| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 24 février 2013


Lettre à Mme Agnès Maltais, ministre
Encore quelques questions, Madame la Ministre à la Condition féminine

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Hijab au travail - Condescendance et paternalisme à Radio-Canada
Prostitution et port de symboles religieux : des dossiers distincts
Le gouvernement Marois dans les pas de Stephen Harper







Mme la Ministre,

Le 9 janvier 2013, sur Twitter, je vous avais demandé ceci :

« Pourquoi ne se passe-t-il rien sur le site du Secrétariat à la condition féminine depuis le 6 décembre (reconduction du plan contre violence du gouvernement précédent). (http://www.scf.gouv.qc.ca/) Sur votre fil Twitter, il est rarement question de condition féminine, Mme Maltais. En tant que féministe concernée, qui aimerait bien rendre compte sur Sisyphe des actions du gouvernement québécois en cette matière, je me demande s’il y a encore une ministre responsable à la condition féminine. Comprenez mon inquiétude : dans les années antérieures, on a eu au gouvernement quelques projets pour éliminer tantôt le CSF, tantôt le Secrétariat à la condition féminine. Votre gouvernement, qui est aussi le mien et celui de la population québécoise, a-t-il de tels projets ? Nous recevions souvent des communiqués de l’opposition officielle sur des sujets touchant les femmes quand le PQ était cette opposition. Mais depuis que le PQ est au pouvoir, on ne reçoit rien. Même que le 6 décembre, c’est le Parti libéral qui nous a adressé un communiqué parce que c’est la députée libérale de Hull, Mme Gaudreault, qui a présenté une motion (conjointement avec vous) à l’Assemblée nationale. En toute bonne foi, j’aimerais avoir des nouvelles de la ministre responsable à la Condition féminine ». (http://tl.gd/klbnbd) »

Vous m’aviez répondu ceci sur Twitter :

‏@AgnesMaltais « Arrimage entre les sites Web (SCF et MESS) en cours. Retour à la normale après le 8 février.

11 janv. Agnès Maltais ‏@AgnesMaltais Alors, satisfaite des réponses du MESS ? Je suis très active en condition féminine, on ne fait pas toujours les nouvelles... »

Nous sommes le 21 février. Le seul "arrimage" que je vois, c’est un lien vers le site du Secrétariat à la condition féminine, ajouté dans la colonne de gauche ("Secteurs d’activité") du site du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale (http://www.mess.gouv.qc.ca/).

Le Secrétariat à la condition féminine est-il devenu un simple "secteur d’activités" du MESS ?

En cliquant sur le lien de gauche, on rejoint le site du Secrétariat à la condition féminine tel qu’il était quand j’ai posé la question en janvier. Il ne s’y passe rien. La plus récente actualité du site du Secrétariat à la condition féminine remonte au 6 février... un communiqué.

Le logo "Emploi et Solidarité sociale" qui apparaît à gauche en haut du site du MESS ne mentionne pas que vous êtes aussi ministre responsable à la Condition féminine. Aucune mention non plus sur la page d’accueil du MESS. Ne vous offusquez pas, alors, si je demande : "Y-a-t-il une ministre responsable à la Condition féminine à Québec ?"

Mme la Ministre, je me demande si vous avez aboli en catimini ou êtes en train d’abolir le Secrétariat à la condition féminine pour faire des économies.

La députée Suzanne Proulx (Sainte-Rose) est votre adjointe parlementaire en matière de condition féminine depuis la fin d’octobre 2012. Comme vous, elle a tant de fonctions à remplir (http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/proulx-suzanne-12235/index.html) que je me demande quelle place occupent ses responsabilités en matière de condition féminine dans son horaire.

Je sais que vous n’aimez pas ce genre d’interrogations, mais une plus grande transparence de votre ministère et de votre gouvernement les rendrait inutiles.

Je continue à craindre le démantèlement progressif des institutions qui ont été créées pour soutenir la marche des femmes vers l’égalité, une marche qui est loin d’être parvenue au bout de la route.

J’aimerais savoir également quel sort attend le Conseil du statut de la femme. Vous avez mentionné, le 14 février, qu’il était toujours "pertinent" après 40 ans... L’âge apporte avec lui son lot d’expériences, et ce sont les moyens dont il dispose qui me préoccupent.

Quel montant cet organisme devra-t-il "couper" dans son budget pour satisfaire aux exigences du ministre Marceau, puisque ce dernier a délaré que tous les ministères et tous les organismes feront leur part ? Espérons que cela n’affectera pas la recherche, si précieuse, que fait le CSF - le mouvement féministe disposant de si peu de moyen pour faire de la recherche.

Votre gouvernement envisage-t-il de modifier, dans un délai rapproché, la loi injuste qui calcule comme revenu imposable, pour les femmes cheffes de famille recevant des prestations d’aide sociale, la pension alimentaire attribuée aux enfants ? À deux reprises, quand votre parti était dans l’opposition, vous avez présenté des projets pour faire modifier cette loi. Vous êtes maintenant en position de le faire. Ces mères ont trop longtemps apporté une contribution excessive à la réduction du déficit, et l’état actuel des finances publiques du Québec ne peut servir de prétexte pour maintenir cette injustice.

Enfin, comment votre gouvernement met-il en application l’Analyse différenciée selon les sexes (ADS) (http://www.scf.gouv.qc.ca/index.php?id=28) ? Je n’ai rien vu qui en tienne compte dans les décisions qu’il a prises jusqu’ici.

Mme la Ministre, il n’y a aucune hostilité dans ma démarche.

Vous savez que j’appuie votre gouvernement - ce qui ne m’enlève pas le droit de m’interroger - et que je suis depuis des décennies les dossiers de la condition féminine. Or, la menace du désengagement de l’État et de ses institutions dans ce domaine plane depuis plus de 10 ans. Il serait dommage que cette menace se concrétise alors qu’une femme dirige pour la première fois le Québec et qu’elle vous a nommée ministre responsable à la Condition féminine.

Je serais heureuse de recevoir des réponses précises à mes questions. Si vous annoncez, le 8 mars par exemple, que votre ministère prépare plein de projets en matière de condition féminine et que tout instrument gouvernemental destiné à soutenir l’égalité des femmes sera renforcé, et non affaibli ou supprimé, j’en serai ravie et rassurée.

Veuillez accepter, Mme la Ministre, mes salutations respectueuses,

Micheline Carrier

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 février 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin