| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 14 septembre 2012

Prostitution - J’ai le cœur qui désespère

par Rebecca Mott, survivante et écrivaine






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - Silence et tapage : la limite des mots
Je célébrerai la Journée internationale des femmes quand…
Chanson pour mon âme guerrière
En studio avec Ruth – Interview de Rebecca Mott, femme rescapée de la prostitution et abolitionniste
Prostitution et viol de mineures - Pas le droit d’être trop jeune
Le "travail du sexe" est une arnaque
Prostitution - Un tissu de mensonges répandus à souhait
La pornographie ? Parlons-en
Prostitution – Le viol comme routine et le traumatisme comme fosse
Prostitution - Nos corps et nos esprits sont lourds de l’indicible
Les bons prostitueurs, ça n’existe pas
Le véritable danger du proxénétisme tient à la légitimité qu’il a acquise
Prostitution - Votre sollicitude nous tue, levez le huis clos
Prostitution - Être transformée en poupée porno
Prostitution - Mes années perdues
Prostitution - Un déni facile à comprendre
Prostitution - Méthodes de l’esprit proxénète
Prostitution - Écrire de l’intérieur et nommer l’ennui
Prostitution - Des mots qui désignent la réalité des femmes prostituées
Prostitution - Se faire manipuler, le quotidien des femmes prostituées
Prostitution - Quand s’exprimer est dangereux
La crainte d’une voix distincte, celle des survivantes de la prostitution
Prostitution - Je dois me vider le coeur
Prostitution - Je rêve de tout cœur
De nouveaux mythes dangereux entourant la prostitution
Pornographie – La toile blanche
Prostitution - Confiance brisée
Prostitution - Je me suis absentée
Manif Reprendre la nuit - Un malaise dans l’âme
Prostitution - Faut-il se contenter de réduire les méfaits ?
Pendant que vous défilez, nous, on se noie !
Prostitution et viol - Dommages collatéraux
La Journée internationale de non-prostitution le 5 octobre
Prostitution - Vivre avec la mort
Prostitution et déni – Le mythe de la prostituée heureuse
La porno m’a façonnée
Aussi longtemps que les "Slutwalks" définiront la prostitution comme un travail, nous ne voulons rien avoir affaire avec ces défilés
Pourquoi je ne participerai pas à la ‘Slutwalk’ - L’ultime "salope"
Prostitution - Ce que vous ne voulez pas savoir existe tout de même
Prostitution - Du sang dans la pièce
Mes craintes face aux pressions pour dissimuler la prostitution derrière des portes closes







J’ai commencé à revenir à la vie, je sais que c’est une bonne chose. Mais j’écris aujourd’hui ma confusion, ma douleur et mon désespoir de ne comprendre toujours pas ce que c’est d’être en vie, au-delà de jouer un rôle.

Je vais écrire en arrière-plan de mon esprit, je vais essayer d’en extirper les choses qui me font peur, qui me bloquent, qui me font encore me demander si je ne suis encore rien d’autre qu’un objet trouvant des façons de plaire aux autres.

Je ne sais pas comment être humaine – ce n’est pas un énoncé philosophique, ce n’est pas dit pour m’attirer de la pitié ou de la sympathie – c’est dit parce que l’industrie du sexe a fait de moi un être sous-humain, un simple produit de consommation.

Je peux mimer les être humains et trouver des façons de m’intégrer aux humains, mais en dessous, secrètement, il y a qu’un vide profond.

Je suis comme une machine en attente d’instructions, je suis éteinte quand je suis seule, quand je ne travaille pas ou ne parle pas.

J’ai besoin d’un public pour mettre fin à ma torpeur.

J’apprends que je n’ai pas à plaire.

Devoir plaire pour rester en sécurité.

Devoir plaire pour éviter le danger.

Devoir plaire pour être vue.

Devoir plaire pour rester invisible.

Devoir plaire en parlant leur langue.

Devoir plaire en inventant des vérités sur moi-même.

Le rôle de la prostituée est de plaire sans réfléchir, de plaire sans émotions, de plaire sans connaître un passé, de plaire sans éprouver de douleur.

La prostituée n’est jamais réelle comme être humain, elle ne peut jamais avoir le droit de ressentir, d’avoir des rêves, de connaître un passé ou un avenir.

Les choses qui font d’une personne un être humain sont volées à la prostituée.

Comment survivre à l’abri d’un désespoir qui semble ne jamais finir ?

Comment rester un être humain quand on est torturée sexuellement tant de fois que cela devient votre routine ?

Comment rester un être humain quand on vous met sous la peau chaque mot, concept et idéal misogyne au point où vous perdez qui ou ce que vous êtes ?

J’étais pute, j’étais salope, j’étais con, j’étais manipulatrice d’hommes, j’étais « happy hooker », j’étais pseudo-copine, j’étais escorte, j’étais chienne, j’étais celle qui épargne les vrais viols aux vraies femmes, j’étais l’amatrice de dégradation, j’étais bâtie sans seuil de douleur, j’avais un cœur d’or, j’étais celle qui fait n’importe quoi pour de l’argent, je pouvais être tuée parce que je n’étais rien de vivant.

On a fait de moi tout cela et plus – mais je n’avais jamais le droit d’être humaine.

Mes larmes vont au-delà du désespoir à constater que ce qu’on dit des personnes prostituées dans presque tous les contextes maintient celles-ci dans une condition de sous-hommes.

Mais pour devenir vraiment humaines, je sais que beaucoup de personnes sorties de la prostitution doivent affronter et comprendre les abysses de ce qu’on a fait d’elles – et c’est plus que ce qu’on leur a fait –, ce que la société et l’industrie du sexe ont fait d’elles en leur dérobant l’accès à leur propre humanité.

Bien sûr, nous avons été mises à mort par les milliers de viols, de raclées, de tortures sexuelles et par la constante proximité d’une mort violente.

Mais ce qui nous a tuées, c’étaient les rappels constants – au-delà de notre destruction par l’industrie du sexe – du fait qu’une trop grande part de la société environnante n’avait aucun souci de ce qui arrive aux personnes prostituées.

Cette société doit apprendre et faire face au fait que nous vivons en sachant qu’être prostituée est n’être rien dans la vie, et être évacuée dans la mort.

Nous vivons dans un monde qui éviterait de tenir compte de la prostitution si elle ne leur était pas jetée au visage – et qui fournit ensuite des excuses à son existence.

Des excuses, des excuses.

C’est le plus vieux métier, cela a toujours existé, cela fait simplement partie de la nature masculine, c’est trop énorme pour être affronté.

Des excuses, des excuses.

Aucune femme ne le ferait à moins d’aimer ça, cela paie mieux qu’un emploi chez McDonald’s, c’est un sale boulot mais quelqu’un doit le faire.

Des excuses, des excuses.

Je ne voudrais pas juger les choix de qui que ce soit, certaines femmes ont une libido élevée, cela peut être suffisamment sécuritaire, c’est OK si l’on s’assure de la pratiquer derrière des portes closes.

La société refuse de savoir ce que c’est que d’être prostituée.

Comme les gens refusent de connaître, de voir, d’entendre et de ressentir les réalités des personnes prostituées, le fait que nous sommes régulièrement violées, battues, torturées sexuellement et assassinées.

Les personnes prostituées se trouvent dans des conditions d’esclavage et sont supprimées de la face du monde.

Nous vivons dans un monde qui appelle cela un divertissement pour adultes ou une simple transaction commerciale.

Comment puis-je ne pas désespérer ?

Version originale : « Despair Hits My Heart » - http://wp.me/paIl9-Gz

Version française : Martin Dufresne

Tous droits réservés : Rebecca Mott

Mis en ligne sur Sisyphe, le 12 septembre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rebecca Mott, survivante et écrivaine

Je suis une écrivaine britannique, survivante d’abus sexuels dans l’enfance et de la prostitution. Une partie de la maltraitance que m’a infligée mon beau-père durant mon enfance a été la violence psychologique de me faire regarder de la pornographie hyperviolente. Combinées à la violence sexuelle qu’il m’infligeait, ces images me faisaient ressentir que je n’avais d’autre valeur que celle de servir d’objet sexuel à un homme et que le sexe était toujours associé à la violence et à la douleur. À 14 ans, je suis tombée dans la prostitution et elle était extrêmement sadique. Je ne m’en suis pas détournée pas car j’éprouvais trop de haine de moi-même pour y reconnaître de la violence et du viol - j’avais l’impression que c’était tout ce que je méritais. J’ai fait de la prostitution entre l’âge de 14 ans à 27 ans et, la majorité du temps, les hommes qui m’achetaient tenaient à m’infliger des rapports sexuels très sadiques. Je me suis habituée à des viols collectifs, du sexe oral et anal violent, et au fait de devoir jouer des scènes de porno dure - cela devint mon existence. J’ai failli être tuée à plusieurs reprises, et fait beaucoup de tentatives de suicide, mais j’ai survécu. Quand j’ai réussi à quitter le milieu, j’ai effacé durant 10 ans la plupart de mes expériences. Ce n’est qu’après avoir dépassé le souvenir des violences de mon beau-père que j’ai trouvé l’espace mental pour me souvenir. Se souvenir de la prostitution est terrible, et je souffre d’un lourd syndrome de stress post-traumatique (SSPT). J’ai créé mon blog pour explorer mon SSPT à titre de survivante à la prostitution, pour réclamer l’abolition du commerce du sexe et pour faire état des conditions terribles de la prostitution vécue à l’intérieur. J’essaie d’écrire de la prose poétique, mais je crois que mon travail est de nature politique.



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - J’ai le cœur qui désespère
    (1/1) 3 décembre 2012 , par Lilian





  • Prostitution - J’ai le cœur qui désespère
    3 décembre 2012 , par Lilian   [retour au début des forums]

    Merci beaucoup Rebecca, merci pour toutes les femmes qui ne peuvent pas parler, ou qui ont appris "ne pas parler", "ne pas penser"... vous êtes leur voix et vous leur donnez un espoir.
    Que Dieu te bénisse Rebecca.

    Thank you very much Rebecca, thank you for all women who cannot speak, or who learned "no speak", "no think"... you are their voice and you give to them an hope. God bless you Rebecca.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin