de me moquer de ce genre d’activités : il est vrai que des personnes âgées ont parfois des déficits sensoriels, cognitifs ou affectifs.

Pendant une quinzaine d’années, j’ai visité ma sœur aînée dans un établissement de ce genre. Si j’ai été parfois témoin d’une tendance, chez certains membres du personnel, à infantiliser les résident-es, j’ai été plus souvent témoin des efforts de la majorité pour stimuler et maintenir l’autonomie des résident-es de ces établissements, en dépit de la constante réduction du personnel. Ma foi, s’il faut parfois que le personnel emploie des jouets et d’autres moyens semblables - et que cela aide des patient-es - pourquoi pas ?

Un ministre moins gaffeur aurait su mieux expliquer la situation sans en faire le point central de son intervention à l’Assemblée nationale.

Mais, justement, il ne s’agit pas de cela ! La tirade du ministre était purement et simplement du théâtre pour faire diversion. Du mauvais théâtre d’un piètre acteur.

Pas plus que l’exemple donné par Richard Martineau ne prouve que les étudiant-es ont tort de contester une hausse de 75% des droits de scolarité, l’exemple donné par le ministre Bolduc ne démontre que toutes les personnes âgées sont bien traitées dans les centres d’hébergement au Québec.

Quand le ministre a lancé sa tirade, qui en a déconcerté plusieurs, l’opposition péquiste venait de souligner que, cette année, le gouvernement Charest investira 23 millions de moins dans les soins aux aîné-es que ce qu’avait annoncé le budget Bachand. Le ministre des Finances l’a reconnu sans toutefois expliquer où iraient les fonds détournés.

La protectrice du citoyen croit le savoir. Dans son récent rapport, Raymonde Saint-Germain dénonce "le nivellement vers le bas des heures de services allouées" et les longs délais d’attente. Elle observe que "des fonds dédiés au soutien à domicile sont détournés à d’autres fins, notamment pour revenir à l’équilibre budgétaire."

C’est évidemment de ces faits que le ministre Bolduc a tenté de détourner l’attention en se servant de sa tribune parlementaire.

Le gouvernement du Québec passe son temps à détourner l’attention et à mentir par omission, au sujet des droits de scolarité, de la situation des personnes âgées, et de bien d’autres sujets.

On chercherait un sujet sur lequel il dit la vérité, toute la vérité. La dissimulation et la diversion sont devenues son "modus operandi", pour ainsi dire. Et il n’est pas le seul.

*

La semaine dernière, à Ottawa, le gouvernement conservateur présentait son budget. Il a fait tout un cirque de la disparition éventuelle de la pièce d’un cent. Il fallait tenter de détourner l’attention des compressions arbitraires qu’il impose aux services publics, donc à l’ensemble de la population. Des pertes d’emplois par dizaines de milliers dans la Fonction publique - donc moins de services à la population - , et en plus, des modifications à l’assurance-emploi qui aggraveront la situation financière des personnes en chômage.

Comme l’a affirmé Marcel Côté du groupe SECOR, à l’émission "24 heures en 60 minutes" du 4 avril, ces compressions ne découlent pas d’une décision économique mais d’un choix idéologique : les Conservateurs ont sabré dans les programmes et services qu’ils n’aiment pas.

Par exemple, la culture. Radio-Canada et l’ONF écopent de compressions budgétaires de 10% chacun et devront mettre à pied plusieurs centaines d’employé-es.

Par exemple, l’abolition de l’organisme Droits et démocratie, avec lequel Stephen Harper a été le plus souvent en conflit depuis son élection. Faut-il s’en étonner ? Les droits et la démocratie sont parmi les derniers soucis de ce gouvernement.

On blâmera ensuite la population de se montrer cynique à l’endroit des femmes et des hommes politiques. Un cynisme souvent alimenté tantôt par quelques chroniqueurs "grandes gueules", tantôt par des journalistes complaisants ou au sens critique émoussé.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 avril 2012

Toutes les chroniques des Carnets de Sisyphe 2012 :

  • Politique - Des "effets de toge" pour manipuler l’opinion.
  • Quand on tolère la violence misogyne pour accommoder l’extrémisme religieux.
  • Le gouvernement Harper : danser sur les tombes. 
  • Que faut-il célébrer le 8 mars 2012 ?
  • Les Carnets de Sisyphe 2002-2011.

  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Micheline Carrier
    Sisyphe

    Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Plan-Liens Forum

  • Politique - Des "effets de toge" pour manipuler l’opinion
    (1/1) 5 avril 2012 , par Paul Gagnon





  • Politique - Des "effets de toge" pour manipuler l’opinion
    5 avril 2012 , par Paul Gagnon   [retour au début des forums]

    Je partage votre point de vue sur le spectacle politico-médiatique qui afflige maintenant tous les débats, toutes les questions d’intérêt public. C’est évidemment un héritage de la société communication et de consommation qui est la nôtre. Avec la radio, puis la télévision, accentuée par le phénomène Internet l’information circule plus vite que les neurones…
    Il y a cependant une chose qui m’a agacé. C’est à propose de Richard Martineau et de son « vécu ». Je ne peux m’empêcher de me demander ce que vous en auriez pensé s’il avait partagé votre opinion et l’avait amplifiée en donnant un exemple tiré de son vécu de bonhomme…


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin