| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 3 septembre 2012


Élections Québec 2012
Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La parité hommes-femmes en politique, une question de démocratie et de justice
Élection Québec 2014 - Je ne tairai pas ma colère
Sommet sur l’enseignement supérieur au Québec - Y aller ou ne pas y aller ?
Lise Payette - Poursuivre sa route avec une farouche indépendance d’esprit
"Un Québec pour tous" (et pour toutes...) - Discours inaugural de la première ministre du Québec à l’Assemblée nationale
Journée historique pour les femmes du Québec : entre fierté et consternation
Voter vrai
"La Marois" pour qui je vote
Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
Où sont les femmes dans le débat ?
Québec 2012 - Lettre ouverte d’Andrée Ferretti à Pauline Marois
Pauline Marois : l’étoffe d’un premier ministre ?
La remarquable campagne de Pauline Marois
Les Libéraux et l’angoisse de la défaite
Mentir : l’arme corrosive du pouvoir libéral, aujourd’hui comme en octobre 1970
Derrière l’arrestation et la détention de Yalda Machouf-Khadir
Grève étudiante - Les origines d’une rébellion printanière
Honte à vous, Jean Charest
Conflit étudiant - De l’argent pour les étudiantEs … et les autres !
L’"entente" entre le gouvernement et les étudiantEs - Quelle supercherie !
L’égalité hommes-femmes dans la représentation : un objectif collectif
Deuxième Rendez-vous mensuel de la démocratie : "Le taux de participation sous des modes de scrutin proportionnels"
Nous unir et soutenir Pauline Marois pour réaliser l’indépendance du Québec
Les membres du Parti québécois peuvent agir pour que leur parti mérite à nouveau sa réputation démocratique
Encore du chemin à parcourir au Québec pour une pleine participation des femmes à la société
Pas de religion dans les garderies du Québec à compter de juin 2011
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle demande à l’ADQ et à QS d’exiger une réforme électorale complète
La meute est lâchée
Recrutement militaire dans les écoles – Le recul de la FFQ injustifié
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - Il faut des amendements
Les membres du Parti libéral du Québec peuvent compléter la réforme du mode de scrutin
Les membres du Parti québécois doivent préserver l’héritage de René Lévesque
Projet de loi 94 sur les accommodements raisonnables - L’arbre qui cache la forêt (bis)
Le "old boys network" toujours actif - Une commission à reculons
Égalité - Il est temps de joindre le geste à la parole !
Encore une fois, de nombreuses voix réclament un nouveau mode de scrutin
Pour une représentation équitable des femmes et des hommes en politique - Mémoire du Conseil du statut de la femme sur le projet de loi no 78
14 semaines pour s’engager à améliorer la représentation des femmes dans la députation
Les intérêts de Lucien Bouchard
L’égalité durable - Mémoire déposé à la Commission parlementaire relative à la loi électorale
Urgence démocratique - Il ne reste que 26 semaines pour une réforme du mode de scrutin
Réforme du mode de scrutin - Un consensus citoyen écarté au profit de voix influentes
Ne nous résignons pas à l’idée de subir une démocratie déficiente
Mouvement pour une démocratie nouvelle au Forum social québécois
Islamisme au Canada - "Gardiennes de l’Identité" …non, plutôt gardiennes de l’égalité 
Un budget n’est jamais neutre !
De l’importance des quotas dans les conseils d’administration : réponse à Stephen Jarislowsky
Réforme du mode de scrutin : ne ratons pas les prochaines élections
Le Collectif pour un Québec sans pauvreté inquiet des hausses de tarifs annoncées dans le budget du Québec
Investissons les lieux de pouvoir
Budget du gouvernement du Québec - Le Conseil du statut de la femme énonce ses attentes
"L’équité salariale devient un droit acquis au Québec" - Christiane Pelchat, présidente du CSF
Travailleuses de services de garde et de soins de santé. Résumé du jugement de la Cour supérieure du Québec blâmant le gouvernement
Jean Charest et Pauline Marois : les personnalités politiques les plus utiles à l’égalité des femmes en 2008
PPP - Une dernière occasion d’en parler avant longtemps
La parité au Conseil des ministres : une injustice faite aux hommes ??!!
La parité, un concept aussi important que la territorialité
Des distorsions et des iniquités dues au mode de scrutin
Le 8 décembre, votons contre l’indifférence à la pauvreté
Le Directeur général des élections appelle les Québécois et les Québécoises à exercer leur droit de vote
Le Mouvement pour une démocratie nouvelle interpelle les partis politiques sur la réforme du mode de scrutin
Les promesses de Jean Charest : une insulte pour les jeunes professionnelles en soins
La Cour supérieure du Québec donne raison à 25 000 travailleuses de la santé et des services de garde dont le gouvernement avait suspendu les droits
"La diversité : une valeur ajoutée". Politique gouvernementale pour favoriser la participation de tous (et de toutes*) à l’essor du Québec
Stratégie gouvernementale d’intégration des personnes immigrantes - Il reste beaucoup à faire, dit la FFQ
Le Parti québécois dépose un projet de loi pour l’accès des enfants à leur pleine pension alimentaire
Tous les votes doivent être égaux, quel que soit le lieu où ils s’exercent et quel que soit le parti choisi
Les organismes communautaires du Québec exigent une rétractation du journal "La Presse"
Pensions alimentaires : Québec pige dans les poches des enfants !
Cocorico de mâles péquistes
Le gouvernement n’a plus aucune raison de priver le Québec d’un mode de scrutin véritablement proportionnel
Québec détourne 46,5 millions par année destinés aux enfants les plus pauvres !
Des dizaines de personnalités appellent à se mobiliser pour la défense d’un système public, accessible et de qualité au Québec
Groupe de travail Castonguay : des groupes de femmes réclament un débat public d’urgence
Boisclair parti, le Parti québécois toujours en quête d’un "sauveur"
Parti québécois - Marois ou Duceppe
Scrutin proportionnel - Dumont et l’ADQ respecteront-ils leur engagement ?
Pour en finir avec le mode de scrutin - Lancement d’une campagne
Le véritable changement viendra lorsque les résultats électoraux seront proportionnels
Élections Québec 2007 - Un véritable séisme, par Michel David, "Le Devoir"
Élection au Québec lundi 26 mars
Élections Québec 2007 - Voter progressiste, c’est voter solidaire
Services de garde - Pourquoi ne pas laisser payer les riches ?
Dossier Élections Québec 2007
La mondialisation menace-t-elle notre culture ? Forum de l’INM
Moi aussi, ma décision est prise
Une politique industrielle au détriment d’une réelle politique du médicament
Politique Québec : dossier principal
Les femmes dérangent
La Loi 57 : la hargne de l’État contre les pauvres
Conséquent ?
Prestation clownesque
Revendications des femmes pour l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le PQ, un parti à deux étages
Lettre ouverte à André Boisclair - Pourquoi je voterai libéral
Colloque "Des partis et des femmes", les 20 et 21 octobre à Québec
L’élection d’André Boisclair : une élection complimentaire
L’argent plus tôt que prévu en éducation... les élections aussi
Il faut s’attaquer aux mœurs politiques
Projet de réforme du mode de scrutin : un premier bilan
Femmes et élections : de la pluralité des analyses des modes de scrutin
Réforme électorale - Le Conseil du statut de la femme erre complètement !
En prônant le statu quo, le Conseil du statut de la femme fait fi des véritables enjeux pour les femmes
Louise Harel s’oppose à l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec
La Commission spéciale sur la loi électorale : consultations pour la révision du mode de scrutin au Québec
Le gouvernement du Québec doit faire mieux que dans son avant-projet de loi
Manifeste pour un Québec solidaire
Le Groupe Femmes, Politique et Démocratie reçoit le prestigieux "Prix Condorcet-Aron" du Centre de recherche et d’étude politique de Belgique
L’incohérence de Québec dans les services aux familles sème l’inquiétude
Revendications des mères étudiantes et des ménages étudiants du Québec
Une nouvelle ministre de la Condition féminine à Québec
Comment fabriquer un problème
C’est assez !
Prioriser la proportionnelle pour garantir enfin la pleine citoyenneté des femmes
Les travailleuses des services de garde expriment leur colère
Apolitiques, les jeunes femmes ?
Mettre le féminisme au coeur du politique
Les femmes ont besoin du régime des rentes du Québec
« À bâbord » se penche sur la "réingénierie" de Charest
Un budget équitable au service d’un Québec d’abord solidaire
Appui à la Coalition Solidarité Santé contre le projet de loi 25 à Québec
Le cabinet Charest marque un recul pour les femmes
Des femmes exigent leur place dans les institutions démocratiques au Québec
Au Québec, une consultation bidon sur la pauvreté







    "Après tout, s’il n’y a plus de vaisseau amiral de la souveraineté, mais plutôt une flottille et que Québec solidaire en fait très sérieusement partie, j’en serai ravie." (Françoise David, Le Devoir, 25 août 2012)

Pendant toute la campagne électorale, les médias ont proposé à la population de l’aider à faire son choix en vue du scrutin qui se déroulera le 4 septembre au Québec.

Je me demande parfois s’ils ne l’ont pas mêlée plus qu’éclairée.

La boussole électorale, dont on croirait à entendre Radio-Canada, qu’elle est la 8e merveille du monde, en a diverti plusieurs et désorienté d’autres. J’ai fait l’exercice à plusieurs étapes de la campagne, et pas une seule fois la boussole ne m’a mentionné le parti pour lequel j’ai choisi de voter. Peut-être faut-il s’interroger sur la véritable utilité de cet outil de surveillance de l’opinion.

En me basant sur son programme, son équipe, sa cheffe et la conjoncture, j’ai choisi de suivre le “vaisseau amiral” de la capitaine Marois de préférence à la "flottille" proposée par d’autres formations politiques. Le Parti québécois me semble le seul en mesure d’affronter les paquebots des adversaires qui se présentent en rang serré sur la mer agitée du Québec de 2012. Cela n’enlève rien au mérite de la “flottille” qui a fait évoluer le débat politique depuis quelques années.

Je ne suis membre d’aucun parti. Je n’ai pas toujours voté pour le Parti québécois et je ne m’engage pas à voter pour lui le reste de mes jours. J’aurais aimé voir quelques ajouts à son programme, par exemple, la réforme du mode de scrutin. Toutefois, dans l’ensemble, ce programme rejoint suffisamment mes préoccupations et mes attentes de citoyenne pour que je lui accorde un appui sans équivoque.

C’est un programme réaliste. Il se fonde sur l’équité envers les citoyens et les citoyennes de toutes couches sociales et de toutes générations. Il propose de réduire les iniquités en faisant contribuer davantage à l’effort collectif ceux et celles qui en ont les moyens, et d’aider davantage ceux et celles dont les revenus sont faibles ou plus modestes. (Exemple, en abolissant la "taxe santé").

Le Parti québécois me semble aussi le plus apte à protéger le bien collectif en réévaluant les redevances perçues sur l’exploitation des ressources naturelles, et en soutenant les petites entreprises, ce qui contribuera à enrichir toute la population du Québec et à subventionner les services sans accroître indûment la dette publique.

La charte de la laïcité, que le PQ propose depuis quelques années, rencontre mes attentes. Je compte sur la future députée Djemila Benhabib pour faire cheminer ses collègues quant à la place du crucifix à l’Assemblée nationale. Il en est ainsi du projet de charte de la citoyenneté qui, loin d’exclure, pourrait faciliter l’intégration des personnes qui choisissent de venir vivre au Québec.

Le Parti québécois me semble aussi le mieux préparé à défendre la langue française et l’égalité des sexes, deux valeurs québécoises fondamentales, se plaît-on à répéter de tous côtés, mais qu’on malmène pourtant.

Outre les mesures qui touchent l’ensemble de la collectivité, les femmes sont concernées de façon plus particulière par la promesse du PQ d’améliorer les services de garde, la conciliation travail-famille, les soins à domicile et aux personnes âgées dans les établissements publics (les femmes sont plus nombreuses parmi les “aidants naturels” et leur espérance de vie est plus longue que celle des hommes), l’équité salariale ; de créer un État véritablement laïque (elles sont les premières à faire les frais des accommodements pour motifs de religion).

Sur la question nationale, on a mis en doute l’intention de Mme Marois de tenir un référendum sur la souveraineté au cours du prochain mandat du PQ. J’ai compris qu’elle voulait respecter la volonté de la population, quant au moment de tenir cette consultation, ce qui me semble une attitude démocratique.

Le Parti québécois a rassemblé une équipe exceptionnelle. Des personnes intègres et responsables, qui ont fait leurs preuves dans leur domaine respectif. Je ne doute pas qu’elles fassent tout pour mettre fin à la corruption et préservent le système de santé public des prédateurs de toutes tendances. Les différents groupes d’âge se retrouvent aussi au sein de cette équipe. J’aurais aimé y trouver plus de femmes, mais étant donné le sort qui leur est fait en politique - et la présente campagne en témoigne à nouveau -, l’hésitation de plusieurs est compréhensible.

Toutefois, la “fibre féministe” est suffisamment forte au sein de l’équipe péquiste pour qu’on lui fasse confiance. Je suis sûre que cette équipe saura servir à la fois les intérêts généraux de toute la population et les intérêts spécifiques des femmes dans un esprit d’égalité et de justice.

Quant à la capitaine du "vaisseau amiral", je ne cache pas l’admiration qu’elle m’inspire. Pauline Marois "a fait toutes les guerres" et elle en est sortie grandie, plus convaincue et plus forte. Comme plusieurs, je crois que Pauline Marois est la plus compétente des prétendants au poste de premier ministre. Elle a une expérience inégalée dans les affaires de l’État. Elle a dirigé une quinzaine de ministères, dont les Finances, le Revenu, le Conseil du trésor, la Santé et l’Éducation. En énumérant le parcours de Mme Marois, Jean Charest avait dit, à l’Assemblée nationale, en 2006 : « Un jour, sait-on jamais, un homme en fera autant. Permettez-moi d’en douter. »* Un doute prophétique…

Pauline Marois a démontré qu’elle était capable de travailler en collégialité et de tenir fermement la barre dans les tempêtes. Qualité rare chez une personne politique : elle est capable d’admettre ses erreurs ou maladresses. Ça nous change de certains prétendants qui parlent comme s’ils étaient des modèles de perfection et que le doute ne les habitait jamais.

Pauline Marois a été à l’origine des garderies à 7$, un programme qui fait l’envie à l’extérieur du Québec, et du changement constitutionnel qui a permis de définir les écoles sur une base linguistique plutôt que confessionnelle. Le “printemps québécois” aurait connu une issue différente, selon moi, si elle avait été l’interlocutrice du mouvement étudiant. Le PQ me semble le seul capable de donner suite aux espoirs que ce mouvement a suscité dans la population et de résoudre les problèmes qu’il a soulevés. Car il s’est mis à l’écoute des jeunes au lieu de les considérer comme des fainéants ou des terroristes.

Finalement, la conjoncture. Le 4 septembre, le parti qui a exercé le pouvoir pendant 9 ans risque d’être remplacé par du pareil au même, sinon par pire, à moins que les forces ne s’unissent derrière le seul parti progressiste qui peut accéder au pouvoir. Je suggère aux personnes dont le choix n’est pas déjà arrêté de prendre ce facteur en considération le jour du scrutin et d’aider le Parti québécois à former un gouvernement majoritaire.

Je serais hypocrite, « vieille féministe » que je suis, si je prétendais ne pas me réjouir de l’élection d’une première femme Première ministre du Québec.

J’éprouverai une grande fièreté que Pauline Marois soit la femme qui écrive cette page d’histoire. Elle le mérite plus que toute autre.

Crédit de la photo : jvote.ca

- Prenez 5 minutes pour entendre Jean-François Lisée parler de Pauline Marois ici.

Note

* À l’Assemblée nationale en 2006, Jean Charest encense Pauline Marois qui démissionne après qu’André Boisclair ait été choisi chef du Parti québécois. Voir sur Youtube.

Lectures suggérées :

- Le Devoir, Collectif d’hommes Élections - Faisons éclater le « plafond de verre »
- l’aut’journal, Québec solidaire : Le bien commun sacrifié sur l’autel des intérêts partisans
-  Élections 2012 - Le NMQ appelle à choisir le projet de pays avant la partisanerie
- La Presse, Comme une seule femme
- La Presse - Pauline Marois : l’humilité de la survivante

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 août 2012

Lire aussi :

"La Marois" pour qui je vote, par Michèle Bourgon


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
    (1/3) 3 septembre 2012 , par Sisyphe

  • Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
    (2/3) 3 septembre 2012 , par AGIR et DIRE pour une société égalitaire

  • Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
    (3/3) 29 août 2012 , par Internaute





  • Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
    3 septembre 2012 , par Sisyphe   [retour au début des forums]

    Un vote historique

    À lire certains propos dans les réseaux sociaux, on croirait que certain-es sont dérangé-es par le fait que Pauline Marois soit une femme. Elle s’appellerait Paul et on ne lirait pas autant de mépris. Derrière les propos qui m’interpellent à savoir si j’appuie le PQ parce qu’il est dirigé par une femme ; derrière toutes celles (oui, surtout celles et non ceux) qui disent "je ne voterai certainement pas pour une femme parce que c’est une femme’, et qui ajoute plus loin "La" Marois ne gagnera pas", j’entends "ça m’agace ou je suis mal à l’aise qu’une femme soit allée si loin".

    Je pense que les reliquats de la misogynie, que des femmes ont aussi intégrés par manque de confiance en elles, ressortent dans des moments cruciaux, par exemple, dans cette campagne électorale historique pour le Québec. Ici encore, je me ferai reprocher de voter aveuglément pour une femme en disant la vérité : cette campagne électorale est historique parce que pour la première fois au Québec une femme dirige l’un des partis en lice. Elle est historique parce qu’une femme a la possibilité d’être élue première ministre. Plutôt de s’indigner qu’on le mentionne et d’en ê^tre mal à l’aise, il faudrait clamer haut et fort sa fierté. Se souvient-on pendant combien d’années les Québécoises ont réclamé le droit de vote ? Elles l’ont obtenu après les autres citoyennes du Canada en 1940. 72 ans plus tard, qu’une femme devienne première ministre, il y a de quoi se réjouir, pas de s’autoflageller en craignant qu’on nous accuse de sexisme parce qu’on appuie un parti dirigé par une femme. Il ne s’agit pas de n’importe quel femme, mais d’une femme qui a fait ses preuves, qui est intègre et qui pense aux citoyens-nes, jeunes ou vieux, en termes d’être humains qui ont des besoins, des attentes, des convictions, des rêves, des idéaux.

    Avons-nous parfois entendu des hommes se tourmenter à l’idée d’élire des hommes en grand nombre (disproportionné, à certaines étapes de notre histoire), parfois des hommes parfaitement incompétents, et se sentir mal à l’aise de se soutenir entre eux, de s’aider à obtenir ou à garder le pouvoir ?

    Si le Parti québécois est élu le 4 septembre, ce sera l’événement politique le plus important pour les femmes du Québec depuis qu’elles ont obtenu le droit de vote. Et nous devrions être gênées de le dire parce qu’on pourrait nous reprocher de parti-pris pour une femme ?

    Moi, j’en serai fière et je ne m’en cacherai pas même si cela heurte des susceptibilités.

    Micheline Carrier

    Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
    3 septembre 2012 , par AGIR et DIRE pour une société égalitaire   [retour au début des forums]

    La boussole : choisir entre l’ordre social et le droit de manifester..... Rien à ajouter...

    Sur le "vaisseau amiral" de la capitaine Marois
    29 août 2012 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Je partage entièrement votre analyse, madame Carrier, et le choix qui en découle.
    Avec l’expression de ma profonde reconnaissance pour cette expression magistrale de la pensée et de l’espoir de centaines de milliers de Québécoises et de Québécois assoiffés de justice et de liberté.
    Andrée Ferretti.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin