| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 10 avril 2012

Exploiter la nudité devient-il un acte "révolutionnaire" si des femmes le posent ?

par Azar Majedi, présidente de l’Organisation pour la Libération des femmes en Iran






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


M. Martineau, vos "jokes de mononc" ne passent plus
Versailles - Viol punitif posthume de la Reine Marie-Antoinette
Insulte à la présidente de l’Assemblée nationale française - Les députés de l’UMP soutiennent le sexisme dans la langue française
Publicité sexiste - Les annonceurs Pulco et Axe modifient leurs films publicitaires
Un lave-auto sexiste pour la charité ! Et le respect des femmes ?
Après la porno chic, la porno crade ?
La publicité nous tire vers le bas. Ça suffit !
Les Chiennes de garde montrent les crocs au « macho de l’année » et aboient contre la publicité la plus sexiste
La Meute des Chiennes de garde dénonce une publicité de Reporters sans frontières
Lancement de la Coalition nationale contre les publicités sexistes (CNCPS)
Publicité sexiste - Vendre son corps au plus offrant
Sexisme de Molson - Le cercle vicieux
Le retour des publicités sexistes
Publicité sexiste destiné aux diplômés des grandes écoles dans le département des Yvelines
Pub d’une association étudiante de l’Université Laval : pur conformisme au sexisme de l’époque
Publicité sexiste - La ministre Christine St-Pierre incite les entreprises à promouvoir des modèles féminins et masculins non sexistes
Belgique - Pour la première fois, une condamnation pour publicité sexiste et injurieuse envers les femmes
La publicité suit la mode "trash"
Publisexisme - Reversa renversante !
La publicité à connotation pornographique
Toujours prêtes ! Mais à quoi ?
La publicité tentaculaire et le sexisme
Le gouvernement français veut sanctionner les propos homophobes, mais pas les propos sexistes
La publicité, un instrument du patriarcat
La publicité sexiste et violente en France







On a publié un calendrier de femmes nues (1) que l’éditeur qualifie de "révolutionnaire". Et nous sommes censé-es croire que cette action est "révolutionnaire" puisque l’éditeur l’affirme !

  • En tant que militante des droits des femmes ;
  • en tant que marxiste et communiste qui lutte pour un monde meilleur, un monde garantissant liberté, égalité et prospérité pour tous les citoyens et les citoyennes, sans distinction de genre, de nationalité, d’appartenance ethnique, et quelles que soient leur langue maternelle, leurs croyances ou la famille dans laquelle ils sont nés ;
  • en tant que femme qui a personnellement fait l’expérience de l’islam et de l’islam politique, et qui a dû fuir les persécutions, je ne vois rien de "révolutionnaire" dans cet acte.

    J’ai donc rédigé un article en persan pour exprimer mon opinion. Alors que j’allais le rédiger en anglais, Maryam Namazie, qui considère ce calendrier comme sa "création", a répondu à ma critique (2). J’exposerai ici mon opinion sur la question et répondrai aux arguments de Maryam sur sa défense de cet acte "révolutionnaire".

    J’ai développé trois arguments clairs pour présenter mon point de vue au sujet de ce calendrier.

    - Les islamistes nationalistes iraniens ont déjà publié leurs commentaires, qui ne sont autres qu’un exposé de leur grossièreté fondée sur une idéologie nationaliste et islamique. J’ai critiqué cette idéologie à de nombreuses reprises, notamment lors de deux entretiens à la radio, en persan, à propos d’Allia Magda Almahdi, qui a publié des clichés d’elle nue afin de protester contre la misogynie et le profond sexisme dominant la société égyptienne, et de Golshifteh Farahani, actrice iranienne, qui s’est montrée nue dans un court-métrage pour la promotion des Césars. Les vidéos de ces deux entretiens sont disponibles sur mon compte YouTube (3).

    - Je respecte inconditionnellement la liberté d’expression. Tout le monde est libre de s’exprimer comme il le souhaite. C’est un droit fondamental pour tous et toutes. Mais critiquer le contenu de cette expression est aussi un droit pour tous et toutes. Je respecte le droit de chaque être humain à la liberté de pensée, de croyance et d’expression. Mais je ne respecte pas nécessairement ce qu’ils expriment ou croient, comme je l’ai indiqué dans un article antérieur (4).

    - Même si l’on considère que les gestes de ces femmes ont brisé un tabou, toute tentative de briser des tabous n’est pas en soi "révolutionnaire" ou progressiste. Par exemple, l’inceste est un tabou que je ne crois ni positif ni progressiste, pour tout être humain, de briser.

    J’ai affirmé que je ne voyais pas beaucoup de différence entre des photos de femmes nues dans des tabloïds, tels que le Sun, et ce calendrier. Le fait que des slogans grandiloquents accompagnent ces photos ne change pas leur essence.

    Maryam m’a répondu en disant : "Ce qu’Azar ne voit pas, c’est que la nudité n’est pas le problème. Le problème se trouve dans la marchandisation et l’objectification du corps de la femme. Considérer le Calendrier Révolutionnaire de femmes, qui montrent leur solidarité avec une jeune femme égyptienne attaquée, comme équivalent à un tabloïd qui vend des corps de femmes déshumanisées pour faire du profit, c’est mal interpréter l’objectif du calendrier et l’action d’Aliaa elle-même. Le Calendrier est un acte posé par des femmes elles-mêmes, qui récupèrent ainsi un outil d’oppression. Azar peut ne pas trouver cela courageux, pourtant la nudité dans ce cas n’est pas aussi facile qu’il y paraît."

    Je vais tenter de disséquer ce paragraphe. Plusieurs concepts pompeux sont lancés qu’il est nécessaire de démystifier.

    - En ce qui concerne la “marchandisation”, j’aimerais demander à Maryam dans quel contexte elle utilise ce concept ? Dans un contexte marxiste ou comme il est utilisé dans le langage quotidien, non seulement par quelques féministes mais aussi par certains Mollahs qui déclarent que les femmes sont devenues des marchandises en Occident ?

    Dans le vocabulaire marxiste, une marchandise est un objet qui a à la fois une valeur d’usage et une valeur d’échange. Le corps de la femme est-il devenu une marchandise ? Je ne le pense pas. Le corps des femmes, tant qu’il n’est pas vendu, n’est pas une marchandise. Mais il semble que Maryam pense autrement. Alors, je me permets de lui demander comment elle compte "dé-marchandiser" le corps des femmes. En prenant des photos de femmes nues et en les vendant pour financer sa cause ? L’acte contredit le but. Si vendre des photos de femmes nues transforme leur corps en marchandise - et elles sont justement en train de vendre leurs photos nues - leur acte est essentiellement le même que celui des tabloïds qui vendent des photos de femmes nues pour augmenter leur profit. Le fait qu’elle déclare que le profit est destiné à la défense du droit des femmes, alors que les tabloïds empochent l’argent, ne change rien au fait que le corps de ces femmes tout comme celui de la femme nue à la page 3 du Sun est devenu marchandise. Pourquoi ? Parce qu’il est échangé contre de l’argent. Le corps nu des femmes sur ce calendrier a acquis une valeur d’échange.

    Maryam déclare que ces photos de femmes nues s’élèvent contre l’islam politique. Il faut pourtant dire que les islamistes ne font pas du corps des femmes une marchandise. Cela est trop « avancé » pour eux. Ils considèrent les femmes comme des esclaves, on est quand même quelques étapes avant l’économie de marché !

    - "Le Calendrier est un acte organisé par les femmes elles-mêmes qui récupèrent ainsi un outil d’oppression."

    Cette déclaration n’est rien d’autre qu’une phrase pompeuse et vide employée pour faire taire les opposant-es. Sous la pression d’une tendance dans le mouvement féministe, le mot "femme" a atteint un degré de sainteté, tout autant que les figures religieuses et les icônes. "Femme" est devenu le dernier mot. Si une femme dit quelque chose, si une femme fait quelque chose, alors cette chose est irréprochable. Et lorsque plusieurs femmes se réunissent pour organiser une action, alors tout le monde doit se taire, sinon on offense la sainte !

    Moi j’ose offenser cette sainteté, comme je l’ai déjà fait souvent dans ma vie. Une action organisée par des femmes ne justifie pas en soi un acte, pas plus qu’elle ne le rend juste ou "révolutionnaire". L’acte doit être jugé pour ses propres mérites.

    Simplement pour clarifier cela, et sans vouloir amalgamer les deux actes, je donne un exemple. Si des femmes organisent la prostitution, cela changerait-il l’essence de la prostitution ? Si une maison close a été créée par des femmes et est gérée par des femmes, cela change-t-il le fait qu’il s’agisse de prostitution organisée ?

    Je me souviens qu’en 1999 Germaine Greer, lors d’une rencontre pour le lancement de son plus récent livre de l’époque, "La Femme entière", déclarait que puisque la mutilation génitale féminine (elle ne l’a pas appelée ainsi, elle a employé le terme de circoncision féminine) était pratiquée sur les filles par des femmes d’une communauté donnée, alors elle était acceptable. Je lui ai tenu tête lors de cette rencontre, j’ai défié cette opinion misogyne arriérée. La foule présente m’a applaudie. Je dis la même chose ici. Je suis à l’écoute de la raison et je suis prête à accepter mes torts si l’on me donne de solides arguments. Mais personne ne m’a jamais fait taire en me jetant au visage des phrases prétentieuses et démagogiques. J’ai appris à être forte grâce à mes longues et dures batailles contre le régime islamique, l’islam politique et l’idéologie misogyne.

    - "Récupérer un outil d’oppression".

    Cette phrase en particulier est grotesque et complètement vide d’un quelconque contenu véritable. Comment donc, vous et ces femmes qui ont créé une vidéo de leur nudité, avez-vous récupéré un outil d’oppression ? Pouvez-vous essayer de me l’expliquer ? On déclare que le corps des femmes est devenu un outil d’oppression des femmes. Comment ? Apparemment parce que certains les utilisent dans la pornographie, certains les utilisent pour vendre des marchandises, d’autres les utilisent pour procurer de la joie, et d’autres les voilent. Donc nous, femmes, nous prenons des photos de nous nues et nous les vendons pour combattre l’oppression des femmes. N’est-ce pas votre raisonnement ? Je suis désolée, je n’y crois pas. Et je n’achète ni ce calendrier ni les tabloïdes.

    À mon avis, vous avez été manipulées par ceux que vous affirmez combattre. Vous avez employé leurs méthodes pour réclamer votre "émancipation". Cela est dénué de sens. Ce n’est que pure démagogie.

    Maryam affirme que "les tabloïds vendent des corps de femmes déshumanisées". Comment décide-t-on que ces femmes, dont les photos nues sont publiées dans les tabloïds, sont déshumanisées tandis que les femmes dans le calendrier sont émancipées ? Quel est le fondement d’un tel jugement ? Une suggestion ? NON. Tout cela n’est qu’arbitraire. "Je dis cela, et je suis une femme, donc c’est juste." Il n’y a pas d’argument. Puis-je demander si vous diriez encore que ces femmes sont déshumanisées advenant que la rédaction du tabloïd ait été constituée uniquement de femmes et si les photographes avaient été également des femmes ? Cela ne serait-il pas considéré à vos yeux comme une action organisée par des femmes, et par conséquent, "révolutionnaire" et émancipatrice ?

    Maryam déclare plus loin que son action est un acte de solidarité internationale. Pourquoi ? Parce qu’elle a pris une photo d’elle nue et l’a publiée, tout comme Allia Magda Almahdi l’a fait en Egypte. Je ne savais pas que la solidarité internationale signifiait faire exactement ce qu’a fait un contestataire ailleurs, dans des circonstances complètement différentes. L’acte de défi d’Allia en Egypte est complètement différent. Prendre des photos nues et les publier est depuis longtemps permis en Occident et n’attire ni persécution, ni menaces de mort. En réalité, en copiant son geste de cette manière, on trivialise l’action d’Allia.

    Beaucoup de travailleurs dans le monde sont exploités, des millions le sont dans les pires conditions de déshumanisation. Êtes-vous prête à travailler dans les mêmes conditions pour montrer votre solidarité ? Beaucoup de jeunes femmes sont tuées ou handicapées à cause de leurs conditions de travail. Êtes-vous prête à vous exposer aux mêmes conditions ? Beaucoup de contestataires s’immolent par le feu, comme Ben Zaid l’a fait en Tunisie. Êtes-vous prête à faire de même par solidarité ? Beaucoup de contestataires font des grèves de la faim, tous les militants et militantes qui soutiennent leur cause devraient-ils faire de même ?

    Vous répondriez immédiatement "non". Vous considéreriez que c’est de la folie. Alors, pourquoi publier une photo nue de vous-même serait-il quelque chose de différent ? C’est plus facile. C’est de la bonne propagande. Cela pourrait vous amener à la télévision nationale, ou à être mentionnée dans un grand média. C’est la raison pour laquelle vous avez posé cet acte. Je me demande si vous vous retiendrez de qualifier cet acte de misogyne si un homme en était l’auteur.

    Notes

    1. "Égypte - Le calendrier nu des féministes du monde entier". Aussi :
    Le blogue de Maryam Namazie.
    2. Site de Maryam Namazie.
    3. Azar Majedi sur YouTube.
    4. "Wilders Has a Right to Express Appalling Views".

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 avril 2012


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Azar Majedi, présidente de l’Organisation pour la Libération des femmes en Iran

    Née en Iran, Azar Majedi étudiait la littérature au Canada lorsque commença la révolution de 1978 contre le régime du Shah. Revenue à Téhéran, elle s’engage dans la défense des droits des femmes et milite à l’Union des combattants communistes. Lors de la vague de répression de 1982, menée par le régime islamique, elle se réfugie, avec son mari Mansoor Hekmat, dans la « zone libérée » contrôlée par Komala au Kurdistan. Elle participe à la fondation du Parti communiste d’Iran et devient responsable de la radio clandestine de celui-ci. En 1984, elle quitte l’Iran pour la Suède et le Danemark. En 1991, elle prend part à la fondation du Parti communiste-ouvrier d’Iran, dont restera membre du bureau politique jusqu’en 2004, avant de devenir l’une des dirigeantes du Parti d’unité communiste-ouvrière. Elle est également présidente de l’Organisation pour la Libération des femmes en Iran (Azadizan). Site personnel : www.azarmajedi.com/.



    Plan-Liens Forum

  • Exploiter la nudité devient-il un acte "révolutionnaire" parce que des femmes le posent ?
    (1/2) 12 avril 2012 , par Sisyphe

  • Exploiter la nudité devient-il un acte "révolutionnaire" parce que des femmes le posent ?
    (2/2) 11 avril 2012 , par Laili Panahi





  • Exploiter la nudité devient-il un acte "révolutionnaire" parce que des femmes le posent ?
    12 avril 2012 , par Sisyphe   [retour au début des forums]

    Voici un article dont les arguments ressemblent à ceux de l’auteure : De DSK à "L’Apollonide" : la marchandisation du corps des femmes. L’auteure commente la récupération de la marchandisation du corps des femmes sous le (faux) prétexte de susciter un débat sur l’égalité des sexes. On fait "circuler le mythe de la femme comme marchandise", on banalise la marchandisation du corps.

    « Contrairement à ce qu’affirment certains protagonistes de ces fictions qui pensent "en profiter pour parler de féminisme", l’audace d’un débat critique en faveur de l’inégalité des rapports hommes et femmes est la plupart du temps évacuée, la soumission de la femme et même sa mutilation étant consacrées. »

    « Suffit-il de médiatiser une transgression pour obliger les différents acteurs de la société à se positionner et donc à réaffirmer un certain nombre de valeurs telle que notamment l’égalité des sexes ? »

    « Ainsi la force du mythe ne serait-il pas de maintenir une représentation avilissante de la femme en prétextant la finalité d’une parole féministe ? »

    Exploiter la nudité devient-il un acte "révolutionnaire" parce que des femmes le posent ?
    11 avril 2012 , par Laili Panahi   [retour au début des forums]

    Voici la réponse à l’attaque de Azar Majedi contre le calendrier et une vidéo de soutien intitulée « Idiotie stupide ou révolutionnaire : Pour défendre la protestation nue ».

    Idiotie stupide ou révolutionnaire : Pour défendre la protestation nue

    26 mars 2012-03-29 Maryam Namazie

    Azar Majedi de l’Organisation de libération des femmes – Iran a attaqué le Calendrier révolutionnaire de photos de nues et la vidéo de soutien de femmes iraniennes comme similaire à des tabloïdes (notamment la p.3 du Sun), « une idiotie stupide » et une « bouffonnerie » et la nudité de Golshifteh Farahani comme « commerciale » tout en soutenant la nudité de la bloggeuse égyptienne Aliaa Magda Elmahdy. Dans ses attaques en perse et en anglais, elle a caractérisé le calendrier et la vidéo qui le soutient comme « d’absurdes caricatures » de la nudité de Aliaa.

    Son attaque est un chef-d’œuvre de malhonnêteté, d’hypocrisie et de politique régressive. Je m’explique :

    Alors que les Islamistes décrivent souvent leur politique ignoble comme un remède contre l’avilissement des femmes dans les sociétés occidentales (i.e contre la p.3 du Sun).leur image des femmes est très semblable à l’image pornographique. Il est ironique que les arguments de Azar contre le calendrier révèle un dédain profond pour la nudité féminine pas très différent des tabloïdes et enraciné dans le point de vue religieux/ islamiste auquel elle prétend s’opposer.

    Son accusation que « nous jouons dans le jeu de ceux (les sexistes) que nous prétendons combattre est semblable de manière inquiétante aux accusations que la nudité de Aliaa joue le jeu des Islamistes.

    Clairement quand on est confronté à un mouvement islamique qui considère que vous valez la moitié d’un homme et qui exige que vous soyez ligotée, bâillonnée, voilée et séparée, alors la nudité devient une forme de résistance importante et dissidente ainsi qu’une solidarité.

    La nudité est l’antithèse de se couvrir. Ce n’est évidemment pas le seul moyen pour résister à l’islamisme et au voile mais c’est un moyen très moderne de le faire. Les Islamistes nous veulent entièrement couvertes, cachées, pas vues ni entendues : nous refusons de nous y soumettre.

    Mais la nudité n’est pas simplement une protestation contre l’Islamisme et la misogynie religieuse. C’est fondamentalement une protestation contre la discrimination, la marchandisation des femmes et contre la culture religieuse et machiste qui est bâtie dessus – qui est la raison de sa croissance et a fait partie du mouvement de libération des femmes pendant un certain temps.

    La marchandisation repose sur une image d’objet qui est séparée de la réalité des corps, des esprits et des vies des femmes. Cette image est utilisée pour réguler, contrôler et supprimer. Et c’est cela que la religion et la pornographie partagent, bien que sous des formes différentes. La réalité et la franchise des corps des femmes comme forme de protestation les défient et les dérangent toutes les deux.

    Malgré sa signification, Azar insiste que le calendrier n’est pas révolutionnaire. Alors que le calendrier a employé le même mot clé que Aliaa pour twitter sa photo nue, c’est aussi en soi un acte révolutionnaire – pas simplement parce que des femmes sont impliquées bien que ce fait soit la clé. C’est révolutionnaire parce cela conteste la vision religieuse/pornographique du corps des femmes et réforme un outil utilisé pour la suppression des femmes. La nudité choque et indigne à cause de ce défi même.

    C’est briser un tabou dans le sens le plus progressiste du mot puisque le progrès survient souvent comme le résultat d’offenses profondes et de visions et de sensibilités misogynes. Ce qui rend la nudité radicale et progressiste est aussi qu’elle apporte une réponse réalisable.

    Azar dit que la nudité sert si elle est faite dans un endroit comme l’Egypte, où les menaces sont réelles, et le machisme profondément enraciné alors qu’elle sait fort bien qu’on n’a pas besoin de vivre au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour être confrontées aux menaces islamistes et que la phallocratie et la marchandisation des femmes sont profondément ancrées partout. Même dans la majorité des pays occidentaux, les femmes ne peuvent toujours pas apparaître les seins nus sur les plages ou les parcs, comme les hommes. Nourrir au sein est considéré comme tabou dans beaucoup d’endroits. Ceci donne une signification universelle à la protestation par le nu Et menaces ou non, en Egypte ou en occident, le but de la solidarité internationale n’est-il pas de rapprocher les gens malgré leurs différences ?

    Azar banalise des actes de solidarité comme elle banalise la nudité. Occupy Wall Street adopte le contenu et la forme de la Place Tahrir, alors pourquoi pas les protestations nues ?

    En fait, le matériel de base des protestations incluant la nudité, sont similaires.

    Dans sa critique, Azar compare la nudité avec la grève de la faim ou l’auto-immolation pour montrer la solidarité avec des protestataires qui font le grève de la faim ou s’auto-immolent. Mais les grèves de la faim et l’auto-immolation sont des formes négatives de protestation, ce que la nudité n’est pas.

    Azar ne voit pas l’importance des protestations nues qui combattent une discrimination profondément ancrée contre les femmes parce que pour commencer elle ne voit pas la discrimination profondément enracinée. Et comme les tabloïdes et les Islamistes, notre amie « vétérane » a un tel dédain pour la nudité qu’elle n’arrive pas à comprendre à quel point elle est profondément humanisante, révolutionnaire et briseuse de tabous…

    For more information : http://freethoughtblogs.com/maryamnamazie/nude-calendar/


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin